www.zejournal.mobi
Dimanche, 18 Avr. 2021

Le monde universitaire est aussi libéralement biaisé que vous le pensiez, selon une étude

Auteur : Jade | Editeur : Walt | Mardi, 09 Mars 2021 - 11h26

Tout le monde sait à quel point le milieu universitaire est politiquement biaisé.

Cependant, on a également supposé que ceux qui ne parlent pas pour ou contre le “wokisme” et la “cancel culture” sont en fait contre. Si c’est vrai, alors cela ne ressort pas quand on leur pose des questions à ce sujet.

Via RT :

Cette étude, menée par Eric Kaufmann, du Center for the Study of Partisanship and Ideology, semble soutenir les plaintes de longue date des conservateurs, qui estiment qu’eux-mêmes et leurs points de vue politiques sont confrontés à des niveaux disproportionnés de censure motivée par l’idéologie.

Si ce que les chercheurs ont qualifié d'”autoritarisme rigide” – absence de plates-formes, brigades sur les médias sociaux, lettres “ouvertes”, campagnes de licenciement et plaintes officielles – était relativement rare, l’absence de toute force intellectuelle opposée signifie que les militants de la cancel culture ont souvent obtenu ce qu’ils voulaient. Pendant ce temps, l'”autoritarisme doux” – qui punit les non-conformistes en limitant leur capacité à publier, à obtenir des subventions pour leur travail, à être promus ou à conserver leur poste actuel – constituait un fardeau supplémentaire (et une incitation à garder le silence sur leurs convictions) pour les universitaires conservateurs.

Oui, il y a déjà une absence totale de toute pensée conservatrice ou de droite dans le monde universitaire, donc c’est déjà fait – les chasses aux sorcières restantes ne sont que du dépoussiérage rapide.

Comme le montre l’étude, ils s’assurent également que les conservateurs ne veulent pas s’impliquer dans le monde universitaire, ce qui signifie que l’élite au pouvoir a déjà institutionnalisé une idéologie hostile aux non-élites.

Aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Canada, quelque 40 % des universitaires ont déclaré aux chercheurs qu’ils n’engageraient pas un partisan de Trump, et un sur trois en Grande-Bretagne refuserait un poste à un partisan du Brexit. Mais il y a une lettre écarlate qui fera qu’une personne sera encore plus ostracisée dans le milieu universitaire, ont-ils trouvé : être considérée comme une féministe critique à l’égard du sexe, c’est-à-dire avoir une vision du sexe basée sur la biologie.

Seulement 28 % des universitaires américains et canadiens ont déclaré au CSPI qu’ils seraient d’accord pour aller déjeuner avec quelqu’un qui pense que les femmes trans ne devraient pas avoir accès aux lieux réservés aux femmes – bien que l’enquête n’ait pas précisé les caractéristiques anatomiques de la femme trans, un facteur qui aurait généralement une incidence importante sur la façon dont les féministes sexistes répondent à cette question.

Il fallait s’y attendre.

Les trans ont le plus été mis en avant, notamment parce qu’ils fascinent les élites bien pensantes.

Le fait qu’il soit ressorti de cette étude confirme simplement que le fait d’en faire le centre de la campagne d’endoctrinement a fonctionné.

Il semble également que la question du “genre” ait une certaine importance dans l’agenda post-humain.

Les “politiques d’identité” visent essentiellement à supprimer l’identité des gens, et l’objectif final est de créer une classe d’esclaves massive où tout individu sur terre est indiscernable de tout autre.

Si la plupart des professeurs d’université ont insisté sur le fait qu’ils n’étaient pas fans de la cancel culture autoritaire, la plupart ne lèveraient pas le petit doigt pour s’y opposer non plus. Seulement 10 % des personnes interrogées ont soutenu le licenciement des “professeurs controversés”, une faction qui exerce clairement ses pouvoirs de manière disproportionnée par rapport à son nombre. Mais si elle est laissée à elle-même, la cancel culture va forcément s’aggraver avant de s’améliorer. Les jeunes universitaires étaient plus enclins à renvoyer les universitaires “controversés” de leur poste – un facteur qui semble se perpétuer, car les étudiants diplômés conservateurs ont affirmé qu’un climat académique hostile “joue un rôle” en les empêchant de poursuivre leur carrière universitaire.

Oui, il serait en fait insensé pour une personne à l’esprit conservateur d’entrer dans le monde universitaire.

Il y a dix ans, on pouvait dire “infiltrer”, mais nous sommes bien au-delà de cela à l’heure actuelle. À ce stade, ils ont institutionnalisé une idéologie et ont clairement indiqué qu’en aucun cas le cœur de l’idéologie ne peut être remis en question.

L’insistance des conservateurs sur la partialité dans le milieu universitaire semble être confirmée avec succès par les recherches du CSPI, qui a indiqué que plus d’un tiers des universitaires de droite avaient été menacés d’une certaine forme de discipline pour leurs points de vue. Au moins 70 % d’entre eux ont cité un “climat ministériel hostile à leurs convictions”, même s’ils n’avaient pas été personnellement menacés, ce qui suggère qu’au moins certains membres de la droite camouflent leurs convictions pour éviter les sanctions.

Et de fait, la grande majorité des universitaires en sciences sociales ou humaines (90 % des partisans de Trump et 80 % des partisans du Brexit) ont admis qu’ils ne se sentiraient pas à l’aise de partager leurs points de vue avec leurs collègues, plus de la moitié d’entre eux admettant s’autocensurer dans la recherche et/ou l’enseignement pour éviter les répercussions. Les universitaires en sciences sociales – en particulier ceux qui étudient la race, le sexe et la sexualité – étaient particulièrement tenus de marcher sur des œufs.

Plus l’universitaire en question est jeune, plus il est probable qu’il soutienne au moins un des quatre résultats hypothétiques de la recherche, a noté le CSPI, en indiquant qu’un universitaire de gauche de 30 ans a 50 % de chances de soutenir une de ses campagnes hypothétiques de la cancel culture alors que son équivalent idéologique de 70 ans n’a que 35 % de chances de le faire. La conclusion ne semble pas bonne pour la liberté académique, car chaque nouvelle génération est plus susceptible de “cancel” quelqu’un avec qui elle est en désaccord, et la recherche de Kaufman aurait dissipé l’idée que la majorité des universitaires qui ne s’expriment pas sur la cancel culture sont contre.

L’université est le centre de tout pouvoir dans la civilisation occidentale. C’est la plantation sur laquelle la culture est cultivée.

Ces gens ont décidé de nous enfoncer leur culture dans la gorge maintenant qu’ils en ont le contrôle.

Game Over pour au moins une génération.


- Source : AubeDigitale

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé