www.zejournal.mobi
Vendredi, 13 Déc. 2019

De nos jours, le BITCOIN est-il écologiquement viable ?

Auteur : Cbliblo | Editeur : Walt | Samedi, 09 Nov. 2019 - 21h16

A l’heure où l’on devrait faire des choix de plus en plus écologiques, pourquoi le Bitcoin prospère autant ? Cette célèbre crypto-monnaie qui évolue dans un marché financier des plus anarchique, a déjà connu l’éclatement d’une première bulle spéculative en décembre 2017. Son prix était monté à 20 000$ avant de chuter de 70%. Entre krash boursier, instabilité réglementaire, utilisation à des fins parfois illégales, il est difficile de comprendre comment le Bitcoin peut présenter un intérêt pour l’investisseur particulier. Et pourtant même les plus professionnelles formations de trading comme IVT en ont fait leur voie de diversification. Alors ouvrons le débat, entre une crypto-monnaie qui présente un intérêt sociétal à demi-mesure et des conséquences écologiques bien réelles, y’aurait-il un arbitrage à faire ?

Lancé en 2009, sans créateur prouvé, le Bitcoin échappe à toute autorité centrale. C’est à la fois sa force et son principal frein au développement public. Les échanges se font de particulier à particulier sans intermédiaire et avec des frais limités. Pas d’intermédiaire, pas d’Etat régulateur, la monnaie virtuelle se glisse dans un projet « alternatif au capitalisme contemporain« .

Un intérêt limité pour le consommateur

Le Bitcoin veut participer aux échanges économiques. Il s’acquiert sur les plateformes spécialisées, dans des bureaux de change ou lors de transactions (vente de biens ou de services en Bitcoin). En somme, les transactions ne sont pas ni plus, ni moins chères. Le seul intérêt réside dans l’anonymat, qui participe également aux transactions illicites. En 2013, 90% des échanges de crypto-monnaie concernés des activités illégales.

La volatilité ne peut pas encourager le particulier à l’utiliser comme une solution de placement. Après avoir perdu 33% de sa valeur de septembre 2019 à fin octobre 2019, le Bitcoin a réalisé un pic de plus de 41% en 2 jours, le 25 et 26 octobre 2019. Ce rebond stratosphérique représente un investissement estimé de 55 milliards de dollars, et forcement, on parle beaucoup de manipulation du cours qui n’est pas contrôlé.

Le risque juridique est bien réel. Trump, le président des Etats Unis, l’a déclaré dans un de ses tweets récents « I’m not a fan of Bitcoin and other Cryptocurrencies, which are not money… », les crypto-monnaies ne sont pas des monnaies et ils ne les apprécient pas.  Plusieurs pays comme l’Algérie ou le Vietnam l’interdissent tandis que d’autres le restreignent comme la Chine ou l’Inde. Alors les initiatives d’intégration ont du mal à émerger, rien n’est donc garanti.

Un désastre écologique bien réel

C’est là que le bât blesse, rappelons que ces monnaies sont décentralisées. Que chaque utilisateur peut « miner » une crypto-monnaie. C’est-à-dire participer à la production des futurs coins mis en circulation. Auparavant le marché était dominé par les mineurs particuliers, qui mettaient à disposition leur matériel informatique pour cette activité. Ces derniers étaient récompensés directement en Bitcoin. Le prix du Bitcoin et la complexité du minage étant en constante augmentation des sociétés de minage ont vu le jour et dominent actuellement le marché.

Ces « fermes » de minage remplies de serveurs informatique toujours plus puissants échanges des millions d’information par jour pour garantir le bon fonctionnement des transactions en Bitcoin. Sans parler de l’impact écologique de la production de ses fermes, ni des serveurs, l’exploitation de ces structures serait plus polluante qu’un pays comme l’Autriche.

Plusieurs études dénoncent même que la généralisation des crypto-monnaies serait de nature à permettre au réchauffement climatique de dépasser le seuil fatidique des 2 °C de réchauffement en 16 ans, selon Le Monde.

Opportunité ou menace ?

C’est tout le débat, les crypto-monnaies peuvent-ils être considérés comme une opportunité ou une menace ? Devant les impacts écologiques, la Chine qui représente 70 à 80% de la production mondiale de Bitcoin songent à interdire cette activité. Au vu du développement et de la place actuelle du Bitcoin dans notre société, pourquoi n’est-il pas possible de prendre des décisions ? dans une sens comme dans l’autre.

Aujourd’hui le Bitcoin s’échange aux alentours de 9000$, bien moins que son pic des 20 000$. Mais si l’on cherche à suivre la tendance, le cours est dans un environnement haussier. Ce sont les évènements futurs qui vont dicter la marche à suivre donc.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...