www.zejournal.mobi
Lundi, 01 Mars 2021

Nouvel Ordre mondial, une brève histoire

Auteur : Iain Davis | Editeur : Walt | Mardi, 19 Janv. 2021 - 15h31

Si jamais vous mentionnez le terme « Nouvel Ordre mondial » (NOM), les gens ont tendance à vous regarder comme si vous aviez perdu la raison. Cela est compréhensible car la suggestion qu’un cartel caché de soi-disant mondialistes d’élite (décrit plus précisément comme la classe parasite) contrôle l’économie mondiale et son programme politique dépasse l’imagination de la plupart des gens. Heureusement, pour ceux qui veulent garder l’esprit ouvert, il n’est pas nécessaire de faire appel à l’imagination car les preuves historiques qui établissent le fait sont sans équivoque.

L’auteur H.G.Wells a inventé cette phrase dans son livre du même nom publié en 1940. Wells considérait qu’un gouvernement mondial unique était une solution à la guerre. Selon lui, le gouvernement devrait être socialiste. Il estimait également qu’il devrait être basé sur un système mondial de protection des droits de l’homme.

Au fil des ans, divers individus et institutions politiques ont utilisé ce terme pour résumer l’idée d’un système unique et unificateur de gouvernance mondiale. Par exemple, le document de la Commission européenne intitulé L’Union européenne dans le Nouvel Ordre mondial [1], qui est la transcription d’un discours prononcé par l’ancien président de la Commission européenne José Manuel Barroso à l’université de Yale, parle du Nouvel Ordre mondial comme d’un système de gouvernance mondiale bénéfique.

De même, la plupart des hommes politiques et des personnalités globalistes qui ont parlé du Nouvel Ordre mondial y font référence de manière positive.

- Mikhaïl Gorbatchev en 1988 : « La poursuite du progrès mondial n’est désormais possible que par la recherche d’un consensus de toute l’humanité, en mouvement vers un nouvel ordre mondial ».

- George H.W Bush en 1991 : « Le monde peut donc saisir cette occasion pour tenir la promesse, faite de longue date, d’un nouvel ordre mondial ».

- Henry Kissinger en 1994 : « Le nouvel ordre mondial ne peut se faire sans la participation des États-Unis, car nous en sommes la composante la plus importante. Oui, il y aura un Nouvel Ordre Mondial, et cela obligera les États-Unis à changer leur perception ».

- Nelson Mandela en 1994 : « Le nouvel ordre mondial en cours d’élaboration doit être axé sur la création d’un monde de démocratie, de paix et de prospérité pour tous ».

Lorsque les dirigeants mondiaux ont prononcé leurs grands discours sur le Nouvel Ordre mondial, la plupart de ces monologues d’aspiration sont venus en réponse à des événements mondiaux tumultueux. Guerres, bouleversements politiques, crises financières et différends commerciaux internationaux, etc...

À première vue, ils semblent exprimer les idéaux préconisés dans la Charte des Nations unies. Il s’agit apparemment d’un système unique de gouvernance internationale qui oblige chaque nation sur terre à traiter non seulement ses propres citoyens mais aussi ceux de toutes les autres nations avec respect, dignité et compassion. Ce qui semble être une idée très sensée. Alors pourquoi certaines personnes continuent-elles à parler en mal du Nouvel Ordre mondial ?

Premièrement, l’idée que tout gouvernement peut apporter la paix et la prospérité à ses propres citoyens, sans parler de la situation internationale, est une hypothèse non fondée. Les gouvernements n’ont jamais réussi à offrir l’égalité des chances à leurs citoyens. La disparité entre les riches et les pauvres est plus importante que jamais et l’inégalité des chances persiste.

Selon une étude du Crédit Suisse, la richesse combinée du 1 % supérieur est supérieure à la richesse totale du reste d’entre nous réunis. Huit personnes ont plus d’argent que la moitié économique inférieure de la population mondiale. Au cours des prochaines années, 500 personnes vont transmettre à leurs héritiers un héritage combiné de 2 100 milliards de dollars. C’est plus d’argent que l’ensemble de l’économie de l’Inde, un pays de 1,3 milliard d’habitants.

L’économiste Thomas Pickety a démontré qu’au cours des 30 dernières années, la croissance des revenus, en termes réels, a été nulle pour la moitié inférieure de la population de la planète, tandis que le 1 % supérieur a vu ses revenus en termes réels augmenter de 300 %. Imaginer que les gouvernements apportent la paix et la prospérité est sans fondement. Tous les conflits, toutes les injustices, les inégalités sociales, l’exploitation et même la criminalité existent sous l’autorité des gouvernements. Croire que le gouvernement peut ou même veut résoudre l’un de ces problèmes est une foi aveugle.

Certaines nations jouissent d’un meilleur niveau de vie que d’autres, mais cela est dû soit au développement économique et technologique, soit à l’exploitation des ressources d’une autre nation. Ces disparités internationales apparaissent invariablement à la suite d’un processus d’acquisition forcé ou contraint exercé par les gouvernements dominants aux dépens des gouvernements plus pauvres. Soit par la guerre, la colonisation, le néocolonialisme ou la simple corruption.

Le citoyen moyen des pays plus riches peut s’offrir un certain luxe parce que des travailleurs sous-payés ou esclaves, ailleurs dans le monde, ont fourni les matières premières ou les produits manufacturés nécessaires pour presque rien. Cependant, en période d’austérité, les gouvernements n’hésitent jamais à comprimer les salaires et les conditions de travail des travailleurs dans leur propre pays, avant de passer à la suppression des services essentiels, afin de protéger les profits des banques. Ils peuvent le faire parce qu’ils ont tout le pouvoir et que la population n’en a aucun. Malgré ce qu’on appelle la démocratie.

Pour ceux qui proposent un Nouvel Ordre mondial, comme Richard Haass, président de l’influent groupe de réflexion mondialiste Council on Foreign Relations, c’est le rêve d’un gouvernement mondial unique dirigé par une clique étroitement liée d’« influenceurs politiques » immensément puissants. Pour ceux qui critiquent cette idée souvent citée, universellement fustigée comme « les théoriciens fous de la conspiration », il s’agit simplement d’une tyrannie mondiale dirigée par une élite non élue et autoproclamée (parasites) dont la seule vision réelle est qu’ils sont les dirigeants légitimes de la Terre.

Les origines du Nouvel Ordre mondial moderne

En 1902, l’homme d’affaires et bâtisseur de l’empire britannique Cecil Rhodes est mort après avoir amassé une fortune personnelle ahurissante en travaillant jusqu’à sa mort dans les mines d’or et de diamant d’Afrique du Sud. Il fonda De Beers Consolidated Mining en 1888 avec le soutien financier des banquiers les plus riches du monde, N.M. Rothschild & Sons. À sa mort, il a légué son immense fortune pour créer un certain nombre de projets, dont des fondations publiques et une société secrète. 

Cecil Rhodes

Rhodes a créé sept testaments au total. Son 7e est le plus connu puisqu’il a créé la bourse Rhodes, qui soutient les études internationales de troisième cycle à l’université d’Oxford. Les boursiers Rhodes sont devenus parmi les personnes les plus puissantes et les plus influentes du monde de la politique, des sciences, de la médecine, des affaires, des arts, de l’université, du droit et de l’armée.

Cependant, la majeure partie de la fortune de Rhodes a été mise de côté pour créer un gouvernement mondial unique, basé sur le modèle britannique de l’empire. Il serait dirigé depuis son centre par une élite anglo-américaine qui exercerait son contrôle en collaborant secrètement avec les dirigeants politiques, économiques, scientifiques et culturels du monde entier et en les manipulant.

Afin d’exercer leur pouvoir secret, le groupe créé par Rhodes devait être une organisation secrète. En tant que tel, il n’a reçu aucune identification formelle. Il n’était pas non plus une sorte de brigade de serrage de mains quasi-mystique et amusante, bien que nombre de ses membres appartiennent également à d’autres sociétés secrètes qui, au contraire, étaient un groupe par association volontaire, partageant des intérêts et un objectif commun. L’adhésion était offerte en fonction du pouvoir et de l’influence. Ceux qui y adhéraient acceptaient de prendre des mesures pour atteindre les objectifs de la société. Il ne s’agissait pas seulement d’un atelier de discussion. C’était du business.

Les groupes constitutifs en sont venus à être connus sous de nombreux noms. « Milner’s Kindergarten », « the Round Table Group », « the Rhodes Crowd », « the Times Crowd », « the Chatham House Crowd », « all Souls Group » et « the Cliveden set » ont tous été des noms donnés à diverses organisations au sein de cette société secrète au fil des ans. Elle fonctionnait sur la base de « anneaux dans les anneaux ». Au centre se trouvait un petit groupe, « la société des élus », qui a influencé le développement et les activités de ses groupes de travail plus importants.

Cette compartimentation signifiait que certains membres de la société étaient pleinement conscients du centre du pouvoir, tandis que d’autres l’étaient moins. Cependant, tous les membres étaient d’accord avec l’objectif principal. Établir un gouvernement mondial unique, que certains appellent aujourd’hui le Nouvel Ordre mondial.

Rhodes était un extrémiste nationaliste et suprémaciste blanc. C’était un homme de son temps et si cela est considéré à juste titre comme répugnant aujourd’hui, il convient de noter que ses opinions étaient partagées par la majorité. Il croyait que la culture « anglo-saxonne » anglaise était supérieure à toutes les autres et que la meilleure chose qui pouvait arriver à une nation était la domination coloniale anglaise.

Par conséquent, il considérait l’impérialisme comme une vertu morale. Par conséquent, toute action qui encourageait l’expansion impérialiste anglo-américaine, quel que soit le mal qu’elle infligeait au peuple, était considérée par Rhodes et les membres de sa société comme juste. En 1877, il écrivit Confession de foi dans laquelle il exposait sa vision :

« Je soutiens que nous sommes la plus belle race du monde et que plus nous occupons le monde, mieux c’est pour la race humaine. Imaginez les régions qui sont actuellement habitées par les plus méprisables spécimens d’êtres humains …

Pourquoi ne devrions-nous pas former une société secrète n’ayant qu’un seul objectif : la promotion de l’Empire britannique et la mise sous domination britannique de l’ensemble du monde non civilisé pour la récupération des États-Unis pour la création d’un seul Empire anglo-saxon …

Pour faire connaître un tel projet, quelle aide splendide serait une société secrète, une société non ouvertement reconnue mais qui travaillerait en secret pour un tel objet …

Formons le même type de société qu’une Église pour l’extension de l’Empire britannique. Une société qui devrait avoir des membres dans chaque partie de l’Empire britannique travaillant avec un seul objet et une seule idée ; nous devrions placer ses membres dans nos universités et nos écoles et regarder les jeunes Anglais passer entre leurs mains ; un seul peut-être sur mille aurait l’esprit et les sentiments pour un tel objet…

De peur que la mort ne me prenne avant le moment de tenter son développement, je laisse tous mes biens matériels en dépôt à S. G. Shippard et au Secrétaire des Colonies au moment de ma mort pour essayer de former une telle Société avec un tel objet ».

Rhodes a entrepris de créer son groupe d’élite composé de membres de la royauté, de colonialistes, de soldats, de bureaucrates, d’industriels, d’espions, de banquiers, d’historiens, de scientifiques, d’artistes, d’auteurs, de politiciens et d’autres, pour tenter de diriger le monde. En 1891, Rhodes, W.T.Stead (rédacteur et journaliste influent), Lord Nathan Rothschild (banquier, politicien et administrateur de Rhodes) et Reginald Baliol Brett (Lord Esher, ami proche et conseiller de la reine Victoria, puis du roi Edward VII et du roi George V) se sont rencontrés pour mettre en œuvre leur plan de domination mondiale.

Ils ont immédiatement lancé leur campagne de recrutement. Ils ont formé la « Society of the Elect » en invitant Lord Alfred Milner (administrateur colonial et puissant conseiller politique) à se joindre à eux. Le groupe suivant, qui restera le plus proche du siège du pouvoir, est l’« Association of Helpers ».

Lord Alfred Milner

En 1902, deux mois après la mort de Rhodes, le NWO a formé la « Pilgrims Society« transatlantique. L’objectif de Rhodes a toujours été d’unir le monde anglophone.

L’establishment britannique pleurait la perte de sa colonie américaine, mais était également conscient que l’empire britannique ne pouvait pas être maintenu indéfiniment par la seule force militaire. La Pilgrims Society a été créée pour établir la « relation spéciale » entre les États-Unis et le Royaume-Uni.

Aujourd’hui, le premier devoir de tout ambassadeur américain au Royaume-Uni est de rencontrer la Pilgrims Society britannique. Inversement, le premier devoir de l’ambassadeur du Royaume-Uni aux États-Unis est de comprendre les souhaits des membres de la Pilgrims Society américaine.

Le Nouveau Monde va de l’avant

Lors de la création de la Pilgrims Society, une série de réunions ont eu lieu à Londres en 1902 et à New York en 1903. Les personnes les plus riches des États-Unis et de Grande-Bretagne, et donc du monde entier, y ont participé.

La banque centrale était contrôlée depuis Londres, principalement par le baron Alfred Rothschild, ce qui donnait aux Britanniques l’avantage monétaire. La Pilgrims Society a créé la Rhodes Scholarship et le Rhodes Trust aux États-Unis. Au cours des années suivantes, des membres importants ont été la reine Elizabeth II, le prince Philip, le prince Charles, John D. et David Rockefeller, Winston Churchill, Henry Kissinger, Margaret Thatcher, Walter Cronkite et Allen et John Foster Dulles, pour n’en citer que quelques-uns.

En Afrique australe, Lord Alfred Milner (membre de la « Society of the Elect » et de la « Pilgrims Society ») a rassemblé un certain nombre de jeunes avocats et administrateurs talentueux et impitoyables dans un collectif qui a été baptisé « Milner’s Kindergarten« . Ils ont travaillé à la création de l’Union d’Afrique du Sud, prédécesseur de l’actuelle République d’Afrique du Sud et instigateur du régime d’apartheid. Ils contrôlaient une grande partie des marchés mondiaux du diamant et de l’or.

En 1909, le Kindergarten a contribué à la formation du « Mouvement des Round Tables« . Ils ont créé des « Round Tables » au Canada, en Afrique du Sud, en Australie, en Nouvelle-Zélande et ailleurs dans l’Empire britannique.

Lionel Curtis

L’influence et le pouvoir des personnes qui forment le NWO sont bien illustrés par Lionel Curtis, membre de la Kindergarten et leader de la « Round Table ». Face à la montée en puissance de l’Allemagne en Europe et à la domination économique croissante des États-Unis, il était de ceux qui reconnaissaient que l’empire militaire britannique ne pouvait pas survivre. En 1911, Lionel Curtis décida que l’Empire britannique devait être transformé en une puissance économique appelée le Commonwealth britannique des nations et que l’Inde devait être dotée d’une autonomie gouvernementale. L’Inde a obtenu son indépendance en 1947 et le Commonwealth britannique des nations a été créé en 1948, exactement comme Lionel Curtis et son groupe de la « Round Table » l’avaient décrété plus de 35 ans auparavant.

La difficulté qu’éprouvent de nombreuses personnes à saisir la façon dont le NWO exerce son pouvoir provient souvent de leur concentration sur le jeu long. Leur stratégie n’est pas fondée sur des profits rapides ou des succès immédiats. Comme tout plan bien conçu, ils savent que les choses peuvent mal tourner. Mais chaque mouvement est une étape sur le chemin qui mène à l’objectif ultime d’un Nouvel Ordre mondial. Il ne s’étend pas seulement sur des années, mais plutôt sur des décennies, des générations ou même des siècles. Inexorablement, ils se dirigent vers la dictature économique et politique mondiale qu’ils sont déterminés à créer. Quelque chose qu’ils sont actuellement très près d’atteindre grâce à leur création de l’urgence climatique.

En 1910, l’industriel américain d’origine écossaise Andrew Carnegie a créé le Carnegie Endowment for International Peace (CEIP). Ses administrateurs étaient tous des industriels et des financiers. Beaucoup étaient liés à l’American International Corporation (AIC), contrôlée par J.P.Morgan, qui est devenue le géant des entreprises American International Group (AIG) en 1919.

Le conseil d’administration comprenait Elihu Root (AIC et avocat de Carnegie), Cleveland H. Dodge (industriel, fabricant d’armes et financier du président Wilson), George W. Perkins (banquier partenaire de Morgan), G. J. Balch (AIC et Amsinck), R. F. Herrick (AIC), H. W. Pritchett (AIC.) Carnegie lui-même était le président de l’U.S. Pilgrim Society et le CEIP a été créé dans un but précis :

L’avancement de la coopération entre les nations et à la promotion d’un engagement international actif des États-Unis.

Le CEIP influence fortement la politique étrangère des États-Unis aujourd’hui, avec des liens étroits avec le Département d’État américain et une implication de plus d’un siècle avec l’establishment politique américain. Il est considéré par la plupart des gens (qui le connaissent) comme une force de paix par le biais de la promotion de la coopération internationale. Ceci est un exemple de la duplicité du NWO, et illustre son modus operandi standard. En présentant l’apparence extérieure de « fondations » bienveillantes, de nombreux groupes comme le CEIP travaillent à huis clos pour atteindre les objectifs géopolitiques de la société.

Aux États-Unis, les fondations ont été « exonérées d’impôts » en tant qu’organisations « caritatives » par la loi sur le revenu de 1917. Cela a permis aux personnes les plus riches de la planète de financer leurs divers projets d’ingénierie sociale sans avoir à payer d’impôt sur le revenu. L’impôt sur le revenu est réservé aux petites gens.

Dès le début, le CEIP a identifié l’utilité de la guerre en tant qu’exercice de profit mais aussi en tant que catalyseur du changement social. En 1953, Norman Dodd a été l’enquêteur en chef de la commission spéciale du Congrès américain sur les fondations exonérées d’impôt. Il a eu accès aux dossiers du CEIP et ce qu’il a découvert était très différent de la perception qu’en avait le public. Dodd a témoigné devant le Comité Reece :

Les administrateurs de la Fondation [CEIP] ont soulevé une seule question. S’il est souhaitable de changer la vie de tout un peuple, y a-t-il un moyen plus efficace que la guerre ? … Ils ont discuté de cette question … pendant un an et ont trouvé une réponse : Il n’y a pas de moyen plus efficace que la guerre, à condition que l’objectif soit d’altérer la vie de tout un peuple. Ce qui les amène à se poser une question : Comment faire participer les États-Unis à une guerre ?

(vidéo en anglais, non sous-titrée en français)

Le CEIP n’a pas été créé en 1910 comme un véhicule de paix. Bien au contraire. Il est crucial de comprendre que, pour le NWO, la guerre n’est qu’un moyen d’arriver à une fin. Elle stimule l’économie mais entraîne également d’énormes changements sociaux. Le recours à la guerre, aux conflits et aux insurrections armées est l’une de ses principales méthodes pour atteindre l’objectif d’un gouvernement mondial sous le contrôle de l’élite des entreprises.

Une fois que vous savez cela, même les interprétations courantes de l’histoire le rendent flagrant. Chaque conflit important se termine par une conférence de paix négociée et chaque négociation établit une nouvelle centralisation du pouvoir au sein d’organismes régionaux plus importants ou d’organisations intergouvernementales, érodant constamment la souveraineté et consolidant le pouvoir non étatique. La guerre est un racket, et les faux drapeaux, comme le naufrage du Lusitania qui a entraîné les États-Unis dans la Première Guerre mondiale, sont souvent favorisés par le NWO pour fournir le casus beli nécessaire.

Après la fin de la Première Guerre mondiale, les représentants du NWO, qui formaient le noyau des délégations américaine et britannique à Versailles, se sont réunis pour créer le système de « groupes de réflexion » internationaux qui leur permettrait de gouverner de l’ombre jusqu’à ce jour. Sous la direction de Lionel Curtis, le groupe d’industriels, de financiers et de manipulateurs politiques se réunit pour créer l’Institut britannique des affaires internationales, qui reçut une ascension royale pour devenir le Royal Institute of International Affairs (RIIA) en 1920. De nombreux membres de la Pilgrims Society étaient présents lors de la première réunion à Paris, et la branche américaine a été formée sous le nom de Council on Foreign Relations (CFR) en 1921, présidé par Elihu Root et financé par J.D.Rockefeller.

Le Nouvel Ordre mondial : le voile du secret

Pourtant, malgré le pouvoir permanent de ces organisations, qui façonne encore aujourd’hui la politique étrangère et les relations internationales, c’est la création de la « règle de Chatham House » de la RIIA en 1927 qui a permis à une gouvernance mondiale secrète et antidémocratique de se cacher à la vue de tous. Les historiens ont affirmé que la « règle de Chatham House » avait été conçue pour promouvoir un dialogue ouvert entre les personnes les plus puissantes de la planète. Il suffit d’examiner la définition actuelle (après quelques révisions plus récentes) pour comprendre à quel point cette interprétation est trompeuse.

Lorsqu’une réunion, ou une partie de celle-ci, se déroule selon la règle de Chatham House, les participants sont libres d’utiliser les informations reçues, mais ni l’identité ni l’affiliation du ou des orateurs, ni celle de tout autre participant, ne peuvent être révélées.

Cela a permis la création d’un « milieu » appelé encore « État profond ». Un réseau mondial de courtiers de pouvoir qui peuvent se cacher au grand jour grâce, dans une large mesure, à la règle « Chatham House ». Seuls quelques journalistes et chercheurs tentent de briser ce mur du silence. Ce faisant, ils seront presque certainement étiquetés comme des « théoriciens du complot », provoquant une carrière en chute libre ou pire encore.

Les groupes qui se cachent derrière la règle de Chatham House comprennent le Council on Foreign Relations, la Commission trilatérale, le RIIA, le groupe Bilderberg, Le Cercle et d’autres. De nombreuses sociétés d’élite plus anciennes l’ont incorporée dans leurs « règles » de discussion, comme les Chevaliers de Malte, Skull and Bones, la Pilgrims Society, les groupes de la Round Table et bien d’autres encore. De même, les sociétés internationales et les institutions financières l’utilisent, tout comme les comités directeurs gouvernementaux, les conseils consultatifs politiques et surtout les conseils d’administration. Il est hilarant de constater que cette méthode a été présentée au public comme une aide à la prise de décision « ouverte et transparente ».

Groupe de réflexion RIIA

Bien que la règle elle-même ne soit pas applicable en vertu de la loi, toute organisation, y compris le gouvernement, peut la citer en tant que politique. Toute personne qui la violerait s’exposerait à des mesures disciplinaires.

