www.zejournal.mobi
Jeudi, 09 Déc. 2021

Comprendre les dangers des «zones d’innovation» et des «villes intelligentes»

Auteur : Derrick Broze | Editeur : Walt | Lundi, 15 Mars 2021 - 03h46

Après avoir appris que le gouverneur du Nevada, Steve Sisolak, envisageait de créer des «zones d’innovation» où les entreprises technologiques pourraient créer leurs propres villes et gouvernements, les défenseurs de la vie privée réagissent avec crainte et inquiétude.

Lors de son discours sur la situation de l’État à la mi-janvier, le gouverneur du Nevada, Steve Sisolak, a fait remarquer que l’État souffre des restrictions COVID-19 et de leur effet sur le tourisme. M. Sisolak a appelé au lancement de «zones d’innovation», un plan visant à faire venir au Nevada des entreprises travaillant sur des «technologies révolutionnaires» et à faire de l’État «l’épicentre de cette industrie émergente et à créer les emplois bien rémunérés et les revenus qui vont avec». Cependant, dans ces zones d’innovation, les sociétés ont le pouvoir de percevoir des impôts et, pour l’essentiel, de fonctionner comme un gouvernement quasi-indépendant.

Bien que le plan complet pour les zones d’innovation n’ait pas encore été publié, le Las Vegas Review-Journal a obtenu une ébauche de la législation proposée qui accorderait aux entreprises technologiques des pouvoirs inédits dans la juridiction de ces zones. Le projet de loi stipule que les gouvernements locaux traditionnels sont «inadéquats à eux seuls pour fournir la flexibilité et les ressources nécessaires pour faire de l’État un leader dans l’attraction et la rétention de nouvelles formes et de nouveaux types d’entreprises et pour favoriser le développement économique dans les technologies émergentes et les industries innovante». En réponse, le projet appelle à une «forme alternative de gouvernement local».

Cette «forme alternative de gouvernement local» sera construite autour de l’utilisation de technologies innovantes, notamment :

  • Blockchain
  • Les technologies autonomes
  • l’Internet des objets
  • Robotique
  • l’intelligence artificielle
  • Technologie sans fil
  • Biométrie
  • les ressources renouvelables.

Alors que les zones fonctionneraient d’abord sous l’autorité du comté dans lequel elles sont situées, la législation décrit comment les entreprises technologiques pourraient utiliser les zones d’innovation pour former leur propre gouvernement distinct qui agirait comme l’équivalent d’une autorité de comté. Ces zones auraient la capacité d’imposer des taxes, de créer des districts scolaires et des systèmes judiciaires locaux, et de fournir des services publics. La zone aurait un conseil de surveillance doté des mêmes pouvoirs qu’un conseil des commissaires de comté.

Lors de son discours sur l’état de l’État, M. Sisolak a indiqué que Blockchains, LLC s’était engagée à développer une «ville intelligente» à l’est de Reno qui fonctionnerait avec la technologie blockchain. La technologie blockchain est essentiellement un grand livre numérique qui ne peut être modifié. Le concept a d’abord été popularisé par le bitcoin et les crypto-monnaies. Les experts en technologie numérique prédisent depuis des années que la technologie blockchain révolutionnera notre monde en s’intégrant à diverses industries. Certains enthousiastes de la blockchain pensent que cette technologie pourrait supprimer le besoin d’institutions centralisées, comme les banques et les gouvernements. D’autres craignent que l’utilisation de la blockchain ne conduise à un avenir où chaque interaction est enregistrée sur une blockchain publique.

Le PDG de Blockchains, Jeffrey Berns, promeut sa vision d’une ville intelligente blockchain depuis 2018, lorsque la société a acheté 67 000 acres de terrain dans le centre industriel de Tahoe Reno, qui abrite également Google et Tesla. Berns a révélé pour la première fois ses plans pour la ville blockchain en novembre 2018 lors de l’événement Prague Blockchain Week.

«Imaginez un monde où n’importe qui, n’importe où, peut collaborer, établir les règles de cette collaboration, faire respecter ces règles, échanger de la valeur, et faire tout cela sur la blockchain», a déclaré Berns lors de son intervention. «Pas de gouvernement. Pas de banque. Pas de société. Juste la confiance dans les mathématiques.»

Alors que Berns affirme être préoccupé par la croissance des entreprises Big Tech et vise à utiliser la blockchain pour éliminer le besoin de banques, de sociétés ou de gouvernements – des idées qui sont populaires parmi les libertaires et les crypto-anarchistes – sa société décrit également une vision où toute vie est placée sur la blockchain. Le site Web de Blockchains décrit comment les appareils intelligents pourraient être connectés à une blockchain :

«En connectant les appareils intelligents à une blockchain – des smartphones et des ordinateurs aux voitures connectées à Internet, en passant par les serrures intelligentes, les machines de fabrication avancées et les systèmes de sécurité – nous pouvons faciliter les places de marché, les services de paiement ou même une économie de partage pour l’Internet des objets. Cela rend possible non seulement les transactions de pair à pair, mais aussi les paiements de machine à machine pour des services allant du paiement des péages au stockage, à la consommation et au commerce des batteries. Mieux encore, comme ces interactions se font sur une blockchain, elles ne dépendront pas d’intermédiaires financiers et ne seront pas soumises aux risques de sécurité inhérents aux systèmes centralisés de stockage de données».

Bien sûr, les blockchains sont un outil. Comme pour tout outil, leur but est défini par la personne qui manie ou crée l’outil. Une blockchain peut être créée dans un souci de confidentialité, de transparence et de rapidité. En outre, un développeur peut créer une blockchain dans laquelle chaque interaction est stockée et accessible à toute entreprise, tout gouvernement ou tout individu. Ce qui compte, c’est la façon dont la technologie est appliquée. Berns se soucie peut-être de la vie privée et souhaite éliminer les autorités centralisées, mais toutes les blockchains ne sont pas égales et il semble inévitable que des acteurs moins recommandables tentent d’utiliser la blockchain, les zones d’innovation et les «villes intelligentes» à des fins de surveillance et de contrôle de la population au sein de la ville.

Par exemple, il a été rapporté que le tristement célèbre Bill Gates et sa société d’investissement Belmont Partners ont acheté un terrain de 25 000 acres près de l’Arizona pour 80 millions de dollars. Gates et Belmont Partners prévoient de construire une ville intelligente appelée «Belmont». Les détails sur ce qui se passera exactement à Belmont sont rares, mais Gates a déclaré qu’il avait l’intention de faire passer la population à près de 200 000 habitants dans les années à venir. Cependant, compte tenu du rôle de Gates dans l’opération COVID-19, de ses projets de contrôle des terres agricoles, d’occultation du soleil, d’ingénierie génétique de l’approvisionnement alimentaire et de vaccination du monde entier, il semble peu probable que Belmont soit un lieu qui valorise la vie privée et la liberté individuelle.

Le danger des villes intelligentes et le manque de protection de la vie privée:

La tendance des villes intelligentes est apparemment à la hausse, car de plus en plus d’entreprises et de collectivités locales cherchent à s’associer dans divers types de zones économiques spéciales ou de zones d’innovation. L’Inde s’est engagée à construire 100 villes intelligentes, l’Afrique voit 100 milliards de dollars injectés dans au moins 20 projets, et la Chine compterait jusqu’à 500 projets pilotes de villes intelligentes. L’Arabie saoudite s’est également lancée dans la bataille avec Neom, un projet de 500 milliards de dollars qui pourrait un jour rivaliser avec la Silicon Valley. La ville sera plus grande que New York et est présentée comme le centre de «la prochaine ère de progrès humain».

Il est clair que les villes intelligentes ne sont pas près de disparaître. Cependant, ce qui n’est pas souvent mentionné, c’est que ces villes intelligentes et autonomes impliquent également des invasions massives de la vie privée et, dans certains cas, l’abandon du droit de conduire ou de posséder un véhicule.

Un exemple actuel de ce que l’on appelle une «ville intelligente» est le Songdo International Business District (Songdo IBD), une étendue de 1 500 acres le long du front de mer d’Incheon, à seulement 30 km au sud-ouest de Séoul, en Corée du Sud. Le projet a été construit de A à Z sur des terres récupérées, pour un coût d’environ 35 millions de dollars. Le Guardian a précédemment décrit Songdo comme «un endroit où les ordures sont automatiquement aspirées par des tuyaux souterrains, où les lampadaires vous surveillent en permanence et où votre immeuble sait qu’il faut faire descendre l’ascenseur pour vous accueillir lorsqu’il détecte l’arrivée de votre voiture. Des capteurs dans chaque rue suivent le flux de circulation et envoient des alertes sur votre téléphone lorsqu’il va neiger, tandis que vous pouvez surveiller l’aire de jeux des enfants à la télévision depuis le confort de votre canapé».

Songdo a été conçue non pas comme une simple ville intelligente, mais comme une «ville omniprésente», une ville intelligente dotée d’une technologie «omniprésente». Une ville où les ordinateurs et les capteurs sont intégrés aux bâtiments et aux rues, où les capteurs recueillent des informations sur la vie quotidienne, le trafic et la consommation d’énergie. Comme le décrit WorldCrunch, à Songdo, tout est précédé d’un «U» : U-trafic, U-sécurité, U-gouvernance, U-santé, et bien sûr U-divertissement. Le «U» signifie «ubiquitaire», omniprésent. En d’autres termes : Big Brother est là».

Selon le document «International Case Studies of Smart Cities : Songdo, République de Corée», Songdo propose un certain nombre de mesures de sécurité et environnementales pour rendre la vie plus sûre et plus durable. Cependant, il n’est pas fait mention de la protection de la vie privée ou des implications d’une ville vivante, connectée au réseau et à l’écoute de ses citoyens au quotidien. Le rapport indique que «Songdo U-City recueille des données en temps réel 24 heures sur 24 à partir d’équipements sur place tels que des caméras de télévision en circuit fermé, divers dispositifs de détection et des détecteurs de trafic».

En outre, il existe un centre de commandement central où toutes les «images des caméras de prévention des crimes, de prévention des catastrophes, de surveillance de l’environnement et de la circulation» sont contrôlées afin de fournir des informations utiles aux citoyens. Les capteurs de l’internet des objets installés dans les maisons et les bâtiments sont également conçus pour fournir «des informations en temps réel aux utilisateurs, sur la quantité d’énergie consommée et les mesures à prendre pour minimiser la facture des services publics.» Le plan pour Songdo envisage également une ville sans conducteur où les résidents utilisent exclusivement des services de covoiturage comme SOCAR.

Là encore, il n’y a aucune mention de la protection de la vie privée ou des données pour les résidents de Songdo. Cependant, nous avons déjà des exemples de la façon dont un manque de protection de la vie privée peut être désastreux pour les résidents des villes intelligentes.

Quayside est une ville intelligente planifiée qui est en cours de réalisation depuis 2016. Située sur 12 acres de propriété en bord de mer au sud-est du centre-ville de Toronto, au Canada, Quayside représente un effort conjoint de l’agence gouvernementale canadienne, Waterfront Toronto, et de Sidewalk Labs, qui appartient à Alphabet, la société mère de Google. Sidewalk Labs prétend que Quayside résoudra les problèmes d’embouteillages, de hausse des prix des logements et de pollution environnementale. Malheureusement, les résidents de Quayside utiliseront un système centralisé de gestion de l’identité grâce auquel ils auront accès aux services publics, comme les cartes de bibliothèque et les soins de santé. Cela signifie que leurs données seront fortement centralisées, ce qui les rendra accessibles aux pirates informatiques et aux forces de l’ordre. En fait, Quayside a toujours fait l’objet d’une opposition en raison de son incapacité à intégrer les mesures de protection de la vie privée nécessaires.

Au moins deux fonctionnaires impliqués dans le projet ont démissionné. Saadia Muzaffar a démissionné de Waterfront Toronto en signe de protestation après que le conseil d’administration a fait preuve «d’apathie et d’un manque de leadership concernant une confiance publique chancelante.» En octobre 2018, Ann Cavoukian, l’une des plus grandes spécialistes de la protection de la vie privée au Canada et ancienne commissaire à la protection de la vie privée de l’Ontario, a également démissionné du projet. Cavoukian a été engagée par Sidewalk Toronto en tant que consultante pour aider à installer un cadre de «privacy by design». On lui a d’abord dit que toutes les données recueillies auprès des résidents seraient supprimées et rendues non identifiables. Elle a ensuite appris que des tiers auraient accès aux informations identifiables recueillies à Quayside.

«Je nous imaginais créer une ville intelligente de la vie privée, par opposition à une ville intelligente de la surveillance», a-t-elle écrit dans sa lettre de démission. «Je dois démissionner parce que vous vous êtes engagés à intégrer la vie privée dès la conception dans chaque aspect de votre fonctionnement».

Les craintes autour de Quayside se sont accrues fin octobre 2019, lorsque le Globe and Mail a rapporté que des documents inédits de Sidewalk Labs détaillaient comment les personnes vivant dans une communauté Sidewalk interagiraient avec l’espace qui les entoure et y auraient accès. Cette expérience dans la ville intelligente proposée dépend largement de la quantité de données que vous êtes prêt à partager, ce qui pourrait être utilisé pour récompenser ou punir les gens pour leur comportement.

Bien que le document – connu en interne sous le nom de «livre jaune» – ait été conçu comme un livre de présentation pour l’entreprise et soit antérieur aux accords formels de Sidewalk avec la ville de Toronto, il donne une vision de ce que la société sœur de Google aimerait faire. Plus précisément, le document explique comment Sidewalk aura besoin d’une autorité fiscale et financière pour financer et fournir des services, y compris la capacité «d’imposer, de capter et de réinvestir les taxes foncières». L’entreprise créerait et contrôlerait également ses services publics, notamment des écoles à charte, des systèmes de transport spéciaux et une infrastructure routière privée.

Le document décrit également des outils basés sur la réputation qui ressemblent de manière inquiétante au système de crédit social que nous avons vu dans des émissions de télévision comme Black Mirror et à ceux qui se déroulent dans la Chine moderne. Ces outils conduiraient à une «nouvelle monnaie pour la coopération communautaire», établissant effectivement un système de crédit social. Sidewalk pourrait utiliser ces outils pour «responsabiliser les personnes ou les entreprises» tout en récompensant le bon comportement par un accès plus facile aux prêts et aux services publics.

En réponse aux fuites de documents, Keerthana Rang, porte-parole de Sidewalk, a déclaré: «Les idées contenues dans ce document interne de 2016 représentent le résultat d’un vaste processus de brainstorming très tôt dans l’histoire de l’entreprise».

Peut-être en partie en raison de la poussée contre les atteintes à la vie privée, en novembre 2019, Sidewalk Labs a publié une annexe sur l’innovation numérique de 482 pages indiquant qu’aucun des systèmes de Quayside n’intégrera la reconnaissance faciale, et que Sidewalk Labs ne vendra pas d’informations personnelles ni ne les utilisera pour la publicité. Sidewalk Labs affirme qu’il exigera un consentement explicite pour partager des informations personnelles avec des tiers.

Reste à savoir si Sidewalk Labs, Blockchains LLC, Bill Gates et les autres acteurs impliqués dans la création des villes intelligentes respecteront la vie privée des individus (Hum Hum!). Quoi qu’il en soit, on ne saurait trop insister sur l’importance de ces protections. En avril 2018, l’American Civil Liberties Union a publié un guide détaillant les questions importantes que devraient se poser les responsables des villes qui cherchent à rejoindre l’engouement pour les villes intelligentes. Le guide, intitulé «Comment empêcher les villes intelligentes de se transformer en villes de surveillance», a été rédigé par Matt Cagle, un avocat de l’American Civil Liberties Union of Northern California.

Dans une interview précédente, Cagle a dit que «la technologie des villes intelligentes peut être un loup dans la bergerie» car «elle peut être un autre moyen pour le gouvernement d’amasser des informations qu’il n’aurait peut-être pas voulu collecter à des fins d’application de la loi».

«Cette technologie va souvent être collectée par les entreprises qui l’ont développée», poursuit Cagle. «Il est donc vraiment important que la ville et la communauté soient sur la même longueur d’onde quant à savoir qui sera propriétaire de ces données au fur et à mesure que nous avançons dans ce projet, qui pourra vendre ces données et, au bout du compte, est-ce que les communautés ont le contrôle de ces technologies».

Les villes intelligentes ne sont qu’un début :

Début février, le président sud-coréen Moon Jae-in a déclaré que le gouvernement investirait 8,8 milliards de dollars dans le projet de «ville intelligente» de la Corée du Sud à l’échelle nationale d’ici 2025. «La clé des villes intelligentes est d’établir un système d’exploitation de la ville de type intelligence en utilisant les données urbaines recueillies par les caméras de surveillance et les capteurs», a déclaré Moon dans son discours au centre d’exploitation intégré de la ville intelligente de Songdo. «Tout d’abord, (le gouvernement) réalisera plus rapidement des ‘villes intelligentes’ à l’échelle nationale et numérisera les infrastructures publiques, comme les routes et les chemins de fer».

Avec l’exportation de modèles de villes intelligentes de Corée et les annonces récentes concernant la construction d’une «éco-ville» intelligente à Singapour, il semble que la tendance des villes intelligentes n’aille nulle part. Pour l’instant, ces zones d’innovation et ces villes intelligentes ne sont que des outils de marketing destinés à attirer les gens et l’argent dans les villes nouvellement créées. Elles sont volontaires, les gens choisissant librement d’y vivre et de partir s’ils ne sont pas satisfaits. Toutefois, si l’on comprend que l’objectif est de transformer toutes les villes en «villes intelligentes», il faut se demander ce qui se passera si le réseau intelligent est partout et qu’il n’y a nulle part où aller.

Dans un avenir où toutes les villes seront équipées des dernières technologies intelligentes, il est crucial de se battre pour préserver la vie privée et la liberté de mouvement. Il est également important de comprendre les «zones d’innovation», les «zones économiques spéciales» et les «villes intelligentes» dans le contexte de la vision «The Great Reset» du Forum économique mondial. Comment ces technologies et concepts émergents jouent-ils un rôle dans la promotion de la vision centralisée et autoritaire imaginée par les têtes parlantes du WEF ?

Dans une prochaine enquête, je montrerai plus en détail comment la promotion des villes intelligentes est directement liée au Jesuite Klaus Schwab, à Bill Gates et à la promotion du Great Reset.

Traduction : ExoPortail 


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé