www.zejournal.mobi
Lundi, 17 Juin 2024

Folies sionistes : milice sioniste à LA, Polony dévisse, honneur de la Colombie

Auteur : E&R | Editeur : Walt | Jeudi, 02 Mai 2024 - 16h11

À Gaza et Rafah, la persécution des Palestiniens se poursuit. En dehors de la Palestine, les pro-palestiniens sont persécutés par les régimes occidentaux pro-sionistes.

Mais il y a aussi les nervis sionistes, ces fascistes protégés par le pouvoir profond, qui tentent d’insuffler la terreur dans le camp des pacifistes. C’est le cas sur le campus californien de Los Angeles (UCLA), où une LDJ locale, sur le modèle de celle dont rêve Tapiro, s’est attaquée physiquement aux étudiants en lutte.

France info écrit :

"Mardi un peu avant minuit, des manifestants pro-israéliens, habillés de noir et masqués, ont débarqué sur le campus. Ils ont tiré des feux d’artifice en direction du campement, secoué les barrières, frappé des étudiants et utilisé du gaz poivre. Pour Taï, l’une des étudiantes du campement, un keffieh sur les épaules, l’attaque de ceux qu’elle appelle « les sionistes » n’a pas été une surprise après six jours d’occupation".

Heureusement, les médias ont trouvé une étudiante juive qui s’est fait insulter.

"Stella, elle, est venue voir dans la matinée si le campement était toujours là. Elle raconte que sur le chemin, une étudiante l’a traitée de « nazie » en voyant son étoile de David autour du cou".

Les gens respectables condamnent naturellement le génocide en cours en Palestine, quand les non-respectables tentent, sans succès, de nazifier le mouvement pour la paix. Avec ces derniers, on est chez Orwell. Dans la presse française, on est pris en étau entre les injonctions du pouvoir profond et du pouvoir visible – c’est-à-dire le combo CRIF-Macron – et la rue, cette France chrétienne qui ne supporte pas que le fort écrase le faible et en plus accuse le faible de tous les maux.

Natacha Polony incarne bien ce dilemme : au départ, devant BHL, elle ose, avec mille précautions, rappeler le « cauchemar » des civils palestiniens.

Elle condamne le massacre des Palestiniens en cours, mais sous la pression, il semble qu’elle vire doucement casaque. Voilà qu’elle sort dans Marianne un édito vidéo où elle fustige « les passionaria en keffieh ».

"Les manifestations pro-palestiniennes interrogent sur le simplisme de jeunes gens obsédés par la « domination ». Au point qu’ils glissent d’une défense légitime des droits des Palestiniens à une dénonciation plus que douteuse d’un supposé privilège d’Israël et « des juifs » en général. Un glissement consternant et effrayant, juge Natacha Polony, directrice de la rédaction de « Marianne »".

« Un supposé privilège »... Fallait oser ! C’est bien à cause de supposés privilèges que l’Ancien Régime a débouché sur une révolution. Le président colombien Gustavo Petro a plus d’honneur et de logique (l’honneur est-il une logique ? Vous avez quatre heures) : il vient de rompre les relations diplomatiques avec les génocidaires.

« Ici, devant vous, le gouvernement du changement, le président de la République informe que demain les relations diplomatiques avec l’État d’Israël seront rompues, pour cause de gouvernement, de président génocidaire. On ne peut accepter le retour des époques de génocide, d’extermination d’un peuple entier devant nos yeux, devant notre passivité. Si la Palestine meurt, l’humanité meurt. On ne laissera pas mourir la Palestine, tout comme on ne laissera pas mourir l’humanité ».

Le sionisme est une folie

***

La Colombie rompt ses liens diplomatiques avec Israël. «Si la Palestine meurt, l’humanité meurt»

Le président de la Colombie Gustavo Petro a annoncé, le mercredi 1er mai, vouloir rompre tout lien diplomatique avec Israël, qualifiant le Premier ministre Benjamin Netanyahou de «génocidaire».

«Demain, les relations diplomatiques avec Israël seront rompues», a déclaré Petro, premier président de gauche de l’histoire de la Colombie, dans un discours prononcé devant ses partisans à Bogota.

«On ne peut pas revenir aux époques de génocide, d’extermination d’un peuple entier», a ajouté le président. «Si la Palestine meurt, l’humanité meurt», a-t-il lancé déclenchant les vivats de la foule.

Gustavo Petro avait ensuite annoncé suspendre l’achat d’armements fabriqués par Israël, l’un des principaux fournisseurs des forces de sécurité du pays sud-américain, réitérant ses affirmations concernant «un génocide» en cours à Gaza qui «rappelle l’Holocauste même si les puissances mondiales n’aiment pas le reconnaître».

Il a poursuivi en disant : «Les pays ne peuvent pas rester les bras croisés face aux événements à Gaza. Si la Palestine meurt, l’humanité meurt, et nous ne la laisserons pas mourir».

En réaction, le mouvement de résistance palestinien Hamas a salué jeudi l’annonce par le président colombien. «Nous apprécions grandement la position du président colombien Gustavo Petro (…) que nous considérons comme une victoire pour les sacrifices de notre peuple et sa cause qui est juste», a déclaré dans un communiqué la direction du Hamas, en appelant d’autres pays d’Amérique latine à «rompre» leurs relations avec Israël.

Côté israélien, le président colombien Gustavo Petro a été qualifié d’«antisémite» par le ministre israélien des Affaires étrangères Israël Katz.

La Colombie solidaire du Brésil

Gustavo Petro avait déjà le 20 février accusé Israël de commettre un «génocide» des Palestiniens dans la bande de Gaza, exprimant alors sa «pleine solidarité» avec son homologue brésilien Luiz Inacio Lula Da Silva plongé dans une crise diplomatique pour avoir dressé une comparaison entre l’offensive israélienne contre Gaza et celle des nazis contre les juifs.

Le Brésil et la Colombie soutiennent la procédure historique intentée par l’Afrique du Sud contre Israël devant la Cour internationale de Justice (CIJ) à La Haye pour violation de la Convention sur le génocide de 1948.


- Source : E&R

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...