www.zejournal.mobi
Mercredi, 08 Févr. 2023

Qui se tient derrière les émeutes en Iran ?

Auteur : Moon of Alabama (Etats-Unis) | Editeur : Walt | Mardi, 18 Oct. 2022 - 18h17

Ces dernières semaines, des émeutes ont eu lieu en Iran. Tout d’abord, des protestations ont été émises à propos de la mort d’une jeune femme, Mahsa Amini, qui s’était soudainement effondrée (vidéo) alors qu’elle attendait dans un poste de police. Elle est décédée quelques jours plus tard. Mahsa Amini avait subi une opération du cerveau et son malaise et sa mort étaient liés à cette opération, et non à une action de la police.

Les protestations de la plupart des femmes, soutenues par une employée bien connue du gouvernement américain, ont rapidement été reprises par des groupes séparatistes qui les ont transformées en émeutes. Ceci en particulier dans la région frontalière kurde du nord-ouest et dans la région baloutche du sud-est. Ces groupes sont connus pour bénéficier d’un soutien étranger. Des postes de police ont été attaqués, des voitures incendiées et des émeutes nocturnes déclenchées. Au total, quelque 24 policiers et une centaine de manifestants sont morts. 

Ce n’est pas la première fois que de telles émeutes se produisent en Iran. Les émeutes de 2007 ont été déclenchées après des manifestations pacifiques contre une augmentation du prix de l’essence et celles de 2017 à la suite de manifestations pacifiques contre des difficultés économiques générales. À chaque fois, les manifestations ont été récupérées par des groupes dirigés par des étrangers et se sont terminées par de graves émeutes qui ont fait quelques morts. Après un mois ou deux, la situation se calme.

La même chose est en cours actuellement.

Comme d’habitude, les émeutes bénéficient du soutien des médias « occidentaux », notamment du New York Times. En voici un bel exemple :

« Ce fut un massacre » : voici comment les forces de sécurité ont réprimé les émeutes dans le sud-est de l’Iran

Une analyse par le New York Times de témoignages et de vidéos révèle une scène sanglante qui s’est déroulée le mois dernier à Zahedan pendant la prière du vendredi, avec des nattes en guise de brancards et des corps entassés dans des voitures. …

Certains des blessés ont tenté de ramper pour échapper aux tirs. D’autres se sont vidés de leur sang sur les tapis de prière alors que des personnes tentaient de les traîner en lieu sûr. …

Mais les tireurs d’élite et les officiers ont continué d’appuyer sur la gâchette, tirant balle après balle sur des hommes et des jeunes garçons dans un lieu de culte où la prière du vendredi était en cours ».

On dirait que la police a tiré à volonté et sans provocation. Mais certains détails éparpillés dans l’histoire brossent un tableau très différent. Si l’on se débarrasse des déchets de la propagande concernant certaines scènes vidéo et des voix iraniennes anonymes faisant des affirmations invérifiables, on peut jeter un regard plus lucide sur la situation réelle :

« Cette scène horrible s’est déroulée le 30 septembre à Zahedan, une ville du sud-est de l’Iran où vit la minorité ethnique baloutche, après qu’un petit groupe de fidèles est sorti du complexe de prière Great Mosalla pour affronter les forces de sécurité postées dans un poste de police situé de l’autre côté de la rue. […]

Le Corps des gardiens de la révolution islamique, branche d’élite des forces armées, a confirmé que ses forces étaient présentes à Zahedan et que six de ses membres ont été tués ce jour-là, dont son chef régional des renseignements, le colonel Ali Mousavi, et des officiers de la redoutable milice Basij. Ils ont nié avoir tiré sur des civils. …

Des témoins ont déclaré qu’un certain nombre d’agents de sécurité iraniens avaient été tués, mais qu’ils étaient morts plus tard lors d’affrontements dans la rue…

Les manifestants ont scandé des slogans antigouvernementaux et jeté des pierres sur les agents, ce qui a incité les forces de sécurité à tirer sans discernement sur la foule, selon des témoins. Pendant que les manifestants se dispersaient, les coups de feu ont suivi leur retraite vers le complexe, où des milliers de personnes priaient toujours. […]

Mais selon l’ecclésiastique et deux autres témoins, un groupe de 10 à 15 jeunes fidèles a quitté le complexe avant la fin des prières pour se rassembler devant le poste de police. …

Une vidéo vérifiée par le Times montre certains des manifestants jetant des pierres sur le poste de police, où les forces de sécurité se tenaient sur le toit, tandis que des coups de feu sont entendus. Des témoins ont déclaré que certains manifestants lançaient des cocktails Molotov...

Les forces de sécurité ont répondu par des coups de feu, selon des témoins...

Une vidéo vérifiée par le Times montre deux hommes qui semblent être en uniforme, debout aux côtés d’un autre homme sur le toit du poste de police, tirant avec ce qui semble être un fusil à pompe en direction de la mosquée. […]

Au fur et à mesure que la journée avançait, de plus en plus de civils envahissaient les rues en prenant conscience de la violence qui sévissait dans la ville…

Ils ont été accueillis par des forces de sécurité parlant persan, en vêtements traditionnels baloutches, qui sont sorties de voitures avant de tirer sur les manifestants, dont certains ont riposté avec des cocktails Molotov et des balles, selon des témoins. La plupart des affrontements ont eu lieu dans une rue proche de la mosquée Makki, où des centaines de personnes s’étaient rassemblées ».

 

Les émeutes de Zahedan ont été organisées par un groupe disposant de ressources importantes, probablement financé par tel ou tel programme du gouvernement américain :

« La veille de la fusillade de Zahedan, des manifestants ont commencé à appeler à un « vaste soulèvement » dans « toutes les villes du Balouchestan », en signe de « solidarité avec le Kurdistan et pour protester contre le viol de la jeune Baloutche », selon une affiche annonçant les manifestations. La région du Kurdistan d’Iran a également connu d’importantes manifestations ces dernières semaines et a fait l’objet d’attaques de la part des forces gouvernementales ».

Le prétendu « viol de la jeune fille baloutche » n’est pas confirmé et il s’agit probablement d’une fausse accusation de plus.

 

Pour résumer :

Un groupe de provocateurs bien organisés et armés a attaqué des policiers et a tenté de mettre le feu à un poste de police. La police n’a pas été d’accord. Elle a utilisé des fusils à pompe pouvant être utilisés avec des balles à plombs ou des munitions anti-émeutes. D’autres manifestants sont arrivées. Certains d’entre eux avaient des armes à feu.

On ne sait pas qui a réellement tiré sur les personnes et les hommes du CGRI qui sont morts. L’identité des prétendus « tireurs d’élite » reste également inexpliquée. Le Times présume qu’il s’agissait de policiers, mais ne fournit aucune preuve pour étayer cette conclusion. Comme lors des émeutes du Maïdan en 2014, les tireurs d’élite auraient pu être des provocateurs engagés pour tirer sur les deux camps, manifestants et policiers.

 

Zahedan se trouve près de la frontière, parfois agitée, avec le Pakistan. C’est pourquoi le CGRI et d’autres forces de sécurité y sont stationnées.

Je trouve cette phrase quelque peu amusante :

« Ils ont été accueillis par des forces de sécurité parlant persan, en vêtements traditionnels baloutches… »

Est-ce que c’est censé être sinistre ?

Bien que les Baloutches parlent souvent le baloutche, il s’agit d’un dialecte iranien local. Le persan (farsi) est la langue officielle de l’Iran et est enseigné dans toutes les écoles. Le fait que certaines forces de sécurité « persanophones » portaient les vêtements civils locaux habituels (chemises longues et amples sans boutons) ne devrait étonner personne. De telles tactiques d’infiltration sont utilisées dans le monde entier.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, est agacé de se faire sermonner par des responsables « occidentaux » sur le comportement de la police lors d’émeutes armées :

« Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a souligné que l’Iran est un point d’ancrage pour la stabilité et la sécurité dans la région et non un pays pour révolutions de couleur, dénonçant l’intervention étrangère de certains pays occidentaux en Iran...

Lors d’un appel téléphonique avec le Haut Représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, le ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré que « la mort de feu Mahsa Amini est douloureuse pour nous tous« , mais il a souligné que cette question n’est utilisée que comme un prétexte pour (l’intervention de) certaines autorités occidentales. […]

« Les revendications pacifiques sont différentes des émeutes, des meurtres, des incendies criminels et des opérations terroristes« , a-t-il souligné...

Sur le même sujet, le ministre iranien des Affaires étrangères s’est également interrogé : « Qui pourrait croire que la mort d’une fille est si importante pour les Occidentaux ? Si oui, qu’ont-ils alors fait aux centaines de milliers de martyrs et de morts en Irak, en Afghanistan, en Syrie et au Liban ? Ils veulent juste déclencher une guerre sectaire en Iran. » […]

Le ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré que, par exemple, à Zahedan, « il n’y avait pas de slogan ou de photo de Mahsa, et un groupe terroriste connu a essayé de déclencher un conflit entre chiites et sunnites, et en a revendiqué la responsabilité. (Les groupes terroristes) ont fait de même dans une partie du Kurdistan, mais la perspicacité des érudits et des personnes sunnites a déjoué leurs tentatives ». »

Les émeutes se sont calmées. La CIA préparera les groupes séparatistes qu’elle finance à une nouvelle série d’attentats qui seront lancés dès qu’une raison quelconque lors de manifestations pacifiques pourra être trouvée pour s’y infiltrer. L’Iran est désormais bien au courant de cette tactique et ses forces de sécurité sont formées pour se défendre contre de telles absurdités.

L’administration Biden utilisera l’action de la police iranienne contre les émeutiers pour justifier qu’elle ne respecte pas sa promesse électorale de reconclure un accord nucléaire avec l’Iran. Les États-Unis ne seront pas gagnant avec les conséquences à long terme de cet échec.

Via Le Cri des Peuples

Traduction Wayan, relu par Hervé, pour Le Saker Francophone


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé