www.zejournal.mobi
Mercredi, 19 Juin 2024

La fin de la BCE : Les États-Unis déclarent la guerre à l’euro

Auteur : Tom Luongo | Editeur : Walt | Lundi, 02 Oct. 2023 - 18h41

L’euro n’a pas eu la vie facile depuis son introduction officielle en tant que moyen de paiement en 2001. Considérée comme une alternative au dollar, la monnaie unique était au bord du gouffre onze ans seulement après sa création.

La crise de la dette issue de la crise financière de 2008 menaçait de faire s’effondrer l’euro et la zone euro. Seule l’intervention courageuse du président de la BCE de l’époque, Mario Draghi, a empêché la destruction de l’Eurosystème. Aujourd’hui, onze ans plus tard, la survie de l’euro semble à nouveau compromise. Mais cette fois-ci, la BCE n’a plus le pouvoir de décider elle-même si l’euro disparaîtra de la scène, comme l‘a expliqué Tom Luongo.

Le grand problème de la présidente de la BCE Christine Lagarde est sa crédibilité. Elle devrait convaincre les marchés qu’elle est sérieuse dans sa lutte contre l’inflation (dévaluation de l’euro). Le président de Fed Powell n’a pas ce problème, le marché le croit quand il dit que les taux d’intérêt, actuellement de 5,5 pour cent, resteront élevés pendant une longue période. Il a lui-même déjà prédit que l’inflation n’atteindrait pas l’objectif de 2 pour cent avant 2025. En conséquence des taux d’intérêt et des prévisions, les rendements des obligations américaines sont supérieurs à ceux de leurs concurrentes européennes et les investisseurs transfèrent ainsi des fonds de l’euro vers le dollar dans leur quête de rendement.

Les marchés n’ont donc pas confiance en la BCE, car l’annonce de l’arrêt des programmes QE («Quantitative Easing», faire tourner la planche à billets) s’est accompagnée de la création du fameux instrument de protection de la transmission (TPI). Celui-ci, comme le dit Luongo, n’est rien d’autre que le QE, mais sous une autre forme – un tour de passe-passe que le marché a compris. Mais Lagarde n’a pas d’autre choix, car elle doit éviter que le marché obligataire européen ne s’effondre. Luongo parle à ce propos d’un «patient cancéreux au stade IV». Arrivés à ce point, la politique de la BCE et, par conséquent, l’euro deviennent le jouet des marchés.

Les données économiques américaines sont meilleures que celles de l’UE, ce qui permet à Powell d’envisager beaucoup plus sereinement la nouvelle vague d’inflation des matières premières qui, selon lui, nous attend.

Cette inflation n’avait diminué temporairement que parce que le président américain Biden avait décidé de vendre les stocks stratégiques de pétrole brut américains. Lagarde et l’euro en ont davantage profité que le dollar, car l’Europe est beaucoup plus dépendante des importations de pétrole. Mais ce soutien est désormais caduc, explique Luongo.

Lagarde a les mains liées à ce stade. Quel que soit l’état de l’économie européenne, elle doit suivre la politique monétaire de la Fed. Si elle ne le fait pas, «la sortie de capitaux d’Europe passera d’un petit ruisseau dans l’arrière-cour à un déluge biblique», comme le décrit Luongo. Le résultat serait que ni les «spreads» obligataires ni l’euro ne pourraient être défendus. L’euro et la zone euro cesseraient d’exister.

Même la Banque du Japon (BoJ) est mieux placée, malgré ses problèmes de déflation qui durent depuis des décennies. Tout d’abord, ses fondamentaux semblent meilleurs que ceux de l’UE et le Japon n’a pas commis l’erreur de s’affranchir des livraisons de pétrole russe. Bien au contraire, le Japon importe plus de pétrole russe qu’il ne l’a jamais fait auparavant. Le président de la BoJ, M. Ueda, a annoncé qu’il allait assouplir le contrôle de la courbe de rendement, ce qui a augmenté l’incertitude sur les marchés. Luongo indique que les traders doivent être plus attentifs à ces évolutions de la politique monétaire. Car elles montrent clairement une chose : il n’y aura plus d’actions coordonnées des banques centrales comme cela a été le cas pendant 10 ans.

Avec la dégradation de la note des États-Unis par S&P en 2011, toutes les grandes banques centrales se sont unies pour se vendre mutuellement des obligations et fournir des liquidités. Cette ère a pris fin en juin 2021, lorsque Powell a augmenté le taux de prise en pension de 5 points de base, sans consultation, afin d’éviter que les rendements des bons du Trésor à 30 jours ne deviennent négatifs.

Ce fut la première salve avec laquelle la Fed a lancé la guerre des devises qui venait d’être déclenchée. Même si 5 points de base n’ont pas l’air d’être beaucoup, cette mesure a eu pour effet de retirer en un rien de temps 1000 milliards de dollars du marché international des capitaux, qui ont afflué aux États-Unis et y ont déchaîné l’inflation qui y sommeillait jusqu’alors. Les banques centrales sont redevenues des combattants solitaires et chacune d’entre elles utilisera toutes les possibilités pour avoir une longueur d’avance dans la guerre monétaire mondiale. Un «déplacement sismique» des flux de capitaux est imminent, selon Luongo. La secrétaire au Trésor américain Yellen va inonder les marchés d’obligations d’État américaines afin que le gouvernement Biden puisse financer ses innombrables programmes de relance. Cela donne à Powell la possibilité de maintenir sa politique monétaire restrictive et même d’augmenter encore les taux d’intérêt. La BCE doit suivre, même si la zone euro est déjà en récession, car il n’y a plus d’autre possibilité de défendre l’euro. L’euro et le dollar sont dans une guerre que l’euro ne peut pas gagner.

Lagarde ne peut qu’espérer que l’économie américaine se portera bientôt si mal que Powell devra baisser les taux d’intérêt. Sinon, l’euro ne figurera plus que dans les livres d’histoire, où l’on pourra lire que cette expérience était vouée à l’échec dès le départ.

Bref commentaire de votre serviteur. La descente aux enfers de la plupart des économies européennes, encore soigneusement dissimulée par les dirigeants politiques, va précipiter le délitement de cette construction artificielle qu’est la monnaie unique européenne. Je ne me hasarderai pas à formuler un quelconque pronostic mais l’Union européenne, dans l’hypothèse d’un gel à la coréenne du conflit ukrainien, ni perdant ni gagnant, signera la disparition de l’Europe telle qu’elle existe artificiellement, c’est-à-dire soumise au bon vouloir de la Maison-Blanche depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Le seul dirigeant politique qui s’opposa à cette hégémonie américaine fut le Général De Gaulle. Comme beaucoup d’historiens et d’hommes politiques dignes de ce nom le savent on est incapable de comprendre le présent si on ignore l’histoire passée et en ce qui concerne l’Europe, l’Ukraine et la Russie tout a été dit : l’Europe occidentale, en s’éloignant de la Russie selon la volonté de Washington, a signé son arrêt de mort. Christine-tailleurs Chanel partira à la retraite, c’est tout ! On peut pour une bonne compréhension des évènements d’Ukraine écouter l’exposé de Monsieur De Kochko : 

Traduction : Jacques Henry


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...