www.zejournal.mobi
Mercredi, 28 Oct. 2020

Manifestations du jeudi 17 septembre ? Manifester ne sert à rien si l’on ne réclame pas d’abord le Frexit !

Auteur : Patrice CALI | Editeur : Walt | Mardi, 22 Sept. 2020 - 08h40

Sept organisations syndicales ont appelé à une journée de grève jeudi 17 septembre 2020 [1].

Elles réaffirment que « la question de l’emploi est centrale » et énumèrent leurs revendications :

 

 

 

 

  • lutte contre la précarité et la pauvreté ;
  • hausse des salaires ;
  • développement des services publics ;
  • abandon définitif de la réforme des retraites.

« Il est également temps d’en finir avec les aides publiques de toute nature dont bénéficient de grandes multinationales sans contrepartie et contrôle d’utilisation », ajoutent les syndicats.

Force ouvrière ne s’associe pas à cet appel mais rejoint une large partie de leurs positions : le mouvement estime par exemple « indispensable » que le plan de relance « conduise au maintien et à la relocalisation d’industries … »

Pourtant, étrangement, lors des manifestations en France, AUCUN syndicat ne cible les sources du problème.

L’affreux silence des syndicats français sur le verrou européen

La vérité, c’est qu’AUCUN SYNDICAT NE MANIFESTE :

CONTRE la responsabilité écrasante de l’Union européenne dans la privatisation rampante des services publics et de nos délocalisations (article 63 [2] et 106 du TFUE [3]).

CONTRE notre appartenance à la zone euro qui réduit notre compétitivité. Selon le FMI l’euro est surévalué de 6% par rapport à l’économie française, là où il est sous-évalué de 15% pour l’Allemagne [4]. En clair, pour la vente d’un même produit sur le marché, l’écart de compétitivité entre la France et l’Allemagne est de 21% !
Notre déficit commercial ne cesse de s’accroître année après année, d’où les mesures de finances publiques par lesquelles les gouvernements successifs détricotent nos acquis sociaux issus du CNR. Le gouvernement est coupable – les syndicats et l’UPR le dénoncent ! –

–  CONTRE la réforme des retraites, qui est inscrite dans les Grandes Orientations de Politique Économique (GOPÉ) fixées par la Commission européenne pour chaque pays de l’UE tous les ans [5].

POUR la destitution de Macron comme le propose l’UPR depuis plus de 2 ans maintenant [6].

Jean Lévy, militant associatif et politique [7]) pose publiquement la question aux milliers de communistes, toujours membres du parti communiste :

« L’offensive antisociale n’est-elle qu’« hexagonale », ne touche-t-elle que la France ? Bien sûr que non. De Madrid comme de Rome, de Lisbonne comme de Bruxelles, de Lisbonne ou d’Athènes montent les mêmes clameurs des travailleurs contre les plans d’austérité mis en place dans les 27 Etats de l’Union européenne ».

« Pourquoi ce silence de votre part ?
Pourquoi cette absence de référence à l’Europe dans vos analyses, vos débats intérieurs, vos réunions publiques ?
Seulement ainsi nous gagnerons la bataille
! » [8].

La réponse à cet invraisemblable silence est simple. Affreusement simple. Les grands syndicats (à part Sud) sont financés par l’Union européenne [9].

D’ailleurs, les Gilets jaunes ont bien compris ce double jeu des syndicats en les court-circuitant.

Que nous enseigne l’histoire sociale depuis 1945 ?

Les salariés français sont-ils des enfants qui veulent encore et encore croire au Père Noël européen ? Ou bien sont-ils des adultes qui se résignent enfin à comprendre que ce Père Noël n’existe pas et qu’il ne cache qu’une formidable entourloupe ?

Car les choses sont devenues trop graves désormais pour que l’on continue à “faire comme si”. Tout le monde du travail doit enfin ouvrir les yeux et regarder la réalité en face. À savoir que :

– TOUTES LES GRANDES CONQUÊTES SOCIALES ont été obtenues entre 1944 et 1992, lorsque la France était libre et souveraine ! Et cela que le président de la République et son gouvernement fussent de droite ou de gauche.

– AUCUNE GRANDE CONQUÊTE SOCIALE n’a été obtenue depuis que la France a vu sa souveraineté bridée par son appartenance à l’Union européenne.

Bien au contraire, nous sommes allés de régressions en régressions sociales. Et cette destruction ne fait que s’accélérer. Et cela que le président de la République et son gouvernement fussent de droite ou de gauche.

C’est bien Bruxelles qui impose l’austérité.

Je donne ici juste l’exemple des hôpitaux publics [10]. Emmanuel Macron fait mine de compatir quand il doit s’exprimer devant des infirmières françaises, mais en réalité il s’aplatit devant Bruxelles. Pas moins de 2,6 milliards d’économies sur le budget des hôpitaux, économies exigées par les GOPÉ, ont été réalisées. [11].

Si nous ne sortons pas de l’Union européenne, nous finirons vraiment comme les Grecs.

La Commission européenne se moque bien des manifestations : les Grecs en ont fait plus de 20 000 et ils sont ruinés [12]. L’austérité y a engendré une profonde récession (-25% du PIB en cumulé sur six ans !), une extrême pauvreté, du chômage de masse, des suicides et une douzième baisse des pensions de retraite validée par … la gauche radicale, celle de Tsipras.

Rappelons que Tsipras avait le même programme que Mélenchon, mais que ce programme, totalement incompatible avec les traités européens ultra-libéraux, a été mis aux oubliettes par Tspiras une fois arrivé au pouvoir.

Que ferait Mélenchon s’il parvenait au pouvoir ?

Il serait contraint à faire comme Tsipras : respecter les traités européens et trahir ainsi la confiance de tous ceux qui lui ont fait confiance.

Mélenchon se garde d’ailleurs bien d’expliquer que modifier ces traités européens nécessite L’U-NA-NI-MI-TÉ des 27 états membres. Ce qui est statistiquement impossible. Jamais il n’y aura 27 Mélenchon, en même temps, à la tête des 27 états membres de l’Union européenne. De même qu’il n’y aura jamais 27 Le Pen ou 27 Jadot en même temps.

Du reste prôner « une Europe sociale », plus personne n’y croit, à part les porte-parole de la gauche européenne ! « Désobéir » aux traités européens, ne changerait en rien le contenu des traités qui continueront à s’appliquer car la primauté du droit européen sur les droits nationaux est absolue [13].

CONCLUSION : Manifestons, oui, mais d’abord pour le FREXIT !

Chacun des adhérents ou sympathisants de l’UPR est libre de rester chez lui ou d’aller manifester . À titre personnel, j’y serai. Et les militants et sympathisants UPR qui iront véhiculeront ce même message, celui de L’ÉTAPE ABSOLUMENT NÉCESSAIRE DU FREXIT, pour parvenir à nos objectifs :

  • la sauvegarde des services publics et de notre industrie,
  • la relocalisation de notre agriculture et de nos industries,
  • la préservation du pouvoir d’achat et de l’emploi.

Et tout simplement récupérer notre souveraineté dans tous les domaines.

Les promesses de Maastricht n’ont pas été tenues et le référendum de 2005, bafoué par Sarkozy avec l’aide des Socialistes, n’a jamais été digéré, les Gilets jaunes l’ont bien compris. L’Union européenne est gangrénée d’idéologues et de puissances d’argent et ne peut au final nous protéger de rien. Bien au contraire, nous nous enfonçons année après année dans le désastre.

Il est encore temps de se relever. Récupérons notre souveraineté et retrouvons notre indépendance avec le Frexit.

Patrice CALI
Membre du Bureau national de l’UPR
Responsable national en charge du secteur public


NOTES:

[1] https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/08/28/sept-organisations-syndicales-appellent-a-une-journee-de-greve-le-17-septembre_6050236_3234.html

[2] https://uprenbref.fr/videos/77-d-ou-viennent-les-delocalisations-et-l-evasion-fiscale-et-comment-l-interdire

[3] https://bit.ly/2FfwRQ6

[4] https://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/08/03/20002-20160803ARTFIG00126-l-euro-est-trop-fort-de-6-pour-la-france-et-trop-faible-de-15-pour-l-allemagne-selon-le-fmi.php

[5] https://www.upr.fr/actualite/fin-de-la-plaisanterie-mediatique-du-barrage-a-macron-lors-des-elections-europeennes-la-politique-economique-et-sociale-de-la-france-pour-2019-2020-est-sortie/

[6] https://www.upr.fr/article-68-le-dossier-sur-la-destitution/

[7] https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=auteurs&obj=artiste&no=1128

[8] http://www.comite-valmy.org/spip.php?article935

[9] https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/confederation-europeenne-de-syndicats-commission-europeenne-depense-millions-deuros-financer-syndicats-pro-ue/

[10] https://www.upr.fr/actualite/comment-et-pourquoi-lhopital-public-francais-est-il-en-train-detre-detruit-dossier-etabli-par-hippocrate-et-la-commission-sante-de-lupr/

[11] https://bit.ly/2WZEro9

[12] https://www.humanite.fr/en-grece-plus-de-20-000-manifestations-en-quatre-ans-dausterite-522790

[13] https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=LEGISSUM:l14548

Photo d'illustration: Cortège de l’UPR le 1er mai 2018 à Paris


- Source : UPR

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...