www.zejournal.mobi
Lundi, 15 Août 2022

Un mythe est né : comment les CDC, la FDA et les médias ont tissé une toile de mensonges sur l’ivermectine qui survit à la vérité

Auteur : Linda Bonvie et Mary Beth Pfeiffer | Editeur : Walt | Mardi, 28 Déc. 2021 - 17h11

Les officiels du Nouveau Mexique admettent qu’ils avaient tort : deux personnes sont mortes du covid. PAS de l’ivermectine. Pourtant, les CDC ont généré la plus haute alerte sanitaire du pays et un millier de faux titres sur de faux cas.

Lorsqu’un éleveur de bétail texan, âgé de 79 ans, est décédé en septembre dernier au Nouveau-Mexique après avoir contracté le covid, sa famille n’a jamais anticipé les gros titres mondiaux qui s’ensuivraient.

Lors d’une conférence de presse très médiatisée, le Dr David Scrase, secrétaire aux services sociaux du Nouveau-Mexique et principal responsable de la santé de l’État, a annoncé la première « overdose » d’ivermectine au Nouveau-Mexique, ajoutant bientôt un deuxième décès prétendument dû à une « toxicité de l’ivermectine ».

Aujourd’hui, Scrase a reconnu que ses affirmations répétées, qu’il a qualifiées de « désinvoltes », étaient sans fondement. Les deux décès n’ont pas été causés par l’ivermectine, un médicament générique utilisé depuis longtemps et qui s’imposait comme un traitement contre le covid. Au lieu de cela, il a déclaré que les deux personnes sont mortes parce qu’elles « ont en fait simplement retardé leurs soins avec le covid ».

C’est une grande différence.

M. Scrase a fait marche arrière le 1er décembre lors d’une conférence de presse en ligne peu remarquée, et seulement après que nous ayons demandé à son agence de fournir des preuves de ses affirmations concernant les « décès dus à l’ivermectine ». Les responsables avaient déclaré à plusieurs reprises qu’ils attendaient un rapport de toxicologie sur la mort de l’éleveur. Or, nous avons appris que ce rapport n’avait jamais été commandé ni réalisé et que, de surcroît, le coroner de l’État avait déclaré que la mort de l’homme était due à des causes « naturelles ».

Pas un seul média n’a rapporté l’aveu de Scrase, alors que des dizaines d’entre eux, dont The Hill et le New York Times, avaient couvert avec empressement ses affirmations initiales sur l’ivermectine, un médicament antiparasitaire récompensé par le prix Nobel de médecine en 2015.

« Je ne veux pas que plus de gens meurent », lisait-on dans un des premiers titres, citant Scrase. « C’est le mauvais médicament pour quelque chose de vraiment grave », a déclaré Scrase dans l’article du Times.

Les médecins, scientifiques et toxicologues du monde entier ont été surpris par ces affirmations, car l’ivermectine est un médicament extraordinairement sûr, approuvé par la FDA. Il figure sur la liste des 100 médicaments essentiels que l’OMS recommande à tous les systèmes hospitaliers d’avoir en stock et près de quatre milliards de doses ont été administrées en quarante ans.

À la fin de l’été dernier, le Nouveau-Mexique est devenu l’un des principaux acteurs d’une vaste opération de tromperie gouvernementale visant à présenter l’ivermectine comme un médicament dangereux, en même temps que trois événements connexes. La recherche a confirmé l’efficacité du médicament contre le covid, les prescriptions ont explosé et les responsables de la santé publique se sont concentrés non pas sur le traitement mais sur la vaccination.

Nous avons déjà signalé que l’avertissement lancé sur Twitter en août dernier par la Food and Drug Administration américaine contre l’utilisation de l’ivermectine destinée au bétail avait été déclenché par des informations incorrectes – et non vérifiées – en provenance du Mississippi. Les autorités sanitaires de cet État avaient publié une alerte suggérant que le centre antipoison de l’État était submergé par des centaines d’appels concernant l’ingestion d’ivermectine destinée au bétail ; en réalité, nous avons constaté que quatre rapports avaient été reçus.

Mais, alimenté par des éléments de preuve déformés comme celui-ci, le train anti-ivermectine ne s’est pas arrêté. Nous avons maintenant appris que, dans la précipitation à enterrer un médicament décrit comme « étonnamment sûr » et utilisé depuis longtemps dans le monde entier pour étouffer les parasites animaux et humains, la FDA n’était pas seule.

Les courriels que nous avons obtenus des Centres américains de contrôle des maladies montrent qu’une alerte sanitaire nationale du 26 août sur l’ivermectine a été déclenchée, comme le tweet de la FDA, par un petit nombre de preuves : seulement trois cas d’effets secondaires présumés de l’ivermectine, dont deux impliquant des formulations animales. Aucun patient n’est décédé ; un seul semble avoir été hospitalisé, et un autre a refusé toute aide médicale.

Néanmoins, ces trois rapports, obtenus par les CDC d’Atlanta auprès du centre antipoison de Géorgie, ont scellé la décision d’émettre l’avertissement sanitaire le plus élevé du pays, selon les courriels.

Peu après avoir appris l’existence de trois cas, Michael Yeh, des CDC, écrit : « Nous avons des preuves de toxicité significative ».

En ce qui concerne la planification de l’alerte sanitaire, « le consensus était que, à moins que nous ne constations des effets indésirables graves de l’ivermectine, nous allions attendre », a écrit un responsable de la toxicité médicale des CDC, le Dr Michael Yeh, dans un courriel du 17 août. « Maintenant, il semble que nous ayons des preuves de toxicité significative. »

Cet e-mail a été écrit soixante-douze minutes après que de brèves informations sur trois rapports soient arrivées dans un autre e-mail.

Bien que l’intention des CDC ait pu être de protéger les gens, l’alerte est emblématique de ce qui était devenu une obsession nationale : Présenter un traitement précoce contre le covid, qu’il soit sous forme animale ou humaine, comme potentiellement toxique.

Les CDC sont montés à bord.

Dans un courriel envoyé plus tard ce jour-là, Yeh a exposé les preuves. Le cas le plus grave concernait un homme de soixante-dix-sept ans, qui aurait pris une dose d’ivermectine « apparemment destinée à un bovin de 1 800 livres ». Il a eu « des hallucinations et des tremblements, qui se sont améliorés, mais on lui a finalement diagnostiqué un COVID-19 » pour lequel il n’avait besoin que d’un supplément d’oxygène, note Yeh.

Dans deux autres cas, une femme ayant pris la forme humaine du médicament aurait souffert d’une « certaine confusion ». Une autre femme a eu des « troubles visuels subjectifs » après avoir pris « un produit destiné aux moutons », mais a refusé une aide médicale. Ces effets secondaires correspondent à ce que les National Institutes of Health appellent un médicament antiparasitaire « bien toléré », avec des effets indésirables tels que « vertiges, prurit, nausées ou diarrhées ».

Des chercheurs français ont publié en mars dernier une revue de 350 articles sur l’ivermectine dans la littérature médicale et ont constaté que les effets indésirables étaient « peu fréquents et généralement légers à modérés » . L’étude, réalisée par le fabricant français de médicaments MedinCell, note qu’aucun décès n’a été signalé, même après des surdoses accidentelles ou des tentatives de suicide.

Compte tenu du profil de sécurité bien établi de l’ivermectine, notre demande de documents des CDC en vertu de la loi sur la liberté d’information visait à obtenir la justification de l’alerte sanitaire et demandait spécifiquement les données utilisées par les CDC auprès de l’American Association of Poison Control Centers, dont dépendent les centres des États. (L’AAPCC avait refusé de les fournir).

En réponse à la demande de la FOIA, les CDC ont affirmé, de manière tout à fait remarquable, qu’ils « ne possédaient plus les données ou n’y avaient plus accès » parce que leur « contrat de licence » avec l’AAPCC avait expiré. Les données auraient pu préciser, par exemple, le nombre d’appels liés aux formulations animales ou humaines ; au lieu de cela, l’alerte regroupe tous les rapports, ce qui rend difficile de comprendre l’étendue de l’utilisation de l’ivermectine par le bétail.

Les CDC affirment dans une lettre qui nous a été adressée qu’il ne possède plus les données sur lesquelles était fondée une alerte sanitaire nationale.

L’augmentation des appels aux centres antipoison concernant l’ivermectine en 2021 n’est pas contestée, d’autant plus que les médecins ont pris connaissance d’études montrant une diminution des décès, des hospitalisations plus courtes et des succès en ambulatoire. Les centres antipoison voient souvent le nombre d’appels augmenter lorsque de nouveaux médicaments sont utilisés, de nombreux appelants ne demandant que des informations. Les centres reçoivent également des appels concernant des médicaments anciens, utilisés depuis longtemps. L’acétaminophène à lui seul a généré 47 000 rapports en 2019 et a entraîné 164 décès, selon l’AAPCC.

Ce contexte, bien sûr, était absent de l’alerte des CDC. Les appels aux centres antipoison pour l’utilisation de l’ivermectine animale et humaine ont été multipliés par cinq à huit par rapport aux « niveaux pré-pandémiques », indiquait sinistrement l’alerte. Dans le même temps, les prescriptions d’ivermectine ont été multipliées par 24, une tendance parfaitement légale menée par les médecins, mais que les CDC ont clairement jugée inacceptable et alarmante.

Aucune distinction n’a été faite entre les formulations animales et humaines dans l’alerte, qui était parsemée d’expressions telles que « mauvais usage et surdosage d’ivermectine », « convulsions, coma et mort », « médicament pour mouton », « maladie grave » et « augmentation rapide ». Le message : N’utilisez aucune des deux formes, même si soixante et onze études montrent que 64 % des 50 180 patients se sont améliorés après avoir pris de l’ivermectine pour le covid.

Malgré l’alerte et les déclarations infondées du Nouveau-Mexique, personne n’est mort d’un empoisonnement à l’ivermectine parmi les 2 112 cas enregistrés par l’AAPCC du 1er janvier au 14 décembre 2021. Selon un bulletin de l’AAPCC, deux pour cent de ces rapports, soit environ quarante-deux, ont entraîné un effet « majeur ». Soixante-dix pour cent ont été rejetés comme n’ayant aucun effet, « exposition non toxique », etc.

Une catégorie de ces appels aurait pu être qualifiée à juste titre d’hystérie anti-ivermectine. Le Nouveau-Mexique, par exemple, a exhorté les citoyens à signaler toute utilisation connue d’ivermectine au centre antipoison de l’État, même si « quelqu’un que vous connaissez en a pris ».

Nous avons demandé au Dr Paul Marik, l’un des fondateurs de l’alliance Front Line COVID-19 Critical Care, ce qu’il pensait de l’effort visant à vilipender l’ivermectine comme étant dangereuse.

« L’ivermectine est l’un des médicaments les plus sûrs sur cette planète ; bien plus sûr que l’aspirine ou l’acétaminophène », a-t-il déclaré.

« Il s’agit d’un conte de fées. Disney n’aurait pas pu inventer un meilleur conte de fées ».

Mais ce n’était pas un conte de fées pour la famille de l’éleveur quand il est tombé malade. C’était une expérience douloureuse avec un système de santé politisé.

Un appel téléphonique « très déroutant »

Ce n’était pas un secret qu’un éleveur de bétail, décédé au Nouveau-Mexique à cause du covid, avait pris une formulation animale d’ivermectine. Il s’agit d’un médicament qu’il connaissait bien, puisqu’il l’avait administré régulièrement à ses troupeaux au Texas.

D’autres membres de la famille ont également utilisé l’Ivomec, une formulation liquide d’ivermectine pour le bétail, depuis que la nouvelle de l’efficacité de l’ivermectine contre le covid s’est répandue. « Pratiquement tout le monde que je connais en prend », nous a dit un ami proche de la famille et associé du Texan. (Nous taisons le nom de l’homme à la demande de la famille).

L’ivermectine est l’un des 167 médicaments dont la sécurité a été testée et qui ont été approuvés par la FDA pour les animaux et les humains. Pourtant, ceux qui prennent l’une ou l’autre forme d’ivermectine pour le covid ont été qualifiés d’anti-scientifiques et influencés par la « désinformation ».

Le Texan est l’une des deux personnes qui, selon les déclarations répétées des responsables du Nouveau-Mexique, sont mortes de « toxicité à l’ivermectine ». Bien que leurs identités n’aient pas été révélées par le département de la santé, une source familière avec les cas nous les a révélées au cours de cette enquête.

Les documents et les entretiens avec les personnes bien informées de la mort de l’éleveur racontent une histoire différente de celle présentée par les responsables de la santé du Nouveau-Mexique.

Lorsque l’éleveur est arrivé aux urgences le soir du 2 septembre avec sa femme, il a rapidement été diagnostiqué comme souffrant de déshydratation aiguë et comme étant covidé positif.

Sa fille est arrivée à l’hôpital plusieurs heures plus tard.

Lors d’une interview, elle a raconté la fête surprise organisée pour le quatre-vingtième anniversaire de son père le week-end précédent, au cours de laquelle huit des onze membres de la famille présents ont contracté le covid. Tout le monde semblait avoir des symptômes légers, se souvient-elle.

Son père étant au Nouveau-Mexique et ne se sentant pas bien, elle a suggéré qu’il soit examiné. « Mon père n’était pas très doué pour s’hydrater », dit-elle, et à ce moment-là, il ne semblait pas boire du tout.

Il est arrivé à l’hôpital déshydraté au point que ses reins étaient endommagés, ont dit les médecins à la famille. En l’absence d’un appareil de dialyse adéquat au Lincoln County Medical Center, la famille a appris qu’ils essayaient de trouver un autre hôpital où l’envoyer. Malheureusement, il n’a jamais réussi à quitter Ruidoso et est mort le 3 septembre.

Mais ce qui s’est passé pendant que sa femme et sa fille attendaient anxieusement à l’extérieur de l’unité de soins intensifs, peu après avoir été informées que le Texan allait probablement décéder, leur a paru très étrange.

Sa fille se souvient d’un appel téléphonique « très déroutant » que sa mère a reçu – si dérangeant, en fait, qu’elle a eu envie de « lui arracher le téléphone ».

Un inconnu était au bout du fil et demandait si son père prenait de l’ivermectine. C’est la seule fois qu’elle se souvient avoir entendu parler de ce médicament à l’hôpital.

« J’ai l’impression qu’ils la poussaient. C’était vraiment irritant », dit-elle, ajoutant que « ce n’était pas un médecin ou une infirmière, mais maman ne se souvient pas qui c’était ni ce qu’ils représentaient. »

Elle se souvient qu’ils étaient surtout intéressés à interroger sa mère sur l’utilisation d’Ivomec par son père.

Lors du point de presse suivant, le Dr Scrase a annoncé qu’une « source fiable » avait signalé le « premier décès » dans l’État d’une personne ayant pris de l’ivermectine. Tout en prenant des précautions quant au rôle de l’ivermectine – et en mentionnant un retard dans les soins – il a néanmoins indiqué à plusieurs reprises que le décès de cet homme et un autre étaient spécifiquement causés par l’ivermectine.

Cependant, le certificat de décès de l’éleveur, déposé à la fin du mois de septembre, dit le contraire. Il indique qu’il est décédé de causes « naturelles ». Son décès n’était pas répertorié comme nécessitant une quelconque « enquête en cours », et le bureau du médecin légiste a confirmé le fait qu’aucune autopsie ou rapport toxicologique n’avait été effectué.

Mais l’histoire originale du Dr Scrase s’est avérée très populaire auprès des médias. USA Today l’a tellement aimé que le journal a publié plusieurs versions.

« Deux personnes meurent d’un empoisonnement à l’ivermectine« , a-t-il annoncé le jour même où le certificat de décès a été officialisé. Cinq jours plus tard, un titre de The Hill claironnait : « Le Nouveau-Mexique rapporte deux décès dus à l’ivermectine ».

Le département de la santé du Nouveau-Mexique n’a toujours pas répondu aux questions visant à savoir pourquoi une correction franche n’a pas été apportée aux médias dès le début concernant les deux décès attribués par erreur à l’ivermectine. On ne sait pas non plus pourquoi, lors d’un récent point de presse, l’agence a continué à perpétuer cette erreur, même après avoir admis qu’elle était fausse, au lieu de corriger le dossier – et pourquoi elle a prétendu qu’un autre décès était lié à l’ivermectine, là encore sans offrir aucune preuve à cet effet.

Le deuxième décès supposé lié à l’ivermectine concerne une femme de trente-huit ans de Cuba, au Nouveau-Mexique, qui serait d’origine navajo. Une autopsie a été pratiquée, mais les résultats n’ont pas encore été publiés.

Bien que Scrase ait reconnu que les deux décès étaient dus au covid et non à l’ivermectine, il a néanmoins annoncé ce qu’il a appelé un « troisième » décès dû à l’ivermectine lors de son briefing du 1er décembre.

Le nouveau décès, a déclaré M. Scrase, est celui d’un « homme de 60 ans qui a pris une préparation pour chevaux. Cet homme a pris 150 milligrammes, [a souffert] d’une insuffisance hépatique, d’une insuffisance rénale et est en fait mort de l’ivermectine sans le covid ».

Comme pour les deux premiers cas, la cause du décès reste à déterminer.

Selon le Dr Marik, 150 milligrammes d’ivermectine peuvent être tolérés sans danger. « Je ne connais pas un seul cas d’insuffisance hépatique et de défaillance d’organe due à l’ivermectine », a-t-il écrit dans un courriel.

Les CDC et le département de la santé du Nouveau-Mexique ont refusé de répondre aux questions de cet article.

Malgré les demandes répétées du ministère de la Santé du Nouveau-Mexique aux habitants de signaler toute utilisation d’ivermectine, comme le montre cette diapositive présentée lors d’une conférence de presse le 1er décembre, seuls 29 appels ont été reçus au centre antipoison de l’État pour la majeure partie de l’année 2021. L’infographie indique également que l’ivermectine a causé trois décès dans l’État, alors que lors de cette même conférence de presse, il a été reconnu que les deux premiers décès présumés étaient dus au covid et non à l’ivermectine (aucune preuve n’a été publiée pour étayer la troisième affirmation).

Les courriels des CDC suggèrent qu’il a fallu très peu de temps pour convaincre l’agence de publier un avertissement national sur l’utilisation de l’ivermectine. Selon les courriels, les détails sur ces trois cas sont rares.

Les doses d’ivermectine sont manquantes ou, dans un cas, décrites comme « concentration inconnue ». Une femme « a été envoyée à l’hôpital, mais son état mental de base n’était pas clair ». Une autre femme devait être contactée pour un suivi après avoir refusé l’aide, mais rien n’indique que cela ait été fait.

Ces anecdotes sont les fils à partir desquels a été tissée une tapisserie mythique sur la soi-disant « toxicité de l’ivermectine ». Ce mythe perdure dans des articles en ligne facilement accessibles.

Parmi eux :

  • L’alerte sanitaire du Mississippi du 19 août affirmait que 70 % des appels au centre antipoison concernaient l’ingestion d’ivermectine pour le bétail. Le chiffre réel était de 2 % et n’a pas été corrigé avant quarante-six jours.
  • En mars dernier, la FDA a affirmé avoir « reçu de multiples rapports » faisant état de blessures et d’hospitalisations après l’ingestion d’ivermectine d’origine animale. En réalité, l’agence s’est appuyée sur quatre rapports, a déclaré un porte-parole dans un courriel. Les responsables des CDC ont fait référence à l’« avertissement aux consommateurs » de la FDA lorsqu’ils ont planifié leur propre contribution au mythe de la nocivité de l’ivermectine.

Il importe peu que les faux chiffres du Mississippi aient été corrigés (à notre demande) par le New York Timesà deux reprises, et le Washington Post. Ce qui compte, c’est que l’ouragan de peur, suscité par le Nouveau-Mexique, le Mississippi, la FDA et les CDC – et encouragé par les médias – a transformé l’ivermectine en quelque chose qu’elle n’était pas.

Où en sommes-nous alors que les vaccins échouent et que les cas augmentent ?

Le 28 octobre, WisPolitics.com a rapporté le cas d’une famille qui n’a pas réussi à convaincre un tribunal de donner de l’ivermectine approuvée par la FDA à leur proche mourant.

« De multiples cas ont été signalés à l’échelle nationale », rapporte le site web, « de personnes ayant pris la version du médicament destinée aux animaux pour combattre le COVID-19 et s’étant rendues malades dans le processus ».

Non étayée par la littérature médicale, la fausse image de l’ivermectine a convaincu dans ce cas les médecins de suggérer que « la dose prescrite peut être mortelle ».

En effet, le péril inventé, plutôt que la promesse, de l’ivermectine s’est incrusté dans les médias et la conscience nationale.

C’est l’histoire qui vit.

Photo d'illustration: Une décoration avec une photo de l’éleveur texan, dont la mort a été faussement attribuée à l’ivermectine et utilisée dans le cadre d’une action délibérée visant à faire passer ce médicament parfaitement sûr pour très dangereux, est amoureusement accrochée au sapin de Noël familial par sa fille.

Lire aussi : Un hôpital démystifie la « fausse » histoire d’empoisonnement à l’ivermectine de Rolling Stone : « Tout était inventé »

Traduit par Anguille sous roche


- Source : RESCUE (Etats-Unis)

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé