www.zejournal.mobi
Samedi, 13 Juill. 2024

Le suicide d’Israël

Auteur : Chris Hedges | Editeur : Walt | Mardi, 18 Juin 2024 - 11h26

La décadence d’Israël génèrera lassitude et indifférence. Il ne lui restera que l’escalade de la sauvagerie, la torture et la violence assassine contre des civils désarmés

Lorsqu’Israël aura réussi à décimer Gaza – Israël parle de mois de guerre se prolongeant au moins jusqu’à la fin de l’année – il aura signé sa propre condamnation à mort. La façade civilisée d’Israël, son prétendu respect de l’État de droit et de la démocratie, son mythe de l’armée israélienne héroïque et de la création miraculeuse de la nation juive – qu’il a su vendre à son public occidental – reposeront sur des cendres. Le capital social d’Israël sera épuisé. Israël sera considéré comme le régime d’apartheid hideux, répressif et rempli de haine qu’il a toujours été, aliénant ainsi les jeunes générations de juifs américains. Son protecteur, les États-Unis, au fur et à mesure que les nouvelles générations accéderont au pouvoir, prendra ses distances avec Israël. Le soutien du peuple viendra des sionistes réactionnaires et des fascistes christianisés d’Amérique qui voient dans la domination d’Israël sur l’ancienne terre biblique un signe avant-coureur du Second Avènement et dans son asservissement des Arabes un racisme similaire et une célébration de la suprématie de la race blanche…

Les nations requièrent plus que le recours à la force pour survivre. Elles nécessitent une dimension mystique. Celle-ci confère un sens, un civisme et même une noblesse qui incitent les citoyens à se sacrifier pour la nation. Elle est porteuse d’espoir pour l’avenir. Elle procure un message. Elle est source d’identité nationale.

Lorsque la dimension mystique implose, qu’elle est démasquée en tant que mensonge, c’est un des socles centraux du pouvoir de l’État qui s’effondre. J’ai rapporté la disparition des valeurs mystiques communistes en 1989, lors de la révolution en Allemagne de l’Est, en Tchécoslovaquie et en Roumanie. La police et l’armée ont décidé qu’il n’y avait plus rien à défendre. La décadence d’Israël engendrera la même lassitude et la même indifférence. Israël ne sera pas en mesure de recruter des collaborateurs locaux, tels que Mahmoud Abbas et l’Autorité palestinienne – méprisés par la plupart des Palestiniens – pour servir les intérêts des colonisateurs.

Tout ce qui reste à Israël, c’est l’escalade de la sauvagerie, y compris la torture et la violence meurtrière contre des civils désarmés, accélérant le déclin. Cette violence généralisée ne fonctionne qu’à court terme, comme ce fut le cas lors de la guerre menée par les Français en Algérie, de la sale guerre de la dictature militaire argentine, de l’occupation britannique de l’Inde, de l’Égypte, du Kenya et de l’Irlande du Nord et de l’occupation américaine du Viêt Nam, de l’Irak et de l’Afghanistan. Mais à long terme, elle est tout simplement suicidaire.

Traduction : Spirit of Free Speech

***

Rafah: Le massacre des tentes illustre le mépris d’Israël et des États-Unis pour la vie des Palestiniens

Cette réalité est une tragédie désastreuse pour les Palestiniens, qui donne une image négative des États-Unis pendant des générations et qui, en fin de compte, nuit au pouvoir d’attraction de Washington et à tout effort sincère pour faire le bien dans la région.

« Aujourd’hui, mon corps était un massacre télévisé qui devait tenir dans des phrases et des mots suffisamment remplis de statistiques pour contrer une réponse mesurée. Et j’ai perfectionné mon anglais et j’ai appris mes résolutions de l’ONU », a récité Rafeef Ziadah lors d’une présentation de son désormais célèbre poème de 2011, “We Teach Life, Sir” (Nous enseignons la vie, Monsieur).

Les Palestiniens sont depuis longtemps réduits à diverses données, les reléguant souvent dans des catégories vagues et déshumanisantes dans le monde dit « moderne ». La dernière invasion israélienne de Rafah, dans le sud de Gaza, et le massacre, le 26 mai, d’environ 45 Palestiniens – dont la plupart ont été brûlés vifs lors de l’attaque de leurs tentes de déplacement – illustrent cette réalité, alors que les dirigeants israéliens et les États-Unis continuent de faire preuve de mépris pour la vie des Palestiniens. Cette réalité est une tragédie désastreuse pour les Palestiniens, qui donne une image négative des États-Unis pendant des générations et qui, en fin de compte, nuit à la puissance douce de Washington et à tout effort sincère pour faire le bien en Asie occidentale et dans le monde arabe en général.

Personne ne doit confondre ce mépris total pour la vie des Palestiniens avec un phénomène nouveau. Un clip de conférence désormais très populaire de Refaat Alareer, poète et écrivain palestinien tué à Gaza en décembre 2023, mettait en lumière l’approche israélienne de la vie palestinienne peu de temps avant sa mort. Our Harsh Logic, un livre rédigé par le groupe d’anciens combattants des Forces de défense israéliennes (FDI) Breaking the Silence, met en lumière la stratégie d’élimination tacite d’Israël à l’encontre de la Palestine et des Palestiniens.

Les images d’un enfant décapité et des corps sans vie et carbonisés des victimes – dont un père et son jeune fils brûlés vifs alors qu’ils s’étreignaient – devraient constituer la ligne rouge de M. Biden.

Selon le groupe et d’autres vétérans israéliens qui espèrent mettre en lumière les atrocités commises par leur pays, Israël tue arbitrairement des Palestiniens sur la base de critères fantaisistes tels que la porte d’entrée d’une personne, la couleur de sa voiture ou le numéro de la file d’attente, dans le cadre de son vaste plan d’éradication des Palestiniens. Au cœur de cette stratégie, Israël prétend que ces atrocités sont « accidentelles » lorsque des meurtres ont lieu.

Cette stratégie est au cœur de l’assaut génocidaire d’Israël contre Gaza, qui a tué, mutilé et affamé des Palestiniens pour « réduire » la population. Les dirigeants israéliens ont clairement défini cet effort dès le début de l’invasion. Les principaux groupes de défense des droits de l’homme – y compris en Israël – ont recensé atrocité après atrocité à cet égard, depuis les frappes sur les églises et les mosquées jusqu’aux bombardements massifs de quartiers entiers.

Dans presque tous les cas, Israël a joué la carte de la tromperie, en commençant par nier que les frappes avaient eu lieu, puis en menant des « enquêtes » sans lendemain sur la question. Des journalistes d’investigation israéliens ont même réussi à identifier des mécanismes d’intelligence artificielle en place pour le ciblage, qui intègrent les critères identifiés dans Our Harsh Logic à une échelle industrielle avec beaucoup moins de protections pour les civils innocents.

Dans ce contexte, le massacre perpétré par Israël dans la zone de sécurité désignée de Tal al-Sultan – juste à l’extérieur de Rafah – marque l’un des moments les plus sombres depuis qu’Israël a envahi Gaza en octobre dernier. L’attaque israélienne s’est déroulée à moins de 200 mètres d’un grand abri de l’UNRWA et Israël savait probablement qu’il y avait des matériaux explosifs à proximité de leur cible qui risquaient d’enflammer les tentes environnantes.

Comme d’habitude, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a tenté de prétendre qu’il s’agissait d’un « accident » le lendemain, affirmant que cette « tragédie » ferait l’objet d’une enquête. Pourtant, les bombardements de tentes et de zones de sécurité se poursuivent, y compris dans la région où a eu lieu le massacre du 26 mai.

Un tel incident dans le cadre d’un assaut israélien plus large sur Rafah soulève de sérieuses questions sur la soi-disant ligne rouge du président américain Joe Biden concernant une invasion de Rafah. Les images grotesques d’un enfant décapité et des corps sans vie et carbonisés des victimes – dont un père et son jeune fils brûlés vifs alors qu’ils s’embrassaient – devraient constituer la ligne rouge de Joe Biden.

Pourtant, Washington refuse de bouger, ce qui reflète l’absence d’une ligne rouge sérieuse en ce qui concerne Israël. Cette inaction n’est pas sans conséquences et se traduit en fin de compte par une baisse de popularité des États-Unis dans le monde arabe, un problème qui pourrait devenir irrémédiable d’une génération à l’autre si l’on ne change pas radicalement de cap.

En effet, la région comprend les deux poids deux mesures qui définissent la politique étrangère des États-Unis, comme si les différences de réponse aux guerres en Ukraine et à Gaza n’étaient pas assez évidentes. Certes, les opinions publiques arabes connaissent depuis longtemps les réalités d’une approche de la région fondée sur le principe « les droits de l’homme et la démocratie pour moi, mais pas pour toi ». L’obligation de rendre compte des atrocités commises s’arrête souvent en Asie occidentale et dans ce qu’il est convenu d’appeler le « Sud mondial », comme en témoignent des pays tels que la Syrie, le Yémen et la Libye. Le recul démocratique en Tunisie et en Égypte offre d’autres exemples de la manière dont Washington et l’Occident réservent les politiques centrées sur les personnes à leurs sociétés et non aux pays où ils souhaitent une relation plus extractive.

Pourtant, même lorsque les États-Unis s’efforcent de faire progresser les droits de l’homme et les initiatives démocratiques dans la région, leur inaction à l’égard d’Israël et de la Palestine finit par se répercuter sur l’ensemble de leurs efforts régionaux. Tout le bien que Washington espère apporter par le biais de ces initiatives se heurte à des revers lorsque les partenaires locaux refusent l’argent américain par principe. Les personnes choisies pour mettre en œuvre les contrats américains – des alliés clés pour promouvoir un avenir meilleur dans la région – comprennent l’hypocrisie d’une telle coopération.

En fin de compte, cela nuit à la fois à la région et aux intérêts américains, soulignant l’absurdité même de l’approche de M. Biden à l’égard de la guerre génocidaire d’Israël. La popularité de Washington dans la région en prend un coup à un moment où il proclame mener une longue bataille entre le bien et le mal – soi-disant ceux qui soutiennent les droits de l’homme, la démocratie et la dignité contre la répression, l’autocratie et la honte. Pourtant, toute observation superficielle de l’action et de l’inaction des États-Unis en Palestine suggère que les États-Unis se situent du mauvais côté de cette équation – opérant effectivement dans un état d’esprit de « la force fait le droit ».

Ainsi, personne ne gagne. Les Palestiniens souffrent sous la botte du fascisme israélien tandis que la région dans son ensemble continue de fonctionner selon les principes de l’autocratie et de la répression. Pendant ce temps, les États-Unis perdent tout semblant de bienveillance – comme s’ils en avaient beaucoup au départ – alors que la région confirme sa vision négative du principal soutien de leurs régimes répressifs et d’Israël.

On pourrait qualifier le résultat du soft power américain de justice poétique si ce n’était la tragédie que cela représente pour les Palestiniens en particulier. Pourtant, Rafeef a parfaitement résumé ce sentiment dans son poème :

J’aimerais pouvoir pleurer sur leurs corps.
J’aimerais pouvoir courir pieds nus dans tous les camps de réfugiés, prendre dans mes bras tous les enfants, leur boucher les oreilles pour qu’ils n’aient pas à entendre le bruit des bombardements pour le reste de leur vie, comme je le fais.
Aujourd’hui, mon corps a été le théâtre d’un massacre télévisé
Et laissez-moi vous dire qu’il n’y a rien que vos résolutions de l’ONU aient jamais fait à ce sujet.
Et aucun son, aucun son, aucun son que j’invente, quelle que soit la qualité de mon anglais, aucun son, aucun son, aucun son, aucun son ne les ramènera à la vie.

Helana Reyad, Alexander Langlois

Helana Reyadest une spécialiste du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) qui s’intéresse à la culture, aux communautés, à l’art et à la géopolitique de la région. Elle est titulaire d’une maîtrise en sciences de l’Université SOAS.

Alexander Langlois est un analyste de politique étrangère spécialisé dans le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Il est titulaire d’une maîtrise en affaires internationales de l’American University’s School of International Service.

Article original en anglais publié le 7 juin 2024 sur Common Dreams

***

Un ordre fondé sur des règles sans règles

par Markku Siira

La Chambre des représentants des États-Unis a approuvé un projet de loi qui imposerait des sanctions, ayant force de loi, à la CPI, la Cour pénale internationale, qui a osé demander des mandats d’arrêt contre des criminels de guerre émanant du régime israélien.

Dans le passé, le procureur de la CPI, Karim Khan, a reçu des menaces de mort alors qu’il poursuivait Israël. Un «haut dirigeant» lui a même expliqué que le tribunal de La Haye était «conçu pour l’Afrique et les voyous comme Poutine» et qu’il n’avait jamais été censé juger «l’Occident et ses alliés».

Cette attitude révèle que le «droit international» n’existe pas pour tous, mais qu’il a toujours été un ensemble arbitraire de belles phrases conçues pour soutenir le pouvoir des États et des entreprises occidentaux dans le système de l’après-Seconde Guerre mondiale.

Comme le dit l’historien Adam McConnell, «les autorités américaines contestent aujourd’hui ouvertement et publiquement la légitimité de l’ordre international qu’elles ont elles-mêmes créé». L’Amérique de Biden a perdu la confiance du reste du monde et Israël sera un État paria malgré ses menaces.

«Malheureusement, les responsables américains ont oublié depuis longtemps que les intérêts et la sécurité des États-Unis nécessitent non seulement une armée forte, mais aussi la capacité de faire des compromis avec d’autres pour garantir la sécurité et la prospérité mondiales», observe McConnell.

Le «nouvel ordre mondial» que l’ancien président George H. W. Bush a proclamé en 1990 signifiait simplement que les États-Unis cherchaient à renforcer leur domination au détriment d’un ordre mondial plus équitable, en exploitant les institutions internationales à leurs propres fins.

Alors que les partisans du système atlantiste – comme Sauli Niinistö en Finlande – scandaient l’expression «ordre international fondé sur des règles», les actions des Américains eux-mêmes montraient clairement qu’«ils se considéraient comme la nouvelle Rome, le nouveau Léviathan [hobbésien], auquel aucune autre loi ne s’appliquait».

Les conséquences de cette attitude et de ce comportement ont été pour le moins désastreuses. Malgré leur jargon sur les règles et les valeurs, «les États-Unis ne se contentent pas de hausser les épaules devant la communauté internationale, ils fournissent les armes qui ont déjà tué plus de 35 000 civils à Gaza».

«Il appartient donc au reste du monde de réformer le régime actuel ou de construire un régime alternatif plus viable qui puisse apporter la paix et la prospérité à la plus grande partie possible de l’humanité», déclare l’universitaire McConnell, qui évalue l’état de dégradation de l’ordre dirigé par l’Occident.

source : Markku Siira via Euro-Synergies


- Source : X

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...