www.zejournal.mobi
Lundi, 14 Juin 2021

La criminalisation de la dissidence

Auteur : CJ Hopkins | Editeur : Walt | Jeudi, 06 Mai 2021 - 08h18

L’une des caractéristiques des systèmes totalitaires est la criminalisation de la dissidence.

Pas seulement la stigmatisation de la dissidence ou la diabolisation de la dissidence, mais la criminalisation formelle de la dissidence et de tout autre type d’opposition à l’idéologie officielle du système totalitaire. Le capitalisme mondial s’est rapproché de cette étape depuis un certain temps, et maintenant, apparemment, il est prêt à la franchir.

L’Allemagne a montré la voie. Depuis plus d’un an, toute personne remettant en question ou protestant contre les “mesures d’urgence du Covid” ou le récit officiel du Covid-19 a été diabolisée par le gouvernement et les médias, et, malheureusement, mais de manière tout à fait inattendue, par la majorité du public allemand. Et maintenant, une telle dissidence est officiellement de l'”extrémisme”.

Oui, c’est vrai, dans l’Allemagne de la “nouvelle normalité”, si vous êtes en désaccord avec l’idéologie officielle de l’État, vous êtes désormais officiellement un dangereux “extrémiste”. L’agence allemande de renseignements (le “BfV”) a même inventé une nouvelle catégorie d'”extrémistes” afin de pouvoir surveiller légalement toute personne soupçonnée d’être “antidémocratique et/ou de délégitimer l’État d’une manière qui met en danger la sécurité”, comme… vous savez, protester de manière non violente, ou s’exprimer contre, ou critiquer, ou faire de la satire de la soi-disant “nouvelle normalité”.

Naturellement, je suis un peu inquiet, car j’ai participé à la plupart de ces activités “extrémistes”. Mes crimes de la pensée sont juste assis là sur l’Internet attendant d’être examinés par le BfV. Ils sont probablement en train de traduire cet article sur Google, de dresser une liste de toutes les personnes qui le lisent, de leurs amis sur Facebook et de leurs followers sur Twitter, de leurs associés professionnels, des membres de leur famille et de toute personne que ces personnes ont potentiellement rencontrée ou mentionnée par hasard et qui pourrait avoir commis des crimes de pensée similaires.

Vous pensez probablement que je plaisante, n’est-ce pas ? Je ne plaisante pas. Même pas un peu.

L’Office fédéral de protection de la Constitution (“Bundesamt für Verfassungsschutz”) surveille activement tous ceux qui remettent en question ou contestent l’idéologie officielle de la “Nouvelle Normalité”… les “négateurs de Covid”, les “théoriciens du complot”, les “anti-vaxx”, les redoutables “Querdenkers” (c’est-à-dire les personnes qui “pensent en dehors des sentiers battus”), et tous ceux qu’ils ont envie de surveiller et qui ont refusé de rejoindre le culte du Covid. Nous sommes désormais des ennemis officiels de l’État, comme tous les autres “terroristes”… ou, d’accord, techniquement, un peu différents.

Comme le rapportait le New York Times la semaine dernière (German Intelligence Puts Coronavirus Deniers Under Surveillance), “le danger que représentent les négationnistes du coronavirus et les théoriciens du complot ne correspond pas au moule posé par les groupes politiques habituels, y compris ceux d’extrême gauche et d’extrême droite, ou par les extrémistes islamiques”. Pourtant, selon le ministère de l’Intérieur allemand, nous, diaboliques “négationnistes du Covid”, “théoriciens du complot” et “anti-vaxxers”, avons “pris pour cible l’État lui-même, ses dirigeants, les entreprises, la presse et le mondialisme”, et avons “attaqué des policiers” et “défié les autorités civiles”.

De plus, en août 2020, lors d’une répétition générale de la “prise du Capitole”, des insurgés “négationnistes du Covid” ont “escaladé les marches du Parlement” (c’est-à-dire le Reichstag). Naturellement, le Times néglige de mentionner que cette soi-disant “prise d’assaut du Reichstag” a été réalisée par un petit sous-groupe de manifestants auxquels les autorités allemandes avaient accordé une autorisation de se rassembler (en dehors de la manifestation principale, qui était massive et totalement pacifique) sur les marches du Reichstag, que la police allemande avait, pour une raison quelconque, laissé totalement sans surveillance. Compte tenu des antécédents de la personne à qui les autorités allemandes ont délivré cette autorisation de manifestation “sur les marches du Reichstag” – un ancien fonctionnaire connu du NPD, en d’autres termes, un néo-nazi -, l’ensemble de cette affaire m’a semblé un peu douteux… mais qu’en sais-je ? Je ne suis qu’un “théoricien du complot”.

Selon Al Jazeera, le ministère allemand de l’Intérieur a expliqué que ces “extrémistes encouragent leurs partisans à ignorer les ordres officiels et à défier le monopole de l’État sur l’usage de la force.” Sérieusement, pouvez-vous imaginer quelque chose de plus dangereux ? Suivre aveuglément les ordres et se conformer au monopole de l’État sur l’usage de la force sont les pierres angulaires de la démocratie moderne… ou d’une sorte de système politique, en tout cas.

Mais, vous voyez, voilà que je recommence à “être antidémocratique” et à “délégitimer l’État”, sans parler de “relativiser l’Holocauste” (également une infraction pénale en Allemagne) en comparant un système totalitaire à un autre, comme je l’ai fait à plusieurs reprises sur les médias sociaux, et dans une chronique que j’ai publiée en novembre 2020, lorsque le parlement a adopté la “loi sur la protection contre les infections”, qui n’a absolument rien à voir avec la “loi d’habilitation de 1933”.

Ce n’est pas seulement une histoire allemande, bien sûr. Comme je l’ai signalé dans une colonne en février, la guerre “nouvelle normalité” vs la terreur domestique est une guerre mondiale, et elle ne fait que commencer. Selon un “National Terrorism Advisory System Bulletin” du ministère de la Sécurité intérieure (et la machine de propagande “libérale” des médias d’entreprise), la “démocratie” reste sous la menace imminente de ces “extrémistes violents motivés par l’idéologie qui s’opposent à l’exercice de l’autorité gouvernementale” et d’autres “griefs alimentés par de faux récits”, notamment la “colère contre les restrictions imposées par le Covid-19”.

Ces “extrémistes violents” négationnistes du Covid ont apparemment rejoint les forces des “nazis de Poutine” suprématistes blancs, soutenus par la Russie et aimant Trump, qui ont terrorisé la “démocratie” au cours des quatre dernières années, et ont presque renversé le gouvernement américain en déambulant à l’intérieur du Capitole sans autorisation, en se bagarrant avec la police, en attaquant le mobilier et en agissant généralement de manière impolie et indisciplinée. Non, ils n’ont tué personne, comme l’ont rapporté les médias, mais s’introduire dans un bâtiment gouvernemental et poser ses pieds sur les bureaux des politiciens, c’est à peu près la même chose que du “terrorisme”.

Ou peu importe. Ce n’est pas comme si la vérité importait vraiment, pas quand vous excitez l’hystérie de masse sur des “atouts russes” imaginaires, des “milices suprématistes blanches”, des “extrémistes reniant le Covid”, des “terroristes anti-vax” et des “fléaux apocalyptiques”. Lorsque vous déployez une nouvelle idéologie officielle – une idéologie pathologisée-totalitaire – et que vous criminalisez toute dissidence, le but n’est pas de paraître factuel. Il s’agit simplement de terroriser les gens.

Comme l’a expliqué Hermann Goering à propos de la façon de mener un pays à la guerre (et le principe est valable pour toute grande transition, comme celle que nous vivons actuellement) :

“[L]e peuple peut toujours être mis à la botte des dirigeants. C’est facile. Il suffit de leur dire qu’ils sont attaqués et de dénoncer les pacifistes pour manque de patriotisme et pour exposer le pays au danger”.

Revenez en arrière et relisez lentement ces citations du ministère de l’Intérieur allemand et du DHS. Le message qu’ils envoient est indubitablement clair. Il ne semble peut-être pas si nouveau que cela, mais il l’est. Oui, cela fait vingt ans qu’ils nous disent “nous sommes attaqués” et qu’ils dénoncent les critiques, les manifestants et les dissidents (c’est-à-dire depuis le lancement de la guerre contre le terrorisme en 2001, et depuis quatre ans dans le cadre de leur guerre contre le populisme), mais là, c’est un tout nouveau niveau… une fusion des récits officiels et de leurs ennemis officiels respectifs en un récit officiel unique et global dans lequel la dissidence ne sera plus autorisée.

Au lieu de cela, elle sera criminalisée, ou pathologisée.

Sérieusement, revenez en arrière et relisez ces citations. Les gouvernements capitalistes mondiaux et leurs porte-paroles médiatiques nous disent, en termes très clairs, que “l’objection à leur autorité” ne sera plus tolérée, pas plus que la dissidence par rapport à leurs récits officiels. Une telle dissidence sera jugée “dangereuse” et surtout “fausse”. Elle ne fera pas l’objet d’un engagement ou d’un débat rationnel. Elle sera effacée de la vue du public. Il y aura une “réalité” officielle et inviolable. Toute déviation de la “réalité” officielle ou tout défi aux “autorités civiles” sera qualifié d'”extrémisme” et traité en conséquence.

C’est l’essence même du totalitarisme, l’établissement d’une idéologie officielle inviolable et la criminalisation de la dissidence. Et c’est ce qui se passe, en ce moment même. Une nouvelle idéologie officielle est en train d’être établie. Pas une idéologie d’état. Une idéologie globale. La “nouvelle normalité” est cette idéologie officielle. Techniquement, c’est une post-idéologie officielle, une “réalité” officielle, un “fait” axiomatique, que seuls les “criminels” et les “psychopathes” pourraient nier ou contester.

Je creuserai plus profondément l’idéologie de la “nouvelle normalité” et le “totalitarisme pathologisé” dans mes prochaines chroniques, et… désolé, elles ne seront probablement pas très drôles. Pour l’instant, je vous laisse avec deux autres citations. C’est moi qui souligne, comme toujours.

Voici le sénateur de l’État de Californie Richard Pan, auteur d’une tribune dans le Washington Post : “L’extrémisme anti-vax s’apparente à du terrorisme domestique”, cité par le Los Angeles Times :

“Ces extrémistes n’ont pas encore été tenus pour responsables, ils continuent donc à escalader la violence contre le public corporel … Nous devons maintenant convoquer la volonté politique d’exiger que les terroristes nationaux assument les conséquences de leurs paroles et de leurs actes. Notre démocratie et nos vies en dépendent… Ils ont noué des alliances avec des suprématistes blancs, des théoriciens du complot et d’autres personnes d’extrême droite…”.

Et voici Peter Hotez dans le magazine Nature :

“Les Nations unies et les plus hauts niveaux de gouvernement doivent adopter des approches directes, voire conflictuelles, avec la Russie, et agir pour démanteler les groupes anti-vaccins aux États-Unis. Les efforts doivent s’étendre au domaine de la cybersécurité, de l’application de la loi, de l’éducation du public et des relations internationales. Un groupe de travail inter-agences de haut niveau, placé sous l’autorité du secrétaire général des Nations unies, pourrait évaluer l’impact total de l’agression anti-vaccinale et proposer des mesures strictes et équilibrées. Ce groupe de travail devrait comprendre des experts qui se sont attaqués à des menaces mondiales complexes telles que le terrorisme, les cyberattaques et l’armement nucléaire, car l’antiscience s’approche désormais de niveaux de péril similaires. Il est de plus en plus clair que faire progresser la vaccination nécessite une contre-offensive”.

Nous allons entendre beaucoup plus de rhétorique de ce genre à mesure que cette nouvelle structure plus totalitaire du capitalisme mondial se développe progressivement. C’est probablement une bonne idée d’écouter attentivement, et de supposer qu’ils pensent exactement ce qu’ils disent.

Traduction par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé