www.zejournal.mobi
Lundi, 15 Avr. 2024

La FDA et les CDC ont dissimulé des données sur l’augmentation du nombre de cas de COVID parmi les personnes vaccinées

Auteur : Zachary Stieber | Editeur : Walt | Lundi, 04 Sept. 2023 - 21h01

Les cas de COVID-19 parmi les personnes âgées vaccinées ont grimpé en flèche en 2021, selon des données récemment divulguées qui ont été acquises par les agences sanitaires américaines mais qui n’ont pas été présentées au public.

L’armée américaine a confié à Humetrix Cloud Services le soin d’analyser les données relatives aux vaccins. L’entreprise a effectué une nouvelle analyse alors que les autorités se demandaient en 2021 si les rappels du vaccin contre le COVID-19 étaient nécessaires, des études ayant montré que l’efficacité du vaccin diminuait.

Les chercheurs de Humetrix ont constaté que la proportion de cas totaux de COVID-19 parmi les personnes âgées était de plus en plus composée de personnes vaccinées, selon les documents nouvellement divulgués.

Pour la semaine se terminant le 31 juillet 2021, les cas de COVID-19 post-vaccination représentaient 73 % des cas chez les personnes âgées de 65 ans et plus, a constaté la société. À l’époque, 80 % des personnes âgées étaient complètement vaccinées.

Les chercheurs ont constaté que les taux d’infections post-vaccinales étaient plus élevés chez les personnes vaccinées précocement. Ils ont estimé que les taux étaient deux fois plus élevés chez les personnes vaccinées cinq à six mois auparavant que chez les personnes vaccinées trois à quatre mois auparavant.

D’après les données, les cas d’infections post-vaccinales ont commencé en janvier 2021.

Les chercheurs ont également constaté que la protection contre l’hospitalisation s’estompait.

Au cours de la semaine qui s’est achevée le 31 juillet 2021, 63 % des hospitalisations dues au COVID-19 chez les personnes âgées concernaient des personnes entièrement vaccinées, selon les documents. Le même schéma de protection plus faible a été constaté chez les personnes vaccinées précocement.

Les chercheurs ont calculé que l’efficacité du vaccin contre l’infection n’était que de 33 %, tandis que l’efficacité contre l’hospitalisation était tombée à 57 %.

Les chercheurs ont également constaté que les personnes âgées qui avaient déjà contracté le COVID-19 et s’étaient rétablies étaient plus susceptibles d’éviter l’hospitalisation. Les facteurs de risque comprenaient des affections sous-jacentes graves telles que l’obésité et le fait d’appartenir au groupe d’âge le plus élevé, ou d’avoir plus de 85 ans.

L’analyse de cohorte a porté sur 20 millions de bénéficiaires de Medicare, dont 5,6 millions de personnes âgées ayant reçu une première série de vaccins anti COVID-19.

« Les résultats de notre étude observationnelle montrent une diminution très significative de l’immunité contre l’infection et l’hospitalisation dans la phase Delta de la pandémie pour les personnes vaccinées avec le vaccin de Pfizer ou de Moderna, 5 à 6 mois après la vaccination contre 3 à 4 mois après la vaccination », a déclaré la Dr Bettina Experton, présidente-directrice générale de Humetrix, dans un courriel envoyé le 15 septembre 2021 à de hauts responsables de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis.

Humetrix a également constaté que, parmi les bénéficiaires, 133 000 cas, 27 000 hospitalisations et 8 300 admissions en soins intensifs avaient été enregistrés chez les personnes entièrement vaccinées depuis le début de la pandémie de COVID-19.

La Dr Experton a indiqué que Humetrix avait partagé les données avec les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) en août 2021.

« Il aurait été intéressant de savoir que [l’armée] menait ce type d’étude avant aujourd’hui. Il aurait également été bon que les CDC partagent les données », a déclaré le Dr Peter Marks, l’un des responsables de la FDA, à nos collègues.

« À mon avis, c’est plus inquiétant que les autres données dont nous disposons », a répondu le Dr Janet Woodcock, commissaire intérimaire de la FDA à l’époque.

La présentation et les courriels ont été obtenus par le réseau Informed Consent Action Network, une organisation à but non lucratif qui cherche à assurer la transparence sur les questions médicales, par le biais de la loi sur la liberté de l’information (FOIA).

« Il est difficile d’y voir autre chose qu’un échec de nos autorités sanitaires à évaluer, partager, rendre publiques et agir sur la base de données précieuses et réelles au milieu d’une soi-disant pandémie », a déclaré Del Bigtree, fondateur du réseau, au Epoch Times par courrier électronique. « Et sans FOIA, le public ne serait probablement jamais informé de ces échecs, ce qui, bien sûr, permet qu’ils soient perpétrés encore et encore.

La FDA et les CDC se sont refusés à tout commentaire.

Le Dr Francis Collins, directeur de l’Institut national de la santé des États-Unis à l’époque, a écrit dans un autre courriel obtenu grâce à la FOIA que les résultats de l’étude fournissaient « des preuves assez convaincantes que la VE diminue 5 à 6 mois après la vaccination, tant pour l’infection que pour l’hospitalisation chez les personnes âgées de plus de 65 ans ».

Il a ajouté : « Même pour les personnes qui ont été vaccinées trois ou quatre mois plus tard, la tendance est à l’aggravation de l’état végétatif ».

Les CDC, la FDA et les Instituts nationaux de la santé n’ont pas communiqué les données au public lorsqu’ils ont examiné la possibilité d’autoriser et de recommander des rappels du vaccin anti COVID-19.

Les CDC a organisé une réunion avec ses conseillers en matière de vaccins le 30 août 2021. Au cours de cette réunion, les responsables des CDC ont passé en revue les nouvelles données relatives à la perte d’efficacité des vaccins. Mais l’étude militaire n’a pas été prise en compte.

La FDA a organisé une réunion similaire le 17 septembre 2021. Les CDC y ont participé. L’analyse Humetrix n’a pas non plus été présentée lors de cette réunion.

Les deux agences ont fait une promotion agressive des vaccins contre le COVID-19 tout au long de la pandémie, notamment en les présentant comme offrant une forte protection contre les maladies graves, alors que leurs propres données suggéraient que ce n’était pas le cas.

Les CDC ont présenté (pdf) des données provenant de COVID-NET, l’un de leurs systèmes, qui montrent que l’efficacité contre les hospitalisations liées au COVID-19 a diminué chez les personnes âgées depuis l’apparition du variant Delta, mais que les données montrent encore une efficacité de 80 %.

La présentation comprenait également des données provenant de chercheurs extérieurs et d’Israël qui estimaient que la protection contre l’infection durant l’ère Delta allait de 39 à 84 % et que l’efficacité contre l’hospitalisation allait de 75 à 95 %.

La FDA a fini par autoriser un rappel de Pfizer pour de nombreux Américains. Les CDC ont conseillé à la plupart des gens de le recevoir. Par la suite, les agences ont étendu l’autorisation et les recommandations relatives aux rappels à la quasi-totalité des Américains âgés de 5 ans et plus, l’injection de Moderna constituant une autre option. Les autorités ont depuis remplacé les anciens vaccins en raison de leur manque de durabilité et se préparent à lancer une nouvelle série de vaccins cet automne.

Photo d'illustration: Des seringues et des flacons du vaccin contre le COVID-19 de Pfizer-BioNTech sont préparés pour être administrés dans un site de vaccination en voiture de Renown Health à Reno, Nevada, le 17 décembre 2020. (Patrick T. Fallon/AFP via Getty Images)

Traduction par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...