www.zejournal.mobi
Vendredi, 27 Nov. 2020

Le parquet de Paris ouvre une enquête contre Thierry Casasnovas

Auteur : Justine Chevalier | Editeur : Walt | Jeudi, 08 Oct. 2020 - 09h01

Thierry Casasnovas est à nouveau dans le viseur des organismes de lutte contre les dérives sectaires. Visé par une enquête judiciaire, son discours sur le coronavirus inquiète.

(...)

C’est aujourd’hui ce qui inquiète les autorités alors que la chaîne YouTube de cet habitant des Pyrénées-Orientales atteint désormais les 512.000 abonnés. Une enquête a été ouverte cet été par le parquet de Paris pour « mise en danger de la vie d’autrui » et les investigations ont été confiées à l’Office central pour la répression des violences aux personnes, a appris BFMTV de sources concordantes, confirmant une information de LCI. Selon nos informations, cette enquête a été ouverte à la suite d’un signalement de la Miviludes, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires.

La Miviludes est, depuis le début de l’épidémie actuelle, saisie de nouveaux signalements tandis que Thierry Casasnovas exprime son ressenti dans de nouvelles vidéos. Dans l’une d’elles, datée du 5 mai, l’ancien boulanger estime que le Covid-19 n’est pas « l’unique problème, c’est peut-être un révélateur de notre état de santé extrêmement détérioré dans nos pays occidentaux ». Un discours qui frôle presque les théories complotistes lorsque le Youtubeur évoque l’épidémie comme une « opération » qui « a été montée » avec « arrogance ».

(...)

Est-ce cette affaire qui a poussé la justice à ouvrir une enquête ? Est-ce une vidéo de juin 2019 sur le cancer qui a alerté à nouveau la Miviludes ? « On ne meurt pas du cancer, on meurt par ignorance », plaide alors Thierry Casasnovas qui propose alors « un programme anti-cancer ». « Voilà les besoins de votre corps, et que vous fassiez chimio, radio, quoique ce soit, votre niveau de santé restera déplorable », poursuit-il. La Miviludes qui était déjà vigilante quant aux messages délivrés par le naturopathe s’inquiète désormais de ce discours.

En 2018 d’ailleurs, Thierry Casasnovas a contacté lui-même la mission interministérielle pour connaître les éléments que l’institution détient sur lui. Dans un courrier datant du 27 mars de cette même année, que nous nous sommes procuré, la mission lui rappelle que « le seul contenu doctrinal » n’est pas « suffisant pour caractériser un risque de dérive sectaire », développant alors l’ensemble des critères qu’elle observe. Elle note également que la « déstabilisation mentale se révèle toujours présente dans les cas de dérives sectaires ».

(...)

« C’est moins la nature du moyen, la méditation, une alimentation plus saine, qui est en cause, que le fait d’en faire un dogme, presque religieux et donc dangereux, note le docteur Bruno Boyer, président de la section santé publique du Conseil national de l’Ordre des médecins. Lorsque vous prescrivez un traitement à une personne malade, ça ne va pas forcément la rendre malade mais ça va la détourner d’un traitement qui lui garantissait une guérison ou tout au moins une amélioration de son état. »

(...)

Contacté à plusieurs reprises, Thierry Casasnovas n’a pas répondu à nos sollicitations. Sur la page de présentation de sa chaîne YouTube, il est indiqué qu’il s’agit d’une « chaîne de vulgarisation qui propose des conseils génériques en alimentation, et plus largement en hygiène de vie, destinés aux personnes souhaitant adopter une approche plus naturelle ». Et de préciser en guise d’avertissement :

Les conseils qui vous sont proposés ne remplacent en aucune façon une consultation médicale. Les recommandations diététiques suggérées ne le sont qu’à titre de cure ponctuelle de revitalisation, et ne doivent être entamées que si un avis médical a été sollicité avant.

Lire l’intégralité de l’article sur bfmtv.com


- Source : BFM TV

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé