www.zejournal.mobi
Samedi, 26 Nov. 2022

On vous présente le premier gouvernement en apesanteur

Auteur : Edouard Husson | Editeur : Walt | Mardi, 05 Juill. 2022 - 14h49

La mise en place de "Borne II" laisse un curieux sentiment d'irréel. Nous avons un gouvernement en apesanteur. Non seulement parce qu'il est constitué de poids légers mais parce que l'on se dit que le radeau macronien est bien frêle pour affronter les tempêtes à venir.

En politique, ce n’est jamais bon de s’exposer d’emblée à la dérision. En général, cela présage de lendemains qui déchantent. 

Comment prendre au sérieux “Borne II” quand “Borne I” a été inconsistant et s’est soldé par une absence de majorité aux élections législatives? 

La liste du gouvernement laisse songeur. Le n°2, c’est Bruno Le Maire, l’homme qui a fait 2% aux primaires de la droite en 2017; qui nous racontait naguère que l’année 2021 était comme une “trente et unième glorieuse” dans l’histoire de notre pays; et qui voulait faire une “guerre économique totale à la Russie en mars dernier”. Je n’en dirai pas plus car je pense être partial: quand nous habitions le même couloir rue d’Ulm, ce cher camarade invitait à boire le thé, après le dîner. Et il se couchait à 22h. Il n’était pas vraiment en orbite pour devenir un Clemenceau ou un Churchill…

Le problème, c’est que BLM n’est pas le seul “capitaine de pédalo” de l’équipe, pour reprendre une formule célèbre de notre Robespierrot. On prête à Gérald Darmanin un tempérament un peu plus incontrôlable qu’à Bruno Le Maire; et sa réputation a failli lui jouer des tours; mais enfin, qui croit sérieusement que Darmanin ferait le poids en cas d’agitation prolongée sur l’ensemble du territoire? 

Qui imagine Pap N’Diaye prenant par les cornes le taureau de l’Education Nationale? Qui penserait qu’Eric Dupond-Moretti peut faire subir à notre appareil judiciaire la transformation dont il a besoin?  Peut-être est-il injuste de douter des capacités de Madame Colonna en pleine tourmente diplomatique européenne; ou de sétonner que le ministre des Armées ne vienne qu’en sixième position du gouvernement alors que Jupiter ne cesse de tonner contre Vladimir – avec qui il croyait être à tu et à toi jusqu’à récemment. Mais on n’imagine pas une seconde une rencontre Lecornu – Choïgou. 

Allez, relevons la plus grosse des incongruités: le retour de Marlène Schiappa? Non! Olivier Véran au “renouveau démocratique”. Le technocrate de la médecine, l’homme qui médica-ment comme il respire en matière de politique sanitaire ! Au Renouveau démocratique et au porte-parolat! C’est aussi incongru que si l’on avait confié à Che Guevara un ministère des entreprises. 

Ces tempêtes qui grondent

On peut rire, pour l’instant, de Borne II. Je ne suis pas sûr, au passage que les soignants suspendus prennent avec bonne humeur la perspective de voir la tronche de Véran tous les soirs dans la petite lucarne. Mais surtout, le sentiment qui s’impose rapidement quand on parcourt la liste, c’est celui de voir l’équipage mal outillé d’un radeau qui pourrait rapidement être envoyé par le fond quand la mer se déchaînera. 

Car elle commence déjà à gronder.

Mario Draghi a dû écourter sa présence au sommet de’ l’OTAN car les manifestations appelant à sa démission se multiplient en Italie;

+ devant l’augmentation du prix de l’essence, les routiers britanniques ont entamé un mouvement intitulé “Go slow”. 

un mouvement de protestation des paysans néerlandais devient maintenant une paralysie de tout le pays. 

+ le gouvernement Biden est au plus bas dans les sondages et l’on prévoit un changement de majorité aux élections de mi-mandat en novembre. 

Aux Etats-Unis comme en Europe, l’inflation est à 8%. 

Les pieds nickelés du Great Reset

Evidemment, on m’objectera qu’avec des poids légers comme Castaner, Macron a bien réussi à casser violemment le mouvement des Gilets Jaunes. Les instruments d’un nouveau confinement, pour raisons médicales – ou environnementales ? – sont sans doute prêts. Nous parlons régulièrement dans nos colonnes des étapes du “Great Reset”. 

Mais il va survenir un moment où le décalage entre les plans de réorganisation du monde et les compétences de ceux qui gouvernent va devenir trop important. Surtout avec le rôle de retour au réel que joue la guerre d’Ukraine. 

Voilà pourquoi le gouvernement Borne II, sans majorité absolue à l’Assemblée, peut être qualifié de “gouvernement en apesanteur”. 


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé