www.zejournal.mobi
Lundi, 30 Nov. 2020

La plate-forme sociale de libre expression Gab enregistre un trafic record après l’histoire de la censure sur Twitter et Facebook de Hunter Biden

Auteur : Didi Rankovic | Editeur : Walt | Mardi, 20 Oct. 2020 - 11h35

La sinistre menace de censure de la part de Big Tech a fait prendre conscience aux gens de l’importance des alternatives.

La censure de l’information, en particulier dans les dernières semaines précédant une élection présidentielle américaine houleuse, ne fera pas disparaître cette information.

 

Ce que l’épisode de la semaine dernière nous apprend, c’est que les utilisateurs qui ne peuvent plus se fier à des géants comme Facebook et Twitter se tourneront très rapidement vers leurs alternatives émergentes et indépendantes, comme Gab.

Rien que jeudi, le réseau a reçu 537 000 visites en 24 heures, soit une hausse de 39 % par rapport au mois précédent.

Alors, que s’est-il passé ?

Dans le monde des médias numériques disponibles et accessibles à de larges pans de la population mondiale, de la Chine aux États-Unis, et dans de nombreux endroits entre les deux, il est vrai qu’il n’a jamais été aussi facile de censurer les contenus – et pour les gens de contourner ces interdictions pour accéder aux vraies nouvelles après tout.

Ce qui s’est passé au début de la semaine sur certains des plus grands réseaux sociaux d’entreprise centralisés – Facebook et Twitter – ne fait que prouver cette règle. En effet, les entreprises à l’origine de ces plateformes ont décidé de bloquer les articles d’actualité très défavorables au candidat démocrate à la présidence Joe Biden.

Ces articles, qui proviennent d’un article du New York Post, comprennent des emails de Biden et de son fils Hunter qui se seraient directement ingérés dans un pays étranger (l’Ukraine) et dans son industrie stratégique de l’énergie – et en auraient tiré profit.

Ces deux scandales – les actions présumées du clan Biden et la tentative du réseau de médias sociaux de les protéger des électeurs américains – étaient tellement sans précédent que, vendredi, le PDG de Twitter, Jack Dorsey, a dû faire marche arrière et admettre que cette décision était « inacceptable ».

Mais pour beaucoup, c’était trop peu, trop tard. Ils se sont plutôt tournés vers Gab, un réseau social alternatif qui a développé sa marque en tant que site pour la liberté d’expression et la liberté individuelle.

Aujourd’hui, alors que les tentatives de canaliser, d’éditorialiser et de contrôler le récit par le biais des médias sociaux sont plus flagrantes et évidentes que jamais, la valeur et l’importance des réseaux sociaux alternatifs distribués l’est tout autant.

Comme l’a dit le PDG Andrew Torba, la croissance récente a été « énorme » : 100 000 nouveaux membres actifs de la communauté se sont ajoutés chaque jour en 48 heures, avec « le retour de nombreuses personnes qui avaient des comptes existants et de nombreuses nouvelles personnes qui ont également rejoint notre communauté ».

Lien vers la plate-forme Gab

Lire aussi : Twitter masque tous les résultats de recherche pour le hashtag « Obamagate »

Traduit par Anguille sous roche


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé