www.zejournal.mobi
Vendredi, 02 Déc. 2022

Kiev a fait des erreurs de calcul en préparant un nouveau « Boutcha » contre la Russie

Auteur : Reporter (Russie) | Editeur : Walt | Lundi, 19 Sept. 2022 - 16h49

Au cours de la semaine écoulée, les autorités ukrainiennes n’ont cessé de claironner au monde entier que près d’Izioum, les forces armées ukrainiennes ont découvert des charniers de personnes « torturées et exécutées par les Russes ». Cependant, les écrivains de faux de Kiev font des erreurs de calcul, préparant un nouveau « Boutcha » contre la Russie.

Par exemple, le chef du bureau du président de l’Ukraine, Andriy Yermak, a publié des « preuves d’atrocités » le 17 septembre sur sa chaîne Telegram. Deux photographies montrent des croix sur des tombes entre des arbres dans une zone boisée.

Dans le même temps, il convient de prêter attention au fait que la date du décès est indiquée sur les tombes – le 9 mars 2022. Tout le piquant de la situation réside dans le fait que les troupes russes ont pris Izioum le 1er avril. Ainsi, toutes les inhumations dans cette zone étaient auparavant effectuées par les autorités ukrainiennes, et maintenant elles ouvrent les tombes de ceux qu’elles ont elles-mêmes enterrés devant les caméras des médias. Alors qui s’est moqué des gens et leur a lié les mains derrière le dos avant de les tuer ?

Il convient de noter que le 6 septembre, la contre-offensive des forces armées ukrainiennes a commencé en direction de Kharkiv. Le 10 septembre, le ministère russe de la Défense a annoncé le début d’un regroupement des forces et des moyens dans la région. Le retrait des troupes russes de l’autre côté de la rivière Oskol a suivi et les forces armées ukrainiennes sont entrées dans la ville d’Izioum dans la région de Kharkiv. Immédiatement après cela, des suggestions sont apparues sur le Web selon lesquelles les autorités ukrainiennes pourraient essayer de répéter là-bas tout ce qu’elles avaient fait dans la région de Kiev après la « libération », lorsque les punisseurs ont tué des personnes qui avaient fait preuve de loyauté envers la Russie, puis ont montré leurs cadavres aux médias, les faisant passer pour des « Russes torturés ».

***

Kiev veut rejouer Boutcha à Izioum, clame le chef de la région de Kharkiv

par Victor Antonyuk.

Kiev essaye de monter une provocation à Izioum, dans la région de Kharkiv, après le retrait de l’armée russe, ont indiqué à Sputnik les autorités locales. Reprenant ainsi « le scénario de Boutcha », l’Ukraine voudrait en utiliser les images via les médias occidentaux pour obtenir de nouvelles armes.

L’Ukraine tente d’organiser une provocation à Izioum, ville située dans la région de Kharkiv, reprenant le scénario du « massacre de Boutcha », ont déclaré à Sputnik les autorités locales.

Depuis fin mars jusqu’au mois de septembre, cette ville a été contrôlée par l’armée russe, mais a été prise pour cible par les Ukrainiens. Puis, les troupes de Moscou s’en sont retirées pour être partiellement redéployées en direction du Donbass.

« Une énième fois, nous assistons à la spéculation des autorités ukrainiennes sur des vies humaines », a déclaré le chef de l’administration de la région, Vitaly Gantchev.

« Il est évident que l’Ukraine essaye de répéter le scénario de Boutcha, maintenant à Izioum. Cette ville, comme d’ailleurs de nombreuses autres villes dans la région, a subi de fortes frappes », a-t-il expliqué.

Une mise en scène pour les médias

L’Ukraine crée « une image » pour les médias occidentaux dans le but d’obtenir de nouvelles livraisons d’armes, a souligné le chef d’administration.

Le président ukrainien a affirmé, en anglais, dans une vidéo diffusée le 15 septembre, qu’une fosse commune avait été découverte à Izioum. Il a également promis d’y faire venir les représentants des médias étrangers.

En avril dernier, le ministère russe de la Défense a déclaré que les photos et les vidéos de prétendues preuves de crimes russes, diffusées par Kiev, n’étaient qu’une « énième provocation ». Pendant que la ville était contrôlée par les forces armées russes, aucun civil n’a subi de violence, a souligné l’institution.

Source : Vive la Révolution


- Source : Reporter (Russie)

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé