www.zejournal.mobi
Vendredi, 23 Oct. 2020

Le blanchiment d’argent criminel, le grand business de la banque

Auteur : Alvaro Verzi Rangel | Editeur : Walt | Vendredi, 25 Sept. 2020 - 14h51

Des documents secrets sur l’utilisation des services bancaires pour blanchir l’argent des organisations criminelles ont servi de base au Consortium International des Journalistes d’Investigation (ICIJ) pour préparer et publier un document bien étayé sur le sujet, dénonçant l’absence inquiétante de réglementation et la facilité avec laquelle ces services sont exploités par les criminels.

L’examen et la synthèse de plus de 2 100 documents de l’unité américaine de lutte contre le blanchiment d’argent (FinCEN) donnent une idée non seulement du volume des capitaux qui circulent dans cet univers financier opaque, mais aussi de la permissivité dont font preuve les grandes institutions bancaires à cet égard, plus ou moins protégées par l’ambiguïté d’une législation qui contient suffisamment de lacunes pour leur permettre de naviguer à leur guise avec leurs escrocs et criminels de toutes sortes et de toutes origines.

La drogue, les fortunes détournées des pays en développement et les économies durement gagnées volées dans les systèmes de Ponzi ont pu entrer et sortir de ces établissements malgré les avertissements des propres employés des banques, selon une étude menée par 108 médias dans 88 pays. Les documents font état de transactions de deux milliards de dollars entre 1999 et 2017.

L’enquête se fonde sur des milliers de rapports d’activités suspectes envoyés par des banques du monde entier à la FinCen, la police financière du Département du Trésor américain. L’enquête met en évidence cinq grandes banques (JPMorgan Chase, HSBC, Standard Chartered, Deutsche Bank et Bank of New York Mellon) soupçonnées d’avoir transféré les actifs de criminels présumés, même après qu’ils aient été poursuivis ou condamnés pour des crimes financiers.

La plus interrogée est JPMorgan, qui a transféré de l’argent pour des individus et des entreprises liés au pillage massif de fonds publics en Malaisie, au Venezuela et en Ukraine, selon des documents gouvernementaux ayant fait l’objet de fuites, connus sous le nom d’Archives de la FinCEN. L’analyse de l’ICIJ a également montré que la banque a traité plus de 50 millions de dollars américains de paiements sur une décennie pour Paul Manafort, l’ancien directeur de campagne du Président américain Donald Trump.

La banque a transféré au moins 6,9 millions de dollars en transactions pour Manafort au cours des 14 mois qui ont suivi sa démission de la campagne, sur fond d’allégations de blanchiment d’argent et de corruption découlant de son travail avec un parti politique pro-russe en Ukraine.

JPMorgan, la plus grande banque américaine, a transféré de l’argent pour des individus et des entreprises responsables du pillage massif des ressources publiques en Malaisie, au Venezuela et en Ukraine, selon des documents divulgués.

Elle a également déplacé plus d’un milliard de dollars pour un financier en fuite responsable de la fraude à la 1MDB en Malaisie (détournement estimé à 4,5 milliards de dollars des fonds souverains de ce pays), selon les dossiers, et plus de 2 millions de dollars pour un magnat vénézuélien de l’énergie, dont la société a été accusée d’avoir induit en erreur le gouvernement vénézuélien et d’avoir causé des pannes de courant qui ont paralysé une partie du pays.

Les transactions opaques ont continué à transiter par les comptes bancaires de JPMorgan, malgré les promesses de la banque d’améliorer ses contrôles anti-blanchiment dans le cadre des accords qu’elle a conclus avec les autorités américaines en 2011, 2013 et 2014.

62% de toutes les déclarations de soupçons du Département du Trésor contenues dans les dossiers de la FinCEN sont faites pour la Deutsche Bank. L’acronyme FinCEN signifie Financial Crimes Enforcement Network, le département responsable de la lutte contre le blanchiment d’argent et les crimes financiers. La Deutsche Bank représentait 1,3 trillion des deux billions de dollars de transferts suspects.

En 2015, la plus grande banque allemande a accepté une amende de 258 millions de dollars pour avoir enfreint les sanctions américaines parce qu’elle avait transféré un total de près de 11 milliards de dollars entre 1999 et 2006 pour le compte de clients iraniens, libyens, syriens, birmans et soudanais. Les enquêteurs américains ont accusé la Deutsche Bank d’effectuer des « opérations de compensation » non transparentes pour dissimuler d’éventuelles violations des sanctions par ses clients.

Ce qu’on appelle blanchiment d’argent n’est rien d’autre que la circulation légale de profits financiers résultant d’activités illégales, et donc en dehors des systèmes de contrôle fiscal et de taxation. L’objectif ultime du blanchiment dans ses différentes variantes est, bien entendu, de dissimuler l’origine illégale des fonds.

La transformation de gains monétaires illicites en fonds produits par une source apparemment légale permet aux personnes ou aux organisations criminelles impliquées dans le processus d’avoir de l’argent propre (d’où le terme de blanchiment d’argent) d’opérer comme tout utilisateur ou entreprise en règle avec les autorités.

L’étude intitulée « FinCEN Files » identifie cinq grandes institutions financières qui, bien qu’elles ne soient pas les seules, ont permis des millions d’opérations qui peuvent être décrites comme suspectes au mieux et illicites au pire. Toutes ces banques ont obtenu des commissions pour leur gestion administrative, ce qui explique en partie le taux élevé de bénéfices que certaines grandes sociétés bancaires réalisent chaque année, même si la pandémie actuelle a ralenti leur croissance.

La plus grande fuite financière de l’histoire du Département du Trésor américain ne permet pas l’innocence ou l’ignorance : dans certains cas, les banques ont continué à gérer allègrement des fonds illégaux, même après que les autorités de contrôle financier américaines les aient averties que si elles poursuivaient dans cette voie, elles se retrouveraient devant un tribunal pénal.

Les dossier de la FinCEN représentent moins de 0,02% des plus de 12 millions de déclarations d’activités suspectes (DAS) que les institutions financières ont déposées entre 2011 et 2017. L’ensemble des rapports d’activités suspectes, ainsi que des centaines de fichiers avec des noms, des dates et des numéros, détaillent les flux de transactions potentiellement illicites des clients dans au moins 170 pays.

Ces documents montrent comment des banques aveugles déplacent de l’argent entre leurs comptes pour des personnes non identifiées, mettent des années à signaler d’éventuels stratagèmes de blanchiment d’argent, et font même des affaires avec des clients impliqués dans des scandales de fraude financière et de corruption.

En plus des dossiers de la FinCEN, la CIJI et ses partenaires ont obtenu plus de 17 600 dossiers supplémentaires d’employés et de dénonciateurs, des documents judiciaires, des demandes d’accès à l’information et d’autres sources. L’équipe a interrogé des centaines de personnes, dont des experts en criminalité financière, des responsables de l’application des lois et des victimes.

De l’argent sale, des bureaucrates idem

Le blanchiment d’argent n’est pas un crime sans victime. La libre circulation de l’argent sale alimente les gangs criminels, déstabilise les nations et favorise l’inégalité économique mondiale. Souvent, les capitaux blanchis finissent dans les comptes de sociétés fictives enregistrées dans des paradis fiscaux opaques, ce qui permet aux élites de cacher de grosses sommes d’argent et d’éviter le radar des autorités.

L’enquête de la CIJ a révélé que les banques figurant dans les dossier de la FinCEN traitent souvent des transactions pour des sociétés enregistrées dans des juridictions secrètes sans connaître le « bénéficiaire final » du compte, c’est-à-dire la personne physique qui se trouve derrière. Les titulaires de ces comptes d’entreprise ont des adresses au Royaume-Uni, aux États-Unis, à Chypre, à Hong Kong, aux Émirats Arabes Unis, en Russie et en Suisse. Au moins 20% des rapports ont un client ayant une adresse dans les Îles Vierges britanniques.

L’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC) estime que 2 400 milliards de dollars de fonds illicites sont blanchis chaque année, soit près de 2,7% de tous les biens et services produits dans le monde chaque année, mais les autorités détectent moins de 1% de l’argent sale.

Pour certains établissements financiers, le client problématique est une autre banque. Une explosion à Jérusalem a tué sept personnes et en a blessé vingt autres, laissant un ex-policier paralysé jusqu’au cou, qui a fait l’objet d’un procès aux États-Unis, accusant une institution financière jordanienne, l’Arab Bank, d’avoir déplacé des fonds qui ont contribué à financer l’attentat.

Les dossiers de la FinCEN montrent que, comme le litige a jeté une ombre sur l’Arab Bank, une banque plus grande et plus influente est apparue comme bénéficiaire – la Standard Chartered, basée au Royaume-Uni, qui a aidé les clients de la banque jordanienne sanctionnée à accéder au système financier américain.

En 2012, les autorités de New York ont conclu que Standard Chartered avait « conspiré avec le gouvernement iranien pour déplacer 250 milliards de dollars en échange de centaines de millions de dollars de frais ». Cette année-là, le Standard Chartered a payé 670 millions de dollars d’amendes dans des transactions avec les autorités. Entre septembre 2013 et septembre 2014, elle a traité 2 055 transactions de clients de l’Arab Bank, pour un total de plus de 24 millions de dollars.

Jusqu’en février 2016, Standard Chartered a transféré près de 12 millions de dollars de plus pour les clients d’Arab Bank. De nombreux transferts ont été effectués à des fins de charité, de dons, de soutien ou de cadeaux. Le jugement civil contre l’Arab Bank a été annulé lorsqu’une cour d’appel a trouvé des failles dans les instructions du jury du procès. L’Arab Bank a ensuite conclu un accord avec près de 600 victimes et membres de leurs familles pour un montant non divulgué.

Antécédents

En 2012, le siège londonien de la HSBC – la plus grande banque d’Europe – a signé un accord de poursuite différée et a admis avoir blanchi au moins 881 millions de dollars US provenant de groupes criminels d’Amérique Latine. Les trafiquants de drogue utilisaient des coffres spécialement conçus pour s’adapter aux distributeurs automatiques de la HSBC ; ils laissaient d’énormes quantités d’argent de la drogue dans le système financier.

Grâce à un accord avec les procureurs, la HSBC a versé 1,9 milliard de dollars US. En contrepartie, le gouvernement a suspendu les charges et s’est engagé à les abandonner complètement au bout de cinq ans si la HSBC tenait sa promesse de lutter énergiquement contre le flux d’argent sale.

Les dossiers de la FinCEN montrent que pendant ces cinq années de procès, la HSBC a continué de transférer de l’argent des personnes interrogées, dont certaines étaient syndiquées pour blanchir de l’argent de Russie ou diriger une pyramide de Ponzi, et font l’objet d’enquêtes dans plusieurs pays.

Malgré cela, le gouvernement américain a permis à la HSBC d’annoncer en décembre 2017 qu’elle avait « rempli tous ses engagements » dans le cadre de l’accord de poursuite différée et que les procureurs avaient abandonné à jamais les poursuites pénales à son encontre. Aucun pot-de-vin n’a été signalé.

Traduit par Réseau International


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...