En fait, cela signifie que les personnes les plus puissantes et les plus riches de la planète peuvent se réunir pour discuter de leurs projets, quels qu’ils soient, sans aucun contrôle public. Afin de maintenir cet agenda caché, les MSM doivent être entièrement complices, ne jamais poser de questions difficiles et toujours respecter la règle de Chatham House. Ils le font sans exception, généralement parce que les propriétaires des MSM sont également membres des diverses organisations d’État profond qui forment le Nouvel Ordre mondial.

Les guerres du Nouvel Ordre mondial

Se fondant sur la reconnaissance par le CIPE que la guerre est le véhicule le plus efficace pour un changement social de masse, le NWO a utilisé ses entreprises mondiales, les partis politiques qu’elle a financés, les principaux hommes politiques qu’elle a corrompus et ses cartels bancaires internationaux pour créer les conditions économiques, politiques et sociales qui ont conduit à la Première Guerre mondiale, poussant intentionnellement la planète vers la catastrophe afin d’obtenir le résultat souhaité.

En outre, ils ont financé la révolution russe pour s’assurer de conserver l’accès aux futurs marchés soviétiques et de garantir leurs investissements, quel que soit le vainqueur de la guerre. Toutefois, à la suite du traité de Versailles, ils ont reconnu qu’il fallait poursuivre le travail. Ils ont donc poursuivi leur projet de créer une dictature mondiale unique en lançant la Seconde Guerre mondiale.

Essentiellement, le NWO a prêté à l’Allemagne l’argent nécessaire pour payer les réparations après la Première Guerre mondiale, s’assurant ainsi que l’Allemagne, et non les nations souveraines, leur était redevable. Ainsi, l’économie allemande était entièrement sous leur contrôle. Ils ont ensuite créé des cartels industriels et manufacturiers en Allemagne, l’argent administré par les banques qu’ils possédaient faisant d’eux les premiers bénéficiaires de leurs propres prêts et consolidant encore le contrôle de l’économie allemande. Ensuite, ils ont utilisé leurs cartels industriels subsidiaires pour reconstruire l’armée allemande et financer la montée des nazis.

Une fois les fascistes au pouvoir, ils ont financé leur effort de guerre contre les nations alliées qu’ils finançaient également pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils ont dirigé les deux camps de la guerre depuis leur quartier général sécurisé en Suisse neutre et, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, ils ont utilisé les vastes profits qu’ils avaient tirés de la mort de plus de 60 millions de personnes pour financer une autre tentative d’établir un gouvernement mondial unique sous la forme des Nations Unies.

Je reconnais que ce n’est probablement pas l’histoire que vous connaissez. Cependant, une fois de plus, les preuves qui le prouvent sont accablantes.

Tout comme la Première Guerre mondiale a conduit à la création de la ligue des nations, qui a échoué, la Deuxième Guerre mondiale a conduit à la création des Nations unies. Elle a établi un cadre pour le gouvernement mondial mais n’a pas encore formellement remplacé la souveraineté des nations membres.

La prochaine étape logique pour le NWO, sur sa route vers l’hégémonie capitaliste/collectiviste mondiale, était de créer des blocs de pouvoir qui détruiraient réellement la souveraineté nationale. Le contrôle économique du projet URSS, qui a échoué, était une tentative raisonnable, mais la guerre en Europe a fourni au NWO l’occasion parfaite de faire un grand pas en avant.

Pour la première fois, ils ont pu créer une organisation intergouvernementale, administrée centralement par une cabale non élue, contrôlée par sa propre banque centrale, qui gérait la plupart des économies les plus riches du monde. Aujourd’hui, nous appelons ce projet Union européenne (UE) et le « milieu » a été au cœur de sa création. 

Note:

[1https://ec.europa.eu/commission/pre...

Liens

Traduit par Hervé, relu par Wayan pour le Saker Francophone


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé