www.zejournal.mobi
Samedi, 08 Mai 2021

Comment la démocratie meurt : Les Big Tech deviennent Big Brother

Auteur : Leni Friedman Valenta avec Dr. Jiri Valenta | Editeur : Walt | Lundi, 08 Mars 2021 - 03h53

“Les géants du numérique jouent un rôle de plus en plus important dans la société en général… dans quelle mesure ce monopole est-il en corrélation avec l’intérêt public ?”, a déclaré le président russe Vladimir Poutine le 27 janvier 2021.

“Où est la distinction entre, d’une part, les entreprises mondiales prospères, les services recherchés et la grande consolidation des données et, d’autre part, les efforts visant à gouverner la société […] en remplaçant les institutions démocratiques légitimes, en limitant le droit naturel des gens à décider comment vivre et quel point de vue exprimer librement ?”

M. Poutine défendait-il la démocratie ? A peine. Ce qui l’inquiète apparemment, c’est que les “Big Tech” pourraient acquérir le pouvoir de contrôler la société aux dépens de son gouvernement.

Ce qui doit être un cauchemar pour lui – comme pour beaucoup d’Américains – c’est que les géants de la Tech ont pu censurer des informations favorables à Trump et ensuite censurer Trump lui-même. Comment les États-Unis ont-ils pu faire cela au président d’un grand pays libre ?

Poutine a fait ces commentaires au Forum économique mondial de Davos, où lui et le président chinois Xi Jinping, sous l’impulsion du “Great Reset” d’une quatrième révolution industrielle, ont utilisé des phrases éclairées pour masquer les sombres plans des États-nations dans un nouvel ordre mondial mondialiste. Ainsi, Xi a mis en garde les participants “contre la nécessité de s’adapter à la mondialisation et de la guider, d’en atténuer les effets négatifs et de faire profiter tous les pays et toutes les nations de ses avantages”.

En mars 2019, Poutine a signé une loi “imposant des sanctions aux internautes russes surpris à diffuser des “fausses nouvelles” et des informations qui présentent “un manque de respect évident pour la société, le gouvernement, les symboles de l’État, la constitution et les institutions gouvernementales”. Les sanctions sont devenues encore plus lourdes avec de nouvelles lois en décembre.

Entre-temps, le leader de l’opposition Alexei Navalny a été condamné à plus de trois ans de prison (dont un an de prison ferme), en partie parce qu’il a révélé des photos d’un somptueux palais russe qui aurait appartenu à Poutine sur la côte de la mer Noire. Son mobilier comprendrait une brosse de toilette à 824 dollars. Plusieurs des milliers de personnes qui ont protesté contre l’emprisonnement de Navalny ont depuis protesté contre Poutine en agitant des brosses de toilettes peintes en or.

C’est une bonne chose que les entreprises américaines de haute technologie poussent à la démocratie en Russie, même si elles la nient chez elles. Remarquez-vous combien de dirigeants en Europe se sont levés pour condamner la censure en Amérique, alors que beaucoup en Europe censurent aussi leurs citoyens, et ne sont pas exactement des fans de celui qui était censuré, l’ancien président Donald J. Trump ? Tout comme Poutine, ils ne veulent probablement pas non plus que les Big Tech entrent en concurrence avec leurs gouvernements.

Le partage du pouvoir entre le gouvernement fédéral américain et les Big Tech semble être la recette d’un pouvoir non maîtrisé et de la corruption. Navalny a tout de suite compris, en disant:

“Ce précédent sera exploité par les ennemis de la liberté d’expression dans le monde entier. En Russie aussi. Chaque fois qu’ils auront besoin de faire taire quelqu’un, ils diront : ‘C’est une pratique courante, même Trump a été bloqué sur Twitter'”.

Quel est le chien de garde, s’il en existe un, qui restreint actuellement les Big Tech en Amérique ? Il est devenu évident que la censure des Big Tech pourrait bien avoir coûté l’élection à Trump, même si l’on constate finalement que la fraude électorale n’a pas eu lieu.

Les Big Tech ont pris l’initiative de censurer un exposé – publié par le New York Post le 24 octobre 2020, ainsi que d’autres exposés ultérieurs – selon lequel Hunter Biden, le fils de Joe Biden, avait vendu son influence à la Chine et à l’Ukraine, et avait amassé des millions pour la famille.

Le Centre de recherche sur les médias (MRC) a constaté qu'”un électeur sur six de Joe Biden interrogé (17 %) a déclaré qu’il aurait abandonné le candidat démocrate s’il avait connu les faits concernant un ou plusieurs de ces articles”. Cette information aurait bien pu changer le résultat dans les six États balanciers que Biden aurait gagnés.

En août dernier, Twitter a également entrepris de censurer la bande-annonce d’un documentaire explosif intitulé “The Plot Against the President”. Le film, narré par le député Devin Nunes (R-CA) et commenté par les principaux membres du parti républicain, expose les principaux membres du parti démocrate et leurs alliés au sein de l’État, dont beaucoup ont sciemment utilisé de fausses preuves pour piéger le président Trump et certains dans son entourage pour tenter de convaincre les Américains que lui et sa campagne étaient de connivence avec le gouvernement russe pour gagner les élections de 2016.

Le film affirme, à partir d’informations récemment déclassifiées, que le président Barack Obama, ainsi qu’Hillary Clinton, ont été impliqués dans une tentative de coup d’État de près de quatre ans incomparablement plus antidémocratique que toute émeute au Capital Building le 6 janvier.

Le représentant Devin Nunes, le républicain le plus important de la commission des renseignements de la Chambre, a affirmé en août 2020 que Biden était également au courant des efforts en cours pour renverser Trump. Néanmoins, Trump ne les a pas ciblés, peut-être pour éviter de diviser encore plus le pays.

Selon le Washington Times, le compte Twitter du film, qui a débuté en octobre 2020, a attiré 30 000 abonnés. Twitter l’a mis sur liste noire pendant une journée, mais après un tollé général, a remis le populaire documentaire en ligne. Notre question est la suivante : combien de comptes placés sur des listes noires de Twitter n’ont pas été remis en place ?

L’émeute du 6 janvier au Capitole américain a été un événement crucial pour Trump et le Parti républicain. Avant le 6 janvier, le président Trump avait proposé de déployer 10 000 soldats au Capitole, selon son ancien chef d’état-major Mark Meadows. Le Pentagone et le Département de la Justice avaient également offert leur aide, mais auraient été refusés par la police du Capitole américain. Le problème, apparemment, était d’ordre “optique” – un Capitole désormais entouré de fils barbelés et de milliers de soldats, ce que l’administration actuelle semble maintenant apprécier.

La loi sur la liberté de l’information (Freedom of Information Act – FOIA) a également rejeté les demandes d’informations complémentaires sur l’événement – on ne sait pas exactement par qui. Il est donc ridicule de présenter les émeutes, aussi laides soient-elles, comme une “insurrection” séditieuse, en particulier à la lumière de ce qui semble être une défaillance massive de la sécurité qui aurait pu éviter la violence. Une chose est sûre : le moment choisi pour cet événement n’aurait pas pu être plus parfait pour les groupes d’opposition, ce qui explique probablement pourquoi il avait été planifié des semaines avant le 6 janvier.

Ces efforts et les médias ont permis de mettre un terme à toutes les tentatives de vérification de la fraude électorale à un moment où le vice-président Mike Pence comptait les bulletins de vote du Collège électoral et autorisait les discours de ceux qui soutenaient cette affirmation. Certains hommes politiques ont même demandé la démission des sénateurs Ted Cruz et Josh Hawley, et les ont renvoyés devant le comité d’éthique pour avoir même suggéré un audit électoral des États du champ de bataille, malgré les questions qui ont été posées – sans aucune objection – concernant les résultats des élections présidentielles de 2000, 2004 et 2016.

En fin de compte, le résultat de la dernière “chasse aux sorcières” contre le président Trump, comme on l’a qualifiée, a été une tentative de mise en accusation artificielle pour empêcher Trump d’être candidat à une future élection présidentielle – un tribunal kangourou sans procédure régulière, sans audiences, sans témoins et sans preuves. L’accusation, cependant, a été indéniablement éloquente en évoquant la “démocratie” pour une procédure totalement antidémocratique qui a justement abouti à l’acquittement de Trump.

Pendant ce temps, Facebook et Twitter ont banni Trump et certains de ses partisans. Une autre plateforme de médias sociaux, Parler, a été interdite dans les magasins d’applications d’Apple et de Google, puis complètement fermée par Amazon.

Pendant ce temps, les principaux médias sociaux auraient été utilisés pour se rassembler et organiser des émeutes dans les villes américaines l’année dernière. Personne n’a été pénalisé.

Mais ne vous attendez pas à un tel laxisme maintenantSelon Fox News :

“Des gens comme le directeur de la CIA de l’époque d’Obama, John Brennan, et la représentante Alexandria Ocasio-Cortez, D-N.Y., ont fait diverses déclarations publiques qualifiant les républicains d’extrémistes – Ocasio-Cortez affirmant que le gouvernement populaire a des “sympathisants de la suprématie blanche” dans ses rangs, et Brennan affirmant que les “extrémistes violents nationaux” sous la forme de partisans d’extrême droite du président Trump sont plus dangereux qu’Al-Qaïda”.

Le chroniqueur et animateur de radio Jeffrey Kuhner avertit qu’un nouveau projet de loi, H.R. 350, “est l’équivalent pour les libéraux du remaniement du Patriot Act”. Cette fois, cependant, il ne vise pas les djihadistes islamiques. Il vise plutôt directement les patriotes de Trump”. Kuhner écrit que le projet de loi “a le soutien total de la direction du Congrès démocrate, de l’administration Biden… Big Media et les Big Tech”.

“Le projet de loi autorise l’État profond à surveiller, suivre et espionner les comptes des citoyens américains sur les médias sociaux, les appels téléphoniques, les réunions politiques et même à infiltrer les rassemblements pro-Trump ou “Stop the Steal”.

Les conservateurs qui sont jugés potentiellement “séditieux” ou “traîtres” peuvent être arrêtés et emprisonnés, condamnés à une amende et/ou perdre leur emploi. L’objectif est simple : écraser toute dissidence à l’égard du régime de Biden”.

De plus, le mois dernier, le nouveau secrétaire à la défense, Lloyd Austin, a ordonné “la mise à pied” de toute l’armée pendant 60 jours, “afin que chaque service, chaque commandement et chaque unité puisse avoir une conversation plus approfondie sur cette question [l’extrémisme]”. Normalement, les démissions ne durent que quelques heures ou quelques jours et n’impliquent pas l’ensemble de l’armée. Austin, en outre, s’est engagé à “débarrasser nos rangs des racistes et des extrémistes”.

Ce sont des mots qui peuvent s’appliquer à tous ceux qui ont été imaginés, y compris les partisans de Trump, et qui ne sont basés, bien sûr, que sur la propagande.

Le plan d’Austin est donc inutile, diviseur et dangereux, compte tenu des dangers étrangers qui entourent actuellement leur proie. Cette punition des “ennemis” du régime fait se demander quelle sera la prochaine étape. Sommes-nous déjà en train de marcher au même rythme que la Russie et la Chine ? La façon d’unir et de renforcer les États-Unis ne passe pas par la répression et la punition, mais par un pouvoir politique doté de freins et de contrepoids, une presse libre et un respect plus strict de la Constitution.

Mais là encore, il semble y avoir un problème. The Federalist a écrit en juillet :

“Selon un nouveau sondage Quillette publié le mois dernier, 70 % des libéraux qui s’identifient comme tels veulent réécrire la Constitution américaine “pour en faire une nouvelle constitution américaine qui reflète mieux notre diversité en tant que peuple”.

Oh, c’est donc ce qui nous manque : la diversité !

Que peuvent faire les Américains ? Nous sommes actuellement à un point de basculement en Amérique. La Chine communiste travaille dur et se concentre sur la domination mondiale ; nous ne faisons que nous amuser. Dans un monde de plus en plus numérique, la guerre contre les atteintes à nos libertés doit très probablement être menée en grande partie dans l’espace numérique et cybernétique. C’est pourquoi la fin de la censure dans les médias traditionnels et sociaux est une priorité si importante. Tout d’abord, il faut démanteler les entreprises de haute technologie. Qu’elles deviennent les services publics qu’elles prétendaient être à l’origine, ou qu’elles soient passibles de poursuites judiciaires comme le sont les autres éditeurs.

Nous trouvons un certain réconfort dans le fait qu’alors que les dictatures dans les pays autoritaires comme la Chine et la Russie sont verticales – du haut vers le bas – en Amérique, le gouvernement central partage le pouvoir avec les États du bas vers le haut, et avec des pouvoirs séparés : l’exécutif, le judiciaire et le législatif. Heureusement, des gouverneurs tels que Ron DeSantis en Floride, Greg Abbott au Texas et Kevin Stitt en Oklahoma agissent maintenant sur le plan législatif pour contrer les lois fédérales qui peuvent avoir des effets négatifs sur la liberté d’expression, l’emploi, l’intégrité des élections, l’industrie de l’énergie, les premiers ou seconds amendements et les droits constitutionnels généraux.

Mais cela n’aborde pas la question majeure qui se pose ici, à savoir que la démocratie ne peut pas survivre dans un pays où quelques technocrates et oligarques peuvent choisir de refuser l’accès à l’information ou aux plateformes aux candidats qui se présentent aux élections. Il est tout simplement inacceptable qu’eux seuls – non élus, non nommés, non transparents et non responsables – puissent juger de ce qui est “nuisible” à la société. Notre tâche à tous est maintenant d’empêcher les États-Unis de devenir lentement une véritable tyrannie.

Traduction par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé