www.zejournal.mobi
Jeudi, 09 Déc. 2021

Un éminent expert de la santé publique veut mettre fin au déploiement de la 5G et cite des dangers pour la reproduction et l’immunologie

Auteur : Study Finds | Editeur : Walt | Vendredi, 22 Janv. 2021 - 04h00

Le professeur John William Frank est un scientifique reconnu qui possède près d’un demi-siècle d’expérience dans les domaines liés à la santé. Il exhorte le monde à arrêter le déploiement de la 5G jusqu’à ce que nous soyons sûrs que la 5G ne nuit pas aux humains.

Dans notre réalité actuelle, il s’agit d’une affirmation controversée, car toute affirmation différente de celles de la presse officielle de l’establishment est “controversée”. Lorsque les médias qualifient une allégation de “controversée”, ils disent : “nous, les médias, sommes impliqués dans une controverse avec la personne qui fait cette allégation, parce qu’elle n’est pas d’accord avec nous”.

Si les gens étaient autorisés à demander la preuve que certaines choses auxquelles ils vont être exposés n’auront pas d’effets négatifs à court ou à long terme, la sécurité et les mérites de plusieurs autres choses, y compris le vaccin contre le coronavirus, seraient ouverts aux débats.

La devise que les chefs suprêmes veulent imposer aux masses de gens, en ce moment, est “tirer d’abord, et ne jamais poser de questions”.

Via Study Finds :

"Alors que l’humanité entre dans les années 2020, la plupart des pays du monde attendent avec impatience le lancement du nouveau signal de cinquième génération (5G) pour leurs appareils numériques. Alors que les géants des télécommunications promettent que ce nouveau réseau offrira plus de connectivité que jamais, certains s’inquiètent encore des effets de ces signaux à haute intensité sur la santé humaine. Un professeur de l’université d’Édimbourg va encore plus loin en demandant aux pays et aux fournisseurs de réseaux d’arrêter le déploiement de la 5G jusqu’à ce qu’il soit prouvé que ses ondes radio sont sans danger pour l’homme.

Dans un article d’opinion paru dans le Journal of Epidemiology & Community Health, le professeur John William Frank de l’Institut Usher affirme que les champs électromagnétiques de radiofréquence (RF-EMF) peuvent être potentiellement nocifs pour les personnes. Il affirme que la densité d’émission dont le signal 5G a besoin finira par exposer davantage de personnes à des niveaux élevés de RF-EMF.

L’étude note que la 5G est célébrée dans le monde entier comme une nouvelle ère pour les télécommunications, apportant aux utilisateurs du téléphone et de l’internet des avantages à la fois économiques et liés au mode de vie. Les implications sanitaires de ces ondes radio continuent cependant à susciter des débats entre les scientifiques.

Selon le professeur Frank, il y a quatre domaines critiques de préoccupation qui n’ont pas été abordés en ce qui concerne la 5G. Tout d’abord, M. Frank affirme qu’il y a un manque d’informations claires sur la technologie utilisée par les entreprises de télécommunications pour fabriquer le réseau 5G. En même temps, il y a un nombre croissant de recherches qui indiquent que les RF-EMF perturbent la biologie humaine.

Deuxièmement, Frank affirme qu’il y a un manque presque total d’études épidémiologiques sur les impacts de l’exposition aux 5G sur la santé. Le professeur est également préoccupé par les nouvelles études sur la santé qui montrent que l’exposition à des signaux plus anciens (comme les 3G et 4G) peut également causer des problèmes de santé.

Enfin, M. Frank souligne les accusations selon lesquelles certaines autorités nationales de régulation des télécommunications ne basent pas leurs normes de sécurité RF-EMF sur la science moderne, car des politiques plus strictes pourraient entraîner un conflit d’intérêts.

[…]

Malgré d’autres études déclarant généralement les signaux 5G inoffensifs pour l’homme, le professeur Frank affirme que beaucoup d’entre eux sont de “qualité scientifique variable”.

Les chercheurs ajoutent qu’il y a “un nombre croissant d’ingénieurs, de scientifiques et de médecins au niveau international… qui demandent aux gouvernements de relever leurs normes de sécurité pour les RF-EMF, de commander des recherches plus nombreuses et de meilleure qualité, et de retarder toute nouvelle augmentation de l’exposition du public, en attendant des preuves de sécurité plus claires”.

L’étude note que les limites de sécurité maximales actuelles pour l’exposition aux RF-EMF varient considérablement selon le pays dans lequel vous vivez. En outre, la définition de “5G” n’est même pas encore cohérente en ce qui concerne sa technologie et les composants que chaque entreprise utilise.

“Il est fort probable que chacune de ces nombreuses formes de transmission provoque des effets biologiques quelque peu différents, ce qui rend pratiquement impossible une recherche solide, complète et actualisée sur ces effets”, explique Frank dans un communiqué de presse.

L’étude révèle qu’il existe des preuves récentes que l’exposition aux RF-EMF peut avoir des effets très variés sur la santé reproductive, fœtale, oncologique, neuropsychiatrique, cutanée, oculaire et immunologique. Il n’y a cependant aucune preuve que ces ondes radioélectriques sont à l’origine de la propagation du COVID-19".

Le timing du déploiement de la 5G en relation avec la pandémie de coronavirus, l’obsession de tenir Huawei à l’écart des infrastructures des télécommunications et les réactions cinglantes contre les personnes soulevant certaines préoccupations “controversées” devraient au moins faire sourciller.

Traduction AubeDigitale


- Source : Study Finds

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé