www.zejournal.mobi
Samedi, 13 Juill. 2024

Une étude du BMJ établit un lien entre la surmortalité et les vaccins Covid – Le Telegraph en fait sa Une

Auteur : Will Jones | Editeur : Walt | Mardi, 11 Juin 2024 - 12h36

Une étude établissant un lien entre la surmortalité depuis 2021 et les vaccins Covid a été publiée dans le BMJ Public Health. Sarah Knapton, du Telegraph, a rédigé un article à ce sujet pour le journal. Voici comment commence le rapport de Sarah.

"Les vaccins Covid pourraient être en partie responsables de l’augmentation de la surmortalité depuis la pandémie, ont suggéré des scientifiques.

Des chercheurs néerlandais ont analysé les données de 47 pays occidentaux et ont découvert qu’il y avait eu plus de trois millions de décès en excès depuis 2020, la tendance se poursuivant malgré le déploiement de vaccins et de mesures de confinement.

Ils ont déclaré que ces chiffres « sans précédent » soulevaient de sérieuses inquiétudes et ont appelé les gouvernements à enquêter pleinement sur les causes sous-jacentes, y compris sur les effets néfastes possibles des vaccins.

Dans le BMJ Public Health, les auteurs de la Vrije Universiteit d’Amsterdam ont déclaré : “Bien que les vaccins COVID-19 aient été administrés pour protéger les civils contre la morbidité et la mortalité dues au virus COVID-19, des effets indésirables présumés ont également été documentés.

« Des professionnels de la santé et des citoyens ont signalé à diverses bases de données officielles du monde occidental des blessures graves et des décès consécutifs à la vaccination ».

Ils ont ajouté : « Pendant la pandémie, les politiciens et les médias ont souligné quotidiennement que chaque décès dû au COVID-19 était important et que chaque vie méritait d’être protégée par des mesures d’endiguement et par les vaccins COVID-19. Au lendemain de la pandémie, la même morale devrait s’appliquer ».

L’étude a révélé qu’en Europe, aux États-Unis et en Australie, il y avait eu plus d’un million de décès en excès en 2020, au plus fort de la pandémie, mais aussi 1,2 million en 2021 et 800 000 en 2022 après la mise en œuvre des mesures.

Les chercheurs ont précisé que ce chiffre incluait les décès dus au COVID-19, mais aussi les « effets indirects des stratégies de santé visant à lutter contre la propagation et l’infection du virus ».

Ils ont averti que les effets secondaires liés au vaccin Covid comprenaient des accidents vasculaires cérébraux ischémiques, des syndromes coronariens aigus et des hémorragies cérébrales, des maladies cardiovasculaires, des troubles de la coagulation, des hémorragies, des troubles gastro-intestinaux et des troubles de la coagulation sanguine.

Des chercheurs allemands ont souligné que l’apparition d’une surmortalité au début de l’année 2021 dans le pays a coïncidé avec le déploiement des vaccins, ce qui, selon l’équipe, « justifie une enquête plus approfondie ».

Toutefois, les données les plus récentes concernant les effets secondaires n’ont pas été mises à la disposition du public, les pays conservant leurs propres bases de données sur les effets néfastes, qui reposent sur l’autodéclaration du public et des médecins, ont averti les experts".

Félicitations à Sarah pour avoir continué à écrire sur ce sujet important et au Telegraph pour lui avoir donné de l’importance. Il figure aujourd’hui dans la section « Headlines » du site web et est même présenté en première page de l’édition imprimée. Est-ce un signe que les gens se rendent compte de ce qui s’est passé pendant les années Covid ?

La partie de l’étude consacrée à la discussion est particulièrement accablante pour les vaccins et les mesures d’endiguement, notant que le nombre de décès était le plus élevé lorsque ces mesures étaient toutes deux en vigueur. Il s’agit d’un résumé clair de l’état actuel des connaissances sur la surmortalité post-pandémique, qui mérite d’être lu dans son intégralité. En voici un extrait :

Cette étude a exploré la surmortalité toutes causes confondues dans 47 pays du monde occidental entre 2020 et 2022. Le nombre total de décès en excès était de 3 098 456. Une surmortalité a été enregistrée dans 87 % des pays en 2020, dans 89 % des pays en 2021 et dans 91 % des pays en 2022. En 2020, année marquée par la pandémie de COVID-19 et le début des mesures d’atténuation, 1 033 122 décès en excès (P-score 11,4 %) ont été déplorés. Une analyse récente des études de séroprévalence à l’époque de la prévaccination montre que les estimations du taux de létalité de l’infection dans les populations non âgées étaient encore plus basses que ne le laissaient supposer les calculs antérieurs. Au niveau mondial, le taux d’infection mortelle avant la vaccination était de 0,03 % pour les personnes âgées de moins de 60 ans et de 0,07 % pour les personnes âgées de moins de 70 ans. Pour les enfants âgés de 0 à 19 ans, le taux d’infection mortelle a été fixé à 0,0003 %. Cela signifie que les enfants sont rarement touchés par le virus COVID-19. En 2021, lorsque non seulement des mesures de confinement mais aussi des vaccins COVID-19 ont été utilisés pour lutter contre la propagation du virus et l’infection, le nombre le plus élevé de décès en excès a été enregistré : 1 256 942 décès en excès (P-score 13,8 %).Il n’existe pas encore de consensus scientifique sur l’efficacité des interventions non pharmaceutiques dans la réduction de la transmission virale. En 2022, lorsque la plupart des mesures d’atténuation ont été annulées et que les vaccins COVID-19 ont été maintenus, les données préliminaires disponibles font état de 808 392 décès en excès (score P de 8,8 %). La différence en pourcentage entre le nombre de décès documenté et le nombre de décès projeté était la plus élevée dans 28 % des pays en 2020, dans 46 % des pays en 2021 et dans 26 % des pays en 2022.

Cet aperçu de la surmortalité globale toutes causes confondues depuis le début de la pandémie de COVID-19 constitue une première étape importante pour la prise de décisions futures en matière de politique de crise sanitaire. L’étape suivante consiste à distinguer les différents facteurs potentiels de surmortalité, notamment l’infection par COVID-19, les effets indirects des mesures d’endiguement et les programmes de vaccination contre COVID-19. Il est difficile de faire la distinction entre les différentes causes. Les registres nationaux de mortalité varient non seulement en qualité et en exhaustivité, mais peuvent également ne pas documenter avec précision la cause du décès. L’utilisation de différents modèles pour étudier la surmortalité par cause dans certains pays ou sous-régions au cours des différentes phases de la pandémie complique l’élaboration d’une analyse comparative entre les pays. Tous les pays ne fournissent pas de rapports de mortalité classés par groupe d’âge. En outre, les politiques de dépistage de l’infection par COVID-19 diffèrent d’un pays à l’autre. L’interprétation d’un test COVID-19 positif peut être complexe. La communauté médicale n’est pas parvenue à un consensus sur la question de savoir à quel moment une personne décédée infectée par le COVID-19 doit être enregistrée comme un décès dû au COVID-19. Les effets indirects des mesures d’endiguement ont probablement modifié l’ampleur et la nature de la charge de morbidité pour de nombreuses causes de décès depuis la pandémie. Toutefois, il est difficile de prouver que les décès sont dus à une utilisation restreinte des soins de santé et aux bouleversements socio-économiques. Une étude évaluant la surmortalité aux États-Unis a observé une augmentation substantielle de la surmortalité attribuée à des causes non cardiovasculaires au cours des deux premières années de la pandémie. Le plus grand nombre de décès excédentaires a été causé par les maladies cardiaques, avec une augmentation de 6 % par rapport au niveau de référence au cours des deux années. La mortalité due au diabète était supérieure de 17 % à la valeur de référence au cours de la première année et de 13 % au cours de la deuxième année. La mortalité due à la maladie d’Alzheimer était supérieure de 19 % la première année et de 15 % la deuxième année. En termes de pourcentage, des augmentations importantes ont été enregistrées pour les décès liés à l’alcool (28 % par rapport au niveau de référence au cours de la première année et 33 % au cours de la deuxième année) et les décès liés à la drogue (33 % par rapport au niveau de référence au cours de la première année et 54 % au cours de la deuxième année).

Des recherches antérieures ont confirmé que les effets indésirables, y compris les décès, après la vaccination étaient largement sous-déclarés. La communauté médicale ne s’accorde pas non plus sur le fait que les vaccins à ARNm pourraient être plus nocifs que prévu. Des études françaises suggèrent que les vaccins à ARNm COVID-19 sont des produits de thérapie génique nécessitant un suivi rigoureux et à long terme des effets indésirables. Bien que l’immunisation souhaitée par la vaccination se produise dans les cellules immunitaires, certaines études font état d’une large biodistribution et de la persistance de l’ARNm dans de nombreux organes pendant des semaines. Au Danemark, on a constaté une hétérogénéité de la toxicité des vaccins à ARNm en fonction des lots. L’apparition simultanée d’une surmortalité et de la vaccination par le COVID-19 en Allemagne constitue un signal de sécurité qui justifie un examen plus approfondi. Malgré ces préoccupations, les données des essais cliniques nécessaires pour approfondir ces associations ne sont pas communiquées au public. Les autopsies visant à confirmer les causes réelles des décès sont rarement pratiquées. Il se peut que les gouvernements ne soient pas en mesure de publier leurs données sur les décès avec une stratification détaillée par cause, alors que ces informations pourraient aider à déterminer si l’infection COVID-19, les effets indirects des mesures de confinement, les vaccins COVID-19 ou d’autres facteurs négligés jouent un rôle sous-jacent. L’absence de données détaillées sur les causes de décès dans certains pays occidentaux s’explique par la longueur de la procédure, qui consiste à rassembler les certificats de décès, à coder les diagnostics et à déterminer l’origine sous-jacente du décès. Par conséquent, certains pays dont les ressources affectées à cette procédure sont limitées peuvent rencontrer des retards dans la transmission rapide et ponctuelle des données sur les causes de décès. Cette situation existait déjà avant l’apparition de la pandémie.

L’un des défis majeurs de la recherche sur la surmortalité consiste à choisir une méthode statistique appropriée pour calculer la base de référence projetée des décès attendus à laquelle les décès observés sont comparés. Bien que les analyses et les estimations soient généralement similaires, la méthode peut varier, par exemple, en fonction de la durée de la période étudiée, de la nature des données disponibles, de l’étendue de la zone géographique, de l’inclusion ou de l’exclusion des épidémies de grippe passées, de la prise en compte des changements dans le vieillissement et la taille de la population et de la modélisation de la tendance au fil des ans ou non. Notre analyse de la surmortalité à l’aide du modèle de régression linéaire de Karlinsky et Kobak diffère donc dans une certaine mesure des tentatives précédentes d’estimation de la surmortalité… [discussion de certaines études sur la surmortalité] … Bien que toutes les études susmentionnées aient utilisé des approches statistiques plus élaborées pour estimer la mortalité de base, Karlinsky et Kobak affirment que leur méthode est un compromis entre la souplesse et la chasteté. C’est la méthode la plus simple pour capter les fluctuations saisonnières et les tendances annuelles et elle est plus transparente que les approches approfondies. …

En conclusion, la surmortalité est restée élevée dans le monde occidental pendant trois années consécutives, malgré la mise en œuvre des mesures de confinement et des vaccins COVID-19. Cette situation est sans précédent et suscite de vives inquiétudes. Pendant la pandémie, les hommes politiques et les médias ont souligné quotidiennement que chaque décès dû au COVID-19 était important et que chaque vie méritait d’être protégée par des mesures de confinement et des vaccins COVID-19. Au lendemain de la pandémie, la même morale devrait s’appliquer. Chaque décès doit être reconnu et pris en compte, quelle qu’en soit l’origine. La transparence à l’égard des facteurs de mortalité potentiels est justifiée. Les données relatives à la mortalité par cause doivent donc être mises à disposition pour permettre des analyses plus détaillées, plus directes et plus solides afin de déterminer les facteurs sous-jacents. Les examens post-mortem doivent être facilités pour déterminer la raison exacte du décès. Les responsables gouvernementaux et les décideurs politiques doivent étudier en profondeur les causes sous-jacentes de la surmortalité persistante et évaluer leurs politiques de crise sanitaire.

Traduit par Anguille sous roche


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...