www.zejournal.mobi
Jeudi, 05 Août 2021

Énergie verte – Le consommateur va bientôt pleurer

Auteur : Charles André | Editeur : Walt | Lundi, 14 Juin 2021 - 07h46

Comme chacun sait, pour faire plaisir aux Khmers verts, notamment les anti-nucléaires, on a stoppé la centrale de Fessenheim (2 gigawatts). Une décision de Macron d’une bêtise crasse qui atteste de la misère intellectuelle de ses conseillers dans les domaines énergétique et technologique. Car l’énergie nucléaire, c’est zéro fumée et zéro CO2, ce gaz dont la flore a tant besoin mais qui serait, selon le GIEC, une calamité pour notre planète. Par ailleurs, le nucléaire est statistiquement l’énergie qui a fait le moins de morts dans l’Histoire de l’humanité.

Nonobstant, les anti-nucléaires ont à ce point bourré le crâne des populations et de leurs gouvernants que, désormais, l’humanité s’est engagée tête baissée sur le chemin du désastre. En effet, très paradoxalement, la théorie de la croissance illimitée prévaut toujours chez les économistes et ce postulat est admis par tous les dirigeants, toutes les instances internationales, européennes, onusiennes, etc. Or, cette théorie entraine la mécanisation des tâches dans tous les secteurs productifs (primaire, secondaire et tertiaire) conduisant à une demande d’énergie toujours plus forte. Dans cette situation paradoxale, il eût été plus intelligent de ne pas « recarboner » l’électricité comme l’a fait Macron qui, pour compenser la perte de Fessenheim, a relancé quatre centrales à charbon (100 000 tonnes de CO2 par jour chacune) !

Le tout électrique devenu l’universelle panacée dans les esprits à courte vue va nécessiter, rien que pour les transports, un doublement de la puissance produite actuellement. Et ce ne sont certes pas les éoliennes, ne fonctionnant qu’un jour sur quatre – et ayant montré partout en Europe leur incapacité à répondre à la demande –, qui pourront satisfaire à cette explosion des besoins. C’est bien là tout le scandale de l’éolien : on fait croire aux gogos qu’on « protège la planète » tout en réactivant la production d’électricité au charbon et au gaz. Il faut savoir qu’après la fermeture de Fessenheim la France a commandé à l’Allemagne la construction d’une centrale à Landivisiau (40 000 tonnes de CO2/jour) ! Un comble !

Mais en France, on le sait, l’écologie rime avec taxes

Ainsi, le pire reste à venir. En effet, le démantèlement des centrales a un coût et pour l’amortir, EDF devrait vendre son MWh 49 € au lieu de 42 € actuellement. Or, Bruxelles impose qu’à partir de 2023, l’électricité soit vendue au prix du marché (plus de tarif réglementé ni garanti). Dès lors, si EDF ne parvient pas à vendre son électricité nucléaire au prix de 49 €, elle sera confrontée à de très sérieux problèmes de rentabilité. C’est pourquoi le gouvernement négocie sans répit un accord avec l’Union européenne pour obtenir la création d’une « taxe intérieure de consommation finale flottante » sur l’électricité (TICFE). De sorte que, si EDF vend bien son électricité, on pourra diminuer la taxe, sinon, on l’augmentera pour financer le manque à gagner : C.Q.F.D.

Le dindon de la farce sera bien évidemment le consommateur

En effet, il est peu probable qu’EDF parvienne à vendre son électricité au prix souhaité et la taxe sera maximum. De surcroît, on n’a jamais vu des taxes baisser, bien au contraire. D’autant que l’État qui encaissera 20% de TVA sur cette taxe – ah la magie les taxes sur les taxes ! – aura tout intérêt à ce que la TICFE soit la plus haute possible. Notons que, depuis 2002, le consommateur paye déjà son tribut aux énergies « vertes » par le biais de la CSPE (Contribution au Service public de l’Électricité) destinée à financer les largesses de l’État auprès des installateurs d’éoliennes. Et qu’a fait la CSPE depuis cette date ? Elle n’a jamais cessé d’augmenter : 650% en 14 ans ! Il y a donc fort à parier que la TICFE suivra la même évolution.

Actuellement, ces taxes représentent un tiers de la facture des consommateurs, ce qui est énorme. Mais ne nous leurrons pas, ce ratio fiscal ne stagnera pas à ce niveau car les difficultés d’EDF résultant de la politique énergétique ubuesque de nos dirigeants vont aller crescendo. Nous aurons à la fois la flambée de la TICFE et celle du prix de l’électricité qui va immanquablement monter sur le marché libre en raison de la demande qui va exploser. Si l’inconséquence continue à animer les responsables publics soumis au dogme vert, le manque d’énergie va très vite étrangler la production. La révolte des peuple viendra-t-elle de là ?

« L’important n’est pas de convaincre mais de donner à réfléchir ».


- Source : Nice Provence Info

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé