www.zejournal.mobi
Samedi, 02 Mars 2024

La Nouvelle-Zélande chasse les gauchistes pro-confinement après la victoire des conservateurs aux élections

Auteur : AubeDigitale | Editeur : Walt | Lundi, 16 Oct. 2023 - 20h56

Les électeurs néo-zélandais ont évincé samedi le parti autrefois dirigé par Jacinda Ardern et ont élu à la place le gouvernement le plus conservateur du pays depuis des décennies.

Forcer ses citoyens à se faire vacciner, décréter que les informations d’État sont la seule « vérité » et enfermer les manifestants pacifiques opposés à l’autoritarisme pandémique n’a pas été bien accueilli.

Samedi, le conservateur Christopher Luxon a été élu premier ministre de Nouvelle-Zélande. La composition exacte du gouvernement de Luxon n’a pas encore été déterminée, mais son parti de centre-droit, le National Party, semble prêt à former un gouvernement de coalition avec un ou deux partis mineurs.

Le parti national combinera probablement les 50 sièges qu’il a obtenus avec le parti ACT (11 sièges), ce qui lui donnera 61 sièges, soit une faible majorité au sein du parlement néo-zélandais, qui en compte 121. Comme le note Goldman, les résultats sont largement conformes aux sondages préélectoraux, le parti travailliste sortant étant en passe de perdre sa majorité absolue au parlement pour la première fois depuis 2017.

« Vous avez tendu la main vers l’espoir et vous avez voté pour le changement », a déclaré Luxon à ses partisans sous des applaudissements nourris lors d’un événement à Auckland, aux côtés de sa femme Amanda et de leurs enfants.

Le Premier ministre sortant, Chris Hipkins, qui occupe le poste depuis neuf mois après la démission brutale de Jacinda Ardern, a déclaré à ses partisans samedi en fin de journée qu’il avait appelé Luxon pour qu’il cède sa place.

Le Premier ministre néo-zélandais sortant, Chris Hipkins

Hipkins a déclaré que même si le résultat n’était pas celui qu’il souhaitait, « je veux que vous soyez fiers de ce que nous avons accompli au cours des six dernières années », a-t-il déclaré à ses partisans à Wellington.

Sur le plan économique, Goldman note que le parti de Luxon s’est engagé à réduire les taux d’imposition effectifs sur les revenus et les partis d’investissement. Alors que le parti National s’est engagé à compenser l’impact fiscal des réductions d’impôts par des économies réalisées ailleurs, Goldman considère que les risques sont « orientés vers une politique fiscale plus stimulante en 2024 » par rapport aux projections budgétaires actuelles de la Nouvelle-Zélande.

Les réductions d’impôts et les nouvelles dépenses proposées représentent environ 0,8 % du PIB annuel, ce qui augmenterait le revenu disponible des ménages d’environ 1,5 % et donnerait un coup de pouce aux prix de l’immobilier en 2024. Bien que le gouvernement national se soit engagé à compenser les nouvelles dépenses et les baisses d’impôts par une réduction des dépenses et des nouveaux impôts, nous estimons que les risques sont globalement orientés vers une plus grande stimulation fiscale (par rapport aux projections fiscales actuelles) et de nouvelles hausses de taux de la part de la Banque nationale de Nouvelle-Zélande (GSe : scénario de base sur le maintien à 5,5 %).

Luxon a également abordé la question de la criminalité en Nouvelle-Zélande, déclarant à ses partisans qu’elle était « hors de contrôle » et ajoutant : « Nous allons rétablir la loi et l’ordre, et nous allons rétablir la responsabilité personnelle ».

Il a également promis de résoudre les problèmes de circulation de la capitale grâce à un nouveau projet de tunnel.

Photo d'illustration: Christopher Luxon, nouveau Premier ministre élu de Nouvelle-Zélande


- Source : AubeDigitale

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...