www.zejournal.mobi
Lundi, 17 Juin 2024

Hausse du niveau de la mer ? Une étude menée sur 30 ans montre une augmentation de la superficie des côtes

Auteur : Report24 (Allemagne) | Editeur : Walt | Samedi, 06 Avr. 2024 - 14h48

Depuis des décennies, les fanatiques du climat mettent en garde contre la montée du niveau de la mer, qui engloutirait des zones côtières et même des îles entières. Mais d’une manière ou d’une autre, la réalité n’entre pas en ligne de compte. Au contraire : la superficie des 13 000 îles examinées a en fait globalement augmenté. C’est ce que montre une analyse des données satellite de 1990 à 2020.

Les alarmistes constants des fanatiques du climat ne correspondent pas à la réalité. Qu'il s'agisse d'un Arctique sans glace, d'Alpes sans glaciers ou d'îles paradisiaques englouties dans la mer, aucune d'entre elles ne s'est réalisée . En fait, il semble même que la situation se soit améliorée dans certains domaines. C'est ce que montre, entre autres, une étude publiée en mars 2024 (Dynamique évolutive du littoral insulaire dans le contexte du changement climatique : enseignements tirés de nombreuses preuves empiriques) , qui a examiné l'évolution du littoral d'un total de 13 000 îles.

Le résultat : alors que 88 pour cent des îles n’ont connu aucun changement significatif entre 1990 et 2020, seulement 12 pour cent ont connu des changements majeurs. Dans l'ensemble, selon l'analyse des données satellitaires, 6 pour cent des îles ont pu étendre leurs zones côtières, tandis que 7,5 pour cent ont perdu des zones côtières (principalement à cause de l'érosion). De plus, les chercheurs ont découvert que l’élévation du niveau de la mer n’était pas le facteur causal principal ou prédominant de l’érosion côtière. Voici comment ils écrivent :

« En outre, les données suggèrent que l’élévation du niveau de la mer n’est pas une cause répandue de l’érosion du littoral insulaire dans la région étudiée. Elle est actuellement considérée comme l’un des facteurs contribuant à l’érosion côtière, mais pas comme le facteur dominant.

« Contrairement aux hypothèses initiales, nos données empiriques ne relient pas clairement l’érosion généralisée des côtes insulaires à l’élévation historique du niveau de la mer, ce qui suggère que les activités humaines peuvent masquer les effets de l’élévation du niveau de la mer ».

Bien qu’il y ait eu une perte nette de -259,33 km² de superficie côtière pour les plus de 13 000 îles étudiées au cours de la décennie 1990 à 2000, « la tendance s’est ensuite inversée dans les décennies suivantes, avec des gains nets de 369,67 km² de 2000 à 2010 et 32,67 km² de 2010 à 2020 », précise l’étude. Cela signifie que depuis 2000, il y a eu une croissance nette cumulée de 402,33 km², alors que pour l'ensemble de la période de 30 ans, elle était de 157,21 km² net.

Ces données et conclusions ne correspondent pas non plus aux propos alarmistes de l’hystérie climatique. S’il y avait une élévation spectaculaire du niveau de la mer, comme on le prétend constamment, cela (avec l’érosion habituelle) devrait conduire à une perte cumulative de zones côtières et terrestres. Cependant, cela n'arrive pas.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...