www.zejournal.mobi
Samedi, 25 Mai 2024

J. K. Rowling, Harry Potter, les transgenres et la prison

Auteur : Dr Nicole Delépine | Editeur : Walt | Mercredi, 08 Nov. 2023 - 20h30

J. K. Rowling, auteur de «Harry Potter» risquera-t-elle la prison parce qu’elle ose dire qu’on nait (est) «femme» ou «homme» ?

La folie de certains extrémistes transsexuels les pousse à tenter de criminaliser la liberté de parole qui définit pourtant le caractère démocratique des pays qui la protègent dans leur constitution.

Sous prétexte «d’inclure», «de mettre fin à la discrimination des transsexuels» les pays occidentaux ont accepté, depuis plus d’une vingtaine d‘années, des dérogations croissantes aux règles des droits de la majorité, au profit de certaines minorités dont les trans sexuels.

Ils ont par exemple créé le délit de «propos transphobe» dans lesquels ils incluent tout ce qui déplait aux activistes trans, comme le fait d’appeler une personne trans par son prénom de naissance, de rappeler qu’il n’existe que deux sexes (1), de dire qu’une femme a des ovaires (2), ou, lorsqu’on est gynécologue, de s’affirmer incompétent pour examiner une femme transsexuelle (née homme et non opérée) (3)…

Actuellement certains travaillistes anglais voudraient faire voter une loi transformant les propos qu’ils qualifient de transphobes en «crime de haine» puni par deux ans de prison. Les extrémistes trans préfèrent faire peur par des lois restreignant le droit humain fondamental de s’exprimer librement plutôt que convaincre du bienfondé de leurs exigences par un débat démocratique, comme nous le proposons dans notre dernier livre.

J. K. Rowling, auteur mondialement célèbre d’Harry Potter (avec quelque 600 millions de livres vendus) a été accusée de transphobie pour avoir soutenu Maya Forstater, licenciée du Center for Global Development en 2019 après avoir affirmé qu’on ne pouvait pas «changer de sexe biologique».

Pourtant en juin 2023 il a été jugé en appel que les convictions de M. Forstater étaient «dignes de respect dans une société démocratique», qu’elle «avait subi une discrimination directe sur la base de ses convictions» critiques en matière de genre. Les juges lui ont accordé une indemnisation de 91 500 £ (et 14 900 £ supplémentaires à titre d’intérêts). Mais les activistes trans continuent d’ignorer les attendus de ce jugement et poursuivent leur campagne de diffamation envers J. K. Rowling.

En réponse à un article de Devex (4), qui réduisait les femmes à leur utérus en les appelant «les personnes qui ont leurs règles», K. Rowling a commenté sur Twitter «Je suis sûre qu’il y avait un mot pour ces personnes. Aidez-moi. Wumben ? Wimpund ? Woomud ?» pour rappeler le mot woman apparemment tabou chez les trans activistes.

Son trait d’humour a été accusé d’exclure «les hommes trans qui peuvent être concernés par les menstruations» (?) et donc d’être transphobe. Ses accusateurs trans ignorent apparemment qu’aucune femme trans (née homme) ne possède d’utérus et ne peut donc avoir de règles !

Ces prises de position de bon sens ont notamment valu à l’écrivain d’être constamment harcelée sur le net et d’être exclue des retrouvailles du casting d’Harry Potter pour les 20 ans de sa saga en 2021. Comment ont-ils osé ? Sans elle, point de Harry Potter et donc de fête !

J. K. Rowling a depuis détaillé les raisons qui l’ont poussée à aborder ces questions dans un essai «Writes about Her Reasons for Speaking Out on Sex and Gender» (5) :

«Premièrement, … Je soutiens, entre autres, des projets pour les femmes détenues et pour les survivantes d’abus sexuels et domestiques… Il est clair pour moi que le nouvel activisme trans a (ou est susceptible d’avoir, si toutes ses exigences sont satisfaites) un impact significatif sur de nombreuses causes que je soutiens, parce qu’il pousse à éroder la définition juridique du sexe et à le remplacer par le genre.

La deuxième raison est que j’ai fondé une organisation caritative pour les enfants, qui illustre mon intérêt à la fois pour l’éducation et la sauvegarde de ceux-ci. Comme beaucoup d’autres, j’ai de profondes inquiétudes quant à l’effet que le mouvement des droits des trans a sur les deux sujets.

La troisième est qu’en tant qu’auteur très censuré, je m’intéresse à la liberté d’expression et je l’ai défendue publiquement.

Le quatrième… Je suis préoccupée par l’augmentation énorme du nombre de jeunes femmes qui souhaitent faire la transition et aussi par le nombre croissant de personnes qui semblent détransitionner (retour à leur sexe d’origine), parce qu’elles regrettent d’avoir pris des mesures qui ont, dans certains cas, modifié leur corps irrévocablement, et leur ont enlevé leur fertilité.

Certains disent qu’ils ont décidé de passer à l’acte après avoir réalisé qu’ils étaient attirés par leur propre sexe, et que leur transition était en partie motivée par l’homophobie, que ce soit dans la société ou dans leur famille».

Le 17 octobre 2023, l’auteur britannique a partagé sur X une photo montrant le slogan «Répétez après nous : une femme trans est une femme» projetée sur le mur du ministère de la Justice, à Londres qu’elle a commenté d’un simple NON.

Lorsqu’un internaute critique l’a prévenue que ses déclarations pourraient lui valoir deux ans de prison, si la loi proposée par le parti travailliste était adoptée, J. K. Rowling a répondu : «Je ferai deux ans avec plaisir, si l’alternative est la parole forcée et le déni forcé de la réalité et de l’importance du sexe. Amenez-moi devant une cour, ce sera plus amusant que n’importe quel tapis rouge».

Pour rassurer J. K. Rowling (qui n’en demande pas tant), on pourrait lui rappeler que l’évolution récente de la question trans en Grande-Bretagne semble enfin tenir davantage compte de la réalité. En santé : fermeture du service pédiatrique de la clinique Tavistock (6,7) spécialisée dans les traitements hormonaux et chirurgicaux de changement de sexe pour les mineurs, à la suite d’un rapport accablant sur ses pratiques (8). À l’école : de nouvelles instructions demandant aux enseignants d’informer les parents si leur enfant se croit trans et de ne rien entreprendre sans eux.

Dans le sport de compétition : l’exclusion des femmes trans des compétitions féminines d’athlétisme (9), de natation (10), de cyclisme (11)…

Et surtout les déclarations récentes du premier ministre britannique Rishi Sunak (12,13) : «nous ne devrions pas faire croire que les gens peuvent être de n’importe quel sexe parce qu’ils le veulent. Ils ne peuvent pas. Un homme est un homme, et une femme est une femme».

Si J. K. Rowling devait aller en prison pour ses déclarations de bon sens sur le sexe, la défense des droits des femmes et la protection des enfants, elle ne serait pas seule !

Notes:

  1. https://etudiant.lefigaro.fr/un-eleve-canadien-d-une-ecole-catholique-exclu-de-son-lycee-pour-avoir-dit-qu-il-n-y-avait-que-deux-genres
  2. https://www.marianne.net/accusations-de-transphobie-il-y-a-une-offensive-transactiviste-contre-le-feminisme
  3. https://www.lefigaro.fr/un-gynecologue-attaque-pour-avoir-refuse-d-examiner-une-femme-trans/2023/09/11
  4. https://www.devex.com/opinion-creating-a-more-equal-post-covid-19-world-for-people-who-menstruate
  5. https://www.jkrowling.com/j-k-rowling-writes-about-her-reasons-for-speaking-out-on-sex-and-gender-issues
  6. https://www.thetimes.co.uk/tavistock-gender-clinic-puberty-blockers-nhs-investigation
  7. https://www.courrierinternational.com/transidentite-la-clinique-tavistock-recit-d-un-scandale-medical-britannique
  8. https://www.breizh-info.com/2022/12/09/la-clinique-de-lhorreur-tavistock-specialisee-dans-la-transition-de-genre-va-fermer-ses-portes
  9. https://www.lepoint.fr/athletisme-les-athletes-transgenres-exclus-de-la-categorie-feminine/23/03/2023
  10. https://www.lemonde.fr/2022/10/25/inclusivite-ou-equite-le-sport-face-au-dilemme-des-athletes-transgenres
  11. https://www.liberation.fr/cyclisme-les-femmes-trans-bannies-de-toutes-les-competitions-feminines-internationales
  12. Dans un entretien accordé au site Web ConservativeHome, il affirme que 100% des femmes n’ont pas de pénis. «La première chose à dire est que nous devrions toujours avoir de la compassion, de la compréhension et de la tolérance pour ceux qui pensent à leur genre. Mais quand il s’agit de ces questions de protection des droits des femmes et des espaces des femmes, la question du sexe biologique est fondamentalement importante». Rappeler dans la loi que le sexe signifie bien le sexe biologique et non le genre auquel la personne s’identifie, telle est l’ambition du Premier ministre afin d’aider, notamment, les sports féminins à écarter les personnes trans des compétitions féminines.
  13. https://www.bvoltaire.fr/le-courageux-combat-de-rishi-sunak-contre-les-transactivistes

- Source : Nicole Delépine

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...