www.zejournal.mobi
Lundi, 06 Déc. 2021

Ne Jamais dire Jamais : la FDA cite un « médicament pour chevaux » comme traitement approuvé pour le COVID

Auteur : AubeDigitale | Editeur : Walt | Lundi, 27 Sept. 2021 - 14h46

Alors que les médias ont passé plus d’un an à ridiculiser le médicament Ivermectine largement prescrit pour traiter le Covid-19 – le qualifiant de « vermifuge pour chevaux pour les idiots », ils sont restés étrangement silencieux au sujet d’un autre médicament largement prescrit, également utilisé chez les chevaux, qui est préconisé par les organismes officiels du monde entier pour traiter la maladie.

Les NIH, les CDCl’OMS et la FDA ont tous recommandé la dexaméthasone – un corticostéroïde qui a montré son efficacité dans le traitement des formes sévères du covid. C’est aussi un médicament couramment utilisé pour traiter les allergies chez les chevaux.

La différence ? L’un peut être utilisé pour traiter des milliards de cas légers-modérés – ou à titre prophylactique, tandis que l’autre a un usage beaucoup plus restreint – ceux qui souffrent de la forme grave du covid.

Comme le note l’utilisateur de Twitter @DoRtChristians : « La FDA a récemment dit au public de ne pas prendre de l’Ivermectine, qui peut sauver des vies, parce que ‘vous n’êtes pas un cheval' ».

 

Capture d’écran via FDA.gov

Capture d’écran via who.int

Capture d’écran via covid19treatmentguide.nih.gov

Pourtant ;

Capture d’écran via chewy.com

Selon Google (via la pharmacie Wedgewood) : « La dexaméthasone est couramment utilisée chez les chevaux pour traiter les réactions allergiques telles que les allergies respiratoires, les maladies pulmonaires obstructives chroniques (haut-le-cœur), l’urticaire, les démangeaisons et les maladies inflammatoires, notamment l’arthrite. »

Mais, mais…

Nous ne pouvons que supposer qu’étant donné que les organismes officiels recommandent la dexaméthasone – et qu’elle est utilisée pour les formes graves du covid – une fraction beaucoup plus faible de ceux qui envisagent l’ivermectine comme traitement prophylactique et précoce, les propriétés transitives de l’indignation des médias à l’égard des personnes prenant un « médicament pour chevaux » ne s’appliquent pas.

L’ivermectine

Cet antiparasitaire largement prescrit, qui est également utilisé chez les chevaux, a montré une efficacité massive dans le monde entier dans le traitement des cas légers et modérés de Covid-19, ainsi qu’en tant que prophylaxie. La province indienne de l’Uttar Pradesh, qui compte plus de 200 millions d’habitants, affirme que l’utilisation précoce et généralisée de l’ivermectine « a contribué à limiter la gravité [et] les décès ».

(source, 12 mai)

Par ailleurs, plusieurs études ont été financées par le gouvernement indien, principalement par l’intermédiaire de sa plus grande université médicale publique (AIIMS).

  • Rôle de l’ivermectine dans la prévention de l’infection par le SARS-CoV-2 chez les professionnels de santé en Inde : Une étude cas-témoins appariée (source)

Conclusion : Une prophylaxie à deux doses d’ivermectine de 300 μg/kg avec un écart de 72 heures a été associée à une réduction de 73 % de l’infection par le SARS-CoV-2 chez les travailleurs de la santé pendant le mois suivant.

  • L’ivermectine comme traitement potentiel pour le COVID-19 léger à modéré – Un essai randomisé en double aveugle contrôlé par placebo (source)

Conclusion : Il n’y avait pas de différence dans le résultat primaire, c’est-à-dire un statut RT-PCR négatif au jour 6 de l’admission, avec l’utilisation de l’ivermectine. Cependant, une proportion significativement plus élevée de patients sont sortis vivants de l’hôpital lorsqu’ils ont reçu de l’ivermectine.

  • Rapport de recherche clinique L’ivermectine en association avec la doxycycline pour le traitement des symptômes du COVID-19 : un essai randomisé (source, randomisé en double aveugle, évalué par les pairs)

Discussion : Dans la présente étude, les patients atteints d’une forme légère ou modérée du COVID-19 traités par l’ivermectine en association avec la doxycycline se sont généralement rétablis 2 jours plus tôt que ceux traités par placebo. La proportion de patients ayant répondu dans les 7 jours suivant le traitement était significativement plus élevée dans le groupe traité que dans le groupe placebo. Les proportions de patients qui sont restés symptomatiques après 12 jours de maladie et qui ont connu une progression de la maladie étaient significativement plus faibles dans le groupe traité que dans le groupe placebo.

Voici d’autres études humaines menées dans d’autres pays sur le « vermifuge pour chevaux » :

Pérou :

  • Forte réduction de la mortalité et de la surmortalité liées à l’infection par le COVID-19 au Pérou en conjonction étroite, État par État, avec les traitements à l’ivermectine (source, revue par les pairs, Université de Toronto, Universidad EAFIT).

Pour les 24 États ayant reçu un traitement précoce à l’Ivermectine (et Lima), l’excès de décès a chuté de 59% (25%) à +30 jours et de 75% (25%) à +45 jours après le jour du pic de décès. De même, le nombre de décès par cas a fortement diminué dans tous les États sauf Lima.

Espagne :

  • Les effets d’un traitement précoce à l’ivermectine sur la charge virale, les symptômes et la réponse humorale chez les patients atteints de COVID-19 non sévère : Un essai clinique pilote, en double aveugle, contrôlé par placebo, randomisé (sourceUniversité de Barcelone, revue par les pairs)

Résultats : Les patients du groupe ivermectine ont récupéré plus tôt de l’hyposmie/anosmie (76 vs 158 patients-jours ; p < 0,001).

Bengladesh :

  • Une étude comparative sur la thérapie Ivermectine-Doxycycline et Hydroxychloroquine-Azithromycine sur les patients COVID-19 (source – revue par les pairs, mais non financée par le gouvernement).

Conclusion : Selon notre étude, la thérapie combinée Ivermectine-Doxycycline présente un meilleur soulagement des symptômes, une durée de rétablissement plus courte, moins d’effets indésirables et une meilleure observance des patients par rapport à la combinaison Hydroxychloroquine-Azithromycine. Sur la base des résultats de cette étude, l’association Ivermectine-Doxycycline est un choix supérieur pour traiter les patients atteints d’une forme légère ou modérée du Covid-19.

  • Une cure de cinq jours d’ivermectine pour le traitement du COVID-19 peut réduire la durée de la maladie (source, étude randomisée en double aveugle évaluée par des pairs, bien que l’échantillon soit de petite taille).

Discussion : Une cure de 5 jours d’ivermectine a entraîné une clairance plus précoce du virus par rapport au placebo (p = 0,005), indiquant ainsi qu’une intervention précoce avec cet agent peut limiter la réplication virale chez l’hôte. Dans le groupe traité à l’ivermectine pendant 5 jours, on a observé une baisse significative de la CRP et de la LDH au jour 7, qui sont des indicateurs de la gravité de la maladie.

Entre-temps, il y a actuellement 76 essais cliniques en cours ou terminés sur l’ivermectine dans le monde. Vous trouverez ci-dessous les résultats de 32 d’entre eux qui ont été achevés. On peut se rendre sur ivermeta.com et creuser sur l’un d’entre eux / lire l’étude complète. Le site recommande d’associer l’ivermectine aux vaccins pour conférer la meilleure protection contre le Covid-19, mais nous vous laissons le soin d’en discuter avec votre médecin.

Capture d’écran, http://ivermeta.com/ 

Pourquoi l’ivermectine, un « vermifuge pour chevaux », est-elle efficace ? Pour commencer, c’est un inhibiteur de protéase. Il est intéressant de noter que le prophylactique Covid-19 de Pfizer, administré 2 fois par jour et actuellement à l’essai, est également un inhibiteur de protéase.

Pourtant, les médecins qui plaident en faveur de l’ivermectine sont ridiculisés par les médias.

Les médias se sont rués sur les « overdoses de pâtes pour chevaux » pendant des semaines après une poignée de cas dans tout le pays (et aucun décès) – y compris un mensonge pur et simple amplifié par Rolling Stone, qu’ils ont été obligés de corriger après que l’hôpital en question a démenti l’affirmation.

Pendant ce temps, des personnalités comme Maddow, Don Lemon et Chris Hayes ont pris le train de la propagande en marche aux Etats-Unis, Maddow faisant la promotion de l’histoire débunkée des urgences dans un tweet qu’elle refuse de supprimer, et Twitter refuse de censurer ces fausses informations.

Pourquoi un médecin mettrait-il sa carrière en jeu pour défendre publiquement l’ivermectine si tel est le résultat ?


- Source : AubeDigitale

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé