www.zejournal.mobi
Mercredi, 30 Nov. 2022

L’impasse de la voiture électrique et la mort programmée de l’industrie automobile

Auteur : E&R | Editeur : Walt | Mardi, 13 Sept. 2022 - 14h16

Il faudra tout de même qu'un jour, tous les journalistes posent la question qui fâche : Avec quoi alimentez-vous ces voitures électriques ?

 

 

L’électricité sera plus chère, le coût des composants des batteries explose (cobalt, lithium), le parc des recharges de ville est insuffisant, et l’Union européenne veut mettre fin au moteur thermique en 2035. Soit la Commission est une secte de tarés, soit ils ont des ordres pour détruire la première économie du monde. Quant au pétrole, dont on nous annonce chaque décennie la fin, eh bien, on écoute ce monsieur...

Ainsi, l’UE est-elle en train de condamner la mobilité des pauvres pour des motifs fumeux : en effet, toute sa politique économique est désormais contrainte par le réchauffement climatique, qui est un leurre. Mais ce changement majeur, qui est l’un des outils du Great Reset, n’est pas perdu pour tout le monde. Le capitalisme productif est abandonné au profit d’une économie de services, comme en Angleterre ou aux États-Unis dans les années 80, car les niches de profit ont changé de camp.

Ce n’est plus la sidérurgie (US et British Steel), l’automobile (dans les années 50, USA et GB sont les deux plus grands producteurs et exportateurs), mais bien le Big Tech et le Big Pharma qui rapportent, sans oublier la guerre, qui permet au capitalisme d’écouler ses stocks et de renouveler entièrement un marché en détruisant un pays.
Il ne faut pas se leurrer, décroissance veut dire déproduction, et déproduction veut dire chômage de masse. Bienvenue dans la guerre des 1 % contre les 99 %.

 

La théorie du réchauffement est le moyen par lequel on vend une révolution « économique » aux peuples, qui sont par essence sensibles à la question de la nature. Sauf que les décideurs du Great Reset, la nature, ils n’en ont rien à battre. Le respect des êtres vivants, des hommes, des animaux, des plantes, des arbres, c’est pour les pauvres cons ! Les dirigeants du mondialisme ne reculeront devant rien, devant aucun sacrifice humain. Voyez la guerre civile entre Ukrainiens et Russes...

 

Le mage Attali l’annonçait clairement, il faudra investir dans la santé et arrêter les industries dites polluantes, comme la bagnole et les avions. Eh bien, c’est en cours. L’agenda est suivi à la lettre et à marche forcée, et, s’il le faut, on ajoutera au gâteau une bonne petite guerre mondiale, sur le sol européen, s’il vous plaît, parce que c’est là que les peuples donnent l’exemple nuisible de la résistance culturelle et sociale. Résistance à l’invasion des mondialistes par le haut (Kinsey) et par le bas (immigration).

 

Le soulèvement des Gilets jaunes a dû pousser les ingénieurs sociaux du Great Reset à accélérer l’agenda, et comme par hasard, un an après le début de la révolte, on nous pondait une pandémie qui faisait figure de calmant social.

« Cette pandémie était un désir des oligarques »

 

Cette fois-ci, on espère que les peuples ne mettront pas deux ans à comprendre que tout cela, même si c’est inimaginable, est une arnaque construite de toute pièce par une élite inhumaine, car maintenant, chaque jour compte.

Bug dans la Matrice : la réponse des jeunes qui ont cru au mensonge écolo de Macron


- Source : E&R

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé