www.zejournal.mobi
Samedi, 28 Nov. 2020

Des images de Biden en train de toucher des jeunes filles signalées comme « exploitation sexuelle des enfants » par Twitter

Auteur : Anguille sous roche | Editeur : Walt | Jeudi, 17 Sept. 2020 - 07h48

Le compte de l’utilisateur a été verrouillé, il doit supprimer le tweet.

Les images de Joe Biden qui, selon les accusateurs, le montrent en train de toucher des jeunes filles de manière inappropriée, ont été signalées et supprimées par Twitter pour violation de sa « politique d’exploitation sexuelle des enfants ».

La question a été soulevée après que l’activiste progressiste texan Johnny Graz ait soutenu que Biden devait faire l’objet d’une enquête pour agression sexuelle.

Jake Koenig a répondu en tentant de valider l’affirmation de Graz en publiant des clips de Biden rencontrant des jeunes filles lors des cérémonies d’assermentation de leurs parents au Congrès en 2015.

Ces images désormais tristement célèbres contiennent de nombreux exemples de ce que les accusateurs affirment, à savoir que le candidat à la présidence touche délibérément les jeunes filles dans des zones sensibles tout en leur chuchotant à l’oreille à d’autres moments.

Cependant, lorsque Koenig a publié ces images, son compte a été verrouillé jusqu’à ce qu’il accepte de les supprimer.

« J’ai essayé de répondre avec une vidéo de preuves sur la façon dont Biden interagit avec les femmes et les petites filles, mais Twitter m’a signalé pour avoir essayé de poster des images d’agressions d’enfants hahahahahahahhaha. Je suppose que Twitter est d’accord avec @jvgraz », a-t-il tweeté.

Le clip a été caractérisé par Twitter comme un contenu « interdit » qui « viole [leur] politique d’exploitation sexuelle des enfants ».

La raison donnée pour le retrait de la vidéo est intéressante car elle semble confirmer que Twitter considère le comportement de Biden dans la vidéo comme inapproprié.

Les images originales, publiées sur YouTube, apparaissent ci-dessous:

***

Les services secrets avouent avoir détruit des dossiers dans le cadre d’un incident de “tripotage” de Biden

En 2017, Cassandra Fairbanks, du Gateway Pundit, a publié une déclaration d’un ancien agent anonyme des services secrets qui disait qu’ils devaient protéger les agents féminins de Joe Biden en raison de “trucs du niveau de Weinstein”, en référence au célèbre violeur et démocrate Harvey Weinstein.

“Nous avons dû annuler la réunion de Noël du vice-président chez lui parce que Biden tripoterait toutes nos femmes et petites amies”, a déclaré l’ancien agent, ajoutant : “Il ne faisait que tripoter toutes les femmes et toutes les adolescentes. C’était horrible”.

L’agent a également affirmé que Biden se promenait nu dans la résidence du vice-président.

“Je veux dire, nu comme Stark (ou DSK)… un truc du niveau de Weinstein.”

“Selon la source, un agent des services secrets a été suspendu pendant une semaine en 2009 pour avoir bousculé Biden après avoir peloté le sein de sa petite amie alors que le couple prenait une photo avec lui. La situation s’est tellement envenimée que la source a dit à Cassandra Fairbanks que d’autres personnes ont dû intervenir pour empêcher l’agent de frapper la vice-présidente de l’époque“.

Voici pourquoi vous lisez ceci maintenant…

Alors que les grands médias ont simplement ignoré l’incident présumé de tripotage, Judicial Watch a déposé une demande en vertu de la loi FOIA…

…et on lui a dit que le dossier avait été détruit.

En d’autres termes, il s’est passé quelque chose, et les services secrets viennent de le confirmer.

Par l’intermédiaire de Judicial Watch :

Judicial Watch a déposé une demande FOIA le 12 mai 2020 :

Tous les documents relatifs à un incident signalé en 2009, au cours duquel un agent des services secrets américains aurait été impliqué dans une altercation avec le vice-président Joe Biden de l’époque, ou aurait tenté de le frapper, lors d’une séance photo.

Les dossiers recherchés comprennent, sans s’y limiter, les déclarations des témoins, la déclaration de l’agent, la déclaration de la victime, la déclaration de l’auteur présumé, les rapports d’incident, les rapports d’enquête, les communications entre le personnel de l’USSS concernant l’incident, et les dossiers disciplinaires liés à l’incident pour l’agent en question.

Dans une réponse du 13 juillet 2020 à la demande de Judicial Watch, les services secrets ont semblé confirmer l’existence d’un dossier sur l’incident présumé à un moment donné, affirmant qu'”il n’y a pas de dossiers ou de documents répondant à votre demande dans nos dossiers”, car “le(s) dossier(s) mentionné(s) ci-dessus a (ont) été détruit(s)” en raison des “normes de conservation”. Les services secrets ont ajouté qu'”aucune information supplémentaire n’est disponible”. Il n’a pas nié que l’incident ait eu lieu. Dans son procès, Judicial Watch entend tester l’affirmation des services secrets selon laquelle ils ont détruit tous les dossiers concernant l’incident.

“Nous n’avons pas été en mesure de confirmer si le rapport sur la prétendue altercation pouvait être vrai jusqu’à ce que les services secrets eux-mêmes suggèrent qu’ils ont détruit les documents sur l’incident”, a déclaré le président de Judicial Watch, Tom Fitton.

(Aube Digitale)

* * *

 


- Source : Anguille sous roche

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé