www.zejournal.mobi
Samedi, 15 Juin 2024

Le monde a décidé de se passer de l’Occident

Auteur : Gianandrea Gaiani | Editeur : Walt | Mardi, 25 Avr. 2023 - 20h42

Le nouvel ordre mondial américain est de plus en plus en crise et un nouvel ordre mondial est en train d’émerger. C’est l’objectif déclaré de Moscou et de Pékin : le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a lui-même subordonné le processus de paix avec Kiev à l’installation d’un nouvel ordre mondial. Ce qui est étonnant, c’est que les eurocrates de Bruxelles restent obstinément aveugles. Le nouvel ordre n’est pas une simple hypothèse, mais est désormais une réalité en advenance, explique Gianandrea Gaiani, rédacteur en chef d’Analisi Difesa, faits à l’appui.

Pour la première fois, un navire russe a accosté en Arabie saoudite et a pu s’y ravitailler, peut-être aussi en raison de l’influence accrue des Chinois dans la région après leur médiation entre l’Arabie et l’Iran. En outre, l’Arabie elle-même fait pression pour que Assad réintègre la Ligue arabe. Pour les États-Unis, il s’agit d’un camouflet évident.

Gaiani : « Les Américains ne sont plus un partenaire fiable pour de nombreux pays, beaucoup l’ont compris, mais nous, Européens, faisons semblant de ne pas nous en apercevoir ».

Est-ce parce qu’ils ne pensent qu’à leurs propres intérêts ?

Tout le monde doit penser à ses propres intérêts : une grande puissance doit le faire, les Américains le font, même sans scrupules ; l’Union soviétique l’a fait, l’empire britannique l’a fait. Le problème n’est pas là, le problème est de comprendre ce qui se passe. C’est la véritable tragédie de l’Europe, qui a une classe dirigeante qui n’est pas à la hauteur du niveau politique, social et économique du continent, qui n’est pas à la hauteur des défis qu’elle doit affronter et qui est donc absolument soumise aux Américains, dont nous devrions être les alliés et dont nous sommes au contraire les vassaux. Il y a là une grande différence. 

Comment la carte du pouvoir mondial évolue-t-elle et pourquoi ?

Dans le monde arabe, la méfiance envers les États-Unis a commencé en 2011, quand Obama, dont l’adjoint était Joe Biden, a ouvertement soutenu les printemps arabes, qui visaient à renverser des régimes arabes qui n’étaient certes pas d’une démocratie exemplaire, mais qui étaient tous pro-occidentaux. Depuis, si l’on exclut l’intermède Trump, qui a un peu raccommodé les choses, les relations entre le monde arabe sunnite, c’est-à-dire les monarchies sunnites du Golfe, et les États-Unis se sont dégradées. Trump a accepté de vendre des F35 aux EAU mais quand Biden est arrivé à la Maison-Blanche, il a dit qu’ils ne pourraient les acheter que s’ils renonçaient au réseau 5G fabriqué par les Chinois. Et les Émirats ont répondu aux Américains qu’ils n’accepteraient pas d’ingérence dans leur souveraineté et qu’ils installeraient le réseau 5G avec qui ils voulaient. Et que les Américains pouvaient garder leurs F35. Ils ont donc acheté plusieurs dizaines de Rafale français.

Le regard du monde arabe sur les États-Unis a-t-il changé ?

Je vois dans le monde arabe une représentation fière de la souveraineté nationale face aux protecteurs américains, une fierté que j’aimerais aussi voir dans les États européens, mais qui est malheureusement absente à l’appel. La présence américaine dans le Golfe n’a été justifiée ces dernières années que par l’état de quasi-guerre entre l’Iran et les Saoudiens, entre la République islamique chiite et les monarchies sunnites. Le grand chef-d’œuvre des Chinois, qui ont inauguré le troisième mandat de Xi Jinping, a été de régler cette question. La résolution de cette crise rendra la présence des bases militaires américaines dans le golfe Persique complètement inutile ou du moins dépassée d’ici quelques années.

Maintenant, les rebuffades envers les Américains concernent aussi le pétrole…

Oui. Le fait que les Saoudiens aient répondu à la lettre aux Américains qui leur demandaient de ne pas baisser la production de pétrole, et que l’ensemble de l’OPEP l’ait au contraire baissée précisément pour faire monter les prix, favorise les producteurs, y compris la Russie, bien sûr. En baissant la production, les prix du pétrole augmentent.

Les choses changent-elles ailleurs aussi ?

Bien sûr. Prenez par exemple le fait que le PIB des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) a dépassé celui des pays du G7 : c’est un fait dont personne ne parle ou presque. Nous ne cessons de dire « Nous avons isolé la Russie », mais nous n’avons isolé personne, c’est nous qui sommes de plus en plus isolés, car les pays qui ont imposé des sanctions à la Russie sont les pays européens, pas même tous, ainsi que l’Australie, la Nouvelle-Zélande et en partie le Japon. Tous les autres ont renforcé leurs relations économiques, commerciales et militaires avec la Russie. 

Même l’Afrique échappe à l’orbite de l’Occident

Le sommet Russie-Afrique s’est récemment tenu à Moscou, en présence de délégations africaines de 44 pays sur 54. L’énergie russe en Inde et en Chine est payée en roubles, en roupies et en yuans. Les BRICS s’organisent pour éviter les dollars et les euros dans les échanges commerciaux et utiliser les monnaies locales. Ce n’est pas une coïncidence si, en 2022, la monnaie mondiale la plus performante était le rouble russe, qui était censé s’effondrer en même temps que l’économie moscovite.

Bref, qu’arrive-t-il à l’Occident et à l’Europe ?

L’épisode du Golfe entre l’Iran et l’Arabie saoudite, qui ont rétabli leurs relations diplomatiques, n’est qu’un des indicateurs qui montrent que nous continuons à nous regarder le nombril et à nous considérer comme le centre du monde, mais que le monde a décidé de se passer de nous en tant qu’Occident. C’est ce problème qui devrait nous préoccuper.

Traduction: Euro-Synergies


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...