www.zejournal.mobi
Dimanche, 03 Mars 2024

La guerre en Ukraine est terminée

Auteur : Moon of Alabama (Etats-Unis) | Editeur : Walt | Jeudi, 07 Déc. 2023 - 20h39

Le Washington Post a publié un long article en deux parties sur la «contre-offensive» ratée en Ukraine. Il blâme autant les Américains et les Britanniques qui ont planifié tout ce gâchis que les Ukrainiens qui l’ont exécuté.

Les points essentiels de la première partie :

Mauvais calculs et divisions ont marqué la planification de l’offensive par les États-Unis et l’Ukraine (archivé)

Les éléments clés qui ont façonné la contre-offensive et le résultat initial sont les suivants :

• Les officiers militaires ukrainiens, américains et britanniques ont organisé huit grands jeux de guerre théoriques pour élaborer un plan de campagne. Mais Washington a mal évalué la mesure dans laquelle les forces ukrainiennes pouvaient être transformées en une force de combat de type occidental en un court laps de temps – en particulier sans donner à Kiev la puissance aérienne qui fait partie intégrante des armées modernes.

• Les responsables américains et ukrainiens ont parfois été en profond désaccord sur la stratégie, la tactique et le calendrier. Le Pentagone souhaitait que l’assaut commence à la mi-avril pour empêcher la Russie de continuer à renforcer ses lignes. Les Ukrainiens ont hésité, insistant sur le fait qu’ils n’étaient pas prêts sans armes et entraînement supplémentaires.

• Les responsables militaires américains étaient convaincus qu’une attaque frontale mécanisée contre les lignes russes était possible avec les troupes et les armes dont disposait l’Ukraine. Les simulations ont conclu que les forces de Kiev, dans le meilleur des cas, pourraient atteindre la mer d’Azov et couper les troupes russes dans le sud en 60 à 90 jours.

• Les États-Unis préconisaient un assaut ciblé le long de cet axe méridional, mais les dirigeants ukrainiens estimaient que leurs forces devaient attaquer en trois points distincts le long du front de 1000 km, au sud vers Melitopol et Berdyansk sur la mer d’Azov et à l’est vers la ville assiégée de Bakhmout.

• Les services de renseignement américains étaient plus pessimistes que l’armée américaine, estimant que l’offensive n’avait qu’une chance sur deux de réussir, compte tenu des défenses solides et multicouches que la Russie avait mises en place au cours de l’hiver et du printemps.

• Beaucoup en Ukraine et en Occident ont sous-estimé la capacité de la Russie à rebondir après des désastres sur le champ de bataille et à exploiter ses forces permanentes : la main-d’œuvre, les mines et la volonté de sacrifier des vies à une échelle que peu d’autres pays peuvent tolérer.

• À l’approche du lancement prévu de l’offensive, les responsables militaires ukrainiens craignaient de subir des pertes catastrophiques, tandis que les responsables américains estimaient que le bilan serait finalement plus lourd en l’absence d’un assaut décisif.

Et dans la deuxième partie :

En Ukraine, une guerre de gains progressifs alors que la contre-offensive s’enlise (archivé)

Les principales conclusions des reportages sur la campagne sont les suivantes :

• 70% des troupes, dans l’une des brigades menant la contre-offensive et équipées des armes occidentales les plus récentes, sont entrées dans la bataille sans aucune expérience du combat.

• Les revers de l’Ukraine sur le champ de bataille ont provoqué des dissensions avec les États-Unis sur la meilleure façon de percer les profondes défenses russes.

• Au début de la campagne, le commandant des forces américaines en Europe n’a pas pu entrer en contact avec le commandant en chef de l’Ukraine pendant des semaines, en raison des tensions liées à la remise en question par les Américains des décisions prises sur le champ de bataille.

• Chaque camp reprochait à l’autre de commettre des erreurs ou des fautes d’appréciation. Les responsables militaires américains ont conclu que l’Ukraine n’avait pas respecté les tactiques militaires de base, notamment l’utilisation de la reconnaissance au sol pour comprendre la densité des champs de mines. Les responsables ukrainiens ont déclaré que les Américains ne semblaient pas comprendre comment les drones d’attaque et d’autres technologies avaient transformé le champ de bataille.

• Au total, l’Ukraine n’a repris qu’environ 320 km2 de territoire, au prix de milliers de morts et de blessés et de milliards d’euros d’aide militaire occidentale pour la seule année 2023.

Tous ces éléments ont joué un rôle.

Mon point de vue :

• L’Ukraine et ses partisans ont systématiquement sous-estimé les capacités russes. (Et c’est toujours le cas.)

• La reconnaissance par satellite a montré que les préparatifs de défense russes étaient du même ordre que ceux de la bataille de Koursk. Là, la Wehrmacht allemande, après des préparatifs beaucoup trop longs, n’a pas réussi à briser les lignes russes. La leçon non apprise de 1943 : Lorsque vous voyez des lignes de défense comme celles-ci, essayez autre chose.

• Les simulations de batailles et les jeux de guerre sur table disposent d’un «facteur moral» pour chaque camp. En fixant le facteur de votre camp à 10 et celui de l’ennemi à 0, comme l’ont fait les États-Unis et le Royaume-Uni, vous gagnerez à tous les coups, mais cela n’a rien à voir avec la réalité.

• Le soutien aérien n’aurait pas été utile. Les défenses aériennes russes sont trop puissantes pour les contrer.

• La décision d’utiliser des brigades «de débutants» à peine entraînés et sans aucune expérience du combat a été une grave erreur.

• Ne pas utiliser de grenades fumigènes et, en général, de moyens de tromperie, n’était pas du tout raisonnable.

• Faire combattre la moitié des nouvelles troupes, la partie la plus expérimentée, dans la bataille déjà perdue de Zelensky pour Bakhmout, a été une erreur politique majeure.

Tous ces éléments ont fait en sorte que la soi-disant «contre-offensive» n’a jamais eu l’occasion de décoller. Les querelles actuelles ne sont qu’une tentative de rejeter la responsabilité de l’échec sur l’autre côté de la table.

Le général ukrainien Zaloujny a tiré les leçons de la bataille. Il avance désormais des chiffres réalistes pour faire comprendre aux États-Unis à quel point leurs chances de gagner sont faibles :

«Le commandant en chef Zaloujny a demandé au chef du Pentagone 17 millions de cartouches

Lors d’une visite à Kiev, le secrétaire américain à la défense, Lloyd Austin, a été informé que l’Ukraine avait besoin de 17 millions de munitions et que 350 à 400 milliards de dollars de moyens et de personnel seraient nécessaires pour libérer le pays. (…)

Citation d’un haut responsable des forces de défense : «On a dit à Austin qu’il fallait 17 millions de munitions. Il a été stupéfait, pour ne pas dire plus, car il est impossible de réunir autant de munitions dans le monde entier»».

L’armée ukrainienne ne dispose pas des dix mille lanceurs nécessaires pour tirer 17 millions de cartouches. Elle n’a pas non plus les hommes pour alimenter ces armes imaginaires.

Zaloujny pense manifestement que la guerre est perdue et terminée. Et qu’il est temps de faire de la politique pour la paix :

En outre, selon une source, Austin a également déclaré que Zaloujny s’était plaint en privé à des généraux américains de l’ingérence du bureau du président (…) : «Austin nous a dit en privé que Zaloujny se plaignait toujours à ses généraux du bureau du président et de l’obstruction qu’il lui faisait subir. Il est évident que le président a également eu vent de ces conversations. Et cela n’est pas propice à la confiance».

Toutefois, le cabinet du président est enclin à croire que le renvoi de Zaloujny faciliterait sa carrière politique.

Il est grand temps pour l’administration Biden de mettre un point final à cette affaire. Faire comme d’habitude : déclarer la victoire, partir et oublier.

Gilbert Doctorow réfléchit aux moyens d’y parvenir :

«Seymour Hersh, Anatol Lieven et le stratagème désespéré de Washington pour mettre fin aux hostilités en Ukraine tout en déclarant la «victoire»»

Traduction: Le Saker Francophone

***

Les États-Unis suspendent leur aide pour inciter l’Ukraine à négocier avec la Russie

Hier, à 9:46 heure locale, Strana a publié :

«Volodymyr Zelensky s’adressera aujourd’hui aux sénateurs américains par liaison vidéo – The Washington Post

Le président Volodymyr Zelensky s’adressera aujourd’hui aux sénateurs américains par liaison vidéo pour leur demander d’approuver l’aide financière à l’Ukraine».

Douze heures plus tard, à 21 h 43 heure locale, cet article est sorti :

«Il s’est passé quelque chose». Zelensky a annulé au dernier moment son discours devant les sénateurs américains

Le président de l’Ukraine Volodymyr Zelensky a annulé au dernier moment son discours devant les sénateurs prévu aujourd’hui. C’est ce qu’a annoncé le chef de la majorité démocrate au sénat américain, Chuck Schumer.

«D’ailleurs, Zelensky n’a pas été en mesure de participer à notre réunion d’information à 15 heures (22 heures, heure de Kiev) – il s’est passé quelque chose à la dernière minute», a déclaré Schumer».

En effet, il s’est passé quelque chose à la dernière minute :

«L’aide à l’Ukraine échoue au sénat, les républicains insistant sur les restrictions aux frontières

L’initiative urgente du président Biden visant à reconstituer le trésor de guerre de l’Ukraine et à envoyer de l’aide à Israël est sur le point de s’effondrer au sénat, où les républicains sont prêts mercredi à bloquer le financement à moins que les démocrates n’acceptent d’ajouter des mesures strictes pour limiter l’immigration à la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

Une réunion d’information confidentielle avec des représentants de l’administration, destinée à renforcer le soutien, s’est transformée en une joute partisane mardi après-midi, les républicains accusant avec colère les démocrates d’essayer de passer outre leurs exigences en matière de répression à la frontière».

Il aurait été facile pour les démocrates de consacrer quelques milliards à la sécurité des frontières. Mais Biden veut mettre fin à la guerre en Ukraine. La priver d’argent est le moyen le plus simple de l’inciter à négocier.

Tout cela a été planifié par le groupe de réflexion du Pentagone, RAND, qui a publié au début de l’année une étude sur la manière de mettre fin à la guerre en Ukraine :

«Éviter une longue guerre – La politique américaine et la trajectoire du conflit entre la Russie et l’Ukraine»

(Une étude réalisée en 2019 par la RAND, «Extending Russia – Competing from Advantageous Ground», recommandait d’armer ouvertement l’Ukraine pour occuper la Russie. Depuis lors, cette étude est à la base de la politique américaine à l’égard de l’Ukraine).

Mais au début de l’année 2023, la RAND a fait volte-face et a affirmé qu’une guerre prolongée en Ukraine serait trop coûteuse à soutenir pour les États-Unis :

 

Le plus gros problème de la Maison-Blanche en Ukraine est le président Volodymyr Zelensky, qui a rejeté toute négociation avec la Russie.

L’étude de la RAND avait prévu une telle situation et trouvé des moyens de pousser l’Ukraine à négocier avec la Russie :

«Les États-Unis pourraient décider de conditionner l’aide militaire future à l’engagement de l’Ukraine à négocier. En fixant des conditions à l’aide à l’Ukraine, on s’attaquerait à l’une des principales sources d’optimisme de Kiev, qui pourrait prolonger la guerre : la conviction que l’aide occidentale se poursuivra indéfiniment ou qu’elle augmentera en qualité et en quantité. Dans le même temps, les États-Unis pourraient également promettre une aide plus importante pour la période d’après-guerre afin de répondre aux craintes de l’Ukraine quant à la durabilité de la paix. Washington l’a fait dans d’autres cas (…)

Lier l’aide à la volonté de négocier de l’Ukraine a été un anathème dans les discussions politiques occidentales, et ce pour de bonnes raisons : L’Ukraine se défend contre une agression russe non provoquée. Toutefois, le calcul des États-Unis pourrait changer à mesure que les coûts et les risques de la guerre augmentent. Et l’utilisation de ce levier américain peut être calibrée. Par exemple, les États-Unis pourraient limiter l’aide, sans la réduire considérablement, si l’Ukraine ne négocie pas. Là encore, la décision de suspendre l’aide en temps de guerre dans l’attente de négociations peut être assortie de promesses d’augmentation de l’aide après la guerre sur le long terme».

C’était un bon plan. Mais la manière dont le levier de l’aide peut être calibré dépend bien sûr du congrès, et non de l’avis du président.

Il y a également des inconvénients à refuser ou à donner des promesses d’aide :

«Clarifier l’avenir de l’aide américaine à l’Ukraine pourrait créer des incitations perverses en fonction de la manière dont la politique est mise en œuvre. S’engager à augmenter l’aide à l’Ukraine en temps de guerre pour réduire l’optimisme russe pourrait encourager les Ukrainiens à faire obstacle aux négociations, à rejeter la responsabilité de l’échec sur Moscou et à obtenir davantage de soutien de la part de l’Occident. L’annonce d’une diminution ou d’une stabilisation de l’aide à l’Ukraine pour réduire l’optimisme de Kiev à l’égard de la guerre pourrait amener la Russie à considérer cette mesure comme un signe de la baisse du soutien des États-Unis à l’Ukraine. Si elle adopte ce point de vue, la Russie pourrait continuer à se battre dans l’espoir que les États-Unis abandonnent complètement l’Ukraine. Tout en reconnaissant que l’Ukraine mène une guerre défensive pour sa survie et la Russie une guerre agressive pour s’agrandir, les États-Unis devraient néanmoins suivre attentivement et sans passion les événements et cibler leurs efforts pour créer l’effet escompté sur l’optimisme de la partie déterminée comme étant le principal obstacle à l’ouverture de pourparlers».

Cela aurait probablement été une bonne façon de procéder si Biden avait eu le contrôle sur la distribution ou le refus de fonds à Kiev. Mais les républicains et les démocrates, probablement en accord avec la Maison-Blanche, ont jusqu’à présent bloqué toute aide supplémentaire.

La voie actuelle semble donc être une voie différente des négociations avec la Russie – un changement de régime à Kiev.

Le président Zelensky n’est pas disposé à entamer des pourparlers de paix. S’il peut être chassé du pouvoir au cours des prochains mois, son remplaçant probable, le général Zaloujny, sera probablement plus enclin à chercher à mettre fin à la guerre.

La tactique actuelle consiste donc à faire pression sur Zelensky pour qu’il parte en retenant tous les fonds futurs. Si un autre dirigeant ukrainien entre en fonction, l’aide pourrait à nouveau affluer pour empêcher une prise de contrôle totale du pays par la Russie.

Toutefois, le calibrage de l’aide constituerait un problème. Il se peut donc qu’abandonner et partir, comme l’a fait Biden en Afghanistan, soit l’option préférée.

Source : Moon of Alabama

Traduction Réseau International


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...