www.zejournal.mobi
Samedi, 15 Août 2020

Didier Raoult entendu par la commission d’enquête de l’Assemblée Nationale (Vidéos)

Auteur : RT (Russie) | Editeur : Walt | Jeudi, 25 Juin 2020 - 10h43

Chargée de tirer les leçons de la pandémie de Covid-19, la commission d’enquête de l’Assemblée nationale convoque depuis le 23 juin plusieurs interlocuteurs impliqués dans la crise. Didier Raoult en fait partie.

Mercredi 24 juin

19h48 CET

« Je ne me trouve pas désagréable, je me trouve plutôt aimable », a estimé le professeur Raoult, concédant néanmoins que c’était un point de vue « subjectif ».

19h39 CET

« Je ne vois pas de raison de ne pas croire aux chiffres chinois. Je ne vois pas pourquoi ils mentiraient plus, alors qu’ils ont plutôt une tendance à amplifier le phénomène pour montrer qu’ils ont été sérieux. D’ailleurs, ce sont eux les plus grands bénéficiaires de la crise car on a tout acheté là-bas », rappelle Didier Raoult.

19h34 CET

Didier Raoult rappelle que l’hydroxychloroquine remonte au quinquina, arbuste originaire de l’Équateur, qui était considéré comme « l’écorce des fièvres » par les Jésuites au XVIIe siècle. Il rappelle que son efficacité contre les fièvres a été décriée, notamment pour des questions de posologie. Mais lorsque le roi Louis XIV fut guéri grâce à une poudre à base de quinquina en 1686 et en 1687, le regard sur cette écorce a changé et son usage s’est répandu en France.

19h33 CET

« Toute cette histoire, c’est parce que les gens d’Europe de l’Ouest ont de mauvaises habitudes, c’est là qu’on est mort le plus. […] Les 15 pays les plus touchés sont les 15 pays les plus riches. Est-ce qu’on sait encore traiter les maladies infectieuses aiguës ? », s’est interrogé Didier Raoult.

19h32 CET

« 50% des médecins dans le monde utilisent l’hydroxychloroquine pour soigner le Covid. Et en France aussi », assure Didier Raoult.

19h29 CET

« Je vous recommande faire une véritable enquête sur Gilead et le Remdesivir […] J’ai été menacé, j’ai porté plainte et l’auteur des mails c’était le type qui recevait le plus d’argent de Gilead depuis dix ans », a déclaré Didier Raoult. Plus tôt, il a vertement critiqué le laboratoire et dénoncé des conflits d’intérêts.

19h29 CET

« Je ne suis pas un homme de réunions, je suis un homme de données », a déclaré Didier Raoult.

19h21 CET

« L’idée que l’État se saisisse de soins qui sont de la tâche usuelle des médecins et leur interdise de faire un certain nombre de choses qui sont banales, je ne suis pas d’accord », a tranché Didier Raoult. « Et pour le dire tout à fait officiellement, je suis surpris que l’Ordre des médecins ait accepté une chose pareille. Moi, si j’avais été le président de l’ordre des médecins, j’aurais démissionné immédiatement », a-t-il ajouté.

19h01 CET

« Vous me demandez pourquoi je ne suis pas resté dans ce Conseil scientifique, c’est parce que je considérais que ce n’était pas un Conseil scientifique », a tranché Didier Raoult. « Je sais ce que c’est un Conseil scientifique, je vous assure que j’ai un Conseil scientifique à l’IHU, il fait rêver le monde entier, c’est que des stars dans leur domaine », a-t-il ajouté.

« Je l’avais dit au ministre : les conflits d’intérêt, ils vont nous polluer », rappelle le professeur marseillais, expliquant que l’autre question qu’il avait posée était celle des experts : « J’avais dit : faites attention ! »

18h57 CET

À propos du manque de dépistage au plus fort de la crise, Didier Raoult n’a pas mâché ses mots. Il estime que « la manière dont ça s’est organisé est archaïque […] ça frise le ridicule ».

18h54 CET

« Je ne jamais dit ça [qu’il y aurait pas de seconde vague]. […] Parmi les hypothèses possibles, il y a l’hypothèse qu’elle devienne une maladie saisonnière, soit qu’elle disparaisse complètement comme le SARS », a répondu Didier Raoult aux députés.

18h51 CET

« L’idée qu’on va donner le même médicament aux quatre étapes de la maladie est une fantaisie […] le Remdesivir ne pouvait pas marcher sur les formes graves », a-t-il déclaré en allusion à l’antiviral utilisé contre le Covid-19. En effet, à un stade avancé de la maladie, Didier Raoult a, depuis le début, expliqué que la « charge virale est quasi nulle ».

18h39 CET

Didier Raoult critique vertement le laboratoire Gilead qui aurait exercé, selon lui, une influence disproportionnée sur la recherche d’un remède contre le coronavirus : « C’est bien au-delà ce qu’on a vu avec le Mediator. (…) J’étais surpris de voir le directeur de Gilead tutoyer » le responsable des essais au ministère de la Santé, a-t-il notamment déclaré.

« Si quelqu’un qui a fait partie du board de Gilead parle de la microscopie électronique, ça ne pose pas de problème, mais s’ils parlent du Remdesivir, ça me pose un problème », détaille Didier Raoult. C’est en effet le laboratoire Gilead qui produit le Remdesivir.

18h34 CET

« Ce n’est pas ma faute si on ne sait pas organiser les essais cliniques dans ce pays », a déclaré Didier Raoult, à propos de l’hydroxychloroquine.

18h27 CET

« L’observation est toujours la première étape. Mais pour observer, il faut faire du diagnostic », explique Didier Raoult, qui critique le fait qu’on ait dit aux patients de venir quand ils étaient essoufflés, alors que souvent, selon lui, il était, à ce moment-là, déjà trop tard pour beaucoup d’entre eux. « L’essoufflement est un très mauvais marqueur de cette maladie », juge Didier Raoult qui ajoute que « 65% des gens qui n’ont pas de signes respiratoires ont des lésions au scanner, donc cette phase d’observation dont on s’est privés était un point clé ».

18h20 CET

« Il y avait les moyens de tester dans ce pays, […] et c’était indispensable parce qu’à partir du moment où on ne testait pas, on ne pouvait pas étudier la maladie. Tout ce que l’on a déduit sur la maladie, on l’a déduit de la grippe, et ce n’était pas vrai », a déploré Didier Raoult.

Selon lui, « on n’a pas dit la vérité » sur la simplicité de généraliser le dépistage : « C’est moi qui ai expliqué [la simplicité du dépistage] au président, pour la première fois, [en lui disant] : « Vous savez, la PCR, c’est très simple et tout le monde peut la faire ».

18h15 CET

« Je pense que le ministre a été mal entouré. Il faut avoir des remparts, des gens qui sont capables d’analyser les articles », a estimé Didier Raoult concernant les prises de décisions et la communication d’Olivier Véran sur l’hydroxychloroquine.

18h13 CET

Didier Raoult estime que les rassemblements sont « déraisonnables » dans le contexte actuel, mais il est à la fois impossible, selon lui, de prouver scientifiquement le bien-fondé ou non du confinement : « La décision du confinement, comme la décision du masque dans la rue, ne reposent pas sur des données scientifiques établies, claires et démontrables, ça ne sera jamais démontré ».

18h08 CET

« Tous les gens qui vous feront des modèles projectifs sur des maladies qu’on ne connaît pas encore sont des fous, c’est mon idée, en tout cas ils n’ont jamais eu raison », déclare Didier Raoult.

Le directeur de l’IHU de Marseille a dit préférer « les données brutes » aux modèles mathématiques pour tenter de prévoir l’évolution de l’épidémie, dont certains tirent « une croyance » qui s’apparente, selon lui, à « une religion ».

17h35 CET

Didier Raoult revient sur l’étude publiée puis dépubliée par The Lancet, qui pointait l’inefficacité, voire la dangerosité de l’hydroxychloroquine : « Il suffisait de lire, et pas que le titre, pour se rendre compte que [ce qu’avançait l’article] n’était pas vrai », estime-t-il.

Le professeur Didier Raoult, qui a fait parler de lui dans le cadre des intenses débats sur la généralisation d’un traitement à base d’hydroxychloroquine face à la propagation du Covid-19, est auditionné ce 24 juin à l’Assemblée nationale par une commission d’enquête chargée de tirer les leçons de la pandémie.

Revoir les 3 heures 8 minutes d’audition:

Le directeur de l’IHU Méditerranée de Marseille fait en effet partie des interlocuteurs qu’ont décidé d’interroger les membres de la commission. En pleine crise sanitaire, il est devenu une personnalité publique de premier plan, autant adulée que vilipendée, amenant même de nombreux commentateurs à analyser son potentiel politique.

Ministres, dirigeants d’agences sanitaires et d’administrations aux manettes ces derniers mois, mais aussi ces dernières années, sont entendus par les députés depuis le 16 juin afin « d’établir la généalogie et la chronologie de cette crise », a fait savoir la présidente de la commission des Affaires sociales Brigitte Bourguignon (LREM), qui préside cette commission d’enquête.

Comme le rapporte Le Parisien, à la différence de la mission d’information parlementaire qui a rendu son rapport le 3 juin, la commission d’enquête a des pouvoirs d’investigation élargis : ses convocations sont obligatoires sous peine de sanctions pénales, les auditions se déroulent sous serment et ses membres peuvent réaliser des contrôles sur pièces et organiser des déplacements, par exemple dans un hôpital ou un Ehpad durement touché par l’épidémie. Le Sénat a aussi prévu sa commission d’enquête, qui sera mise en place à la fin du mois.

Ces missions parlementaires interviennent parallèlement à la recherche d’éventuelles responsabilités judiciaires après la crise sanitaire, puisque comme le précise l’AFP, le parquet de Paris a ouvert le 16 juin une vaste enquête préliminaire sur la gestion de la crise, visant notamment les chefs « d’homicides involontaires » ou de « mise en danger de la vie d’autrui ».

***

Lors de son audition, le Pr Didier Raoult a rendu coup pour coup !

Le Pr Didier Raoult, critiqué jusqu’à l’absurde par une majorité de la presse mainstream – corrompue par les annonceurs – et par l’entourage obscur du ministère de la Santé lié aux grands intérêts pharmaceutiques – une autre forme de corruption –, est passé en quelques mois seulement d’illustre inconnu à star mondiale du Net. Il a été auditionné ce mercredi 24 juin 2020 par les parlementaires pendant trois heures.

En défendant bec et ongles son protocole de soin pour la grippe chinoise, il a retourné les accusations dont on l’a couvert vers les vrais responsables d’une crise sanitaire qui n’était selon lui pas obligatoire et qui a dégénéré en crise économique. Et désormais en crise politique.

Ceux qui le suivent depuis le début de l’ingénierie sociale baptisée « Covid-19 » et qui connaissent sa communication, qui n’a pas varié d’un pouce depuis quatre mois, ont pu constater que le chercheur mondialement reconnu est resté droit dans ses bottes.

Fort de ses connaissances, de sa logique scientifique et du succès de son traitement (le taux de mortalité de Marseille a été 10 fois inférieur à celui de Paris), malgré les mensonges des responsables de l’État, qui ont objectivement voulu produire une crise sanitaire (pour des raisons que l’on découvrira), le professeur a rendu coup pour coup.

« Un ministre ne peut pas ne pas être sous influence. Si les gens qui représentent la force institutionnelle n’ont pas la capacité de le protéger, on arrive à des situations qui finissent par être paradoxales ».

Il s’est même offert le luxe d’incriminer deux proches du ministre de la Santé (Olivier Véran), en disant que ce sont eux « qui ont pris les décisions ». Les mots sont graves, car il faudra trouver une chaîne de responsabilité pour ces 30 000 morts dont le Pr Perronne dit qu’il y en a 25 000 de trop !

Des « situations paradoxales », les mots sont choisis, mais ils touchent au cœur de la politique sanitaire d’État. On va arriver bientôt à ce que Raoult prédisait, un procès à l’égal de celui du sang contaminé. En attendant, Raoult remet la chloroquine sur la table en assénant :

« Je ne comprends pas que l’on puisse interdire une molécule qui a été, encore une fois, prescrite l’année dernière ».

Il dénonce avec courage les « blaireaux » de la médecine française :

Là encore, avec des mots choisis, le professeur critique le confinement, c’est-à-dire le choix politique, très, très discutable, médicalement douteux et économiquement désastreux, fait par le gouvernement :

Aujourd’hui s’est ouverte la crise politique qui suit l’opération Covid-19 qui aura remis en selle un pouvoir ultra contesté. Aujourd’hui, grâce à la ténacité du Pr Raoult, les choses vont pouvoir commencer à se retourner, et les coupables à apparaître. La transformation d’une grippe spéciale en pandémie mortelle, suivie d’un confinement moyenâgeux, ressemble à une attaque terroriste préméditée par une organisation qui hait la France et les Français, qui veut réduire la résistance française au néolibéralisme et aux lobbies, qu’ils soient pharmaceutiques, confessionnels ou francs-maçons.

Quand une majorité de Français aura pris conscience de ce qu’il s’est vraiment passé derrière cette pseudo-peste, alors, comme le disait Raoult, des comptes devront être rendus et « ce sera sanglant ». (E&R)


- Source : RT (Russie)

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...