www.zejournal.mobi
Mardi, 18 Janv. 2022

L’Allemagne s’incline définitivement devant Davos

Auteur : Tom Luongo | Editeur : Walt | Mardi, 07 Déc. 2021 - 11h05

Si quelqu’un se faisait des illusions sur le fait que l’Allemagne n’était pas complètement sous le contrôle de Davos, je pense que cet article de Politico devrait graver cette perception dans vos rétines.

L’article détaille le contenu de l’accord entre les partis du nouveau gouvernement allemand. Il expose les objectifs de la coalition ainsi que la feuille de route de ses priorités politiques.

En bref, il s’agit littéralement d’une liste de tout ce que Davos a exigé et cela garantit la neutralisation complète ou la soumission de Christian Lindner, du FDP, à l’agenda de Davos.

Je ne vais pas les passer en revue point par point, l’article de Politico le fait suffisamment bien.

Ce qui est important ici, c’est qu’à la lumière de la sortie médiatique d’OmicronVID-9/11, le nouveau gouvernement allemand est désireux de servir pleinement l’agenda de ses maîtres à Davos. Même si OmicronVID-9/11 semble être la souche la plus légère et la moins intéressante du COVID-9/11, cela ne dissuade pas les gouvernements européens d’annoncer des programmes de vaccination obligatoires, y compris la nouvelle et fragile coalition allemande.

Ce tweet confirme que Lindner a complètement cédé ici. Au moment où j’écris ces lignes, le nouveau chancelier Olaf Scholz et une majorité de présidents d’États fédérés font pression pour que cette législation soit soumise au Bundestag.

Malheureusement, personne ne devrait vraiment être surpris par cela. Alors que j’espérais que Lindner serait l’épine dans le pied de Davos en Allemagne, cela ne semble pas du tout être le cas. La « retraite » du grand faucon monétaire Jens Wiedmann, président de la Bundesbank, pour « passer du temps avec sa famille », était un signe avant-coureur de cette crise.

Ouais, tire l’autre Jens, il joue « Jingle Bells ».

Le mieux que Lindner puisse faire dans ces circonstances, c’est de ralentir le déploiement de ce programme, mais il ne le fera pas maintenant, à moins que ce programme de vaccination obligatoire ne passe par le Bundestag et ne soit profondément impopulaire auprès des électeurs allemands.

Mais revenons à l’accord de coalition. C’est un document qui se lit comme une prise de contrôle par l’Allemagne de tout le continent. Et je suppose que c’est le pot-de-vin offert au FDP pour qu’il accepte.

En apparence, il cimente l’idée que l’Allemagne est responsable de l’évolution de l’UE d’une collection d’États indépendants vers une union politique et fiscale complète qui supplante toutes les considérations des gouvernements nationaux. Mais, en même temps, il érodera encore plus toute souveraineté restante en Allemagne, ainsi que dans tout autre État membre de l’UE.

Davos a clairement exposé son plan : l’évolution complète de l’UE en un super-État bureaucratique transnational sans aucune responsabilité directe de ses dirigeants envers les citoyens.

S’attendre à ce que cette coalition recule, par exemple, sur les questions d' »État de droit » avec la Pologne et la Hongrie est un fantasme. Au contraire, Berlin donne aujourd’hui un blanc-seing à Bruxelles pour s’attaquer à ces deux pays plus durement que jamais.

Et le point décisif de cet argument se trouve dans les deux dispositions ci-dessous :

Plus généralement, les trois parties se sont fixé l’objectif très ambitieux de modifier les traités de l’UE. L’accord stipule que la conférence en cours sur l’avenir de l’Europe – un forum de discussion sur les réformes possibles de l’UE – « devrait conduire à une convention constitutionnelle et à la poursuite du développement d’un État européen fédéral ». Cette position ne sera pas bien accueillie par certaines capitales européennes, comme Varsovie ou Budapest, qui s’opposeraient probablement à toute initiative de ce type.

En matière de politique étrangère et de défense, le traité exige une réforme de la division de la politique étrangère de l’UE, le service européen pour l’action extérieure. Il pousse également l’UE à ne plus exiger l’unanimité pour toutes les mesures de politique étrangère, un obstacle que l’Union a du mal à surmonter sur des questions aussi fondamentales que la publication de déclarations sur la répression chinoise à Hong Kong.

En outre, pour faire accepter cette transformation en technocratie dépravée, les Allemands feront pression pour que des « élections » démocratiques plus directes soient organisées dans l’ensemble de l’Union pour désigner les dirigeants de la Commission européenne. Regardez tous ! La démocratie !

Il s’agit simplement d’un cheval de bataille pour obtenir une plus grande intégration politique, car les gouvernements nationaux continuent de contrôler qui les représente à la Commission. Puisque, comme nous l’avons vu à maintes reprises, Davos et l’UE contrôlent entièrement les appareils des partis dans chaque grand pays et que la loyauté des gens est ainsi répartie entre cinq à sept partis dans chacun de ces pays, les élections elles-mêmes sont une véritable farce puisque les coalitions qui finissent par gouverner ne ressemblent en rien à ce pour quoi la majorité des gens ont voté, comme en Italie, en Tchécoslovaquie et en Autriche.

Davos contrôle les coalitions au pouvoir dans tous les pays autres que la Hongrie et la Pologne. Il s’agit d’une illusion de démocratie accrue et de promotion des « valeurs européennes », tout en renforçant le contrôle total de la bureaucratie de Bruxelles.

L’élément le plus insidieux du document est, selon moi, l’appel de l’Allemagne à mettre fin à l’unanimité au sein du Conseil européen sur les questions de politique étrangère. C’est là que la Hongrie et la Pologne ont pu repousser les pires avances de Bruxelles pendant des années et conserver un semblant d’indépendance.

En prenant en otage la politique étrangère de l’UE à plusieurs reprises ces dernières années, les deux pays ont réussi à ralentir et/ou à imposer des corrections de trajectoire à Bruxelles tout en conservant un semblant d’autonomie. Il s’agissait de manœuvres d’attrition des Premiers ministres Orban et Morawiecki, qui espéraient survivre à l’UE tandis que les soulèvements populaires contre Bruxelles mûrissaient.

Mais la Pologne a trahi à plusieurs reprises ses voisins de Visigrad par sa russophobie virulente, que les eurocrates et les Britanniques ont utilisée à maintes reprises à leur avantage. Les Polonais continuent à faire du pied en essayant de jouer l’UE contre la Russie pour obtenir ce qu’ils veulent, mais tout ce qui finit par se produire, c’est qu’ils se lient plus étroitement au piège géopolitique chinois de l’UE tout en s’aliénant encore plus les Russes.

Si les Allemands parviennent à faire passer ce projet, en réécrivant complètement les traités européens comme le préconise cet accord de coalition, ils auront achevé, au cours de leur mandat, la transformation de l’UE en URSS à toutes fins utiles.

Cet accord est pire que toute version à laquelle j’aurais pu m’attendre étant donné l’implication du FDP dans cette affaire. La pression sur Lindner doit être immense et il a probablement accepté, comme beaucoup, en espérant pouvoir au moins ralentir le processus en retenant les cordons de la bourse.

L’AfD ne s’étant pas rallié aux élections de septembre, il n’y avait tout simplement pas la volonté politique de s’opposer à ce qui se passe pour l’instant. Cela pourrait changer en 2022, au fur et à mesure que les choses évoluent, et les sondages allemands seront donc à surveiller de très près.

Cela dit, je pense que cet accord sera très bien accueilli par les électeurs allemands, car il semble que le pouvoir de l’Allemagne au sein de l’UE, auquel elle est toujours majoritairement favorable, s’accroît considérablement.

Remarquez cependant la rapidité avec laquelle Olaf Scholz, le nouveau chancelier, après avoir rejeté l’appel de Merkel à de nouveaux confinements pour le COVID-19 la semaine dernière et avoir semblé étonnamment indépendant, a changé de cap avec la diffusion d’OmicronVID-9/11 cette semaine.

En fin de compte, ce gouvernement est proche de celui que Davos souhaitait. Le FDP peut encore être un joker en fonction de l’évolution des sondages en Allemagne au cours des six prochains mois. Mais il semble évident à ce stade qu’il n’y a aucune volonté d’aller à l’encontre de l’ordre du jour de Davos, qui consiste à écraser l’économie européenne et à détruire la formation de capital, sans une prise de contrôle totale des institutions européennes.

La dangereuse montée des tensions en Ukraine avec la Russie au sujet des républiques séparatistes du Donbass est inextricablement liée à ce changement dans la gouvernance de l’Allemagne. Tout comme les querelles autour du gazoduc Nordstream 2, auquel le gouvernement Scholz est favorable.

Comme toujours, l’UE et Davos veulent la Russie comme fournisseur d’énergie, mais comme vassal et non comme partenaire. Si quelqu’un utilise Nordstream 2 comme un outil politique sur le reste de l’Europe, c’est l’Allemagne, pas la Russie, car c’est elle qui contrôlera la distribution interne du gaz après la mise en service de Nordstream 2, pas la Russie.

Ils s’en serviront comme d’une massue pour faire passer nombre de ces prescriptions politiques. Je reste convaincu que Nordstream 2 sera bientôt opérationnel et livrera du gaz. Il faudra peut-être de nouvelles négociations pour y parvenir, mais cela se fera. N’oubliez pas que l’Allemagne a divulgué la lettre adressée au Congrès américain pour lui demander de ne pas sanctionner davantage le gazoduc, car cela causerait des dommages irréparables aux relations américano-allemandes.

On ne sait toujours pas si des crétins comme Ted Cruz (Républicain-Texas) ont finalement compris cela ou non. Avec la vacance du pouvoir au sommet du système politique américain, où les singes volants néoconservateurs sont autorisés à nous amener au bord d’une guerre de l’OTAN avec la Russie au sujet de l’Ukraine, tous les paris sont ouverts quant à la suite des événements.

Je continue de penser qu’une véritable crise de la dette souveraine se profile à l’horizon et, avec le président du FOMC, Jerome Powell, qui a enfoncé le dernier clou dans le cercueil du récit de l' »inflation transitoire », il est clair que la faction politique américaine hostile à la vente du pays à Obama et à Davos est en train de gagner.

Et pour cette raison, la nouvelle coalition allemande qui plante son drapeau dans le sol en disant « si l’intégration de l’UE doit se faire, elle doit se faire dans des conditions que nous contrôlons », pourrait bien être trop peu et trop tard.

Lindner n’est peut-être pas non plus au courant de tout ce qui se passe ici. S’il n’est pas conscient des nuances en jeu, cela peut expliquer pourquoi il s’est rallié à cette folie. Une fois qu’il aura compris, comme Powell et quelques autres ici aux États-Unis, ce qui se passe réellement, quel est le véritable plan, il pourrait se retirer de cette coalition au plus fort de la crise de la dette en 2022.

En fait, l’effondrement de ce gouvernement pourrait être le catalyseur de la crise de la dette à laquelle nous nous sommes préparés.

Mais pour l’instant, je considère que l’Allemagne est complètement occupée par Davos et que l’Allemagne en tant que puissance économique de quelque importance appartient au passé récent.

Traduction par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé