www.zejournal.mobi
Mercredi, 27 Janv. 2021

Regardez : Edward Snowden s’exprime sur la censure, Biden et la liberté de la presse à risque

Auteur : Glenn Greenwald | Editeur : Walt | Vendredi, 27 Nov. 2020 - 04h29

Le rapport sur la NSA de 2013, rendu possible par la dénonciation héroïque d’Edward Snowden, était largement perçu à l’époque comme portant sur des violations du droit à la vie privée. Il s’agissait bien sûr de cela, mais les révélations impliquaient de nombreuses autres libertés vitales, notamment la liberté d’expression, la liberté de la presse, le besoin de transparence sur les acteurs étatiques et en particulier sur l’État de sécurité toujours à l’affût, et les dangers de laisser les gouvernements prendre les décisions les plus importantes dans l’ombre, sans consentement démocratique ni responsabilité.

Mais la cause primordiale qui unit toutes ces préoccupations spécifiques est la croyance en la liberté sur internet et sa défense. Dans l’une des premières interviews que nous avons menées avec Snowden à Hong Kong, il a expliqué qu’il était en grande partie motivé par le rôle central et vital que la première version d’Internet a vécu : une version qui était libre de tout contrôle des entreprises et de l’État, qui permettait l’anonymat et l’exploration sans surveillance et, surtout, qui favorisait une communication et une diffusion d’informations sans restriction par et parmi les citoyens du monde sans que les chefs d’entreprise et d’État ne réglementent et ne contrôlent ce qu’ils disaient.

C’est cette vision du Far West du web qui a conduit tant de gens à le présenter dès sa création comme l’une des plus grandes et des plus puissantes innovations de l’histoire moderne pour favoriser la liberté individuelle, la libération de l’homme, l’autonomisation des citoyens ordinaires et la capacité des gens à s’organiser et à communiquer sans avoir à dépendre des géants de l’industrie et des gouvernements qu’ils financent et contrôlent. À bien des égards, cette vision est une feinte mémoire – plongée dans la surveillance de masse que Snowden a exposée mais qui persiste encore, la corporatisation des sites en ligne les plus influents et, de plus en plus, le contrôle de la circulation de la parole et de l’information par des seigneurs oligarchiques invisibles dont les décrets n’exigent aucune justification identifiable et n’offrent aucun recours. Le pouvoir de ces régulateurs du discours invisible est définitif, arbitraire et absolu.

Il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi. Il vaut toujours la peine de se battre pour un internet libre et il est toujours possible de le sauver. Mais il est confronté à des menaces croissantes : de la part des médias d’entreprise qui sont prêts à étouffer tout ce qui menace leur discours-monopole en faisant pression sur la Silicon Valley pour censurer divers dissidents et voix indépendantes encore plus qu’ils ne le font actuellement ; de la part des partis politiques et des hommes politiques qui exercent une grande influence sur les géants de la technologie et savent qu’ils peuvent exploiter cette influence pour faire taire leurs critiques et leurs adversaires ; et de la concentration croissante du pouvoir sur Internet entre les mains de quelques monopoles dont le pouvoir et la richesse rendent irrésistible la tentative des centres de pouvoir d’étouffer la dissidence.

Lundi, je me suis entretenu avec Snowden pour un épisode spécial de SYSTEM UPDATE, pendant environ 40 minutes, sur les dangers croissants de la censure dans la Silicon Valley, sur les raisons pour lesquelles une industrie technologique qui n’a jamais voulu avoir le pouvoir ou la responsabilité de réguler le discours s’est vu imposer cette obligation par les politiciens et les journalistes, sur les dangers qui guettent la liberté de la presse et sur la manière dont une administration Biden/Harris pourrait aggraver tout cela :

Traduit par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé