www.zejournal.mobi
Jeudi, 05 Août 2021

Forum Économique International de Saint-Pétersbourg (SPIEF) 2021 – Discours de Vladimir Poutine

Auteur : Site officiel du Kremlin (Russie) | Editeur : Walt | Lundi, 07 Juin 2021 - 08h22

Le Forum Économique International de Saint-Pétersbourg (SPIEF) a eu lieu cette année du 2 au 5 juin 2021. Vladimir Poutine a participé à la session plénière du 4 juin, et y a prononcé un discours très axé sur la politique intérieure de la Russie, marquant un tournant important par rapport à ses discours précédents qui étaient beaucoup plus orientés vers l’international. Vladimir Poutine veut désormais s’attaquer aux problèmes politiques intérieurs russes, et les résoudre avant la fin de son mandat. Au vu de l’importance de ce discours, j’ai décidé de le traduire en français dans son intégralité.

*

Votre Altesse l’Emir Tamim ! Cher Monsieur le Chancelier fédéral Kurz ! Mesdames et Messieurs ! Chers amis !

Je souhaite la bienvenue à tous les participants et invités du XXIVe Forum économique international de Saint-Pétersbourg.

Vous savez qu’en fait, depuis le début de l’année dernière, en raison de la pandémie de coronavirus, les réunions dans de nombreux lieux traditionnels ont été annulées ou organisées sous forme de vidéo-conférences. Et nous sommes heureux qu’après une si longue interruption forcée, nous accueillions en Russie le premier grand événement économique international, où les représentants de la communauté économique mondiale peuvent communiquer entre eux non seulement au moyen des télécommunications modernes, mais aussi directement, comme on dit, en personne. Bien entendu, nous avons essayé de faire tout ce qui était possible pour assurer la sécurité des participants, en tenant compte des exigences sanitaires les plus strictes.

Mais, encore une fois, le fait même qu’un forum aussi représentatif ait lieu est certainement un signe positif, un autre signe que les liens de partenariat, les contacts entre entrepreneurs, investisseurs et experts retrouvent progressivement leur forme habituelle, normale.

Nous observons les mêmes tendances positives dans l’économie mondiale. Malgré la profondeur de la récession de l’année dernière, qui, selon les experts, a été la plus importante depuis la Seconde Guerre mondiale, nous pouvons déjà affirmer avec confiance que l’économie mondiale revient à la normale. Cette année, la croissance du PIB mondial devrait également être exceptionnellement élevée et atteindre son niveau le plus élevé depuis les années 1970 : les experts parlent d’une croissance de six pour cent, comme vous le savez.

Ici, bien sûr, les décisions extraordinaires et à grande échelle prises par les autorités économiques du monde entier ont eu un impact. Et la pratique a montré que les mesures traditionnelles de politique monétaire ne suffiraient pas à surmonter la crise actuelle. La politique budgétaire joue un rôle essentiel dans la reprise rapide de l’économie, qui, pour la première fois dans les pays en développement, a été soutenue aussi activement par les banques centrales.

Il est clair que les économies développées disposent de beaucoup plus de ressources et d’outils pour stimuler l’activité économique. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : l’année dernière, les déficits budgétaires des pays développés représentaient en moyenne 10 % du PIB, tandis que dans les pays en développement, cette augmentation était d’environ 5 %. Et nous savons que ces mêmes déficits sont en grande partie utilisés pour financer des solutions anti-crise. Le fait que ces solutions existent et soient financées est certainement une bonne chose, mais malheureusement, il y a aussi des aspects négatifs.

Par conséquent, nous constatons que la reprise économique mondiale est inégale, compte tenu des capacités différentes des différents pays. Cette situation s’accompagne de déséquilibres croissants et d’un écart grandissant entre les niveaux de vie, tant à l’intérieur des pays qu’entre eux. Il en résulte de graves risques politiques, économiques et sociaux pour le développement du monde interconnecté d’aujourd’hui et pour la sécurité commune – j’en ai parlé au Forum économique de Davos en janvier.

La lutte contre l’épidémie en est un bon exemple. Tant que nous n’aurons pas un accès généralisé et universel aux vaccins contre le coronavirus sur tous les continents, le risque d’épidémies et de nouvelles flambées ne disparaîtra pas. Il pourrait encore y avoir des poches d’infection qui constituent une menace pour la planète entière.

Mais que voyons-nous maintenant ? Selon le FMI, les pays à revenu élevé, qui abritent 16 % de la population mondiale, représentent désormais la moitié de la production de vaccins contre le coronavirus. En conséquence, aujourd’hui, seuls 10 % environ de la population mondiale ont été entièrement vaccinés ou ont reçu le premier composant du vaccin, tandis que des centaines de millions de personnes n’ont tout simplement pas accès aux vaccins parce que ces pays n’ont pas la technologie, la capacité de production ou l’argent pour acheter les vaccins. Et l’aide apportée à ces pays par ceux qui peuvent le faire reste négligeable.

Malheureusement, comme nous le disons chez nous, charité bien ordonnée commence par soi-même – et c’est ce qui se passe dans la lutte contre l’infection à coronavirus à l’échelle mondiale. Soit il n’y a pas d’aide significative là où il devrait y en avoir, soit – ce qui est absurde – il y a des interdictions motivées politiquement sur l’achat de vaccins éprouvés, efficaces et totalement fiables. Dans la situation actuelle, cela ressemble à un manque de volonté de protéger nos propres citoyens de la menace. C’est aussi le cas, et c’est ce à quoi nous sommes confrontés également.

Comme vous le savez, la Russie contribue à la lutte contre le coronavirus. Notre pays possède quatre de ses propres vaccins, et les réalisations de nos scientifiques sont largement reconnues dans le monde entier. Sputnik V a déjà été enregistré dans 66 pays, où vivent plus de trois milliards deux cents millions de personnes.

Je tiens à souligner que nous n’avons pas seulement créé des technologies uniques et établi rapidement une production de vaccins en Russie, mais que nous aidons également nos partenaires étrangers à mettre en place cette production chez eux. Jusqu’à présent, personne ne l’a fait, à l’exception de la Russie.

Aujourd’hui, chaque, je répète, chaque citoyen adulte de Russie a la possibilité de se faire vacciner – aussi confortablement, volontairement et gratuitement que possible. Je voudrais profiter de cette occasion pour demander à nos citoyens de profiter de cette opportunité pour se protéger et protéger leurs proches. Permettez-moi de vous rappeler que le vaccin russe est reconnu comme étant le plus sûr et le plus efficace – son efficacité est supérieure à 96 %. Et selon nos organismes de réglementation, il n’y a eu aucun décès dû au vaccin. Je l’ai déjà dit et vécu moi-même : il peut y avoir une légère augmentation de la température – c’est tout, ce sont les effets secondaires, mais c’est une bonne protection !

En outre, je demande au gouvernement, aux régions et aux entreprises de collaborer à la vaccination des personnes qui viennent en Russie dans le cadre de la migration de travail. Beaucoup de ces spécialistes sont employés dans la construction, le commerce, les services, le logement et les services communaux.

L’industrie pharmaceutique nationale est prête à augmenter encore la production de vaccins, ce qui signifie que non seulement nous couvrons entièrement nos propres besoins, mais que nous pouvons également offrir la possibilité aux citoyens étrangers de venir en Russie et de se faire vacciner ici. Je sais que, compte tenu de l’efficacité de nos vaccins, cette demande est assez élevée. En outre, nous constatons que des personnes de différents pays, y compris des hommes d’affaires et des PDG de grandes entreprises européennes et autres, viennent en Russie spécifiquement pour se faire vacciner contre le coronavirus.

À cet égard, je demande au gouvernement de revoir tous les aspects de la question d’ici la fin du mois, afin que, compte tenu des exigences de sécurité et, bien sûr, du contrôle sanitaire, nous puissions offrir aux ressortissants étrangers des conditions de vaccination payante dans notre pays.

Chers collègues !

Il est évident qu’aujourd’hui, au stade de la reprise post-crise, il est important non seulement d’entrer dans une trajectoire durable de croissance de qualité, mais aussi d’utiliser les opportunités émergentes et de développer efficacement nos avantages compétitifs et notre potentiel scientifique et technologique. Et dans le même temps, il est extrêmement important de préserver et de renforcer les liens commerciaux et d’investissement entre les pays.

Ce sont les projets multilatéraux qui peuvent devenir un facteur significatif dans la renaissance et le développement de l’économie mondiale et nous sommes reconnaissants à tous nos partenaires pour cette collaboration, qui se poursuit malgré l’épidémie et la situation difficile des relations internationales.

À propos, j’ai le plaisir de vous annoncer que cela fait deux heures et demie aujourd’hui que la pose des tuyaux de la première branche du gazoduc Nord Stream 2 a été achevée avec succès. Le travail sur la deuxième branche continue.

L’ensemble des travaux de la conduite, y compris la section en mer, a été achevé. Du côté allemand, les tuyaux sont posés, du côté russe, ils doivent être soulevés et soudés. C’est tout. Mais la pose elle-même est terminée.

Cette semaine également, la partie russe du gazoduc vers la station de compression de Slavianskaya est prête. Pourquoi est-ce que je parle de ça ? Car cette station est l’une des plus puissantes du monde et c’est le point de départ du nouveau gazoduc. Le gaz a été livré à Slavianskaya.

Gazprom est donc prêt à remplir Nord Stream 2 de gaz. Ce gazoduc reliera directement les systèmes de transport de gaz de la Russie et de la République fédérale d’Allemagne et, comme Nord Stream 1, contribuera à la sécurité énergétique de l’Europe et assurera un approvisionnement fiable aux consommateurs européens en général. Je tiens à ajouter que ce projet est économiquement très efficace et qu’il respecte pleinement les normes environnementales et les exigences techniques les plus strictes.

Nous sommes prêts à poursuivre la mise en œuvre de tels projets de haute technologie avec nos partenaires européens et autres, et nous espérons que la logique du bénéfice et du gain mutuels l’emportera inévitablement sur les diverses barrières artificielles de la situation politique actuelle.

Maintenant, permettez-moi de dire quelques mots sur certaines des priorités de notre programme économique national.

Grâce à des mesures rapides et opportunes, l’économie et le marché du travail russes se rapprochent déjà des niveaux d’avant la crise. Nous avons réussi à sauver des millions d’emplois et à éviter une chute spectaculaire des revenus des gens. Oui, il y a des problèmes : le chômage a augmenté et les revenus réels ont baissé – nous savons tout cela. Mais il ne s’est rien passé que l’on puisse considérer ou qualifier de catastrophe, ce qui en principe était tout à fait possible dans les conditions dans lesquelles nous vivions. Nous avons évité tout cela.

Nous avons réussi à éviter une forte baisse des revenus, comme je l’ai dit. Nos décisions de soutenir les entreprises, les coopératives de travail et les régions ont porté leurs fruits. Une aide ciblée aux familles russes et aux personnes ayant perdu leur emploi a également été demandée.

Bien sûr, les difficultés dans le domaine de l’emploi demeurent. Nous en reparlerons probablement. Nous comprenons que des défis tels que le pourcentage relativement élevé de chômage chez les jeunes et les tensions sur certains marchés du travail régionaux ne sont pas le résultat de la seule épidémie. Nous ne sommes pas enclins à tout mettre sur le dos de l’épidémie ; nous comprenons que ces problèmes sont de nature systémique et qu’ils sont liés à des problèmes structurels non résolus de notre économie.

Le gouvernement devrait renforcer les programmes d’aide à l’emploi dans les entités constitutives de la Fédération où le chômage est encore élevé. Dans le même temps, je souligne que nous devons agir de manière ciblée et proposer des solutions qui tiennent compte des spécificités de l’économie de chaque région particulière. En outre, je charge le gouvernement de lancer, dès que possible, un programme permanent de soutien à l’emploi des jeunes, y compris des mesures visant à promouvoir l’entrepreneuriat des jeunes.

Il est évident que la principale réponse systémique aux défis du chômage, la condition clé pour augmenter les revenus des personnes est la croissance économique. C’est évident, c’est clair pour tout le monde : de nouveaux emplois de qualité dans tous les secteurs et toutes les régions du pays.

L’histoire mondiale montre que le redémarrage de l’économie après des chocs graves a toujours été associé à une augmentation des investissements dans les infrastructures, le développement territorial, le développement de nouvelles technologies et la formation du personnel.

Je tiens à remercier les entités constitutives de la Fédération qui, dans les conditions les plus difficiles de l’épidémie, nécessitant la plus grande concentration de ressources et d’attention, n’ont pas, comme on dit, fait de pause dans ce travail, ne se sont pas défaussées sur les circonstances, mais ont continué à travailler pour améliorer le climat des affaires, ont mené un dialogue avec les entreprises et ont attiré de nouveaux investisseurs. Ces régions ont reçu, à juste titre, des notes élevées dans le classement national du climat d’investissement. Ainsi, le Bachkortostan, la région de Nijny Novgorod et le district autonome de Khanty-Mansi figuraient parmi les dix premiers. Les régions de Samara, Sakhaline et Tcheliabinsk ont fait preuve d’une bonne dynamique.

Nous aiderons systématiquement les régions à améliorer leur situation économique. Je demande aux Envoyés présidentiels dans les districts fédéraux d’intensifier leurs efforts dans ce domaine. En outre, je demande au gouvernement de mettre un accent particulier sur le soutien aux entités constitutives de la Fédération qui ont encore des problèmes pour attirer les investissements. Nous devons les aider à introduire les meilleures pratiques de gestion et à améliorer le niveau et la qualité des relations avec les investisseurs.

La tâche est ici concrète et précise : d’ici 2024, chaque région de Russie doit disposer de régimes transparents, prévisibles et confortables pour les entreprises et les investissements privés et pour le lancement de nouveaux projets.

De quoi parlons-nous exactement ? Chaque région devrait indiquer clairement ses priorités de développement, et ces informations devraient être accessibles aux entreprises, ainsi que les plans d’urbanisme et d’infrastructure de la région pour la pose de réseaux techniques, de routes et de systèmes de communication. Ainsi, il sera plus facile pour les entreprises de choisir le meilleur emplacement pour une nouvelle installation de production ou un autre bâtiment.

Nous devons éliminer les maillons [bureaucratiques – NDLR] inutiles, les différentes sortes de formalités et d’approbations redondantes, et cela doit être fait, en premier lieu, sur les postes les plus sensibles, qui comprennent la connexion aux réseaux, l’obtention d’un permis de construire, etc.

Au niveau fédéral, nous supprimons systématiquement toutes sortes d’anachronismes. Ainsi, à partir du 1er septembre de cette année, près de quatre mille normes de construction cesseront d’être obligatoires. En conséquence, il ne restera que trois mille normes de construction sur les plus de dix mille précédemment obligatoires. Mais même ici, bien sûr, il est encore possible de simplifier.

Je tiens à souligner que ce travail d’envergure et minutieux d’assainissement du régulateur a été réalisé sur deux ans. Je le répète : nous continuerons à avancer dans cette direction, tout en garantissant des exigences élevées en matière de qualité et de fiabilité de la construction.

Je voudrais attirer l’attention des chefs des sujets de la Fédération, ainsi que de les commanditaires de projets de construction majeurs aux niveaux fédéral et régional et des chefs de nos entreprises publiques et privées : tous les permis de construire devront être préparés en tenant compte des nouvelles réglementations modernes et, bien sûr, de l’évolution rapide des technologies de construction et de l’utilisation de matériaux de construction avancés et écologiques – tout cela doit être pris en compte.

En général, chaque région doit offrir un algorithme clair et complet d’actions qui permettront à l’investisseur de passer de l’idée d’entreprise à l’ouverture de nouvelles installations de production ou à la mise en service de l’installation construite, sans perte de temps ni d’autres coûts, aussi efficacement et rapidement que possible.

Je tiens à souligner une fois de plus l’importance des efforts conjoints entre le gouvernement et les régions. Je tiens à souligner que le bilan économique du Cabinet sera évalué, entre autres, en examinant la situation dans les régions où, comme je l’ai déjà dit, il existe encore des problèmes de climat d’affaires et d’investissement. Ne prétendez pas que cela ne concerne pas les autorités fédérales. Cela concerne tout le monde, nous avons besoin du résultat global, et nous devons travailler avec les régions qui ont besoin de soutien.

Je le répète, nous ne devons pas avoir des régions dites non prometteuses, laissées en marge de la croissance économique. Chaque entité constitutive de la Fédération possède un potentiel d’investissement et économique. Nous devons le débloquer, et le mettre en œuvre efficacement dans l’intérêt des citoyens et du bien-être des familles russes.

Un nouvel outil pour le développement des entités constitutives de la Fédération sera un programme de prêts d’infrastructure, dans le cadre duquel les régions pourront obtenir des fonds à un taux faible et sur une longue période. Nous en avons déjà parlé, nous avons discuté de ces questions et nous en avons également parlé publiquement. Au cours des deux prochaines années et demie, le montant des investissements réels dans les infrastructures au titre de ce programme devrait atteindre au moins 500 milliards de roubles.

Je demande aux chefs de régions d’être aussi attentifs que possible à la préparation des projets pour ces financements. La priorité devrait être accordée aux ressources destinées à créer un environnement de vie confortable pour les personnes, à rénover les villes et autres localités. Dans le monde d’aujourd’hui, dans une économie construite autour des personnes, tout cela constitue le facteur le plus important de la croissance économique et de l’attractivité des investissements.

Sur la base des meilleures normes internationales et de l’expérience acquise en matière d’évaluation du climat d’investissement, l’Agence pour les initiatives stratégiques, en collaboration avec des experts et des commissions du Conseil d’État, a élaboré l’évaluation nationale de la qualité de vie dans les entités constitutives de la Fédération. Il s’agit d’un indicateur important, et je voudrais vous parler de ses premiers résultats aujourd’hui.

De manière tout à fait attendue et naturelle, des régions comme Moscou, la région de Tioumen, le Tatarstan, le district autonome de Khanty-Mansi et Saint-Pétersbourg sont devenues les leaders. Ce sont nos centres traditionnels d’activité économique. Des ressources considérables ont été investies ici depuis longtemps dans le développement d’infrastructures utiles à la vie des gens. En même temps, il est important que de plus en plus de nos régions soient guidées par des normes élevées, et elles montrent déjà une bonne dynamique dans un certain nombre de domaines individuels. Par exemple, la République de Mordovie est parmi les meilleures en matière de développement de l’éducation, l’Oudmourtie est parmi les meilleures en termes de conditions de création et de gestion d’une entreprise, et la région de Novgorod est parmi les meilleures en termes de protection sociale.

Je dois également noter un indicateur essentiel et intéressant du classement, qui est l’engagement des gens envers leur région, leur désir d’y lier leur vie, leur travail et l’avenir de leurs enfants. Et là, Sébastopol et la région de Kaliningrad étaient parmi les leaders.

Je tiens à souligner que l’évaluation de la qualité de vie dans les régions n’offre pas seulement l’occasion d’évaluer objectivement la situation, de voir à qui nous pouvons emprunter des expériences et des bonnes pratiques. Le classement se fonde principalement sur les opinions et les évaluations des citoyens eux-mêmes. Pour les équipes de gestion locales, ce retour d’information leur permet de développer plus efficacement l’ensemble de leurs actions, de concentrer leurs efforts sur les questions les plus sensibles pour les gens, parmi lesquelles figure bien sûr la question de l’amélioration de l’accessibilité financière au logement.

Je sais que, tant ici dans ce forum que dans le pays en général, nous discutons de ce qu’il adviendra de l’hypothèque préférentielle qui, comme vous vous en souvenez, a été introduite à un taux de 6,5 %. Ce programme est réellement devenu l’une des principales mesures anti-crise pour soutenir les personnes et l’économie. À ce jour, plus d’un demi-million de familles ont contracté un tel prêt. Plus de deux mille milliards de roubles supplémentaires ont été affectés à la construction de logements.

Comme vous le savez, le programme expire le 1er juillet 2021 – très bientôt. Mais encore une fois, ce programme était un programme anti-crise, ce qui signifie qu’il était temporaire.

En même temps, nous ne devons pas l’interrompre brusquement ou le réduire. Nous devons tenir compte du rôle important que les prêts hypothécaires à taux réduit jouent dans la situation actuelle pour résoudre les problèmes de logement de nos citoyens et le développement de l’industrie de la construction qui, comme nous le savons, est le moteur des industries connexes. Je propose donc de prolonger le programme pour toutes les régions russes d’une année supplémentaire, jusqu’au 1er juillet de l’année prochaine, mais nous devrons augmenter légèrement les taux d’intérêt. Il y aura quelques changements, à savoir que nous fixerons le taux hypothécaire préférentiel à sept pour cent, et le montant maximal du prêt devrait être le même pour toutes les régions de la Fédération de Russie – trois millions de roubles.

