www.zejournal.mobi
Mardi, 19 Janv. 2021

Les essais du vaccin Pfizer COVID-19 ont montré des effets secondaires « sévères », de la « fièvre et des courbatures »

Auteur : Martin Bürger | Editeur : Walt | Jeudi, 19 Nov. 2020 - 06h15

La société affirme que son vaccin est « efficace à 90 % » et sera bientôt disponible pour le public, mais de sérieuses questions subsistent quant à la sécurité du vaccin.

Quelques jours seulement après que Pfizer a annoncé son nouveau vaccin contre le coronavirus « efficace à 90 % », des rapports ont été publiés sur les effets secondaires « graves » que les volontaires de l’essai du vaccin ont connus, notamment des fièvres et des maux de tête.

 

Selon le Daily Mail britannique, Carrie, l’une des 43 538 participants à l’essai du vaccin de Pfizer, « a déclaré avoir souffert de maux de tête, de fièvre et de douleurs dans tout le corps, comparables à la piqûre de la grippe, lors du premier essai. Mais après la seconde, ces maux sont devenus plus “sévères” ».

Le vaccin Pfizer sera administré en deux doses à trois semaines d’intervalle.

Glenn Deshields, un autre participant, « a déclaré qu’il souffrait d’effets secondaires semblables à une “gueule de bois sévère” ». L’homme du Texas a déclaré qu’il croit « avoir reçu le vaccin parce que, lors d’un test d’anticorps effectué par les médecins, il est revenu positif ».

« Bryan, 42 ans, ingénieur de Géorgie, pense qu’il est l’une des personnes qui n’a pas reçu le vaccin », mais un placebo. « Il n’a pas ressenti de réponse immunitaire aux piqûres, dit-il, et après avoir reçu deux injections, il a contracté [COVID-19] après que sa fille l’ait attrapé le mois dernier ».

Un placebo est une injection ne contenant pas le vaccin, donnée à la moitié des participants à l’essai pour montrer si le vaccin fonctionne réellement.

Stanley Wang, de Los Angeles, pense également avoir reçu un placebo, en déclarant : « Il a fait sa première injection le 31 août et n’a ressenti aucune douleur à la piqûre ni aucun symptôme de coronavirus ».

Wang a ajouté que les effets secondaires ressentis par les autres participants « comprenaient de la fièvre et des migraines, et un autre s’est plaint d’avoir une réaction “semblable à une gueule de bois” ». Il n’est pas clair si Wang faisait simplement référence au rapport du Daily Mail, ou à ses propres conversations avec les participants à l’essai.

Pfizer n’a mentionné aucun des effets secondaires subis par les participants à l’essai du vaccin.

Le New York Times a souligné lundi : « Les données publiées par Pfizer … ont été diffusées dans un communiqué de presse, et non dans une revue médicale à comité de lecture. Ce n’est pas une preuve concluante que le vaccin est sûr et efficace, et le résultat initial de plus de 90 % d’efficacité pourrait changer à mesure que l’essai se poursuit ».

En fait, le communiqué de presse de Pfizer mentionne 43 538 participants à l’étude, avec seulement « 94 cas confirmés de COVID-19 chez les participants à l’essai ». Cela signifie que seulement 0,2 % des participants ont été testés positifs pour le coronavirus.

Comme seulement 94 participants ont été testés positifs, il semble également difficile de généraliser le fait que le vaccin est « efficace à plus de 90% », car certaines personnes pourraient avoir été exposées au virus plus fréquemment, ou pendant une période plus longue.

Le communiqué de presse de Pfizer n’a pas expliqué si les participants portaient des masques, s’exerçaient à une soi-disant distanciation sociale ou restaient chez eux, pour la plupart.

La société pharmaceutique a averti qu’elle continuera « à accumuler des données de sécurité », estimant « qu’une médiane de deux mois de données de sécurité après la deuxième (et dernière) dose du vaccin candidat – la quantité de données de sécurité spécifiée par la FDA dans son guide pour une éventuelle autorisation d’utilisation d’urgence – sera disponible d’ici la troisième semaine de novembre ».

« En outre, les participants continueront à être surveillés pour la protection et la sécurité à long terme pendant deux années supplémentaires après leur deuxième dose », a souligné le communiqué de presse, laissant entendre que des effets secondaires pourraient encore se produire et que le vaccin pourrait perdre son efficacité présumée.

Lors d’un débat en juillet, Robert F. Kennedy Jr, neveu de John F. Kennedy et avocat spécialiste de l’environnement, a qualifié Pfizer de l’un des nombreux producteurs de vaccins ayant déjà encouru des sanctions pénales pour leurs produits.

Kennedy a noté que quatre des principaux développeurs de vaccins contre le coronavirus, GlaxoSmithKline, Sanofi, Pfizer, Merck, sont « des criminels en série reconnus coupables ».

« Au cours des dix dernières années, ces sociétés ont payé 35 milliards de dollars en sanctions pénales, dommages et intérêts, amendes, pour avoir menti aux médecins, pour avoir fraudé la science, pour avoir falsifié la science, pour avoir tué des centaines de milliers d’Américains en toute connaissance de cause », a déclaré M. Kennedy.

« Il faut une dissonance cognitive pour que les gens qui comprennent la culture criminelle de ces quatre sociétés croient qu’elles font cela dans tous les autres produits qu’elles ont, mais qu’elles ne le font pas avec les vaccins ».

À elle seule, la société Pfizer a représenté plus de 4,7 milliards de dollars de pénalités depuis l’année 2000.

De son côté, l’administration Trump a annoncé en juillet « l’un des plus gros investissements à ce jour, … un contrat de près de 2 milliards de dollars avec Pfizer et une société de biotechnologie allemande pour 100 millions de doses d’ici décembre ».

Le Dr Helen Watt du Centre de bioéthique Anscombe à Oxford, en Angleterre, a déclaré lundi dernier au Catholic Herald que le vaccin Pfizer « n’utilise pas de lignée cellulaire fœtale dans le processus de production lui-même, ni dans la conception », mais « un des tests de confirmation en laboratoire sur le vaccin a malheureusement impliqué une vieille lignée cellulaire fœtale ».

L’organisation Children of God for Life affirme que le vaccin Pfizer est testé à l’aide de la lignée cellulaire HEK 293, qui est dérivée de tissus rénaux prélevés sur un bébé sain qui a été avorté aux Pays-Bas dans les années 1970.

Le Dr Andrew Morris, spécialiste des maladies infectieuses et professeur de médecine à l’université de Toronto, a déclaré au National Post qu’il restait un certain nombre de questions à résoudre concernant le vaccin Pfizer.

« Le vaccin Pfizer atténue-t-il la maladie ? Est-ce qu’il réduit la propagation à d’autres personnes ? » a demandé Morris. « Ce sont des choses tout aussi importantes ».

Lire aussi: Les critères de référence des tests des vaccins anti-Covid sont truqués et les effets secondaires sont désastreux

Traduit par Anguille sous roche


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé