www.zejournal.mobi
Samedi, 13 Avr. 2024

Des transgenres veulent la mort des « terfs »

Auteur : Pierre-Alain Depauw | Editeur : Walt | Jeudi, 23 Mars 2023 - 19h35

Nous vous parlions dans un article précédent de la confusion des temps qui amène la militante féministe Dora Moutot à être accusée de transphobie parce qu’elle répète qu’un transgenre n’est pas une femme. Le sujet nous amène à traiter un nouveau néologisme transgenre : le mot “terf”.

terf, étrange expression transgenre

TERF est un acronyme inventé par le lobby transgenre qui signifie “Trans exclusionnary radical feminist”. Le lobby transgenre désigne donc comme son ennemi la femme qui serait une féministe radicale excluant les trans (entendez par-là, tout femme qui dit qu’un transgenre n’est pas une femme).

Et certains transgenres se montrent de plus en plus menaçants, sur les réseaux sociaux comme sur les murs de nos villes, appelant à la violence et même au meurtre contre les femmes traitées de “terf”. Des féministes pur jus sont d’ailleurs amalgamées au fascisme parce qu’elles disent qu’un transgenre n’est pas une femme !

graffiti transgenre amalgamant les “terfs” aux “fachos”

Graffiti transgenre appelant au meurtre des “terfs”

Marguerite Stern, une ex-Femen, qui comptait parmi celles qui ont attaqué la manifestation de Civitas contre la loi Taubira qui a légalisé le mariage entre personnes de même sexe, se trouve aujourd’hui accusée d’être transphobe et qualifiée de “terf”… Elle signale d’ailleurs qu’il existe un jeu vidéo pour transgenres dont le but est de tuer des “terfs”.

Les transgenres ont même un jeu vidéo appelant à tuer les “terfs”

On notera que le député macroniste Raphaël Gérard, notoirement homosexuel, utilise l’expression “terf” et l’adresse à celles qui désapprouvent que des transgenres nés hommes participent à des compétitions sportives féminines et raflent les trophées destinés à des femmes.

***

Une féministe rappelle qu’un transgenre n’est pas une femme

 

La folie de notre temps amène à des situations inattendues. Prenons le cas de Dora Moutot, très engagée depuis plusieurs années dans la mouvance féministe et plutôt du genre à prendre la défense des homosexuels et des lesbiennes. Jusqu’il y a peu, elle avait donc tout pour plaire aux idéologues du nouvel ordre mondial sexuel.

Mais rien ne va plus depuis qu’elle s’est mise en tête de rappeler qu’un transgenre n’est pas une femme. Avec tous les sujets que cela entraîne : un transgenre ne devrait pas pouvoir participer aux compétitions sportives féminines et rafler les trophées destinés à une femme, un transgenre ne devrait pas être autorisé à se rendre dans les douches des femmes, etc.

Sur un plateau télé, Dora Moutot a même refusé de considérer le maire transgenre de Tilloy-lez-Marchiennes comme une femme, sous le regard offusqué de Léa Salamé. Depuis lors, Dora Moutot est accusée de “transphobie”. Des associations LGBT ont déposé plainte contre elle. Et des menaces de mort lui sont adressées par des transgenres qui montrent leur côté violent dont les médias se gardent bien de parler.


- Source : MPI

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...