www.zejournal.mobi
Lundi, 17 Juin 2024

Les inquiétudes augmentent alors que le Met Office manipule les enregistrements historiques de températures de la manière exacte prévue dans les fuites d'e-mails du « Climategate »

Auteur : Chris Morrison | Editeur : Walt | Lundi, 27 Mai 2024 - 15h21

L'intérêt et l'inquiétude continuent de croître concernant les nombreux ajustements rétrospectifs que le Met Office britannique a apportés à sa base de données mondiale de température HadCRUT. Souvent, les ajustements refroidissent les périodes antérieures remontant aux années 1930 et ajoutent au réchauffement dans les périodes plus récentes. Les ajustements sont bien sûr plus pratiques pour promouvoir le récit du réchauffement climatique entourant les fantasmes de Net Zero. Le refroidissement de 0,15°C introduit dans les années 1940 et le réchauffement plus important ajouté au cours des dernières décennies suscitent un intérêt particulier. Le blog scientifique No Tricks Zone ( NTZ ) est récemment revenu sur l'histoire en notant que le Met Office, contrôlé par l'État, a « corrigé » les données pour « s'aligner sur leur récit ».

En suggérant un récit, NTZ fait remonter les ajustements à la fuite en 2009 de courriels « Climategate » provenant du personnel universitaire de l'Université d'East Anglia travaillant sur le projet HadCRUT. Dans un e-mail spéculant sur la « correction » des températures de surface de la mer pour expliquer en partie le « réchauffement » des années 1940, il est noté que « si nous pouvions réduire le réchauffement de l'océan de, disons, 0,15°C, cela serait significatif pour la moyenne mondiale. ». Il serait bon de « supprimer au moins une partie de l’épisode des années 1940 », suggère-t-on. Tout comme ils l'avaient annoncé, commente NTZ , 0,15 °C de chaleur a été progressivement supprimé des données de température mondiale HadCRUT des années 1940 au cours des 15 dernières années.

Le graphique en blocs ci-dessus est compilé et publié sur le site Climate4you du professeur Ole Humlum . Il montre les changements nets intervenus depuis le 28 février 2008 dans la température mensuelle mondiale de l'air en surface, préparés par le Centre Hadley pour la prévision et la recherche climatiques et l'unité de recherche sur le climat de l'Université d'East Anglia. L’important ajustement au refroidissement intervenu dans les années 1930 et 1940 est clairement indiqué en bleu, mais ce qui ressort vraiment, c’est l’ampleur du réchauffement qui s’est ajouté au 21e siècle. 

Au cours des années d’interruption de 2000 à 2014, la troisième version de HadCRUT n’a enregistré qu’un réchauffement de 0,03°C par décennie. En fait, à cette époque, le Met Office publiait un article examinant les causes de la « pause », dans lequel il faisait référence à « peu de réchauffement supplémentaire » à l'époque. Mais le réchauffement, ou « réchauffement » comme beaucoup dans les grands médias aiment maintenant l'appeler, a été augmenté à 0,08°C par décennie dans la version 4. Le récent HadCRUT5 fournit pas moins de 0,14°C par décennie de réchauffement, en utilisant ce que NTZ décrit comme la « méthode de remplissage de modèle informatique ».

Comme le note NTZ , au cours de la dernière décennie, une tendance des températures sur 15 ans est passée d’une pause à un fort réchauffement. « Après tout, lorsque les observations ne correspondent pas au récit, il est temps de modifier les observations », ajoute NTZ .

Nicola Scafetta est chercheur scientifique à l'Université de Naples et est une autorité reconnue en matière d'ensembles de données de température et de modèles climatiques. Il a compilé le graphique ci-dessus montrant les anomalies de température toujours croissantes appliquées rétrospectivement de HadCRUT3 à HadCRUT5.

Comme les lecteurs réguliers s'en souviendront, le Daily Skeptic a récemment révélé que près de 80 % des 380 stations de mesure de la température du Met Office au Royaume-Uni présentaient des « incertitudes » internationalement reconnues entre 2 et 5°C . Plus précisément, près d'un produit sur trois (29,2 %) en classe 5 « indésirable » présentait des « incertitudes » allant jusqu'à 5 °C, telles que définies par l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Près de la moitié (48,7 %) étaient situés sur des sites « quasi-déchets » de classe 4 avec des « incertitudes » de 2°C. Il est choquant de constater que seules 52 stations, soit seulement 13,7 % du total, n'ont reçu aucune note d'« incertitude ». Les stations de classe 5 sont susceptibles de détecter toutes sortes de corruptions thermiques d'origine humaine et naturelle, tandis que les sites de classe 1 mesurent simplement la température de l'air ambiant.

Ces classifications de classes de stations, que le Daily Skeptic a obtenues dans le cadre d'une demande d'accès à l'information (FOI), jettent un doute substantiel sur l'exactitude de tous les enregistrements de « chaleur » récemment revendiqués. Les données pourraient être utiles pour les prévisions météorologiques locales générales, montrant, par exemple, qu'il fait plus chaud dans les villes que dans les campagnes environnantes. Un diplôme ou plus dans un sens ou dans l'autre n'est pas significatif, et la précision n'est pas une exigence absolue pour décider quels vêtements porter. Mais le Met Office, une opération financée par l’État et hautement politisée qui vise à promouvoir le discours Net Zero, les utilise pour faire des observations jusqu’au centième de degré (0,01°) centigrade. Récemment, il a fait grand cas de sa suggestion selon laquelle l’année dernière, il faisait seulement 0,06°C de moins qu’en 2022.

Après avoir fini de compiler les températures britanniques dont on peut affirmer qu'elles ont peu de signification statistique globale, l'ensemble de données est ensuite inséré dans l'opération HadCRUT où une température mondiale est annoncée. C’est bien sûr le chiffre de prédilection de tout alarmiste qui prétend qu’il y a un réchauffement/ébullition planétaire et la probabilité d’un effondrement climatique. C’est le fondement des modèles climatiques qui revendiquent toutes sortes d’histoires intéressantes, telles que la disparition de la glace marine estivale de l’Arctique en une décennie et le doublement des fortes turbulences atmosphériques en peu de temps. La poussière de fée qu’elle confère est telle que certains militants prétendent même qu’ils peuvent relier les événements météorologiques individuels aux changements climatiques à long terme provoqués par l’homme. Cela se traduit ensuite par des imbéciles hystériques dans les médias grand public, pointant du doigt la météo et affirmant sans contestation que la fin est proche.

Compte tenu du rôle central que jouent les personnalités locales et mondiales du Met Office dans le récit du Net Zero, il est surprenant qu'il n'ait pas encore fait de déclaration, deux mois après les révélations de classe britanniques du Daily Skeptic , expliquant et justifiant ses statistiques de température. Pouvons-nous en déduire que ses scientifiques sont heureux d’utiliser des données aussi pauvres pour effrayer les populations face à de minuscules hausses de température ? Ne serait-il pas judicieux d’utiliser l’argent public pour étendre son réseau de classe 1 afin de fournir des données intactes et présentant des corruptions thermiques évidentes ?

Le Met Office ne répond pas aux appels du Daily Skeptic . Les grands médias et les politiciens ignorent cette histoire, espérant qu’elle disparaîtra. Les données de température sont au cœur de leurs objectifs Net Zero. Il semble qu’il y ait trop à perdre en posant quelques questions évidentes et nécessaires.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...