www.zejournal.mobi
Vendredi, 19 Août 2022

Le traité de l’OMS sur les pandémies « est lié à un passeport numérique mondial et à un système d’identification »

Auteur : Aaron Kheriaty | Editeur : Walt | Lundi, 30 Mai 2022 - 15h04

Nous devons nous y opposer pour maintenir la souveraineté nationale et les normes démocratiques…

Un jeu de mots astucieux de la part de l’homme dont beaucoup espèrent qu’il préservera la liberté d’expression sur Twitter.

L’OMS a récemment annoncé des plans pour un traité international sur les pandémies lié à un passeport numérique et à un système d’identification numérique.

Réunie en décembre 2021 en session extraordinaire pour la deuxième fois seulement depuis la fondation de l’OMS en 1948, l’Assemblée de la santé de l’OMS a adopté une décision unique intitulée « Le monde ensemble ».

L’OMS prévoit de finaliser le traité d’ici 2024. Il visera à transférer à l’OMS, en cas de pandémie, l’autorité de gouvernance actuellement réservée aux États souverains, en liant juridiquement les États membres au Règlement sanitaire international révisé de l’OMS.

En janvier 2022, les États-Unis ont soumis des propositions de modification du Règlement sanitaire international de 2005, qui lie les 194 États membres de l’ONU, que le directeur général de l’OMS a acceptées et transmises aux autres États membres. Contrairement aux amendements à notre propre constitution, ces amendements ne nécessiteront pas un vote des deux tiers de notre Sénat, mais une majorité simple des États membres.

La plupart du public n’est absolument pas au courant de ces changements, qui auront un impact sur la souveraineté nationale des États membres.

Les modifications proposées comprennent, entre autres, les éléments suivants. Parmi les changements, l’OMS n’aura plus besoin de consulter l’État ou de tenter d’obtenir une vérification de la part de l’État où un événement préoccupant signalé (par exemple, une nouvelle épidémie) est censé se produire avant de prendre des mesures sur la base de ces rapports (article 9.1).

Outre le pouvoir de déterminer une urgence de santé publique de portée internationale en vertu de l’article 12, l’OMS se verra accorder des pouvoirs supplémentaires pour déterminer une urgence de santé publique de portée régionale, ainsi qu’une catégorie appelée « alerte sanitaire intermédiaire ».

L’État concerné n’a plus besoin d’approuver la décision du directeur général de l’OMS selon laquelle un événement constitue une urgence de santé publique de portée internationale. Un nouveau comité d’urgence sera constitué à l’OMS, que le directeur général consultera à la place de l’État sur le territoire duquel l’urgence de santé publique de portée internationale s’est produite, pour déclarer la fin de l’urgence.

Les modifications donneront également aux « directeurs régionaux » de l’OMS, plutôt qu’aux représentants élus des États concernés, le pouvoir légal de déclarer une urgence de santé publique de portée régionale.

En outre, lorsqu’un événement ne répond pas aux critères d’une urgence de santé publique de portée internationale, mais que le directeur général de l’OMS estime qu’il nécessite une sensibilisation accrue et une éventuelle intervention de santé publique internationale, il peut décider à tout moment de diffuser une « alerte de santé publique intermédiaire » aux États et de consulter le comité d’urgence de l’OMS. Les critères pour cette catégorie sont de simples fiats : « le Directeur général a déterminé qu’elle nécessite une sensibilisation internationale accrue et une réponse potentielle de santé publique internationale. »

Par ces amendements, l’OMS, avec le soutien des États-Unis, semble répondre aux barrages routiers que la Chine a érigés dans les premiers jours du covid. C’est une préoccupation légitime. Mais l’effet net des amendements proposés est un transfert de pouvoir des États souverains, dont le nôtre, vers des bureaucrates non élus de l’OMS. Chacun des changements proposés va dans le sens d’une augmentation des pouvoirs et d’une centralisation des pouvoirs délégués à l’OMS, au détriment des États membres.

Leslyn Lewis, membre du Parlement canadien et avocate ayant une expérience internationale, a averti que le traité permettrait également à l’OMS de déterminer unilatéralement ce qui constitue une pandémie et de déclarer quand une pandémie se produit. « Nous nous retrouverions avec une approche unique pour le monde entier », a-t-elle averti. Selon le plan proposé par l’OMS, les pandémies ne doivent pas être limitées aux maladies infectieuses et pourraient inclure, par exemple, une crise d’obésité déclarée.

Dans le cadre de ce plan, l’OMS a passé un contrat avec T-Systems, une filiale de Deutsche Telekom basée en Allemagne, pour développer un système de passeport vaccinal mondial, avec des plans pour relier chaque personne sur la planète à un identifiant numérique à code QR.

« Les certificats de vaccination qui sont inviolables et vérifiables numériquement instaurent la confiance. C’est pourquoi l’OMS aide les États membres à mettre en place des réseaux de confiance nationaux et régionaux et des technologies de vérification », a expliqué Garret Mehl, chef du département Santé numérique et innovation de l’OMS.

« Le service de passerelle de l’OMS sert également de passerelle entre les systèmes régionaux. Il peut également être utilisé dans le cadre des futures campagnes de vaccination et des enregistrements à domicile ».

Ce système sera universel, obligatoire, transnational et géré par des bureaucrates non élus dans une ONG accaparée qui a déjà bousillé la réponse à la pandémie de covid.

Traduction de Aube Digitale

***

Davos révèle les bases d’un système de crédit social « vert »

Cette semaine, au cours de l’un des panels du FEM retransmis en direct, le président d’Alibaba Holdings, J. Michael Evans, a affirmé que la société travaillait sur une application permettant de suivre l’empreinte carbone d’un utilisateur individuel.

