www.zejournal.mobi
Samedi, 28 Nov. 2020

Une pierre angulaire de l’architecture du Nouveau Monde a été retirée. L’empire Gates a perdu son capitaine

Auteur : Liliane Held-Khawam | Editeur : Walt | Samedi, 19 Sept. 2020 - 07h55

Bill Gates Sr. est parti à l’âge de 94 ans. Que l’on soit d’accord ou pas avec ses valeurs, nous sommes forcés de reconnaître que cet homme a eu un parcours professionnel juste impressionnant. C’est lui le capitaine du navire de l’empire des Gates. Maintenant qu’il n’est plus, la réaction de Bill Gates Jr. va être cruciale. Il n’est pas dit qu’il va bien supporter la perte de celui qui semble avoir été son mentor et son appui…

Suite aux deux grandes guerres, les dirigeants du XXe siècle avaient initié une mutation de l’organisation du monde. Ils étaient arrivés à la conclusion que le concept de nation était la source de tous les maux. Ils décidèrent donc, au sortir de la Deuxième guerre mondiale, d’en libérer le monde. C’est sous le leadership des gagnants de cette guerre, les Etats-Unis d’Amérique, qu’il fut décidé que la terre deviendrait une entité indivisible, soumise à une gouvernance mondiale.

Peu à peu, des concepts qui étaient hier gravés dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen furent associés à l’extrême droite nationaliste. Des principes tels que nation, souveraineté, autorité, identité, ou culture devinrent subitement désuets.

Volonté de faire émerger un monde unifié ou globalisé

Un programme de globalisation de la planète a été mis en place pour restructurer en profondeur et faire émerger une sorte d’hyper-État mondial unique, fortement inspiré du monde de la production et de l’entreprise. Une vision « corporate », confirmée par Zbigniew Brzezinski quand il dit :

« La manière dont les banques internationales et les corporations multinationales agissent, et planifient est de loin plus avancée que les concepts politiques de l’État-nation ».

La globalisation, qui va être menée par le monde des affaires, fait « référence à un système-monde au-delà des relations internationales, au-delà de la mondialisation, un fait social total au sens propre du terme, un référant en soi ». Selon le sociologue américain Emmanuel Wallerstein,

« il n’existe qu’un seul monde connecté par un réseau complexe de relations d’échanges économiques « une économie monde » fondé sur l’accumulation du capital par les agents en concurrence (d’abord les États puis d’autres acteurs progressivement) ».

Cet ensemble d’entrelacs, de réseaux et de connexions constitue le « système-monde ». Ainsi va émerger un territoire virtuel mondial, constitué de myriades de flux qui relient et connectent un maximum de points de l’espace du globe. Cette toile densifiée ne peut exister sans la technologie de l’information, et de la communication.

C’est ce besoin vital de la globalisation qui va faire de Bill Gates Jr. ce que l’on voit, à savoir un homme qui semblait donner les directives aux gouvernements mondiaux lors de la crise du COVID-19. La surpuissance de Bill Gates Jr. est ainsi admise dans les allées du pouvoir politique mondial. Elle est la résultante de sa position dominante dans l’industrie de la technologie de l’information, ainsi que de la biotechnologie.

Toutefois, ceci n’est qu’une minuscule pointe de l’iceberg Gates. L’histoire de Bill Gates Jr. est avant tout l’histoire d’une famille, qui s’est constituée au fil des décennies un empire, dont la base arrière est située à Seattle dans l’État de Washington.

C’est tout naturellement que l’on retrouve en 2002 le nom de William H. Gates, Sr., en tant que président de la Commission d’étude sur la structure fiscale de l’État de Washington.

https://dor.wa.gov/about/statistics-reports/tax-structure-final-reporthttps://lilianeheldkhawam.com/2019/09/22/bill-gates-la-philantropie-dans-le-circuit-ferme-du-grand-business-le-media/

Les Gates, une famille de banquiers

D’abord Bill Gates est un héritier d’une famille de banquiers du côté maternel. Maman Gates, Mary Maxwell, était elle-même fille de banquier et petite-fille de James Willard Maxwell, ancien président de la National City Bank de Seattle, mais aussi et surtout ancien directeur de la branche de Seattle de la Federal Reserve Bank de San Francisco. Mary Gates est issue de la super-élite financière de Seattle.

Le financement de projets, même pharaoniques, est du coup facilité. Ainsi financer le développement, et/ou l’acquisition de technologies qui peuvent révolutionner l’organisation de la planète et de la société est disponible.

Les Gates sont avant tout des investisseurs qui ont su saisir, voire se créer des opportunités. Papa Gates avait un flair exceptionnel pour dénicher les entreprises innovantes, destinées à se développer et à dominer leur marché. Grâce à son expertise d’avocat, c’est lui qui va « bétonner » les contrats de Microsoft qui vont propulser celle-ci, et lui permettre de dominer de manière décisive son secteur d’activités.

Dans une stratégie d’investissement qui frise l’excellence (hors toute considération éthique), la famille Gates va se donner les moyens de réaliser ses projets pharaoniques. Comment ? En détenant des positions-clés dans l’actionnariat de groupes bancaires de taille systémique. Les fameux primary dealers, créateurs de monnaie bancaire privée.

Nous avons déjà eu l’occasion de parler des investissements de la Fondation Bill et Melinda Gates, nous ne reviendrons pas dessus.

La puissance très réelle du père : Bill Gates Sr.

Beaucoup de gens ne se rendent pas compte à quel point William Henry Gates II, surnommé Bill Gates Sr., cet éminent avocat, était impliqué dans l’industrie technologique de la région avant même que Microsoft n’ait démarré. Son intérêt et son soutien pour le secteur faisaient partie de son vécu, indépendamment de l’entreprise de son fils.

Et alors que Microsoft (créé en 1975) se développait, et que l’informatique demeurait un domaine étranger pour beaucoup, papa Gates construisait un empire non seulement informatique, mais aussi technologique, et surtout biotechnologique.

En 1996, il a participé au lancement de la Technology Alliance, qui promouvait les technologies de l’information auprès des dirigeants locaux. La fonction de cette organisation allait plus loin et incluait des visites à d’autres pôles technologiques – Silicon Valley, Boston, Caroline du Nord – pour déconstruire ce qui a fait leur succès et tenter de reproduire leurs forces dans le Nord-Ouest.

Grâce à cette méthode discutable, qui renvoie à la création de Microsoft et à la mésaventure du véritable génie de l’informatique Gary Kildal, la Technology Alliance a fait de la région de Seattle -Amazon y est implanté-une forte concurrente de la Silicon Valley.

Cet homme d’influence a eu les moyens de guider et d’orienter son fils. Car il faut le dire : sans papa Gates, Microsoft n’aurait probablement pas existé. C’est si vrai que lors d’un discours donné il y a de nombreuses années lors d’une réunion annuelle des employés de Microsoft, la première phrase qu’il lança était « Sans moi, vous ne seriez pas ici ».

Cette forte influence sur le secteur de la technologie qui a façonné la globalisation de la planète est confirmée par Susannah Malarkey, directrice exécutive de la Technology Alliance déclara à GeekWire : « Si vous regardez qui ont été les personnes les plus influentes au cours des 50 dernières années, il est définitivement dans le top 10. Il n’y a aucun doute là-dessus ».

Nous n’en doutons pas non plus. Plus vous apprenez à découvrir Gates senior et plus vous avez le sentiment que junior est le prolongement de son père.

Une famille au cœur de la révolution technotronique

Zbigniew Brzezinski, conseiller en matière de sécurité du président Carter, qui écrivait notamment dans « La révolution technétronique* » : « Après l’ère de la canonnière et celle du commerce et des finances, les techniques et les réseaux de communication représentent la troisième génération de domination du Monde ».

*Nous avons opté pour technotronique. LHK

Papa Gates qui était de la même génération que Brzezinski a bien capté son message. Toute sa vie, il va placer ses investissements dans le secteur qui va lui permettre, ainsi qu’à sa famille de dominer le Monde en mettant l’ensemble de l’humanité sous contrôle.

Brzezinski écrivait : « L’ère technotronique implique l’apparition progressive d’une société plus contrôlée. Une telle société serait dominée par une élite, débarrassée des valeurs traditionnelles. Bientôt, il sera possible d’assurer une surveillance presque continue de chaque citoyen et de maintenir des fichiers complets à jour contenant même les informations les plus personnelles sur le citoyen. Ces fichiers feront l’objet d’une récupération instantanée par les autorités ».

La famille Gates évolue -voire représente- au cœur nœud gordien qui œuvre inlassablement en faveur du Système-monde globalisant. Ils sont les principaux artisans de la Révolution technotronique.

Le transhumanisme comme finalité de la raison d’être de l’empire Gates ?

Ainsi, nous constatons que la famille Gates est devenue au fil des années le pivot de cette société technocentrée que Zbigniew Brzezi?ski appelait de ses vœux dès les années 60. C’est le moment où M Gates Sr. commençait à avoir du poids dans la société de Seattle en tant qu’avocat certainement brillant. Il se fera connaître en siégeant dans les sociétés innovantes de clients (la Redmond’s Physio-Control Co., ou l’Intermec Corp.).

Or, les produits de Intermec Corp., entreprise créatrice des symboles de codes-barres les plus utilisés et de leur lecteur manuel. Ses produits incluent actuellement :

  • RFID (Radio Frequency Identification)
  • Scanners et imprimantes de codes-barres
  • informatique mobile Réseaux informatiques sans fil
  • Software Tools and Utilities
  • Matériel et logiciel de reconnaissance faciale

Sa présence dès les années 60 dans la Physio-Control, société pionnière des défibrillateurs cardiaques, montre son intérêt pour le secteur de la santé, et qu’il a précédé son fils dans le développement de la biotechnologie.

Bill senior est la pierre angulaire de la technologie de l’information dont Microsoft est la pieuvre industrielle financiarisée. Les concurrents de l’empire Gates ont disparu les uns après les autres. Les États de la planète lui ont ouvert les portes, laissant le champ libre à la récupération des données les plus intimes des citoyens sans que les droits et les libertés individuelles des uns et des autres ne soient protégés. Au contraire, on nous a expliqué qu’il faudra apprendre à vivre sans vie privée.

La révolution technotronique, qui inclut la réorganisation de la société, est promue et financée par l’empire Gates, dont Bill Sr. a compris très tôt le rôle dans les changements à venir.

Et ceci nous mène directement vers l’ère posthumaine. La société sous surveillance et sous contrôle n’en est qu’une étape. Car la vision de Microsoft, tout comme celle de Elon Musk d’ailleurs, est de connecter le corps humain à la machine…

Ray Kurzweil at Microsoft’s CEO Summit in Seattle on May 20, 2004. Credit: Photo by Gary Voth. Courtesy of Kurzweil Technologies, Inc. The Microsoft chairman calls him a « visionary thinker and futurist.« https://money.cnn.com/magazines/fortune/fortune_archive/2007/05/14/100008848/

De par les différentes activités marquantes de Bill Gates Sr, nous serions tentés de voir qu’il a pu agir de manière plus déterminante qu’un Ray Kurzweil dans le cadre de la mise en place des fondements du transhumanisme.

Une révolution de la société civile : changement durable des mentalités

Mais ce n’est pas tout. Papa Gates a joué un rôle fondamental pour faire muter la société traditionnelle. Il a par exemple défendu et était à la tête du Planned Parenthood avant l’arrêt Roe v. Wade. Or, cette institution fut fondée par Margaret Sanger, une personnalité accusée d’eugénisme et de racisme.

Le problème avec l’affaire Sanger est que l’eugénisme qu’elle prônait vise l’amélioration de la race humaine par la reproduction sélective. Ca vous rappelle quelque chose ?

Beaucoup connaissent l’héritage raciste de Margaret Sanger (1879-1966), la fondatrice de Planned Parenthood, qui a donné une fois une conférence au KKK et a aidé à promouvoir le « Negro Project ». Selon ses propres mots, « [Contrôle des naissances] signifie la libération et la culture des meilleurs éléments raciaux de notre société, ainsi que la suppression progressive, l’élimination et la disparition éventuelle des stocks défectueux – ces mauvaises herbes humaines qui menacent la floraison des plus belles fleurs d’Amérique ». (NYT, 8 avril 1923). À ce jour, 79% des installations d’avortement chirurgical de Planned Parenthood sont situées à distance de marche des quartiers afro-américains ou hispaniques / latinos (carte) ».

Bien évidemment, nous ne pouvons oublier nos récentes publications sur le transhumanisme qui veut trier, bricoler, augmenter l’humain, améliorer sa longévité, voire le rendre immortel. Dès lors, se pose la question de la modification génétique de l’humain. La nouvelle génération de vaccins à ADN et ARN messager est promue par la fondation de la famille Gates. Et aujourd’hui un dirigeant du vaccin de l’entreprise Moderna nous apprenait qu’ils étaient à la recherche de cobayes âgés et de couleur.

L’engagement de la fondation Gates en faveur des mouvements LGBT auprès des jeunes est un autre élément que l’on peut relever dans le cadre de la révolution sociétale menée grâce à un argent pléthorique.

PRIDE Foundation

https://www.gatesfoundation.org/How-We-Work/Quick-Links/Grants-Database/Grants/2008/08/OPP50396

Date: August 2008
Purpose: to support nonprofit organizations working with LGBTQ youth in Washington and Portland
Amount: $370,000
Term: 36
Topic: Pacific Northwest Education and Human Service Needs
Program: United States
Grantee Location: Seattle, Washington
Grantee Website: http://www.pridefoundation.org/

Un empire planétaire en cours de finalisation, élaboré depuis plusieurs générations par une toute petite élite

Bill Gates Sr. appartient à la génération très discrète qui a révolutionné la planète grâce à ce qui est communément appelé « néolibéralisme ». Un club très select dans lequel nous retrouvons Zbigniew Brzezi?ski, Warren Buffet, ou David Rockfeller (financeur à l’époque du même Planned Parenthood).

Ces personnes qui ont œuvré dans les années 50, 60 ou 70 sont bien plus importantes que Gates junior, Elon Musk ou Mark Zuckerberg. Les aînés de ces derniers ont dessiné le Nouveau Monde, étudié sa faisabilité, et se sont donné les moyens de le mettre en place.

La création monétaire privée, la création de banques centrales privées, le financement des universités les plus prestigieuses, le pouvoir de faire légiférer dans leur sens, le financement des partis politiques, la corruption des hauts dirigeants de manière très élégante en leur offrant des postes en diamant APRES leur passage dans les fonctions publiques, la mise en place d’une structure supranationale (ONU, FMI, etc), etc. etc., sont le fait de la génération qui a œuvré AVANT l’essor de la mondialisation, puis de la globalisation.

Lorsque les effets du libéralisme ont commencé à se voir, et que les voix ont commencé à s’élever contre la Dépossession des richesses planétaires par cette trop petite élite, il était déjà trop tard. La restructuration en profondeur de la planète avait déjà été opérée. Et très certainement, le retour en arrière risque d’être simplement impossible. Regardez tout bêtement ce que sont devenues les terres agricoles, ou les forêts et leur écosystème.

Ceci dit, nous compatissons avec la douleur de la famille Gates et attendons de voir si l’actuel Bill Gates tiendra le choc ou pas. Une autre réflexion ne peut être ignorée. Maintenant que le grand patron n’est plus là, est-ce que l’empire sera attaqué par une autre entité ? Au vu des enjeux, ce n’est pas seulement possible, mais fort probable… Affaire à suivre donc.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé