www.zejournal.mobi
Samedi, 23 Janv. 2021

Gingrich : Les gredins qui ont volé notre élection ont été négligents

Auteur : Newt Gingrich | Editeur : Walt | Mercredi, 25 Nov. 2020 - 10h00

La paresse mène au laisser-aller, et c’est par le laisser-aller que le vol le plus effronté de l’histoire américaine est mis au jour…

Le “vol de l’élection de 2020 a été une entreprise gigantesque” selon Gingrich, impliquant une anarchie généralisée et des partenariats illicites entre acteurs privés et fonctionnaires. Depuis le jour du scrutin, ils s’efforcent de brouiller les pistes, mais ils n’ont pas travaillé assez vite. Aujourd’hui, les tribunaux doivent les empêcher de détruire d’autres preuves afin que la population de Pennsylvanie – et le reste du pays – puisse évaluer avec précision les conséquences de leurs méfaits.

Le 21 novembre, un nouveau procès explosif a été intenté au tribunal fédéral de district. Il détaille et documente un large éventail de pratiques illégales qui ont été utilisées pour gonfler le nombre de votes reçus par le candidat démocrate à la présidence Joe Biden, notamment le traitement disparate des électeurs en fonction de leur lieu de résidence et la manipulation pure et simple du système d’inscription des électeurs de Pennsylvanie par des militants partisans.

Un nombre sans précédent de bulletins de vote par procuration et par correspondance ont été déposés cette année, et pratiquement tout le monde s’attendait à ce que cela se traduise par un taux de rejet des bulletins de vote plus élevé que d’habitude pour diverses raisons, comme l’absence d’enveloppe confidentielle ou des informations manquantes. En Pennsylvanie, des dizaines ou des centaines de milliers de bulletins de vote étaient susceptibles d’être rejetés, sur la base de modèles historiques. Au lieu de cela, seulement 0,03 % des bulletins de vote par correspondance ont été rejetés, soit environ 1 000 votes.

Considérant qu’une majorité significative des votes par correspondance ont été exprimés en faveur de Biden, le candidat démocrate a largement bénéficié de cet écart. Mais comment cette anomalie s’est-elle produite ?

Il s’est avéré que les responsables électoraux des bastions démocrates tels que le comté d’Allegheny (Pittsburgh), le comté de Philadelphie et les comtés du col de Philadelphie – en particulier le comté du Delaware – ont outrepassé leur autorité afin d’accorder aux électeurs un traitement préférentiel qui n’était pas accordé aux électeurs des régions de l’État à tendance républicaine.

Plus précisément, les travailleurs électoraux ont illégalement “pré-contrôlé” les bulletins de vote par correspondance afin de déterminer s’il leur manquait une enveloppe secrète ou s’ils n’avaient pas inclus les informations nécessaires. Lorsque les bulletins étaient défectueux, les électeurs avaient la possibilité de les corriger, ou de les “corriger”, pour s’assurer qu’ils étaient comptabilisés. Dans certains cas au moins, les responsables du Parti démocrate ont même reçu des listes d’électeurs à contacter pour corriger leurs bulletins.

Les responsables électoraux des comtés à majorité républicaine ont interprété à juste titre cette pratique comme une violation du code électoral de la Pennsylvanie, mais la secrétaire d’État démocrate Kathy Boockvar a publié des directives autorisant ces pratiques illégales malgré l’absence d’une autorité légale pour le faire.

Mais ce n’est pas la seule façon dont les démocrates ont enfreint la loi pour donner un avantage injuste à leur candidat. Des enquêtes approfondies menées sur le terrain depuis un an et demi par des avocats et des enquêteurs du projet Amistad de la société non partisane Thomas More ont révélé un autre élément du complot qui impliquait un comportement encore plus flagrant.

Boockvar a également outrepassé son autorité en accordant à des organisations privées et partisanes – y compris le groupe notoirement pro-démocrate “Rock the Vote” – l’accès au Registre uniforme des électeurs de l’État du Commonwealth (SURE).

“L’outil sur internet de Rock the Vote était connecté à notre système, rendant le processus d’inscription des électeurs par le biais de leurs programmes en ligne, et ceux de leurs partenaires, transparent pour les électeurs de toute la Pennsylvanie”, cite Boockvar dans le procès.

Ce n’est pas censé se produire. C’est une chose que des groupes extérieurs soumettent des demandes d’inscription à l’État au nom d’électeurs potentiels, mais les greffiers électoraux sont les seuls qui sont censés saisir ce genre d’informations directement dans les dossiers.

Il est facile de comprendre pourquoi en examinant les listes électorales post-électorales, qui contiennent des noms tels que “Mary April Smith”, suivie de “Mary May Smith”, “Mary June Smith”, “Mary July Smith”, etc. Cependant, lorsque les mêmes listes électorales ont été achetées une semaine plus tard, ces noms suspects avaient mystérieusement disparu des listes.

Dans ces circonstances, c’est la preuve directe d’un effort systématique de dissimulation des méfaits. Toutes les autres modifications apportées au système SURE doivent être immédiatement interrompues afin de permettre une enquête approfondie sur les registres avant que d’autres preuves puissent être détruites.

Les gredins qui ont tenté de détourner l’élection présidentielle de 2020 étaient voués à se tromper quelque part, et maintenant ils essaient de faire disparaître les preuves flagrantes de leurs méfaits avant que l’étendue de leurs crimes ne soit dévoilée au public américain. Nous ne pouvons pas permettre que cela se produise, ou nous ne pourrons peut-être plus jamais faire confiance à l’intégrité de nos élections.

Traduition par Aube Digitale

***

Trump affirme qu’il ne cédera jamais aux “faux bulletins de vote et à Dominion”

Le président Donald Trump a déclaré lundi dernier que, bien que l’Administration des services généraux (GSA) ait reçu le feu vert pour s’engager avec l’équipe de transition de Joe Biden, il ne céderait “jamais” dans ce qu’il a appelé “l’élection la plus corrompue de l’histoire politique américaine”, et son équipe poursuivra les contestations judiciaires.

“Qu’est-ce que le fait que la GSA soit autorisée à travailler avec les Démocrates a à voir avec la poursuite de nos différentes affaires sur ce qui sera considéré comme l’élection la plus corrompue de l’histoire politique américaine ?” a écrit Trump.

“Nous avançons à toute vitesse. Nous ne céderons jamais aux faux bulletins de vote & ‘Dominion'”, a ajouté le président, en faisant référence au système de vote du Dominion qui a été mis sous les feux de la rampe, l’équipe juridique de Trump soutenant que des prétendus exploits dans le système de vote ont été utilisés pour faire basculer les votes en faveur de Biden.

Sidney Powell, une avocate autrefois affiliée à l’équipe juridique de Trump mais qui agit maintenant de manière indépendante, a déclaré qu’elle disposait d’un déluge de preuves que Dominion et d’autres systèmes de vote ont été exploités pour faire basculer l’élection, disant qu’elle avait bientôt l’intention d’intenter un procès de proportions “épiques” qui détaillera les preuves. Elle a ajouté que les preuves qu’elle avait reçues concernant la fraude électorale étaient massives et a comparé leur divulgation éventuelle à la “libération du Kraken”.

Le président Donald Trump lors d’un briefing dans la salle de presse James Brady à la Maison Blanche à Washington le 20 novembre 2020. (Tasos Katopodis/Getty Images)

Dominion a nié à plusieurs reprises que ses systèmes étaient compromis ou utilisés de manière frauduleuse. Pendant ce temps, une déclaration commune de la Cybersecurity and Infrastructure Security Agency (CISA) au nom d’une coalition nationale d’infrastructures électorales ayant des liens avec Dominion grâce à l’adhésion de la société au Conseil de coordination du secteur des infrastructures électorales (SCC) de la CISA, a qualifié l’élection du 3 novembre de “la plus sûre de l’histoire américaine”.

Trump a par la suite licencié Christopher Krebs, alors à la tête de la CISA, en affirmant que la déclaration commune était “très inexacte en ce sens qu’il y a eu des irrégularités et des fraudes massives”.

Le message du président selon lequel il “ne céderait jamais aux faux bulletins de vote & ‘Dominion'”, faisait suite à une missive antérieure dans laquelle il avait indiqué que la GSA mettrait à disposition de M. Biden des ressources de transition, tout en insistant sur le fait qu’il avait encore de bonnes chances de victoire.

“Notre affaire se poursuit VIVEMENT, nous continuerons le bon combat, et je crois que nous l’emporterons”, a-t-il écrit dans un message sur Twitter.

Le message du président a fait suite à une lettre que l’administratrice de la GSA, Emily Murphy, a envoyée à M. Biden (pdf), où elle informait l’ancien vice-président que certaines ressources de transition, dont environ 7,3 millions de dollars de fonds, seraient disponibles pour lui et son équipe.

Dans sa lettre, Mme Murphy a fait remarquer que la décision de fournir des ressources de transition ne doit pas être comprise comme la détermination qu’un des candidats a gagné l’élection.

“La GSA ne dicte pas l’issue des litiges et des recomptages, ni ne détermine si ces procédures sont raisonnables ou justifiées”, a-t-elle écrit. “Le vainqueur effectif de l’élection présidentielle sera déterminé par le processus électoral détaillé dans la Constitution”.

Emily Murphy, administratrice de l’administration des services généraux, s’exprime lors d’une cérémonie d’inauguration à Washington le 21 juin 2019. (Susan Walsh/AP Photo)

Mme Murphy a déclaré qu’elle avait pris cette décision de manière indépendante malgré les nombreuses menaces.

“J’ai cependant reçu des menaces en ligne, par téléphone et par courrier, dirigées contre ma sécurité, ma famille, mon personnel et même mes animaux domestiques, dans le but de me forcer à prendre cette décision prématurément. Même face à des milliers de menaces, je suis toujours restée déterminée à faire respecter la loi”, peut-on lire dans la lettre.

Trump a fait l’éloge de Murphy pour son dévouement et sa loyauté envers le pays.

“Je tiens à remercier Emily Murphy de la GSA pour son dévouement et sa loyauté sans faille envers notre pays. Elle a été harcelée, menacée et maltraitée et je ne veux pas que cela lui arrive, ni à sa famille, ni aux employés de la GSA”, a écrit le président.

Yohannes Abraham, le directeur exécutif de transition de Joe Biden, a déclaré que Murphy “a établi que le président élu Joe Biden et le vice-président élu Kamala Harris sont les vainqueurs apparents de l’élection, fournissant à la nouvelle administration les ressources et le soutien nécessaires pour effectuer un transfert de pouvoir sans heurts et pacifique”.

“La décision d’aujourd’hui est une étape nécessaire pour commencer à relever les défis auxquels notre nation est confrontée, notamment pour maîtriser la pandémie et remettre notre économie sur les rails”, a-t-elle ajouté.

La GSA a confirmé au journal The Epoch Times plus tôt dans la journée de lundi qu’elle informerait bientôt certains membres du Congrès sur la transition présidentielle.

Alors que plusieurs médias ont déclaré M. Biden comme président élu, The Epoch Times ne déclarera pas un vainqueur de l’élection présidentielle de 2020 tant que tous les résultats ne seront pas certifiés et que les éventuelles contestations judiciaires ne seront pas résolues.

Zachary Stieber, Jack Phillips, Mimi Nguyen-Ly et Allen Zhong ont contribué à ce rapport.

Traduction de The Epoch Times par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé