www.zejournal.mobi
Lundi, 14 Juin 2021

Interview de la porte-parole du Ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova

Auteur : The Ministry of Foreign Affairs of the Russian Federation (Russie) | Editeur : Walt | Mercredi, 05 Mai 2021 - 14h28

Question : Quel impact les sanctions ont-elles eu sur l’état des relations entre la Russie et l’Occident ?

Maria Zakharova : Malheureusement, le recours croissant à des mesures restrictives unilatérales et politiquement motivées par un certain nombre de pays occidentaux, principalement les États-Unis, est devenu une réalité de notre époque. Nous considérons de plus en plus les sanctions contre la Russie comme un « geste de désespoir » et une manifestation de l’incapacité des élites locales à accepter la nouvelle réalité, à abandonner les stéréotypes de leur pensée fondée sur les blocs, et à reconnaître le droit de la Russie à déterminer de manière indépendante sa voie de développement et à établir des relations avec ses partenaires. Apparemment, ils ont du mal à gérer les succès évidents de l’économie russe, qui devient plus compétitive au niveau international, et la présence accrue de biens et de services russes de haute qualité sur les marchés mondiaux.

La pratique vicieuse consistant à imposer des restrictions politiques et économiques unilatérales, en particulier l’application extraterritoriale de telles mesures, constitue une atteinte à la souveraineté des États et une ingérence dans leurs affaires intérieures visant à conserver, à tout prix, leur position dominante dans l’économie mondiale et la politique internationale, qu’ils perdent progressivement. La diplomatie est remplacée par les sanctions ; les sanctions permettent de masquer le protectionnisme commercial et les tentatives de détourner l’attention des problèmes internes également.

De manière assez révélatrice, l’Occident a ignoré les appels du secrétaire général des Nations unies et du haut commissaire des Nations unies aux Droits de l’Homme à suspendre les sanctions unilatérales et illégitimes sur la fourniture de médicaments, de nourriture et d’équipements nécessaires à la lutte contre le coronavirus pendant la pandémie. Nous n’avons pas non plus constaté d’intérêt de la part de nos partenaires pour l’initiative du président russe Vladimir Poutine, proposée lors du sommet du G20, visant à créer des corridors verts dans le commerce international, exempts de sanctions ou d’autres barrières artificielles.

Les restrictions introduites contre notre pays ont sans aucun doute eu un impact négatif sur nos relations avec l’Occident collectif. Elles sapent la confiance mutuelle et assombrissent les perspectives de normalisation des relations. Bien que nous ne soyons pas du tout favorables à l’idée de pousser la spirale des sanctions vers le haut, nous acceptons néanmoins de relever le défi et de répondre rapidement et de manière ciblée. Compte tenu du fait évident que les sanctions anti-russes sont une arme à double tranchant qui n’inflige pas moins de dommages à celui qui la brandit, nous espérons que le bon sens prévaudra et que nos partenaires recommenceront à tisser des liens avec nous, en s’appuyant sur les principes de justice et d’égalité et en renonçant au « droit du plus fort » et à l’invasion des affaires souveraines d’autres États. Nous avons clairement indiqué à plusieurs reprises que nous n’avons pas commencé cette guerre de sanctions, mais nous sommes prêts, à tout moment, à faire notre part pour mettre fin à cette confrontation inutile, dans laquelle il n’y aura et ne pourra y avoir aucun gagnant.

Question : Quelle est l’importance de l’impact des actions occidentales sur l’économie russe ?

Maria Zakharova : L’escalade de la pression des sanctions réciproques a une influence négative globale à la fois sur les économies russe et occidentale. Les évaluations des dommages réciproques varient en raison de leur nature objective, mais elles se chiffrent toujours en centaines de milliards de dollars. Dans ces circonstances, nous continuons à répondre aux restrictions de manière équilibrée et appropriée, en étant guidés par les intérêts du développement économique national et des opérateurs économiques nationaux. Dans ces actions, nous partons du principe de « ne pas causer de tort ». Nous maintenons en partie nos mesures économiques spéciales de réciprocité, c’est-à-dire les restrictions à l’importation de certains produits en provenance des pays qui ont introduit des sanctions anti-russes. Nous consolidons notre système financier national et recherchons de nouveaux partenaires internationaux, notamment régionaux. Nous prenons également d’autres mesures visant à diversifier nos liens économiques extérieurs. Nous travaillons sur des mécanismes économiques et juridiques visant à réduire l’impact négatif des restrictions sur le développement de la coopération bilatérale en matière de commerce et d’investissement. Nous avons élaboré une législation prévoyant des mesures pour contrer les nouvelles mesures unilatérales potentielles des États-Unis et d’autres pays. Nous avons largement réussi à nous adapter aux défis extérieurs et à retourner la situation en notre faveur, ainsi qu’à lancer des programmes de substitution des importations et de développement d’industries nationales avancées et compétitives.

Question : Quelles mesures la Russie prend-elle pour réduire sa dépendance à l’égard des systèmes financiers occidentaux ?

Maria Zakharova : Le débat sur la nécessité de réduire la dépendance à l’égard du dollar en tant que première monnaie mondiale dure depuis au moins une décennie. Les précédents bouleversements du marché financier américain et la crise financière et économique mondiale qui s’en est suivie ont exacerbé la vulnérabilité de l’économie mondiale à la domination du dollar et mis en doute la viabilité du système monétaire mondial fondé sur la suprématie d’une unité monétaire nationale. Le « volontarisme » actuel de Washington en matière de sanctions rend encore plus douteuse la fiabilité des transactions en dollars. Dans ces conditions, la tâche de consolider l’indépendance et la viabilité du système financier face aux menaces extérieures devient de plus en plus une priorité pour tout État.

Question : La Russie est-elle toujours destinée à être dépendante du dollar américain ?

Maria Zakharova : Afin de réduire la dépendance excessive à l’égard des moyens de paiement étrangers, les États et les acteurs des marchés financiers doivent s’adapter aux nouvelles réalités, notamment en trouvant et en développant des mécanismes de règlement alternatifs. De ce point de vue, l’abandon progressif de la configuration américano-centrique du système monétaire mondial est une réponse objective à une combinaison de facteurs. Des mesures cohérentes dans ce sens, en coordination avec nos partenaires commerciaux, contribueraient à renforcer les monnaies nationales, ainsi qu’à minimiser les dommages économiques potentiels de nouvelles mesures restrictives que les pays occidentaux pourraient introduire. Ce travail nécessitera sans aucun doute des efforts importants pour reformater les modèles de coopération établis, pour créer des mécanismes de soutien et de fonctionnement de nouveaux systèmes de règlements mutuels et de tarification sur le marché. La Russie a récemment signé des accords visant à étendre l’utilisation des monnaies nationales dans les règlements mutuels avec la Chine et la Turquie. Il existe des accords similaires au sein du BRICS. Des tendances positives sont observées dans l’EAEU, avec une part croissante des monnaies nationales dans les paiements mutuels, ainsi que dans la coopération commerciale et économique entre la Russie et les pays de la région Asie-Pacifique et d’Amérique latine.

L’éventuelle déconnexion de la Russie de SWIFT est jusqu’à présent considérée comme un scénario hypothétique. Néanmoins, des travaux interdépartementaux sont en cours pour minimiser les risques et les dommages économiques que pourrait causer à notre pays un accès restreint aux instruments financiers et aux mécanismes de paiement internationaux habituels. Le système de messagerie financière de la Banque centrale est un exemple d’instruments alternatifs. Des options sont également à l’étude pour ajouter une interface avec ses homologues étrangers, tels que le SEPA européen, le SEPAM iranien et les CUP et CIPS chinois.

La coopération se développe entre le système de paiement russe MIR et ses homologues étrangers, notamment l’UnionPay chinois, le JCB japonais et la carte Maestro internationale. Ces cartes sont acceptées tant en Russie qu’à l’étranger. En particulier, diverses opérations avec elles sont déjà possibles en Arménie, en Abkhazie, en Ossétie du Sud, en Biélorussie, au Kazakhstan, au Kirghizistan, en Ouzbékistan et en Turquie. En même temps, il s’agit d’un processus long et laborieux. Et il est trop tôt pour parler de dates précises pour la mise en place d’une boîte à outils nationale complète pour les opérations de paiement ou pour sa promotion sur les marchés internationaux.

Dans le même temps, la Russie explore vigoureusement les possibilités offertes par les technologies numériques modernes et le potentiel de leur utilisation pour accroître la durabilité, la stabilité et l’indépendance du système financier national et des moyens de paiement, en sachant clairement que la monnaie numérique peut devenir le fondement d’un système financier international actualisé et des transactions transfrontalières à l’avenir.

Question : La Russie pourra-t-elle jamais vraiment isoler son économie d’une politique étrangère hostile ?

Maria Zakharova : Seul un petit groupe de pays – à leur propre détriment – mène une politique hostile envers la Russie. En réponse, la Russie continuera à utiliser les défis extérieurs comme des incitations supplémentaires pour accroître la stabilité de son économie, mobiliser la créativité des entreprises nationales, moderniser la production et diversifier les liens économiques.

Nous ne nous fermerons pas au monde extérieur, ce que les initiateurs des sanctions nous poussent sans cesse à faire. Au contraire, nous sommes toujours ouverts au dialogue sur tous les problèmes ou préoccupations, et nous sommes prêts à une coopération égale et mutuellement bénéfique avec tous les pays, mais uniquement sur la base des principes d’égalité et de considération mutuelle des intérêts. C’est ainsi que nous voyons réellement des relations internationales stables.

Pour notre part, nous soutenons fermement un large débat international sur les moyens de contrer les mesures unilatérales illégitimes. Nous sommes convaincus qu’un dialogue systématique devrait contribuer à réduire les inquiétudes du monde des affaires concernant l’incertitude et l’instabilité des affaires mondiales, provoquées par la politique unilatérale et incohérente de l’Occident. Aujourd’hui encore, nous pouvons constater que les initiateurs des sanctions commencent à se rendre compte, bien que lentement, que toute mesure unilatérale cause des dommages inacceptables à ceux qui la prennent, et qu’elle est inutile et contre-productive.

Traduit par Réseau International


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé