www.zejournal.mobi
Mardi, 31 Janv. 2023

Les CDC ont (enfin) admis la science sur l’immunité naturelle. Pourquoi a-t-il fallu si longtemps ?

Auteur : Jon Miltimore | Editeur : Walt | Vendredi, 02 Sept. 2022 - 14h13

En août 2021, Science Magazine, une revue universitaire à comité de lecture de l’American Association for the Advancement of Science, a mis en lumière des recherches révolutionnaires menées en Israël, qui ont bouleversé l’establishment de la santé publique.

Cette recherche, qui s’est appuyée sur une base de données regroupant quelque 2,5 millions d’Israéliens et a été dirigée par Tal Patalon, directeur du centre de recherche et d’innovation KSM des services de santé Maccabi, et le député Sivan Gazit, a révélé qu’une infection antérieure par le Covid-19 conférait une protection considérablement plus forte et plus durable contre le variant Delta que les vaccins.

« Les données récemment publiées montrent que les personnes ayant déjà été infectées par le SRAS-CoV-2 étaient beaucoup moins susceptibles que les personnes jamais infectées et vaccinées de contracter le variant Delta, d’en développer les symptômes ou d’être hospitalisées en raison de la gravité du COVID-19 », a noté Meredith Wadman, rédactrice de Science.

Wadman a également noté que la recherche a montré que « les personnes jamais infectées qui ont été vaccinées en janvier et février étaient, en juin, juillet et la première moitié du mois d’août, six à 13 fois plus susceptibles d’être infectées que les personnes non vaccinées » qui avaient déjà eu le Covid.

« C’est un exemple classique de la façon dont l’immunité naturelle est vraiment meilleure que la vaccination », a déclaré à Science Charlotte Thålin, médecin et chercheuse en immunologie à l’hôpital Danderyd et à l’Institut Karolinska.

La mort des mandats de vaccination ?

Le moment choisi pour présenter ces résultats est important.

À l’été 2021, de nombreux pays à travers le monde, ainsi que des villes américaines, étaient en train de mettre en place des passeports vaccinaux. D’autres gouvernements, au niveau national, étatique et local, envisageaient des mesures coercitives pour obliger les gens à se faire vacciner, une politique éthiquement douteuse qui va à l’encontre d’un droit humain fondamental : l’autonomie corporelle.

Les résultats de l’étude israélienne auraient dû inciter les responsables de la santé publique à reconsidérer ces politiques. Martin Kulldorff, professeur à l’école de médecine de Harvard, a observé que les résultats semblaient détruire la justification des mandats de vaccination.

« Une maladie antérieure au COVID (beaucoup de travailleurs) procure une meilleure immunité que les vaccins (beaucoup de professionnels) », a écrit Kulldorff, un épidémiologiste et biostatisticien qui étudie les maladies infectieuses depuis des décennies, « donc les mandats de vaccination ne sont pas seulement un non-sens scientifique, ils sont aussi discriminatoires et non éthiques ».

Malgré ces résultats et d’autres preuves claires et convaincantes que l’immunité naturelle offre une protection puissante contre le Covid, les gouvernements ont continué à adopter et à appliquer des mandats.

En décembre, le président Biden a imposé des règles strictes en matière de vaccins pour les travailleurs fédéraux, les entreprises et les travailleurs de la santé qui, selon CNN, pourraient s’appliquer à 100 millions d’Américains.

« Nous avons les outils pour combattre le virus si nous nous unissons pour utiliser ces outils », a déclaré M. Biden.

Cette politique signifiait que de nombreux travailleurs américains seraient licenciés s’ils ne se faisaient pas vacciner, même s’ils avaient déjà eu le Covid. (Il convient de noter qu’au cours de sa campagne présidentielle, M. Biden a déclaré : « Je ne pense pas que [la vaccination] devrait être obligatoire. Je ne demanderais pas qu’elle soit obligatoire »).

Si la Cour suprême a bloqué certaines parties de l’ordonnance de Biden sur les vaccins, d’autres parties sont toujours en vigueur. En outre, de nombreux États et collectivités locales ont également adopté des politiques de vaccination coercitives en raison des recommandations des CDC.

Un air différent ?

Neuf mois plus tard, les CDC chantent une toute autre chanson.

Lors de la publication des nouvelles lignes directrices en matière de pandémie la semaine dernière, l’épidémiologiste des CDC, Greta Massetti, a expliqué aux journalistes ce que beaucoup disent depuis plus d’un an : tant les vaccins qu’une infection antérieure offrent une protection contre la Covid grave et symptomatique.

« L’infection antérieure et la vaccination confèrent toutes deux une certaine protection contre la maladie grave », a déclaré Mme Massetti aux journalistes. « Et donc il est vraiment le plus logique de ne pas faire de différence avec nos conseils ou nos recommandations en fonction du statut vaccinal à l’heure actuelle ».

Pour cette raison, les nouvelles directives des CDC traitent les personnes vaccinées et non vaccinées de la même manière. Moins d’un an après avoir déclaré que le Covid était « une pandémie de personnes non vaccinées », l’administration Biden construit une campagne de mi-mandat autour du « retour triomphal à la normale », rapporte The Atlantic. 

« Nous avons créé un groupe d’intérêt »

Nous devrions être reconnaissants que les politiques des CDC aient finalement rattrapé la science et que les épidémiologistes des États reconnaissent maintenant la science de base de l’immunité naturelle.

Cependant, ce changement suscite également des questions, la plus importante étant : pourquoi cela a-t-il pris si longtemps ?

Nous disposions, il y a plus d’un an, de preuves scientifiques irréfutables montrant que les personnes bénéficiant d’une immunité naturelle étaient beaucoup moins susceptibles de développer un covid symptomatique de la maladie que les personnes vaccinées n’ayant jamais eu la maladie.

Pourtant, les Américains qui n’étaient pas vaccinés ont été renvoyés, humiliés et ostracisés parce que les responsables de la santé publique ont refusé de reconnaître à l’époque ce qu’ils reconnaissent aujourd’hui : l’immunité naturelle protège les humains. Alors pourquoi a-t-il fallu un an aux responsables de la santé publique pour reconnaître la « science des manuels » ?

Il n’y a pas de réponse facile à cette question. L’une des hypothèses est que le gouvernement a créé des incitations perverses, ce que les critiques de l’approche du gouvernement, comme le Dr Jay Bhattacharya, épidémiologiste à Stanford, appellent « le complexe industriel Covid ».

« Nous avons créé un groupe d’intérêt pour maintenir la pandémie », a déclaré Bhattacharya dans une interview récente avec la journaliste britannique Lucy Johnston.

Cela peut sembler cynique, mais l’économie nous apprend à regarder la politique sans romantisme.

Pfizer a une capitalisation boursière de 275 milliards de dollars, et de mars 2020 à décembre 2021, le cours de son action a plus que doublé, passant de 26,04 dollars par action à 59,48 dollars. La croissance de Moderna a été encore plus impressionnante. Avant la pandémie, son action se négociait à 19 dollars. En septembre 2021, son cours avait dépassé les 449 dollars, soit une augmentation de plus de 2 000 %.

Il n’est pas exagéré de dire que des milliards de dollars étaient en jeu pour savoir si les vaccins Covid étaient obligatoires ou volontaires, ce qui pourrait expliquer pourquoi Pfizer a dépensé à elle seule plus de 10 millions de dollars en lobbying en 2021 et encore plus en 2020.

Suggérer que quelque chose d’aussi grossier que des incitations financières ait pu jouer un rôle (même minime) dans la politique du Covid peut choquer, mais il est important de se rappeler que forcer les gens à acheter ou à utiliser des biens (ostensiblement pour leur propre bénéfice) est une tactique éprouvée du capitalisme de connivence.

Lorsque les gens pensent au capitalisme de connivence, ils pensent souvent aux subventions gouvernementales accordées aux méga-corporations, mais ce n’est pas la seule méthode utilisée par le gouvernement et les grandes entreprises pour s’avantager.

L’économiste français du XIXe siècle Frédéric Bastiat a observé que « l’État est la grande entité fictive par laquelle chacun cherche à vivre aux dépens de tous les autres ». Cependant, à la différence des brigands, des voleurs de rue ou des maraudeurs ordinaires, Bastiat a expliqué que les acteurs étatiques et leurs alliés pillent les sujets par des moyens légaux, et trouvent des moyens élaborés pour le faire – comme faire pression sur les législateurs pour rendre obligatoire l’utilisation de produits qu’ils n’ont aucune envie d’utiliser, doublant ainsi leurs revenus et enrichissant les actionnaires.

« Lorsque le pillage devient un mode de vie pour un groupe d’hommes dans une société, ils se créent avec le temps un système juridique qui l’autorise et un code moral qui le glorifie », observait Bastiat dans Economic Sophisms.

Rien de tout cela ne veut dire que les vaccins ne sont pas efficaces ou n’offrent pas de protection contre le Covid. Ils le font, et les preuves suggèrent que les vaccins offrent encore plus de protection aux personnes qui ont eu le Covid. (Bien que, comme tous les vaccins, ils ne soient pas sans risques.)

Mais la décision de se faire vacciner ne devrait jamais appartenir qu’à une seule personne : l’individu.

Et le fait que les CDC – une agence qui a commis de nombreuses erreurs tout au long de la pandémie, selon son propre directeur – ait reconnu si tard la science fondamentale de l’immunité naturelle montre précisément pourquoi les décisions médicales importantes devraient être prises par des individus, et non par des bureaucrates ou des intérêts particuliers.

Par Jonathan Miltimore, rédacteur en chef de FEE.org. Ses écrits et reportages ont fait l’objet d’articles dans le magazine TIME, le Wall Street Journal, CNN, Forbes, Fox News et le Star Tribune.

Traduit par Anguille sous roche


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé