www.zejournal.mobi
Mercredi, 12 Août 2020

Une prof d’université perd son emploi administratif pour avoir dit aux étudiants : « Les hommes ne peuvent pas tomber enceintes »

Auteur : ASR | Editeur : Walt | Vendredi, 03 Juill. 2020 - 07h27

Une professeure de l’université de l’Alberta a été licenciée de son poste administratif parce que ses opinions sur le genre (en particulier le fait que les hommes ne peuvent pas tomber enceintes et avoir des enfants) faisaient que certains étudiants « ne se sentaient pas en sécurité ».

Kathleen Lowrey est professeur associé d’anthropologie à la Faculté des Arts de l’université de l’Alberta, au Canada. Elle préside également le programme de premier cycle – un rôle administratif qui comprend des tâches telles que la présidence d’un comité sur les cours, l’approbation des crédits de transfert et l’organisation d’un séminaire spécial pour les étudiants du département.

Elle est également féministe. Cependant, selon certains étudiants anonymes et les responsables de son université, elle n’est pas le bon type de féministe. Parce qu’elle croit que les femmes sont… des femmes. Pire encore, elle pense que les hommes ne peuvent pas être des femmes parce qu’ils n’ont pas d’ovaires.

Vigilant Citizen rapporte : Ces points de vue soi-disant extrêmes et radicaux l’ont rendue « problématique » car elle a subi des pressions pour quitter son rôle administratif. Lorsqu’elle a refusé de le faire, elle a été licenciée.

Mme Lowrey dit qu’elle a été informée lors de réunions que des plaintes, déposées auprès du doyen des étudiants et du Bureau de la divulgation et des droits de l’homme de l’université, indiquaient que ses opinions sur le féminisme faisaient que les étudiants ne se sentaient pas en sécurité et qu’on craignait que cela ne les éloigne de l’option anthropologie. Elle ne connaît pas exactement la nature des plaintes – ou qui les a déposées – car elles ont été faites de manière informelle et anonyme, a-t-elle dit.

« Mon président espérait que pour le bien du département, je démissionnerais de mon poste ».

Elle a également déclaré qu’on lui avait dit qu’elle avait découragé les étudiants d’organiser des manifestations de la Fierté, ce qu’elle nie. C’est cette affirmation qui l’a amenée à conclure que les plaintes étaient centrées sur son point de vue sur le genre.

Suite à une réunion ultérieure avec le doyen de la faculté, elle a reçu une lettre lui disant qu’elle ne pouvait pas continuer à exercer effectivement ce rôle et que son départ serait dans l’intérêt du département. Mme Lowrey a déclaré que la lettre n’expliquait pas les raisons de son licenciement, et elle maintient qu’on ne lui a jamais donné de raisons valables par écrit pour son licenciement. – National Post, une prof de l’Université de l’Alberta, perd son rôle d’administrateur en raison d’opinions sur le genre qui ont donné aux étudiants un sentiment d’« insécurité »

Lowrey n’est pas une conservatrice. Elle attribue en fait sa formation intellectuelle au marxisme et au féminisme radical. Si ce genre de formation devrait recevoir un accueil enthousiaste de la part des partisans de la justice sociale, cela ne suffit plus.

En effet, Lowrey se décrit elle-même comme une « féministe critique » qui considère le sexe biologique comme primordial dans la lutte pour les droits des femmes. Si, il y a quelques années seulement, ce précepte était la norme dans les milieux féministes, il est aujourd’hui jugé mauvais et « transphobe ».

Jusqu’à ce qui semble être il y a quelques minutes, cette opinion n’avait rien de controversé. Mais maintenant, il y en a une. La seule opinion « correcte » à soutenir est que l’expression du genre l’emporte sur la biologie dans toute revendication fondée sur les droits. Et dans les cercles universitaires, les opinions de Lowrey, qu’elle n’a pas de mal à cacher sur le campus et en dehors, sont une forme d’apostasie qui réclame une punition.

Lowrey résume ses vues sur le féminisme en quelques idées clés : Les hommes ne peuvent pas tomber enceintes, les lesbiennes n’ont pas de pénis et le sexe biologique est réel. Ces points de vue ont apparemment donné aux élèves un sentiment d’« insécurité » et leur ont « causé du tort ».

Nous parlons d’une université (un lieu d’apprentissage le plus élevé possible) qui a été « lésée » par l’enseignement préscolaire selon lequel « les garçons ont des zizis ».

Dans une interview accordée au Edmonton Journal, Mme Lowrey a expliqué le raisonnement qui sous-tend son point de vue :

« Les gens devraient pouvoir exprimer leur sexe de la manière qu’ils souhaitent (mais) je ne suis pas d’accord avec le fait que le sexe biologique ne soit pas pertinent. Je pense que le fait de considérer le sexe biologique comme non pertinent a des implications politiques très sérieuses. Par exemple, le fait d’héberger des hommes transidentifiés dans des prisons pour femmes n’est pas juste pour les femmes détenues et je pense que cela met les femmes en danger ».

« J’ai dit le premier jour de cours que nous allons lire des documents dans cette classe qui sont actuellement démodés dans le milieu universitaire. Vous n’avez certainement pas à être d’accord avec moi. Comme il s’agit d’une université, je pense qu’il est important d’être exposé à cela – c’est une littérature importante qu’ils doivent connaître ».

« L’université a dit qu’il était parfaitement normal de renvoyer des gens parce qu’ils doutaient que les hommes puissent tomber enceintes, parce qu’ils doutaient que les lesbiennes puissent avoir un pénis. Les implications sont très dangereuses car il s’agit d’une question d’actualité dans notre démocratie canadienne contemporaine ».

Elle s’inquiète également des étudiants qui sont d’accord avec elle mais qui ont peur d’exprimer leur opinion en raison du climat d’intimidation actuel.

« Ils ne sont pas paranoïaques. Parce que ce n’est pas un problème abstrus, c’est un débat vivant dans notre société actuelle et pour l’université, le fait d’adopter la position que si vous êtes du mauvais côté, nous allons vous virer, est terrifiant pour les étudiants ».

Un autre aspect inquiétant de cette histoire est la manière sournoise (et lâche) dont sa situation a été gérée. Les plaintes ont été faites « officieusement » par des étudiants anonymes, dont Lowrey doute qu’ils aient jamais assisté à son cours. De plus, elle a été accusée à tort de décourager un défilé de la Fierté gay. Lorsqu’elle a été contrainte de démissionner, Lowrey a refusé de le faire, arguant qu’il incombait à l’université de la licencier et d’expliquer ses raisons par écrit. Le doyen des arts l’a alors renvoyée par écrit, avec une vague raison :

« Il n’est pas dans l’intérêt des étudiants ou de l’université que Lowrey continue à siéger ».

En d’autres termes, Lowrey voulait que l’université justifie par écrit le principe de base de son licenciement. Il n’y en a pas eu. Le triste fait est que Lowrey était probablement la cible des groupes radicaux qui transforment les universités en camps d’endoctrinement. Et l’université a cédé à la pression. Cela se produit partout dans le monde.


- Source : ASR

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...