www.zejournal.mobi
Lundi, 20 Mai 2024

Discutons du véritable taux de létalité des infections à coronavirus

Auteur : Naveen Athrappully | Editeur : Walt | Jeudi, 05 Janv. 2023 - 18h26

Une étude portant sur le taux de létalité de l’infection (IFR) du COVID-19 stratifié par âge dans la population non âgée a révélé que ce taux était extrêmement faible chez les jeunes.

« Le taux de létalité médian était de 0,0003 % chez les 0-19 ans, de 0,002 % chez les 20-29 ans, de 0,011 % chez les 30-39 ans, de 0,035 % chez les 40-49 ans, de 0,123 % chez les 50-59 ans et de 0,506 % chez les 60-69 ans »indique l’étude menée dans 29 pays. « Au niveau mondial, l’IFR avant la vaccination pourrait avoir été aussi bas que 0,03 pour cent et 0,07 % pour les personnes âgées de 0-59 et 0-69 ans, respectivement ».

L’étude visait à estimer avec précision l’IFR du COVID-19 parmi les populations non âgées en l’absence de vaccination ou d’infection antérieure.

Pour chaque tranche d’âge supplémentaire de 10 ans, on a observé que l’IFR était multiplié par quatre environ. Après avoir inclus les données de neuf autres pays, l’IFR médian pour les 0-59 ans était de 0,025 à 0,032 % et pour les 0-69 ans de 0,063 à 0,082 %.

Selon l’étude, l’analyse suggère un IFR pré-vaccination « beaucoup plus faible » dans la population non âgée que ce qui avait été suggéré précédemment. Les grandes différences constatées entre les pays s’expliquent par des différences dans des facteurs tels que les comorbidités.

Les dangers de la vaccination chez les jeunes

Une étude récente qui a analysé des enfants âgés de 5 à 17 ans ayant reçu des vaccins de Pfizer anti COVID-19 a révélé un risque élevé d’inflammation cardiaque chez des enfants âgés de 12 ans seulement.

La myocardite et la péricardite ont atteint le seuil d’un signal de sécurité pour les enfants âgés de 12 à 17 ans après les deuxième et troisième doses. Ces affections cardiaques peuvent entraîner des problèmes à long terme, voire la mort.

« Le signal détecté pour la myocardite/péricardite est cohérent avec les publications revues par les pairs démontrant un risque élevé de myocardite/péricardite après des vaccins à ARNm, en particulier chez les jeunes hommes âgés de 12 à 29 ans », ont déclaré les chercheurs.

Dans une interview accordée à Fox News en janvier dernier, Stephanie Seneff, chercheuse au MIT, avait déclaré qu’il était « scandaleux » d’administrer des vaccins contre le COVID-19 à des jeunes gens car ils ont un « risque très, très faible » de mourir de cette infection.

Lorsque l’on examine les inconvénients potentiels de ces vaccins pour les enfants, ils n’ont « aucun sens », avait-elle ajouté. Avec des rappels répétés, un tel traitement sera « dévastateur » à long terme.

Les parents devraient faire « absolument tout ce qu’ils peuvent » pour éviter de faire vacciner leurs enfants contre le COVID-19, a conseillé la chercheuse.

La vaccination des enfants

Certains pays ont arrêté leurs programmes de vaccination contre le COVID-19 pour les enfants. En octobre, l’autorité suédoise de santé publique a cessé de recommander la vaccination des jeunes de 12 à 17 ans, sauf dans des circonstances particulières. L’agence a reconnu que très peu d’enfants en bonne santé ont été gravement touchés par le virus.

« Dans l’ensemble, nous constatons que le besoin de soins à la suite du COVID-19 a été faible chez les enfants et les jeunes pendant la pandémie, et a également diminué depuis que la variante omicron du virus a commencé à se propager », a déclaré à l’époque Soren Andersson, chef d’une unité de l’autorité de santé publique, à la chaîne de télévision SVT. « Dans cette phase de la pandémie, nous ne voyons pas qu’il y ait un besoin continu de vaccination dans ce groupe ».

Pendant ce temps, aux États-Unis, la Food and Drug Administration (FDA) poursuit la vaccination des enfants, autorisant l’autorisation d’urgence des vaccins de Pfizer et Moderna pour les enfants âgés de six mois seulement.

Les données des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) montrent que c’est la population vaccinée qui est à l’origine de la plupart des décès dus au COVID-19 en août.

Au cours de ce mois, 6 512 décès ont été enregistrés, dont 58,6 % ont été attribués à des personnes vaccinées ou boostées. En janvier, les décès dus au COVID-19 parmi les personnes vaccinées et boostées ne représentaient que 41 % du total des décès.

Photo d'illustration: Un enfant réagit alors qu’il reçoit une dose du vaccin Pfizer-BioNTech contre le coronavirus (COVID-19) au Smoketown Family Wellness Center à Louisville, Kentucky, États-Unis, le 8 novembre 2021. (Reuters/Jon Cherry/File Photo)

Traduction par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...