Dans le même temps, je voudrais mentionner une nouvelle solution visant à rendre les prêts hypothécaires plus abordables pour les familles avec enfants. L’idée est la suivante. Permettez-moi de vous rappeler que nous avons déjà mis en place une mesure systémique – un programme spécial d’hypothèque pour les familles ayant un deuxième enfant et les suivants nés après le 1er janvier 2018. Je propose que ce programme soit étendu à toutes les familles ayant des enfants nés après le 1er janvier 2018, même si la famille n’a qu’un seul enfant à ce jour. C’est-à-dire qu’une fois de plus, avec la naissance du premier enfant, la famille pourra prendre un prêt hypothécaire au taux de six pour cent, pour acheter un logement sur le marché primaire ou refinancer un prêt hypothécaire précédemment contracté. Le montant maximal d’un tel prêt pour Moscou et Saint-Pétersbourg et les régions de Moscou et de Leningrad où la valeur des biens immobiliers est objectivement plus élevée sera de 12 millions de roubles et de six millions de roubles pour tous les autres sujets de la Fédération.

Chers collègues !

Nous pensons que l’amélioration de la qualité de vie et le développement des infrastructures dans les régions de Russie stimuleront le lancement de projets prometteurs et la croissance des investissements privés et ouvriront des opportunités supplémentaires aux grandes entreprises et aux petites et moyennes entreprises, qui constituent l’épine dorsale de l’économie et forment en grande partie un environnement commercial moderne et compétitif. C’est la concurrence qui est le principal moteur du développement et, surtout, un facteur de marché qui freine la croissance des prix.

L’année dernière, nous avons pris une décision fondamentale et systématique pour soutenir les petites et moyennes entreprises : nous avons réduit de moitié les primes d’assurance pour les petites entreprises – de 30 à 15 %. Et, bien sûr, nous n’y renoncerons pas. En outre, nous sommes prêts à prendre de nouvelles mesures pour soutenir l’esprit d’entreprise. Aujourd’hui, laissez-moi vous parler de certains d’entre elles.

Tout d’abord, je suggère de lancer un nouveau mécanisme pour soutenir les prêts aux petites et moyennes entreprises – la fourniture de garanties dites « parapluie » – dès cette année.

Voilà ce dont il s’agit. Notre institution de développement, la Société des PME, fournira des garanties pour les prêts des banques partenaires. En substance, elle assumera une partie des risques des petites et moyennes entreprises et leur rendra le crédit plus accessible. On estime que cela permettra aux entrepreneurs d’attirer une ressource supplémentaire pour le développement de pas moins de 600 milliards de roubles d’ici 2024.

Deuxièmement, je sais que les entreprises, en particulier les petites, se plaignent parfois de frais bancaires élevés sur les paiements et autres transactions.

Nous avons déjà étendu le système de paiements rapides, qui permet d’effectuer des règlements avec des frais bancaires réduits. Avec son aide, il est désormais possible d’effectuer des paiements sans argent liquide entre particuliers et entrepreneurs. Toutefois, jusqu’à présent, ce mécanisme n’est pas utilisé aussi activement qu’il pourrait l’être.

Je voudrais vous rappeler que toutes les banques dites d’importance systémique du pays devraient être connectées au système de paiement rapide d’ici le 1er septembre de cette année. En même temps, je pense qu’il est juste que les plus grandes d’entre elles le fassent dans un avenir très proche – d’ici le 1er juillet.

En outre, je propose de rembourser intégralement, d’ici la fin de l’année, aux petites et moyennes entreprises la commission qu’elles paient pour l’utilisation du système de paiement rapide lorsqu’elles vendent leurs services ou leurs biens à des particuliers, à des citoyens, et je pense que ce sera une bonne nouvelle pour elles. Je le répète : de cette façon, à la fin, le coût des services du système de paiement rapide pour ces entreprises sera égal à zéro.

Avec mes collègues et le gouverneur de la Banque centrale, nous avons discuté de la nécessité de fournir un certain soutien du budget afin de ne pas décourager les organisations financières.

Troisièmement, les entreprises qui opèrent sous le régime fiscal simplifié sont désormais tenues de passer au régime fiscal général, si le seuil du nombre d’employés et du volume des recettes est dépassé. Bien sûr, cela signifie une charge fiscale supplémentaire pour les entreprises, et souvent ce facteur entrave la croissance des entreprises et rend nécessaire le recours à toutes sortes d’astuces, comme la scission artificielle des sociétés.

Le secteur de la restauration en est un exemple éloquent. Je propose de lancer un projet pilote spécifiquement destiné aux entreprises de ce secteur, dès l’année prochaine. L’idée est de développer un mécanisme permettant une transition plus douce et plus confortable d’un régime fiscal à un autre.

Plus précisément, les entreprises incluses dans ce projet seront exemptées du paiement de la TVA si leurs revenus ne dépassent pas deux milliards de roubles par an. Dans le même temps, elles conserveront le droit de payer un taux réduit de cotisations d’assurance de 15 %, même si le nombre de salariés employés dans l’entreprise passe à 1 500 personnes. Le seuil actuel est de 250 personnes.

Voyons, chers collègues, quels effets cela aura, notamment sur le « blanchiment » des affaires et l’encouragement au développement des entreprises. En ce qui concerne le « blanchiment », je pense que ceux qui s’y intéressent savent clairement de quoi il s’agit ici : tous les tickets sont émis par la caisse enregistreuse, les employés sont embauchés « officiellement » et l’achat de marchandises se fait également « officiellement », par la caisse.

[Applaudissements]

Merci. Je comprends que nous parlons le même langage. Pour ma part, je ferai de mon mieux pour que l’État remplisse ses obligations.

Je voudrais ajouter que nous avons déjà convenu d’exempter de déclaration d’impôt les entrepreneurs qui utilisent le système d’imposition simplifié et utilisent les caisses enregistreuses de contrôle. Je voudrais attirer l’attention de mes collègues du gouvernement et du Parlement : le projet de loi en question a été adopté en première lecture l’année dernière, mais depuis lors, les travaux sont au point mort. Je demande qu’il soit mené à terme le plus rapidement possible.

Quatrièmement, il est nécessaire de libérer les petites et moyennes entreprises d’un contrôle anti-monopole manifestement excessif. De nombreux seuils fixés ici n’ont pas été révisés depuis longtemps et ne correspondent pas aux réalités économiques modernes. L’économie se développe, les entreprises se développent.

Par exemple, le contrôle anti-monopole couvre toutes les entreprises dont les revenus sont supérieurs à 400 millions de roubles par an. Je suggère de doubler ce seuil pour le porter à 800 millions de roubles, ce qui évitera à un grand nombre d’entreprises en pleine croissance des formalités administratives et des rapports fastidieux et inutiles. Je propose de fixer le même seuil plus élevé pour le contrôle des fusions et acquisitions. C’est-à-dire que si le montant de la transaction ne dépasse pas 800 millions de roubles, elle n’aura pas à être approuvée par les autorités anti-monopoles.

Enfin, cinquièmement, les mesures qui stimuleraient la demande pour les produits des entrepreneurs, et dans tous les secteurs de l’économie, sont particulièrement pertinentes aujourd’hui. À cet égard, je propose d’augmenter la part des biens et services que nos grandes entreprises et nos clients étatiques et municipaux doivent acheter aux petites et moyennes entreprises, y compris les organisations à but non lucratif : cette part doit être d’au moins 25 %.

Nous avons eu de nombreuses discussions à ce sujet. Je tiens à préciser que nous parlons des entreprises qui travaillent dans le cadre de la loi fédérale 223 et de celles qui travaillent avec les organismes d’État et municipaux dans le cadre de la loi fédérale 44. Il y a beaucoup de nuances ici, je les comprends. Je comprends parfaitement qu’il y a certains types de biens que l’industrie russe ne produit même pas. Mais la barre devrait être comme je l’ai dit, et le gouvernement s’occupera des nuances.

En outre, il est nécessaire de réduire le délai de paiement pour les biens et services de 30 à 15 jours ouvrables – une mesure également extrêmement importante. Et pour les petites entreprises et les organisations à but non lucratif à vocation sociale, même de quinze à sept jours.

Naturellement, ces préférences devraient être accordées aux entreprises qui travaillent réellement, et non à toutes sortes de bureaux fictifs et affiliés. Je demande aux autorités de régulation de prendre en compte cette question. Dans le même temps, je donne instruction au gouvernement de veiller tout particulièrement à ce que les achats destinés aux besoins de l’État soient principalement effectués auprès de fabricants russes – bien entendu, dans le respect de toutes les règles de concurrence internes dans ce cas.

Mesdames et Messieurs !

J’ai déjà dit aujourd’hui que la coopération internationale est importante pour faire face aux conséquences sociales et économiques de l’épidémie. Nous devons d’autant plus unir nos forces face à des défis communs, systémiques et à long terme, qui ne dépendent pas des conditions du marché ou des querelles politiques, mais déterminent de manière cruciale l’avenir de toute civilisation.

De quoi je parle maintenant, qu’est-ce que je veux dire ? Tout d’abord, je parle de l’agenda climatique. Les scientifiques estiment qu’en raison de l’activité humaine, plus de deux mille milliards de tonnes de gaz à effet de serre se sont accumulées dans l’atmosphère terrestre. Chaque année, ce volume augmente de 50 milliards de tonnes, ce qui réchauffe progressivement la planète.

J’ai souvent entendu des gens dire que la Russie ne s’intéresse pas vraiment à la résolution des problèmes environnementaux mondiaux. Je peux vous dire d’emblée qu’il s’agit d’une absurdité, d’un mythe, voire d’une exagération pure et simple. Comme d’autres pays, nous ressentons les risques et les menaces dans ce domaine, notamment la désertification, l’érosion des sols et la fonte du permafrost. De nombreuses personnes dans l’auditoire connaissent et travaillent dans l’Arctique : nous avons des villes entières dans l’Arctique construites sur le permafrost. Si tout fond, quelles seront les conséquences pour la Russie ? Bien sûr, nous sommes inquiets à ce sujet.

Nous avons toujours soutenu la mise en œuvre de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, du protocole de Kyoto et de l’accord de Paris. Permettez-moi d’insister : il n’existe pas de climat russe, européen, asiatique ou américain distinct. Tous nos pays ont une responsabilité commune à l’égard du monde moderne et de la vie des générations futures. Nous devons mettre de côté les différences politiques et autres et ne pas transformer la transition vers la « neutralité carbone » en un instrument de concurrence déloyale, lorsque, sous le prétexte d’une empreinte carbone, on tente de fausser les investissements et les flux commerciaux dans l’intérêt de quelqu’un, tandis que la restriction de l’accès aux technologies vertes de pointe devient un facteur de retard pour certains pays et fabricants.

Comment envisageons-nous la contribution de notre pays à la lutte contre le changement climatique ? Je suis certain qu’en raison de la taille, de la place et du rôle de la Russie dans le monde, les projets environnementaux et climatiques de notre pays joueront un rôle de premier plan dans les efforts mondiaux de préservation du climat pendant de nombreuses décennies. Nous nous sommes fixé pour objectif qu’au cours des 30 prochaines années, la quantité d’émissions nettes de gaz à effet de serre en Russie soit inférieure à celle de l’Europe. Je suis convaincu qu’il s’agit d’un objectif ambitieux mais réalisable, et je demande au gouvernement d’élaborer un plan d’action détaillé à ce sujet d’ici le 1er octobre de cette année. Nous discuterons de cette question lors d’une autre réunion.

Quels sont les domaines sur lesquels nous prévoyons de travailler ?

Le premier concerne les projets visant à réduire le volume des émissions dans les secteurs de l’économie. J’ai déjà dit que l’industrie énergétique russe augmente la part des sources à faible teneur en carbone, principalement par la construction de centrales nucléaires, de centrales hydroélectriques et de sources renouvelables. Nous avons les plus grandes réserves de gaz du monde et le gaz est du carbone, mais c’est le carbone le plus pur, et nous ne pourrons tout simplement pas nous en passer pendant la période de transition.

À propos, la Russie est déjà en train de créer l’infrastructure nécessaire à la production d’hydrogène grâce à la filière nucléaire, qui sera utilisé comme matière première, combustible et vecteur d’énergie, notamment dans la métallurgie, la production de ciment et les transports.

Nous continuerons également à réduire les émissions provenant de la production d’hydrocarbures. Nous continuerons à travailler sur l’utilisation du gaz associé. En fait, de tous les pays producteurs de pétrole, nous sommes probablement le plus grand utilisateur de ce type de gaz au monde. Nous allons profondément moderniser le secteur de l’énergie thermique et électrifier l’infrastructure de transport du gaz. Nous prévoyons également d’améliorer encore l’efficacité énergétique dans le secteur résidentiel et les systèmes de chauffage, de convertir les transports publics au gaz, à l’électricité et aux moteurs hybrides, et de réduire l’intensité d’émission des matériaux de construction. En bref, nous parlons d’un renouvellement technologique transversal de l’ensemble de l’économie et des infrastructures.

Il est évident que le lancement de tels projets nécessite des mesures d’incitation faisant appel à des instruments de marché. À cette fin, nous commençons à émettre des « obligations vertes » subventionnées par l’État et nous avons élaboré des critères de performance pour les projets environnementaux ou, dans le langage des experts, la « taxonomie verte ».

Mais pour résoudre le problème du réchauffement climatique, la seule réduction des émissions n’est certainement pas suffisante. Pour atteindre ce que l’on appelle la neutralité carbone, un indicateur important est l’absorption des gaz à effet de serre. Il est nécessaire d’en réduire la quantité qui s’est déjà accumulée dans l’atmosphère, et notre tâche principale est ici d’apprendre à capter, stocker et utiliser le dioxyde de carbone provenant de toutes les sources.

Le deuxième domaine de travail est en lien avec cela. Littéralement sous nos yeux, une industrie entière est en train de se créer dans le monde, un marché fondamentalement nouveau, où circuleront des unités dites de carbone. De nombreuses personnes, notamment les entreprises du secteur de l’énergie, savent ce que sont ces unités, mais laissez-moi vous expliquer. Il s’agit d’une sorte d’actif qui décrit la quantité de terre ou de forêt qui absorbe les émissions nocives dans l’atmosphère. En d’autres termes, si vous avez effectué des travaux supplémentaires sur un site et augmenté sa capacité d’absorption, cela signifie que vous avez créé une certaine quantité d’unités de carbone. Aujourd’hui encore, de nombreux pays et associations prévoient d’accepter ces unités de la part des exportateurs, compensant ainsi les émissions provenant de la production de biens importés.

La Russie possède un énorme potentiel d’absorption dans les forêts, la toundra, les terres agricoles et les marais. Ainsi, notre pays compte un cinquième des forêts du monde, qui occupent près de 10 millions de kilomètres carrés. Selon les experts et les scientifiques, elles absorbent déjà des milliards de tonnes d’équivalent de dioxyde de carbone par an.

Je le répète, l’importance du potentiel naturel de la Russie pour la stabilité climatique de l’ensemble de la planète est énorme, colossale tout simplement. Et bien sûr, grâce à ses avantages naturels, la Russie peut occuper une place particulière sur le marché mondial des unités de carbone. Pour cela, il faut accroître l’efficacité de l’utilisation des forêts et des terres, augmenter leur capacité d’absorption, notamment en augmentant les surfaces de reboisement, en luttant contre les incendies de forêt, en développant les zones naturelles vierges, les réserves naturelles et les parcs nationaux – c’est d’ailleurs ce que nous faisons et entendons faire à l’avenir – et en introduisant de nouvelles agro-technologies de restauration des sols.

Et ici, nous pouvons obtenir un triple effet à la fois. Tout d’abord, en investissant dans la technologie, la protection des forêts et l’amélioration des terres, nous améliorerons la protection de l’environnement de nos citoyens, de nos villes et des territoires où ils vivent. Deuxièmement, nous créerons des emplois dans les nouvelles industries de haute technologie de l’utilisation des gaz à effet de serre. Et troisièmement, nous créerons notre propre facteur supplémentaire de compétitivité pour nos exportateurs sur les marchés étrangers.

Cela concerne beaucoup de gens qui sont maintenant dans la salle. Je demande que cela soit compris comme un message direct aux entreprises russes qui achètent, commencent à acheter, ou envisagent d’acheter des unités de carbone à l’étranger ou prévoient de le faire à l’avenir. Au lieu de cela, il serait nécessaire d’investir des ressources dans des projets climatiques dans notre pays. À long terme, les avantages seraient plus importants pour ceux qui le font. Le bénéfice économique sera plus important, ce travail sera plus efficace et porteur d’avenir.

Dans ce contexte, je voudrais noter que, selon les experts, les revenus de l’industrie du nouveau climat sur le marché russe – chiffres également importants – pourraient dépasser 50 milliards de dollars par an dans un avenir proche. En bref, il s’agit d’une zone intéressante et rentable pour les investissements des entreprises nationales et étrangères. Nous invitons les partenaires intéressés à participer à ces travaux. Nous créerons toutes les conditions nécessaires à cet effet.

Je voudrais ici me concentrer sur quelques questions qui revêtent une importance fondamentale pour les projets climatiques en Russie. Qu’est-ce que je veux dire par là ? Nous devons élaborer en détail les critères de ces projets, afin de déterminer dans quels domaines et dans quels lieux ils doivent être lancés, et quelles technologies utiliser.

Nous devons également créer un système transparent et objectif pour évaluer les résultats des projets climatiques ; c’est une partie très importante de ce dont je parle maintenant, c’est-à-dire enregistrer la capacité d’absorption actuelle des sites et celle qui sera obtenue après la mise en œuvre du projet. En fait, calculer le « delta » sous la forme des unités de carbone que je viens de mentionner.

L’essentiel est de mettre en place une surveillance de l’émission et de l’absorption des gaz à effet de serre basée sur des observations spatiales, des technologies numériques et des méthodes d’intelligence artificielle.

Un tel système national est déjà en cours de construction en Russie, en utilisant le potentiel de notre science. Nous créons ici un réseau de « polygones de carbone », où le contrôle des émissions et de l’absorption de dioxyde de carbone est pratiqué en temps réel, où l’état des systèmes naturels, la qualité de l’eau et d’autres paramètres sont évalués.

Nous allons également organiser un marché pilote du carbone sur le territoire de l’Oblast de Sakhaline. Cette expérience constituera une étape vers la neutralité carbone, afin de créer un marché national d’échange d’unités de carbone.

Je sais qu’un système similaire est en préparation pour être lancé dans d’autres pays. Et voici une autre tâche importante : elle concerne la reconnaissance mutuelle de la comptabilisation des émissions et des absorptions de gaz à effet de serre. Cela nécessite un système transparent de statistiques climatiques, une compréhension entre les nations et, bien sûr, une recherche conjointe. Nous sommes également ouverts à une telle coopération.

Je charge le gouvernement de mettre en place un cadre réglementaire complet pour les projets climatiques en Russie d’ici juillet 2022, tant au niveau des lois fédérales que des méthodes et règlements départementaux, afin que les entreprises, tant nationales qu’étrangères, puissent élaborer et mettre en œuvre leurs plans dans ce domaine sur la base de règles et de critères clairs et compréhensibles.

Chers collègues, je voudrais conclure mes remarques en répétant que malgré tous les défis posés par la pandémie mondiale, la vie revient progressivement à la normale. Un excellent exemple de cela, je le répète, est notre réunion à Saint-Pétersbourg. Et la semaine prochaine, la capitale du nord de la Russie accueillera le championnat européen de football.

À cet égard, je tiens à adresser mes meilleurs vœux à notre grand ami l’émir du Qatar. Hier, c’était son anniversaire. Nous vous félicitons, Votre Altesse. Je suis convaincu que le Qatar organisera le championnat du monde de football l’année prochaine avec un grand succès.

Ces grands événements et forums rapprochent vraiment les gens de différents pays. Les représentants des entreprises, qui sont nombreux dans la salle, savent très bien que c’est la communication directe fondée sur la confiance mutuelle qui fait avancer les projets et les initiatives des entreprises, et donc l’ensemble de l’économie mondiale.

La Russie créera toutes les opportunités pour cette communication, pour l’échange d’expériences, pour la démonstration des réalisations les plus avancées de la science et de la technologie.

Je vous remercie de votre patience et de votre attention, et je souhaite au forum tout le succès possible.

Merci beaucoup.

Traduction par Christelle Néant pour Donbass Insider


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé