www.zejournal.mobi
Dimanche, 03 Mars 2024

FEM : Quelqu’un doit se charger du rationnement de la liberté

Auteur : Mark E. Jeftovic | Editeur : Walt | Lundi, 09 Oct. 2023 - 22h17

C’est pourquoi seules les banques centrales peuvent créer des monnaies numériques

La Fed a récemment publié un livre blanc intitulé Data Privacy for Digital Asset Systems, qui affirme que les attentes en matière de confidentialité des monnaies numériques (lire : CBDC) découlent d’une mauvaise compréhension du fonctionnement des systèmes numériques.

Des concepts tels que le désir d’un « anonymat semblable à celui de l’argent liquide » reposent sur des hypothèses sous-jacentes erronées », voilà l’essentiel (vite, que quelqu’un le dise à l’équipe de Monero et à tous ceux qui déploient déjà des protocoles et des applications d’anonymisation pour les actifs numériques).

Le sous-texte est qu’il peut y avoir des mesures de protection de la vie privée et de la confidentialité intégrées dans les CBDC, mais qu’en fin de compte, ces mesures pourraient toujours être ignorées ou supprimées. Le document ne le dit pas ouvertement, mais il y fait allusion de manière indirecte :

« La confidentialité implique que les données collectées et stockées sont protégées de la vue d’une manière ou d’une autre, par exemple par obscurcissement ou restriction d’accès, et qu’elles ne sont accessibles qu’aux acteurs autorisés.

Ce qui, bien sûr, nous amène à nous demander qui exactement sera autorisé et quelles seront ses capacités ? C’est vraiment la question à mille milliards de dollars.

FEM : « Tiens ma bière »

Si nous gardons ce document à l’esprit alors que nous examinons le récent article du Forum économique mondial sur les monnaies numériques, la vie privée et la liberté, qui a mis les choses au point, tout en saluant du bout des lèvres le désir de protection de la vie privée dans ces euphémismes caractéristiques du langage du FEM :

« Un remplacement de l’argent numérique ne devrait pas permettre la criminalité, mais il devrait y avoir une certaine liberté pour effectuer des transactions en toute confidentialité.

« Une certaine liberté » implique que toute liberté sera soumise à approbation, car soit vous avez une liberté totale, soit vous ne l’avez pas.

« Une certaine liberté » venant du FEM en particulier, ressemble beaucoup à leur vision « Life in 2030 », qui est principalement connue pour le premier point : « Vous ne posséderez rien et serez heureux ».

Le quatrième point est : « Vous mangerez beaucoup moins de viande. Un plaisir occasionnel, pas un aliment de base. Pour l’environnement et pour votre santé ».

En d’autres termes, selon le FEM, les monnaies numériques offriront une certaine intimité et une certaine liberté. Tout comme en 2030, vous pourrez manger de la viande (à condition de bien vous comporter).

Tout au long de l’article, l’élan vers les monnaies numériques est attribué aux préférences des consommateurs en matière de commodité – le fait que les États-nations et les ONG (y compris le FEM) nous y poussent sans relâche, ainsi que les cartes d’identité numériques et les passeports de santé, n’est jamais mentionné.

"En préférant la commodité des paiements électroniques, nous perdrons par inadvertance la liberté historique que seul l’argent liquide procure : dépenser notre argent pour ce que nous voulons, avec qui nous voulons".

Il est toujours amusant d’observer les personnages de Davos faire semblant de s’attaquer à d’épineuses questions éthiques :

"Alors que les gouvernements et les banques centrales envisagent d’introduire des monnaies numériques de banque centrale (CBDC), ils doivent donc répondre à la question suivante : Une fois le dernier paiement en espèces effectué, cela signifie-t-il que notre droit historique d’effectuer des paiements qui ne sont pas observables ou censurables par l’État prendra fin le même jour ? Est-ce ce que nous voulons ?"

La réponse, bien sûr, est un « oui » retentissant si l’on se souvient de certaines des déclarations les plus haletantes de leurs conclaves : 

« Nous développons, grâce à la technologie, la possibilité pour les consommateurs de mesurer leur propre empreinte carbone. Qu’est-ce que cela signifie ? Il s’agit de savoir où ils voyagent, comment ils voyagent, ce qu’ils mangent. Que mangent-ils ? Que consomment-ils sur la plateforme ? Donc, individu – empreinte carbone – traqueur. Restez à l’écoute, ce n’est pas encore opérationnel, mais nous y travaillons ».

L’article du FEM s’attaque à cette énigme :

"tout système qui permet aux gens d’effectuer des paiements qui ne peuvent être tracés ou bloqués est voué à attirer les criminels tout en facilitant la liberté personnelle… Un système de monnaie numérique ne devrait pas imiter le « Far West », mais il devrait y avoir une certaine liberté pour effectuer des transactions en toute confidentialité".

Et bien que l’article reconnaisse que,

« si une CBDC ne dispose pas d’un élément de cette capacité, je prédis qu’elle échouera dans certaines grandes économies développées »,

l’idée maîtresse est que les banques centrales sont les seules à pouvoir jouer en ville, et qu’elles doivent faire les choses correctement :

Si le secteur privé pouvait fournir lui-même un produit véritablement semblable à l’argent liquide, nous n’aurions pas besoin de ce débat, mais même un degré limité de comportement semblable à l’argent liquide serait incompatible avec les lois sur les paiements électroniques. En réalité, seule une banque centrale pourrait fournir ce type de produit, en raison du précédent créé par son monopole sur l’émission d’espèces.

Ce paragraphe serait ce que l’on appelle le « money-shot ». Il ne mentionne pas le bitcoin, ni le fait que les crypto-monnaies et les stablecoins sont déjà en train de devenir des territoires cédés dans les cadres réglementaires des États-nations. Il n’y a aucune reconnaissance du fait que de nombreux détenteurs de richesses et de capitaux vont tout simplement contourner les CBDC pour les raisons mêmes qu’ils articulent.

L’un des principes fondamentaux du FEM est que les États-nations perdent leur position de seuls arbitres du pouvoir dans cette quatrième révolution industrielle. Cela signifie qu’ils devront coexister dans le cadre d’un « capitalisme des parties prenantes », mais le FEM envoie des signaux contradictoires :

D’une part, les gouvernements perdent leur primauté (et donc le monopole de l’émission monétaire et des initiatives supranationales telles que les cartes d’identité numériques et les passeports de santé), et d’autre part, ils sont les seuls à avoir le pouvoir de bénir les systèmes monétaires ascendants. Qu’en est-il ?

Et comment pourriez-vous publier un article comme celui-ci sans observer l’éléphant dans le salon : Le bitcoin (et les crypto-monnaies, y compris les stablecoins) sont déjà entrés dans le paysage monétaire et l’ont modifié de manière irréversible.

Comme on peut s’y attendre lorsqu’il s’agit du Forum économique mondial, il s’agit d’une démonstration d’orgueil démesuré et de nonscience à couper le souffle.

Traduction par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...