www.zejournal.mobi
Samedi, 13 Avr. 2024

Silence on tue (Vidéo)

Auteur : Liliane Held-Khawam | Editeur : Walt | Jeudi, 23 Févr. 2023 - 22h58

Dans cette vidéo des questions sont posés par des sénateurs australiens au sujet de l’innocuité des injections. Questions from Australian Senators. Dr. John Campbell (Vous pouvez activer la traduction sur Youtube).

Il y a quelque temps, nous publiions un papier sur la surmortalité chez les moins de 14 ans et nous demandions quels liens il y avait avec les injections effectuées massivement, y compris chez les femmes enceintes.

• La surmortalité des tout-petits ne semble pas émouvoir nos autorités sanitaires

Nous revenons sur le sujet grâce à une publication néozélandaise sur la ventilation de la surmortalité en fonction du statut vaccinal des personnes décédées. Ces données disponibles viennent interroger aujourd’hui sur les causes de la surmortalité admise en France. Silence radio sur le statut vaccinal des décédés.

La surmortalité en chiffres

France

Voici la ventilation de la surmortalité en France. Une fois en fonction du Département et une autre fois en fonction de la Région. Il est regrettable que le statut vaccinal n’ait pas été indiqué. La chose est d’autant plus curieuse que les autorités sanitaires auraient pu utiliser la variable en question pour démontrer l’innocuité des injections de Pfizer et de Moderna : la chose aurait été d’autant plus intéressante que l’industrie des vaccins est en train de mettre en place des produits à ARN messager qui visent d’autres finalités que le Covid (Bronchiolite, et la grippe saisonnière).

Excès de décès en France en 2022. Note : ensemble des décès, transmis par voie dématérialisée ou par voie papier par les mairies à l’Insee. Ces données sont provisoires.
Lecture : Dans l’Oise, le nombre total de décès entre le 1er janvier et le 31 décembre est en hausse de 11,0 % entre 2019 et 2022.
Champ : France par département
Source : Insee, état civil

Note : ensemble des décès, transmis par voie dématérialisée ou par voie papier par les mairies à l’Insee. Ces données sont provisoires.
Lecture : En région Pays de la Loire, le nombre total de décès entre le 1er janvier et le 31 décembre est en hausse de 10,2 % entre 2019 et 2022.
Champ : France par région
Source : Insee, état civil

Nouvelle Zélande

Les données qui suivent ont été publiées par Laure Gonlézamarres sur son compte Twitter. Elles ont été transmises suite à la demande de @Bronwyn_Meikle à l’administration publique de Nouvelle Zélande.

« Le gouvernement Néozélandais a dû s’exécuter suite à son email « Official Information Act Request » du 23 novembre 2022. Il a ainsi fourni le statut vaccinal des personnes lors de leur décès ! »

 

Je vous laisse voir les bâtonnets bleus qui représentent le statut de gens ayant reçu les boosts…

Suisse

Je n’ai pas trouvé de données statistiques suisses autres que celles qui mettent le Covid en 1ère position de la mortalité. De même que je n’ai pas trouvé de données liées à la variable du statut vaccinal. Or, en Suisse, il existe une loi LTrans qui permettrait à tout citoyen d’exiger l ‘accès à ce genre de données. Au vu de la gravité des données néozélandaises et des constats que nous pouvons tout simplement faire par nous-mêmes, il est possible et même souhaitable que quelqu’un s’adresse aux autorités pour en savoir plus.

 

2002-2540 2319 Loi fédérale sur le principe de la transparence dans l’administration (Loi sur la transparence, LTrans)

loi-federale-sur-la-transparence Télécharger (doc.pdf)

La loi fédérale sur le principe de la transparence dans l’administration (Loi sur la transparence, LTrans) et son ordonnance d’exécution (Ordonnance sur la transparence, OTrans) sont entrées en vigueur le 1er juillet 2006. Cette loi garantit en principe à toute personne le droit à l’accès aux documents officiels produits ou reçus par l’autorité après son entrée en vigueur. En vertu de la loi sur la transparence, toute personne peut exiger d’avoir accès à des documents officiels sans devoir justifier d’un intérêt particulier. Il lui suffit d’adresser sa demande à l’autorité qui a produit ou reçu le document. L’autorité prend position dès que possible, mais au plus tard dans un délai de 20 jours à compter de la date de réception de la demande. Le droit d’accès n’est pas absolu. Il peut être limité ou refusé lorsque des intérêts prépondérants, publics ou privés, l’exigent. Le traitement d’une demande d’accès est en principe soumis à émolument. Si l’autorité refuse l’accès aux documents, le demandeur peut adresser une demande de médiation au Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence. Si cette procédure n’aboutit pas à un accord, l’autorité rend une décision susceptible de recours (1).

Développer le sens de l’observation.

Voici le témoignage d’une enseignante belge qui constate des morts inattendues, mais aussi des maladies et des troubles psychiques causées par la stratégie mortifère de nos autorités sanitaires.

Morts dans les écoles (2)

Nous avons reçu ce témoignage d’une jeune enseignante belge sur ce qu’elle vit et voit dans son école. Bouleversant. Révoltant ! Que reste-t-il dès lors que les gouvernements et les médias ont participé à assassiner leurs citoyens et que les effets sont irréversibles ? Témoigner. Parler, parler, parler. 

« Je suis enseignante dans l’enseignement secondaire, dans une école et dans un lieu dont je tairai le nom. Je suis belge. Notre école compte à peu près 1000 élèves, et une petite centaine de professeurs.

Je témoigne aujourd’hui en étant complètement factuelle car il est urgent de briser le silence sur ce qui suit.

Pendant la période du Covid « sans vaccination », (donc jusque juin 2021), notre école n’a déploré aucun décès, ni aucune hospitalisation en son sein. Nous avons un panneau d’affichage pour nous informer quand un élève subit un évènement dramatique au sein de sa famille. Là, en effet, nous avons pu constater une légère augmentation de décès chez les grand-parents d’élèves, et surtout des arrière-grands parents.

Après septembre 2021, le chaos a commencé

En septembre 2021, notre équipe de direction était fière d’annoncer que près de 98% des profs et de la population scolaire étaient vaccinés. Nous étions exactement 3 enseignants à ne pas l’être. Peut-être plus, car en Belgique, nous pouvions refuser de divulguer notre carnet de vaccination. Ce que j’ai fait car la pression était alors à son comble, pesante et surtout extra-culpabilisante, autant de la part des élèves que de celle des profs .

Après septembre 2021, le chaos a commencé. (Je ne donne que les données que j’ai pu observées)

Entre septembre 2021 et aujourd’hui, 3 février 2023 :

Chez les professeurs :

  • Le professeur de mathématique — la quarantaine — crise cardiaque. Décès — Le jour de 3ème dose ;
  • L’éducateur, 24 ans — cycliste de haut niveau -, myocardite pendant l’entrainement — fin de sa carrière ;
  • Le directeur ?cinquantaine — myocardite ; 
  • 2 AVC avec rémissions — 2 femmes de plus ou moins 45 ans — 2 fin de carrière ;
  • 1 rupture d’anévrisme — décès- 50 ans ;
  • 1 cancer fulgurant – 37 ans – décès ;
  • Un cancer du sein qui était en rémission, ne l’est plus, 50 ans — chimio en cours ;
  • Le prof d’histoire est devenu « cardiaque » ;
  • Un cancer du cerveau « fulgurant » — mort en 7 jours d’un père de 3 enfants — 39 ans ;
  • 2 personnes hospitalisées pour Covid juste après leur vaccination ;
  • De nombreuses professeurs menstruées prennent des congés menstruels ;
  • À ce jour, le taux d’absentéisme de longue durée des professeurs n’a jamais été aussi élevé ;

Chez les élèves :

  • L’épidémie la plus brutale est celle de la phobie scolaire. En 20 ans de carrière, j’ai connu des élèves hospitalisés pour phobie scolaire, mais c’était rare ;
  • Ils sont 8 cette année à être dans un hôpital spécial, et 4 en attente de place, ou scolarisé en famille pour phobie scolaire ;
  • Les données que j’ai collectées et auxquelles j’ai accès sont celles des élèves suivant mon cours (donc à peu près 200 élèves) ;
  • 3 élèves ont des problèmes cardiaques récents (donc apparus après 2021), dont 1 grave ;
  • Un élève en rémission de son cancer a fait une rechute ;
  • Les filles menstruées qui ont des problèmes de cycles et qui s’absentent sous certificat médical une fois par mois ont presque doublé. Et je n’ai pas le droit d’aborder l’éventuel problème de vaccination avec elles, ni de leur parler du collectif Où est mon cycle qui pourrait les informer et les soutenir.

Parlons maintenant du tableau des familles… et c’est là que c’est le pire. Il n’y plus de place sur ce tableau ! :

Crise cardiaque, AVC, cancer, rupture d’anévrisme… quasiment que des décès brutaux de parents ou de grands parents (surtout des hommes).

Cette année, 3 de mes élèves ont perdu leur papa. 3 sur 200.

Jamais je n’avais vécu ça.

Voilà c’est du factuel, et je ne me risque pas à interpréter ces chiffres. Mais puis-je dire que cela me terrifie ?…

L’omerta sur les problèmes dus à la vaccination est plus forte encore que celle sur notre statut vaccinal.

Ne pas Avoir le courage de dire qu’on s’est fait berner par les labos et les gouvernements c’est de la non-assistance à personnes en danger, du déni de soin et la perte de notre humanité. Nous voyons chaque jour, impuissants et muselés, les élèves, collègues, qui s’enfoncent dans la solitude et la maladie.

Il faut parler, il faut s’entraider et il faut témoigner ».

https://www.kairospresse.be/morts-dans-les-ecoles

L’auteur de ce texte a mille fois raison. Il faut parler, témoigner, informer, dénoncer, etc. Puis recommencer. La démarche est indispensable et portera d’autant plus des fruits que nous sommes nombreux à le faire.

***

Annexe : Détails de la surmortalité en France pour l’année 2022

Évolution du nombre de décès en 2022 en comparaison des années 2020 et 2021

En 2022, les décès toutes causes confondues sont plus élevés qu’en 2021 (+ 11 819, soit + 1,8%) et qu’en 2020 (+ 4442, soit + 0,7%), selon les données de l’état civil en date du 27 janvier 2023.

Si, sur la période janvier-février, les décès en 2022 sont proches des décès en 2021 (– 0,3%), ils sont nettement supérieurs à ceux de janvier-février 2020 (+ 13,7%), en raison d’une grippe saisonnière ayant entraîné peu de décès début 2020. En revanche, sur la période mars-mai, les décès de 2022 sont inférieurs à ceux de 2021 (– 2,4%) et très nettement inférieurs à ceux de 2020 (– 8,2%), en raison de la 1ère vague de la Covid-19. Sur la période juin-août, les décès en 2022 sont supérieurs à ceux de 2021 (+ 6,3%) et encore davantage à ceux de 2020 (+ 9,1%). Du 1er septembre au 31 décembre, les décès en 2022 sont supérieurs à ceux survenus en 2021 (+ 3,2%), alors que la fin de l’année 2021 avait été marquée par une cinquième vague de Covid-19 ; sur cette période du 1er septembre au 31 décembre, les décès en 2022 sont inférieurs à ceux de 2020 (- 3,7%), l’automne 2020 ayant été marqué par la 2ème vague de l’épidémie de Covid-19 d’une durée importante. En décembre 2022, le nombre de décès est supérieur de 8,1% aux décès de décembre 2021 et de 8,0% aux décès de décembre 2020, avec un pic très élevé le 19 décembre (2515 décès).

Évolution des décès cumulés du 1er janvier 2022 au 31 décembre 2022 rapportés aux décès cumulés du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2019 par département

Note : ensemble des décès, transmis par voie dématérialisée ou par voie papier par les mairies à l’Insee. Ces données sont provisoires.
Lecture : Dans l’Oise, le nombre total de décès entre le 1er janvier et le 31 décembre est en hausse de 11,0% entre 2019 et 2022.
Champ : France par département
Source : Insee, état civil
https://www.insee.fr/tableau-figure3_radio1

Notes:

 

  1. https://www.preisueberwacher.admin.ch/principe-de-la-transparence-dans-ladministration
  2. https://www.kairospresse.be/morts-dans-les-ecoles

 


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...