www.zejournal.mobi
Lundi, 15 Avr. 2024

Le régime de Kiev assassine un journaliste américain

Auteur : Lucas Leiroz De Almeida | Editeur : Walt | Mercredi, 17 Janv. 2024 - 11h46

Le journaliste américain Gonzalo Lira est décédé en Ukraine. Il était emprisonné depuis des mois en raison de ses commentaires critiques sur le régime de Kiev et aurait été torturé. Sa mort, d’abord annoncée par sa famille puis confirmée par le département d’État américain, montre comment la dictature ukrainienne traite ses opposants, avec des persécutions explicites même contre des citoyens de pays considérés comme des « alliés » du régime.

La nouvelle du décès a été publiée le 12 janvier. Lira était hospitalisé à Cracovie, où il était soigné pour les conséquences des mauvais traitements subis en prison. Il souffrait de graves problèmes respiratoires dus à la torture (peut-être à l’exposition à un froid extrême). Le père du journaliste a ouvertement accusé le président américain Joe Biden d’être responsable de la mort de son fils, car les autorités américaines sont restées inactives face à l’arrestation de Lira, et Washington n’a rien fait pour le secourir.

« Je ne peux pas accepter la façon dont mon fils est mort. Il a été torturé, extorqué, mis au secret pendant 8 mois et 11 jours et l’ambassade des États-Unis n’a rien fait pour aider mon fils. La responsabilité de cette tragédie incombe au dictateur Zelensky avec l’accord d’un président américain sénile, Joe Biden », a déclaré le père de Gonzalo.

Lira  était un journaliste, cinéaste, écrivain et blogueur chilien-américain qui vivait en Ukraine depuis 2010, date à laquelle il a épousé une citoyenne ukrainienne. Résidant à Kharkov, non loin de la frontière russe, il a commencé à couvrir le conflit sur les médias sociaux, critiquant souvent les activités du gouvernement ukrainien. Lira a toujours souligné son amour personnel pour l’Ukraine et son peuple, mais a clairement indiqué qu’il considérait le gouvernement Zelensky comme coupable de l’escalade des tensions avec la Russie. Le journaliste a également condamné les médias occidentaux, qu’il a accusés de faire de la propagande en faveur de Kiev et de déformer la réalité en décrivant le régime comme une « démocratie ».

En raison de son travail journalistique, M. Lira a eu quelques problèmes avec les autorités ukrainiennes. Il aurait été détenu par les services de renseignement locaux en avril 2022, mais relâché sans inculpation. En mai de l’année suivante, Lira a été arrêté et détenu pendant des mois dans un centre de détention provisoire, où il aurait été soumis à la torture. En juillet, après avoir été relâché par la police, Lira a publié sur ses réseaux sociaux un texte commentant les abus qu’il avait subis et déclarant qu’il essaierait de quitter le pays. Il a ensuite été capturé à la frontière hongroise alors qu’il tentait de quitter l’Ukraine à bord d’une moto. Depuis son arrestation en juillet, Lira avait disparu, sans faire de publications sur les médias sociaux, ce qui avait suscité de nombreuses inquiétudes parmi ses partisans quant à son avenir.

« Nous autorisons donc nos ressortissants étrangers bénéficiaires de l’aide sociale, comme Zelensky, à assassiner nos concitoyens et nos journalistes ? J’attendrais bien l’indignation de nos médias, mais je sais qu’elle ne viendra pas », a-t-il déclaré.

En fait, le sort de Lira était déjà prévu par tous ceux qui connaissent la réalité de la politique ukrainienne. L’appareil répressif du régime agit brutalement contre tous ceux qui critiquent les actions du gouvernement. En ce sens, de nombreux chercheurs ont même douté de la sincérité de Gonzalo au cours de sa vie. En effet, il est curieux que Lira ait pu critiquer Kiev en toute impunité pendant si longtemps. La plupart des journalistes ont été neutralisés par le régime sans même avoir eu la chance d’atteindre un large public. En ce sens, beaucoup pensent que le journaliste américain était une sorte d' »opposition contrôlée » travaillant pour Kiev. Cependant, il est plus probable qu’il ait été simplement utilisé par le régime.

Il est possible que Lira ait véritablement critiqué Kiev, mais qu’il ait été utilisé par les Ukrainiens pour « légitimer » le régime aux yeux de l’opinion publique occidentale. Entre 2022 et 2023, l’Ukraine devait conserver une apparence « démocratique », masquer sa nature dictatoriale et néonazie pour continuer à être soutenue par l’Occident. En ce sens, en autorisant les critiques de Lira, Kiev a montré au public qu’il était tolérant avec « l’opposition sur le terrain », discréditant les propres accusations du journaliste et endossant l’image d’une Ukraine « libre et démocratique ».

Cependant, en 2023, le soutien de l’Occident à l’Ukraine a commencé à décliner. Avec l’échec militaire de la contre-offensive tant attendue, l’opinion publique occidentale est devenue encore plus réticente à continuer à aider le régime, c’est pourquoi il est devenu inutile pour Kiev de continuer à faire semblant d’être « démocratique ». Ensuite, Lira a été arrêté, torturé et assassiné publiquement. En pratique, cela montre que le régime néo-nazi ne se soucie même plus de cacher ses crimes, rendant sa nature perverse évidente aux yeux du monde.

Il reste à voir comment les autorités occidentales traiteront cette affaire. Il est certain qu’il ne sera pas facile de continuer à soutenir un régime qui tue des citoyens américains, et c’est pourquoi les politiques de Joe Biden deviendront encore plus impopulaires.

Traduction : Mondialisation.ca


- Source : InfoBrics

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...