L’ancien vice-président de Goldman Sachs a déclaré à l’auditoire du panel « Perspectives stratégiques : Consommation responsable » :

« Nous développons, grâce à la technologie, une capacité pour les consommateurs à mesurer leur propre empreinte carbone. Qu’est-ce que cela signifie ? C’est où ils voyagent, comment ils voyagent, ce qu’ils mangent, ce qu’ils consomment sur notre plateforme. Donc : Un tracker individuel de l’empreinte carbone ».

Maintenant, pour clarifier, Evans ne parlait que de la plateforme d’Alibaba… mais c’est une grande plateforme.

L’entreprise chinoise est la deuxième plus grande entreprise de commerce électronique au monde après Amazon, avec des revenus dépassant 715 milliards de yuans en 2021 (soit plus de 110 milliards USD).

Et elle n’est pas seulement une plateforme de commerce électronique. Par l’intermédiaire de ses sociétés de services financiers et technologiques, Alibaba gère le plus grand marché de noms de domaine, le plus grand fournisseur de messagerie électronique et les plus grands services de stockage en nuage en Chine, ainsi que la plus grande plateforme de paiement au monde.

Par le biais d’Alihealth, ils fournissent des services de pharmacie en ligne, ainsi que des technologies informatiques aux hôpitaux et aux cliniques. Depuis qu’ils ont acheté AutoNavi en 2014, ils possèdent également la plus grande société de navigation par carte électronique en Chine.

En gros, en Chine, si vous voulez payer quelque chose sur internet, vous utilisez probablement Alibaba. Si vous voulez commander quelque chose en ligne à une petite entreprise, vous utilisez probablement Alibaba. Si vous voulez vendre vos affaires d’occasion, vous utilisez probablement Alibaba.

Si vous voulez enregistrer un domaine, aller dans une pharmacie, vous inscrire dans un hôpital, envoyer un courrier électronique, utiliser une carte ou un GPS… vous voyez le genre.

Le secteur informatique d’Alibaba est également un leader du marché des services d’IA, étant la première plateforme de paiement à commencer à utiliser la technologie de reconnaissance faciale pour confirmer les paiements en 2017.

Parmi les autres projets en cours, citons « CityBrain », une IA conçue pour scanner les villes et fournir des services de circulation « rationalisés ». Il s’agit de prévenir les accidents potentiels et de rendre les transports publics plus efficaces, ce qui constitue une avancée claire vers les « villes intelligentes ».

L’entreprise a également des antécédents en matière d’applications de « bilan carbone individuel ». En 2017, sa filiale de plateforme de paiement Ant Financial Services a été classée 6e dans la liste « Change the World » de Fortune pour son application Ant Forest.

Selon Fortune, Ant Forest est « la plus grande plateforme au monde de suivi de l’empreinte carbone des individus », et voici comment elle fonctionne :

« Les utilisateurs gagnent des points pour planter des arbres virtuels en adoptant des habitudes respectueuses de l’environnement. L’entreprise plante un arbre réel pour chaque 17,9 kg de carbone économisé ».

Ils sont incroyablement vagues sur la façon dont les utilisateurs « gagnent » ces points, ou ce que sont exactement ces « habitudes respectueuses de la Terre », mais il ne faut pas être un génie pour faire quelques suppositions éclairées.

Et si nous nous sommes concentrés sur le suivi de l’empreinte carbone individuelle, une autre chose qu’Evans dit plus tard dans le panel est tout aussi intéressante :

« La troisième chose, nous la nommons « Voyage vert ». Nous avons au sein de notre entreprise quelque chose qui s’appelle AMAP – une cartographie, comme Google Maps ou Ways – et une entreprise de destination de voyage. Donc, ce que nous allons permettre aux gens de faire, c’est, tout d’abord, de calculer l’itinéraire le meilleur et le plus efficace et aussi le moyen de transport le plus efficace. Ensuite, s’ils profitent de ces recommandations, nous leur donnerons des points bonus qu’ils pourront échanger ailleurs sur notre plateforme. Ainsi, ils sont incités à faire le bon choix, même s’ils ont la possibilité de faire le mauvais choix. »

Mettons donc ces trois faits ensemble. Il semble qu’Alibaba dispose actuellement d’applications, utilisées ou en cours de développement, qui :

  1. surveillent les itinéraires et les méthodes de voyage et « récompensent » les utilisateurs qui font le « bon choix ».
  2. peuvent suivre l' »empreinte carbone » d’un individu, y compris ce qu’il mange et où.
  3. permettent aux utilisateurs de « gagner des points » pour leurs « habitudes écologiques ».

Même individuellement, ces fonctions sont suffisamment inquiétantes, mais leur combinaison donne une image très préoccupante de l’avenir.

Ajoutez à cela ce que nous savons de la portée de l’entreprise à travers ses filiales : Villes intelligentes, services bancaires, dossiers médicaux, courriels, activités sur Internet, etc.

Combien de temps avant qu’Alibaba ne décide de « récompenser » d’autres « bons choix » qui n’ont rien à voir avec l’environnement ? Comme la vaccination, par exemple.

Combien de temps après cela vont-ils commencer à punir les mauvais choix ?

Techniquement, ils ont déjà accès aux données dont ils auraient besoin pour construire ce système. Il serait naïf à l’extrême de ne pas voir où cela mène.

Et, bien sûr, il n’y aura pas que la Chine. Si Alibaba fait cela, Google, Amazon, Apple et tous les autres ne seront pas loin derrière.

Traduction d’Off-Guardian par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé