www.zejournal.mobi
Lundi, 15 Avr. 2024

Chimiste sur le vaccin : Quelles sont les conséquences des protéines indésirables ?

Auteur : Michael Maier | Editeur : Walt | Jeudi, 25 Janv. 2024 - 13h17

Plusieurs professeurs de chimie demandent à l'Institut Paul Ehrlich de mener une enquête sur d'éventuelles protéines indésirables présentes dans les vaccins à ARNm.

Dès janvier 2022, quatre scientifiques de renom ont écrit une lettre au fondateur de BioNTech, Ugur Sahin, pour obtenir des informations sur d'éventuels problèmes dans le processus de production des vaccins Covid : Jörg Matysik, professeur de chimie analytique à l'université de Leipzig ; Gerald Dyker, professeur de chimie organique à l'université de la Ruhr à Bochum ; Andreas Schnepf, professeur de chimie inorganique à l'université de Tübingen ; Martin Winkler, professeur en génie des matériaux et des procédés à la Haute école spécialisée de Zurich. Le Berliner Zeitung fut le premier média à en parler à l'époque. BioNTech a répondu et présenté son point de vue .

Le groupe est dirigé par le Prof. Dr. Tobias Unruh, Physique de la matière condensée, à l'Université d'Erlangen, a soutenu. Pendant longtemps, leurs demandes répétées, que les scientifiques ont également adressées, entre autres, à l'Institut Paul Ehrlich (PEI), n'ont suscité que peu d'intérêt du public. WDR a publié un article critique dans lequel Gerald Dyker est également interviewé . Sous le titre « Recherche de traces : les vaccins à ARNm du Corona sont-ils contaminés ? », la chaîne publique traite du « blocage des politiques face à des questions critiques concernant la vaccination et de l'inactivité de l'institut Paul Ehrlich responsable pour clarifier la question de savoir si « des quantités excessives de Des résidus d’ADN (trop gros) sont contenus dans certains lots de vaccins à ARNm », comme l’ écrit le journaliste du Handelsblatt Norbert Häring sur son blog. L'émission met notamment en vedette le pneumologue Thomas Voshaar, qui critique le fait que la valeur limite d'une contamination - en principe autorisée - ait été fixée librement, sans études. Voshaar se demande également pourquoi de tels contaminants ont même été approuvés par l'OMS. 

Les professeurs ont désormais envoyé une nouvelle liste de questions à l'Institut Paul Ehrlich. La lettre est disponible au Berliner Zeitung. Les scientifiques écrivent que « les problèmes liés aux vaccins à base d’ARN mod deviennent de plus en plus évidents ».

En décembre 2023, un autre article sur le problème fondamental concernant la technologie modRNA a été publié dans la revue Nature . Dans ce document, « Mulroney et coll. ont déclaré qu'un déplacement dit ribosomique se produit souvent en raison de la modification de l'ARNm, c'est-à-dire du remplacement de l'uridine par la N1-méthylpseudouridine. Ce changement « déplace le cadre de lecture pendant la synthèse des protéines, ce qui signifie qu’après le changement, certains acides aminés sont incorporés, de sorte que des protéines de composition et de fonction inconnues se forment ensuite ». La possibilité théorique d’un déplacement ribosomal, au moins chez les procaryotes, par l’introduction de N1-méthylpseudouridine est « connue depuis 2016, mais elle n’a jamais été étudiée chez les eucaryotes à ce jour ».

Ces protéines indésirables « ont également pu être observées chez 21 patients traités par modRNA » et des anticorps se sont également formés contre ces protéines indésirables. Les auteurs de Nature affirment dans leur travail qu '"aucune corrélation avec les effets secondaires n'a été observée, bien que cette affirmation soit problématique pour plusieurs raisons, comme cela a également été décrit dans un commentaire sur le travail de scientifiques des États-Unis et du Canada". En conséquence, la taille de la cohorte n’était que de 21 personnes. L'étude n'était pas randomisée. Aucune des personnes examinées n’a signalé d’effets secondaires, ce qui suggère que l’échantillon était « probablement soumis à un biais dû à la présélection ».

Les auteurs du commentaire sont arrivés à la conclusion que la toxicologie des protéines indésirables devait être étudiée, ainsi que l'énorme potentiel de nocivité évoqué par les auteurs de l'article en relation avec une immunité mal orientée. Les protéines indésirables pourraient « contribuer à la toxicité des injections de modRNA, qui doit être clarifiée dans des études ultérieures ». Les auteurs demandent des éclaircissements de la part des autorités sanitaires internationales et de l’industrie.

Le Süddeutsche Zeitung a récemment rendu compte de l’étude Nature et a écrit que les chercheurs recommandent « d’essayer d’éviter ce phénomène lors du développement futur de vaccins ». Car : « Théoriquement, les protéines indésirables pourraient réduire l'efficacité des vaccins, ou des effets secondaires indésirables pourraient se produire. » Le SZ poursuit : « Les experts allemands parlent de résultats intéressants, mais ne voient aucune raison de s'inquiéter. » Le journal cite Julian Schulze. zur Wiesch, médecin-chef du service des maladies infectieuses et chef du centre ambulatoire d'hépatologie virale de l'hôpital universitaire de Hambourg-Eppendorf, avec la déclaration : « L'effet décrit, s'il est exact, n'est ni dangereux ni inquiétant et n'a probablement rien à voir. avec des réactions générales à la vaccination ou avec les effets secondaires des vaccins à ARNm. " La chercheuse en infections Neva Caliskan a déclaré, selon le Berliner Zeitung : " La recherche de stratégies pour les futures thérapies à ARNm est essentielle pour minimiser le risque de " changement de cadre " et d'autres erreurs de traduction.

Les professeurs veulent encore en savoir plus et demandent à l'Institut Paul Ehrlich : « Quand avez-vous pris conscience de ces travaux et du problème du déplacement ribosomique dans les injections à base de modRNA ? Pourquoi ce problème évident n’a-t-il pas été identifié plus tôt ? Quelles enquêtes sont prévues par l'Île-du-Prince-Édouard pour étudier la toxicité des protéines indésirables et quelles mesures sont prévues par l'Île-du-Prince-Édouard pour éliminer ou au moins réduire ces menaces pour la technologie modRNA ? Du point de vue de l'Île-du-Prince-Édouard, ces nouvelles découvertes devraient-elles avoir un impact sur l'approbation de ces nouveaux médicaments à base d'ARN mod et si oui, lesquels et si non, pourquoi pas ? Comment l’Île-du-Prince-Édouard prévoit-elle informer le public de ces nouvelles découvertes sur les effets secondaires potentiellement dangereux de la technologie modRNA ?

La nouvelle publication dans Nature est « l’un des nombreux développements inquiétants entourant l’approbation de ces substances modRNA », résument les scientifiques. Des problèmes fondamentaux étaient « déjà apparents dans les études d’approbation ». Une analyse des données d'approbation originales par Peter Doshi et ses collègues a montré « que les dommages sont nettement supérieurs aux avantages ». À notre avis, « pourquoi la plate-forme modRNA a reçu une approbation conditionnelle, puis même une approbation régulière, est scientifiquement incompréhensible, car les données des études cliniques contredisent clairement cela et les études de cohorte rétrospectives ont une valeur informative nettement moindre », affirment les scientifiques. Le fait qu’« une méthode de fabrication des substances modRNA ait été utilisée pour les études d’approbation différente de celle pour une utilisation généralisée » est également étonnant, « d’autant plus que le processus de fabrication pour la commercialisation implique une contamination importante de l’ADN, dont les effets n’ont pas encore été évalués. être". L'Institut Paul Ehrlich a déclaré que « l'Île-du-Prince-Édouard ne vérifie pas elle-même la concentration des impuretés de l'ADN, mais uniquement les informations fournies par le fabricant et si elle se situe dans la plage approuvée ». La question ici est de savoir comment l’Île-du-Prince-Édouard veut « assurer la tâche d’assurer la qualité pour protéger la population » si elle « n’effectue aucune mesure indépendante ». L'Île-du-Prince-Édouard avait précédemment déclaré qu'elle n'effectuait pas ses propres tests de concentration d'ARNm, mais utilisait plutôt les tests fournis par le fabricant comme base de son évaluation - une circonstance qui a incité les professeurs à poser de nouvelles questions

Les professeurs demandent maintenant des commentaires et des réponses, car le manque de transparence ébranle la confiance dans la technologie de l'ARNm et dans l'Île-du-Prince-Édouard. Les scientifiques appellent enfin l’Île-du-Prince-Édouard à « tirer les conséquences de tous ces faits énumérés et à arrêter enfin cette technologie modRNA ».

Le Berliner Zeitung demandera à l'Île-du-Prince-Édouard une déclaration sur les questions des scientifiques.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...