www.zejournal.mobi
Mardi, 11 Août 2020

Black Voices Matter

Auteur : Gilad Atzmon | Editeur : Walt | Vendredi, 03 Juill. 2020 - 08h31

Black Voices also Matter

Les voix noires comptent aussi

Les Grandes Voix Noires, ça compte !

Que nous avancions rapidement dans une réalité, on le savait déjà : il est impossible de ne pas identifier les institutions au centre de cette malheureuse transition. Chaque jour, une organisation juive ou une autre se vante d’avoir réussi à vaincre nos valeurs occidentales les plus précieuses : la liberté politique et la tolérance intellectuelle.

Pour l’instant, il semble que faire taire les voix noires authentiques soit le principal objectif des sionistes. Ce matin, nous avons appris que les voix noires ne comptent pas du tout : dans une capitulation totale devant le groupe de pression sioniste français CRIF, la chaîne YouTube du grand comédien français noir Dieudonné a été supprimée par Google. Le CRIF a tweeté :

« Il y a un mois, le CRIF a déposé une plainte contre Dieudonné après la diffusion de vidéos antisémites. Hier, sa chaîne @YouTube a été supprimée. Le CRIF se félicite de cette décision et encourage les autres plateformes à prendre leurs responsabilités et à fermer tous leurs comptes ».

À la fin du 18e siècle, l’homme d’État et philosophe anglo-irlandais Edmund Burke a réalisé que « tout ce qui est nécessaire pour que le mal triomphe c’ est que les hommes de bien ne fassent rien ». Je suppose qu’en 2020, pour que le mal l’emporte, il suffit qu’une société sur Internet devienne une extension de Sion.

Ni Dieudonné ni personne d’autre n’a besoin de mon certificat « casher », bien que je ne doute pas que l’artiste français soit un antiraciste exemplaire. Ce que je dirai, c’est que si Sion ne veut pas que vous écoutiez quelqu’un, il n’y a rien de mieux que vous puissiez faire pour vous-même que de défier ses souhaits. Dieudonné, le comédien le plus populaire de France, est un descendant d’Africain brillant. Il a eu le courage de se lever et de déclarer qu’il en avait assez de l’endoctrinement de l’holocauste. Ce dont il veut parler, c’est de l’holocauste de son peuple, un siècle de discrimination et d’abus racistes. En quelques heures seulement, Dieudonné a été pris pour cible par des organisations juives françaises et a été présenté comme un raciste et un antisémite.

Je suis impatient de voir ce que Black Lives Matter va faire pour l’une des voix noires les plus authentiques et les plus profondes d’Europe. Juste une idée, peut-être qu’au lieu de démolir des statues de bronze, BLM devrait envisager de demander à chaque artiste noir de fermer ses chaînes Youtube jusqu’à ce que Google retrouve ses esprits. Ce serait une belle tentative d’exercice du pouvoir des Noirs, mais comme vous pouvez l’imaginer, je ne retiens pas mon souffle.

Malheureusement, la destruction sioniste du peu qui reste de l’esprit occidental est devenue un spectacle quotidien. Hier, nous avons vu la presse juive se vanter que Fox Soul – une nouvelle chaîne en streaming de la Fox destinée aux Afro-Américains – avait programmé la diffusion en direct d’un discours de Louis Farrakhan. Le site Algemeiner juif a eu l’amabilité de révéler que le Centre Simon Wiesenthal avait demandé l’arrêt de la diffusion.

Les organisations sionistes ne marchent jamais seules. Elles sont efficaces pour identifier les rares Shabbat Goy qui sont prêts à prêter leur « crédibilité » à la « cause ». Cette fois, c’est le présentateur de CNN, Jake Tapper, qui a tweeté : « Farrakhan est un vil misogyne antisémite et anti-LGBTQ. A quoi ça rime, qu’une chaîne de la Fox diffuse sa propagande ? »

Comme nous le savons tous, les Juifs prétendent souvent être là pour les Noirs. Les chaînes juives se vantent souvent de l’importante contribution juive au mouvement des droits civiques. Selon certains historiens juifs, une grande partie des fonds de la NAACP provenait de sources juives – certains experts estiment que cela atteignait même 80%. Howard Sachar commence son article « Les Juifs dans le mouvement des droits civiques » en affirmant que « nulle part ailleurs les Juifs ne se sont identifiés plus directement à l’avant-garde libérale que dans le mouvement des droits civiques des années 60 ». Cela pourrait ressembler à un moment positif dans l’histoire juive jusqu’à ce que nous nous souvenions que le judaïsme a, tout au long de son histoire telle que nous la connaissons, soutenu sans faille des « lois de ségrégation ». Que sont les règles alimentaires casher si ce n’est un « projet de loi de ségrégation » ? Quelle est la raison de l’attitude sioniste à l’égard du mariage mixte si ce n’est un projet de loi de ségrégation ? Même au sein du mouvement de solidarité palestinien, de nombreux Juifs choisissent de marcher dans des cellules politiques pratiquant la ségrégation raciale (JVP, IJAN, JVL, etc.) plutôt que de se dépouiller volontairement de leur privilège juif.

Il est vrai que certaines des plus grandes voix du mouvement des droits civiques étaient juives. Mais je crains que ce soit là que s’arrête la partie positive de l’histoire. Historiquement, l’attitude des Juifs envers les Noirs n’a été rien de moins qu’un désastre. Il est difficile de décider comment entrer dans ce champ de mines colossal sans s’attirer de sérieux ennuis.

Dans la culture juive européenne, le mot shvartze (noir, en yiddish) est un terme injurieux qui fait référence à un être inférieur, plus précisément à une personne noire (« Elle sort avec un shvartze. Sa grand-mère est probablement en train de se retourner dans sa tombe »). Zein Shver, une juive noire américaine, souligne que « Shvartze n’est pas le mot yiddish pour les Noirs. Shvartze, c’est « nègre » ou « négro » en yiddish » !

L’allusion à une « shvartze chaya », c’est une référence directe à la « bête noire », qui signifie le plus bas dans le bas. Shvartze chaya, c’est aussi la façon dont les Juifs ashkénazes font souvent référence aux Arabes, aux Arabes sépharades et aux Juifs Falasha. Je suppose que, du moins culturellement, certains Juifs ashkénazes ont du mal à accepter la couleur noire, surtout quand elle s’applique aux gens. Il est donc un peu particulier de voir des Juifs ashkénazes blancs se plaindre sans cesse de la « suprématie blanche ». En fait, il est difficile d’imaginer un code culturel contemporain plus racial que l’ethos ashkénaze. Je suggère que si les Juifs sont réellement intéressés par la lutte contre l’exceptionnalisme blanc, ils devraient peut-être d’abord en déraciner les symptômes dans leur propre culture.

C’est une anomalie – les mêmes personnes qui ont joué un rôle fondamental dans le mouvement des droits civils, sont elles-mêmes à l’origine d’un projet historique de ségrégation raciste. Dans mon travail sur la politique de l’identité juive, j’ai remarqué que les organisations juives qui dictent les limites du discours de libération des Noirs ne portent pas vraiment un symptôme nouveau. Cet exercice politique est une caractéristique fondamentale et symptomatique de l’ensemble du projet de solidarité juif. Ce sont les juifs palestiniens « pro » qui s’assurent que le discours des opprimés (les Palestiniens) s’accorde bien avec les sensibilités de l’oppresseur (« l’État juif », précisément). Il semblerait d’ailleurs que ce soit aux Juifs de décider si l’activiste et universitaire des droits civils Angela Davis mérite ou non un prix pour l’ensemble de son activité en faveur de sa communauté.

Un examen de l’attitude de l’ADL[Anti Defamation League]  envers Nation of Islam (NOI) en général et son leader, Louis Farrakhan, donne un aperçu spectaculaire de cette tentative de police de la dissidence.

La NOI, selon l’ADL, « a un lourd dossier pétri d’antisémitisme et de racisme depuis sa fondation dans les années 1930 » le site de l’ADL indique que « sous la direction de Louis Farrakhan, qui a épousé et promu l’antisémitisme et le racisme tout au long de ses 30 ans de mandat à la tête de NOI, l’organisation a utilisé ses programmes, ses institutions et ses médias pour diffuser son message de haine ».

« Il (Farrakhan) a affirmé à plusieurs reprises que le peuple juif était responsable de la traite des esclaves ainsi que des attaques du 11 septembre, et qu’il continue à conspirer pour contrôler le gouvernement, les médias, Hollywood et divers individus et organisations noirs ».

La vraie question que nous devons nous poser est de savoir si les critiques de Farrakhan sont « racistes ». Vise-t-il les « Juifs » en tant que peuple, race ou ethnicité ou vise-t-il en fait des éléments, des segments ou des secteurs spécifiques de l’univers juif ? Une étude rapide des citations de Farrakhan, choisies parmi celles fournies par l’ADL, révèle que Farrakhan ne se réfère pas vraiment aux « Juifs » en tant que peuple, race, nation ou même communauté religieuse. Dans la plupart des cas, il se réfère spécifiquement et précisément à des segments de l’élite juive qui sont en fait politiquement dominants et méritent notre attention à ce titre.

Examinons quelques-unes des citations les plus problématiques de Farrakhan, telles que sélectionnées par l’ADL : « Lors d’un discours prononcé à l’hôtel Watergate de Washington D.C. en novembre 2017, Farrakhan a déclaré à son auditoire que les Juifs qui « possédaient beaucoup de plantations » étaient responsables de l’affaiblissement de l’émancipation des noirs après la guerre civile. Il a également approuvé le deuxième volume du livre antisémite, La relation secrète entre les noirs et les juifs, qui reproche aux juifs de promouvoir un mythe d’infériorité raciale des noirs et porte des accusations de conspiration sur l’implication des juifs dans la traite des esclaves et les industries du coton, du textile et des banques. Farrakhan estime que ce livre devrait être enseigné dans les écoles ».

Il est évident dans la citation ci-dessus que Farrakhan fait référence à un segment de l’élite juive. Ceux qui « possédaient des plantations », ceux qui étaient spécifiquement impliqués dans la traite des esclaves de l’Atlantique, ceux qui étaient et sont toujours impliqués dans le secteur bancaire, etc. Et la question suivante est : l’ADL suggère-t-elle que les propriétaires d’esclaves juifs sont au-dessus de toute critique ? L’État juif est-il axiomatiquement du bon côté de l’histoire, de sorte que ni Farrakhan ni nous autres n’avons le droit de le critiquer ? Et qu’en est-il des banquiers juifs, bénéficient-ils également d’une immunité unique ? Je suis désolé de le souligner, mais de tels points de vue ne font que confirmer l’attitude suprémaciste et privilégiée que Farahkan, parmi très peu d’autres, a le courage de pointer du doigt.

La question va plus loin. Si les juifs ont de l’empathie pour les noirs et leurs souffrances, comme nous l’entendons souvent de la part des dirigeants juifs, ne peuvent-ils pas accepter un peu de critique de la part de personnes comme Farrakhan, Angela Davis ou Dieudonné ? Si les juifs se soucient tant de l’Autre, comme beaucoup de Juifs bien intentionnés insistent pour nous le dire, comment se fait-il que toute cette attention disparaisse aussitôt  que Farrakhan, Davis ou Dieudonné apparaissent sur la scène ?

La solidarité juive est un concept particulier. C’est un projet égocentrique. Le New-Yorkais juif Philip Weiss a brillamment exprimé ce sentiment dans une interview que je lui ai faite il y a quelques années. « Je crois que tous les gens agissent par intérêt personnel. Et les juifs qui se définissent à un certain niveau comme juifs – comme moi par exemple – sont motivés par un intérêt juif personnel. Dans mon cas c’est : la fin du sionisme ». Weiss soutient la Palestine parce qu’il croit que c’est bon pour les Juifs. Pour lui, les Palestiniens sont des alliés naturels. Je crois que si les noirs et les Palestiniens, ou n’importe qui d’autre, veulent se libérer et obtenir l’égalité qu’ils méritent, ils peuvent en fait apprendre du sionisme. Plutôt que de compter sur la solidarité, ils doivent façonner leur propre destin en définissant leurs priorités. En fait, c’est exactement ce qui est si unique chez Farrakhan et Dieudonné. C’est probablement la raison pour laquelle les organisations juives les considèrent comme des ennemis de premier ordre et investissent autant dans leur destruction.

Traduction : MP


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...