www.zejournal.mobi
Lundi, 20 Mai 2024

Ce que Fauci savait sur l’inefficacité des vaccins… Et quand

Auteur : The Epoch Times (Etats-Unis) | Editeur : Walt | Vendredi, 10 Févr. 2023 - 18h17

Et si Anthony Fauci avait coécrit un article sur les vaccins qui nous aurait valu, à vous et moi, d’être bloqués et bannis à tout moment au cours des trois dernières années ?

C’est exactement ce qui vient de se passer.

Son article paru dans Cell – « Repenser les vaccins de nouvelle génération contre les coronavirus, les influenzavirus et autres virus respiratoires » – le dit aussi clairement que possible : le vaccin contre le COVID n’a pas fonctionné parce qu’il ne pouvait pas fonctionner.

Tout d’abord, un rappel de ce que nous savions avant que ne débute ce fiasco.

Les vaccins ne sont pas adaptés aux coronavirus. Ces virus respiratoires se propagent et mutent trop rapidement. C’est la raison pour laquelle il n’y a jamais eu de vaccin contre le rhume et que le vaccin contre la grippe est sous-optimal. Les vaccins ne peuvent être stérilisants et contribuer à la santé publique que lorsque le virus est un agent pathogène stable comme la variole et la rougeole. Pour les coronavirus, il n’y a vraiment qu’un seul moyen d’avancer : de meilleurs antiviraux, des traitements et une immunité acquise.

Le paragraphe ci-dessus m’a été répété un nombre incalculable de fois dans ma vie, surtout après l’apparition du COVID. Tous les experts étaient sur la même longueur d’onde. Il n’y avait tout simplement aucun doute à ce sujet. Tout ce que l’on appellerait un vaccin n’aurait pas les caractéristiques des vaccins du passé. Il n’arrêterait pas l’infection ou la transmission, et encore moins la fin d’une mauvaise saison pour les virus respiratoires. C’est pourquoi la FDA n’en a jamais approuvé. Il ne passerait pas et ne pourrait pas passer les tests, surtout si l’on tient compte des risques de sécurité associés à tout vaccin.

Peut-être, peut-être, existe-t-il une possibilité de mettre au point une variante, mais il est peu probable qu’elle soit approuvée à temps pour être efficace. Le vaccin pourrait offrir une protection temporaire contre les conséquences graves d’une variante, mais il sera inutile contre d’autres mutations. En outre, la protection induite par le vaccin n’est pas aussi large que l’immunité naturelle, de sorte qu’il est probable que la personne sera infectée plus tard. Le renforcement ne concernera vraisemblablement que la mutation du mois dernier et présente des dangers en soi : il imprègne le système immunitaire d’une manière qui le rend moins efficace.

Malheureusement, si vous aviez publié ces trois paragraphes sur les médias sociaux au cours des trois dernières années, vous auriez probablement été censuré, voire banni. La science ordinaire a été étouffée. Les connaissances communes des experts étaient interdites. Tout ce que nous avons appris depuis un siècle, voire deux millénaires, a été rejeté. La tâche de la censure a été confiée à un groupe d’employés de la technologie peu instruits qui obéissaient à leurs supérieurs du FBI, alors ils ont suivi le mouvement.

Et nous voici deux ans après le lancement des vaccins et la vérité est plutôt bien connue. Les vaccins ont été un énorme flop. Au mieux. Au pire, ils ont causé d’énormes quantités de blessures et de décès par rapport à n’importe quel vaccin jamais approuvé pour le marché. Le fait qu’ils aient été imposés aux gens dans de nombreuses professions – et soutenus par une frénésie médiatique digne de Staline – est tout simplement incroyable. Plusieurs villes se sont même enfermées pour les seuls vaccinés. Même aujourd’hui, les non-Américains non vaccinés ne peuvent pas voyager aux États-Unis, à moins de passer la frontière sud.

Et pourtant, ce n’est que maintenant que Fauci choisit d’exposer la science que nous connaissions depuis longtemps. Il n’y a rien de particulièrement intéressant dans son article. Seul le moment choisi est intéressant : après les billions de bénéfices des entreprises pharmaceutiques, les millions de personnes déplacées par les obligations et les blessures subies dans le monde entier. Maintenant, il dit qu’il n’y avait vraiment aucune chance que le vaccin soit efficace ou nécessairement sûr.

C’est un niveau de trolling qui est vraiment impensable et indescriptible.

Voici le résumé de l’article :

« Les virus qui se répliquent dans la muqueuse respiratoire humaine sans infecter le système, y compris la grippe A, le SARS-CoV-2, les coronavirus endémiques, le VRS et de nombreux autres virus du « rhume », causent une mortalité et une morbidité significatives et constituent d’importants problèmes de santé publique. Comme ces virus ne suscitent généralement pas d’immunité protectrice complète et durable par eux-mêmes, ils n’ont pas encore été efficacement combattus par des vaccins homologués ou expérimentaux. Dans cette revue, nous examinons les défis qui ont entravé le développement de vaccins respiratoires mucosaux efficaces, en soulignant que tous ces virus se répliquent extrêmement rapidement dans l’épithélium de surface et sont rapidement transmis à d’autres hôtes, dans une fenêtre de temps étroite avant que les réponses immunitaires adaptatives ne soient pleinement mobilisées ».

Il y a aussi de profondes questions de sécurité à prendre en compte. Il faut beaucoup de temps pour s’en assurer. Fauci déclare :

« Si l’on considère que le développement et l’homologation d’un vaccin est un processus long et complexe qui nécessite des années de données précliniques et cliniques sur l’innocuité et l’efficacité, les limites des vaccins contre la grippe et le SARS-CoV-2 nous rappellent que les vaccins candidats pour la plupart des autres virus respiratoires n’ont pas été jusqu’à présent suffisamment protecteurs pour que l’on envisage de les homologuer… »

En outre, les vaccins ne peuvent certainement pas améliorer ce que même l’immunité naturelle ne peut faire :

« Compte tenu de tous ces facteurs, il n’est pas surprenant qu’aucun des virus respiratoires à prédominance muqueuse n’ait jamais été efficacement combattu par des vaccins. Cette observation soulève une question d’une importance fondamentale : si les infections naturelles par des virus respiratoires muqueux ne suscitent pas une immunité protectrice complète et à long terme contre la réinfection, comment pouvons-nous espérer que les vaccins, en particulier les vaccins non réplicatifs administrés par voie systémique, y parviennent ? »

C’est pourquoi les vaccins contre la grippe « n’ont jamais été en mesure de susciter une immunité protectrice durable contre les souches du virus de la grippe saisonnière, même contre les souches non dérivées…. leur efficacité contre l’infection cliniquement apparente est décidément sous-optimale, allant de 14 % à 60 % au cours des 15 dernières saisons grippales. »

Maintenant, ce n’est pas comme si Fauci admettait que le vaccin était un flop complet. Bien sûr, il doit se lancer dans les incantations habituelles sur les gloires du vaccin contre le COVID.

« Au cours de la pandémie de COVID-19, le développement et le déploiement rapides des vaccins contre le SARS-CoV-2 ont permis de sauver d’innombrables vies et d’obtenir un contrôle partiel précoce de la pandémie ».

Notez le mot « innombrables ». Il signifie qu’il n’y a pas de nombre et aucune possibilité de nombre. Exactement. Notez également « partiel précoce » – des mots détournés pour couvrir la réalité d’un échec flagrant.

Si vous cliquez sur la citation de cette affirmation douteuse, elle date d’avril 2021, au début du processus de mutation, lorsque nous n’avions pratiquement aucune donnée pour justifier une telle célébration. Pourquoi Fauci cite-t-il un article vieux de deux ans pour défendre le vaccin ? Parce que c’est tout ce qu’il y a à citer : des hagiographies vieilles de deux ans sans données significatives.

Comment expliquer précisément ce fiasco ? S’ils savaient, et ils le savaient, comment se fait-il qu’ils nous aient fait subir cet horrible bouleversement ? La théorie la plus redoutable est qu’ils savaient à coup sûr que le virus deviendrait endémique par exposition. Mais le but de « ralentir la propagation » et « d’aplatir la courbe » (confinement et port du masque), tout en mettant à la poubelle et en interdisant presque les autres thérapeutiques, était de préserver la clientèle pour le nouveau produit expérimental.

Ce produit était l’ARNm qui est censé être une plateforme pour les futurs vaccins. C’est pourquoi le vaccin de Johnson & Johnson a été retiré du marché.

Selon cette théorie, ils voulaient prolonger la pandémie aussi longtemps que possible afin de pouvoir recueillir des données sur l’efficacité du vaccin. Et ils voulaient l’essayer de manière universelle, ce qui explique pourquoi nous n’avons pas beaucoup entendu parler du risque lié au vaccin lui-même. Cela explique également l’incitation délibérée à la panique et la distanciation forcée.

Alors, comprenez bien cela. Ils ont complètement détruit le monde tel que nous le connaissions – en violant tous les droits de l’homme – afin de tester une nouvelle technologie à leur profit. En d’autres termes, ils nous ont tous traités comme des rats de laboratoire.

Une génération entière de politiciens doit être chassée du pouvoir dans le monde entier. Il en va de même pour les professionnels des médias, les PDG des entreprises technologiques et les responsables de la santé publique. Ils doivent tous partir. Et nous avons besoin d’une comptabilité approfondie, sans parler des garanties que rien de tel ne se reproduira jamais. En ce qui concerne Moderna et Pfizer, on pourrait facilement plaider en faveur de leur disparition immédiate en tant que personnes morales.

Traduction par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...