www.zejournal.mobi
Lundi, 08 Mars 2021

Danone, Total, Sanofi : des milliers de suppressions d’emplois pour convenance boursière

Auteur : WikiStrike | Editeur : Walt | Jeudi, 26 Nov. 2020 - 06h44

Pour satisfaire les marchés boursiers, Danone annonce supprimer 2000 emplois. Cette multinationale française rejoint d’autres membres du CAC40, parmi lesquels Sanofi ou Total qui, tout en versant des milliards d’euros de dividendes, suppriment des emplois pour rassurer leurs actionnaires et soutenir leur valorisation boursière.

« Faire un milliard d’euros d’économies d’ici à 2023. » Tel est le plan que Emmanuel Faber, PDG de Danone, a annoncé le 23 novembre, six mois à peine après avoir versé un dividende de 1,4 milliard d’euros à ses actionnaires, en hausse de plus de 8 % [1]. Concrètement, il entend supprimer jusqu’à 2000 emplois, dont plus de 400 en France. « Ce sont des restructurations (…) qui ne sont que des plans pour faire plaisir à la place financière », a réagi François Hommeril, président du syndicat CFE-CGC [2].

Alors que l’action Danone a perdu plus d’un quart de sa valeur, Emmanuel Faber cherche à retrouver la « confiance des actionnaires » par la réduction des coûts et l’augmentation des objectifs de rentabilité opérationnelle et financière. De telles suppressions d’emplois visant à satisfaire les marchés boursiers ne sont pas nouvelles. Clin d’œil de l’histoire, le terme « licenciement boursier » est lié à Danone : il a été utilisé pour la première fois en 2001 à l’occasion de la suppression de 570 emplois dans la branche des biscuits LU de la multinationale, pourtant rentable.

Danone, première multinationale du CAC40 à devenir « société de mission » pour « construire le futur »...

Vingt ans plus tard, les salariés de Danone sont donc à nouveau concernés par des suppressions d’emplois pour convenance boursière. Pourtant, il y a six mois à peine, à l’initiative d’Emmanuel Faber, Danone a été la première multinationale du CAC40 à devenir une « société de mission ». Ce nouveau dispositif, introduit par la loi Pacte votée en 2019, permet à une entreprise d’indiquer qu’elle n’a plus pour seule raison d’être la performance financière et la recherche du profit. Fini le « business as usual » assurait-on.

« Améliorer la santé », « préserver la planète », « construire le futur », voilà les objectifs vertueux que Danone ne cesse de mettre en avant. Dans les faits, tous ses indicateurs environnementaux sont au rouge, faisant de Danone le champion du grand écart au sein du CAC40 (notre article). Avec ce plan d’économies et ces suppressions d’emplois, Emmanuel Faber fait donc la démonstration que, société de mission ou pas, il est d’abord tenu de protéger la rentabilité actionnariale de l’entreprise. L’emploi passe après.

Lire la suite

Notes:

[1] Voir le communiqué de presse de Danone du 23 novembre 2020

[2] Ecouter la réaction du président du syndicat CFE-CGC sur France Info, le 23 novembre 2020


- Source : WikiStrike

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé